Deux associations demandent l’interdiction des cheminées à foyer ouvert

Alors que la connaissance de la pollution de l’air ne fait que progresser en France, l’État n’opère pas de véritables changements en rapport avec ces nouvelles analyses, notamment en ce qui concerne le chauffage au bois.

En décembre 2014, Ségolène Royal, alors ministre de l’environnement, déclarait très fièrement :

« J’ai rétabli la liberté (…) J’ai ici la lettre d’instruction qui est partie hier au préfet de région qui lui demande de modifier son arrêté sur ce point là, en disant que cela n’a aucun sens d’une part. Deuxièmement, au moment où je développe les énergies renouvelable, et donc l’énergie bois, ce qu’on appelle la biomasse, c’était quand même un contre-indicateur »

Ces propos faisaient suite à l’obtention par l’association de mesure de la qualité de l’air Airparif d’un arrêté d’interdiction au 1er janvier 2015 des feux de cheminée à foyer ouvert à Paris ainsi que dans 435 communes d’Île-de-France. Malgré les tentatives de l’ex-ministre de l’environnement, l’arrêté d’interdiction des foyers ouverts a bien été adopté, après annulation de l’arrêté de Ségolène Royal à l’été 2015.

Ségolène Royal choisissait ici la voix du populisme au service de l’industrie du bois, plutôt qu’une approche démocratique, rationnelle, populaire. Car il est avéré depuis plusieurs années que la combustion de biomasse d’origine naturelle, telle que le bois, est émettrice de particules fines très nocives pour la santé. En Île-de-France, on estime qu’environ un tiers des particules fines sont issues du chauffage au bois.

Pendant le confinement, alors que l’industrie était en sommeil et la circulation routière au ralenti, le bassin d’Île-de-France a connu des pics de pollution en partie causés par les feux de cheminée.

Notons que si la combustion de bois dans un foyer ouvert est grande génératrice de particules fines, on ne sait pas vraiment ce qu’il en est des « foyers fermés » ou des poêles à granulés, qui seraient potentiellement émetteurs de particules ultra-fines (PUF).

C’est en ce sens que l’Association pour le respect du site du Mont-Blanc ainsi que Strasbourg Respire ont co-signé une tribune le 15 octobre 2020 pour souligner la nécessité d’en finir avec les cheminées à foyers ouverts.

Voici cette tribune :

« Après avoir connu un déclin jusque dans les années 80 le chauffage au bois bénéficie aujourd’hui d’une image extrêmement positive en France car considéré comme « traditionnel, millénaire, naturel, sain et renouvelable, donc écologique » et « bon pour la planète ». De telle sorte que le nombre d’appareils individuels de chauffage au bois a doublé en 20 ans pour atteindre 8 millions d’unités sur le territoire métropolitain, et que les chaufferies collectives au bois se multiplient en France.

Le chauffage au bois bénéficie de l’ignorance des élus quant à sa part dans la pollution atmosphérique. Or elle est écrasante, le chauffage au bois représente en France 14% des chauffages et 60% des particules PM2.5 – particules fines de moins de 2,5µm – qui causent 48000 décès prématurés par an dans notre pays !

Si ce mode de chauffage a le vent en poupe, il le doit aussi aux multiples aides et incitations financières. Par exemple dans la vallée la plus polluée de France, la Vallée de l’Arve, et plus récemment à Strasbourg, des aides financières – appelées fonds « Air-Bois » – ont été mises en place pour changer son poêle à bois contre…un autre poêle à bois!

Ce fonds Air-Bois est financé par l’ADEME (Agence de la Transition Ecologique) qui s’est fixé un agenda de développement de la part de la biomasse dans le mix énergétique de la France. La raison de ce plan est que la combustion de la biomasse est – à tort – considérée comme « neutre en carbone » dans les bilans Climat des Etats.

Nous affirmons qu’il s’agit d’une grave erreur. Pourquoi ?

1. Faire le choix du bois-énergie est mauvais pour le Climat :

La combustion de bois que ce soit dans une cheminée, un poêle à granulés ou une centrale électrique à biomasse (plaquettes ou granules de bois ) libère plus de CO2 dans l’atmosphère que la combustion de gaz, fuel ou charbon. De plus, il faudra plusieurs dizaines d’années à un arbre pour séquestrer autant de CO2 que celui émis en quelques heures par la combustion du bois.

La combustion du bois est donc bien loin d’être neutre en carbone sur le court et moyen terme et elle accroitra les émissions de gaz à effet de serre de 10% au niveau européen dans les prochaines décennies, comme l’ont récemment soulevé plusieurs chercheurs dans la revue Nature . « Désastreux pour les forêts et contre-productif pour le climat » tel est le constat sans appel de 800 chercheurs qui ont a récemment alerté l’Union Européenne.

2. Cause majeure de pollution :

Comme toute combustion, le bois rejette quantités de polluants, c’est de loin le mode de chauffage le plus polluant, malgré les filtres « performants ».

Il est une source majoritaire en France de particules fines. Rappelons que s’il existe de nombreuses sortes de particules (particules de frein, agriculture..), les particules de combustion issues de la combustion du bois, charbon, diesel sont de loin les plus toxiques car recouvertes d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ,causes de cancers, maladies cardiovasculaires, pathologies de la grossesse..Le bois émet 10 fois plus de HAP que le fioul, 114 fois plus que le gaz et 179 fois plus que le charbon.

Malgré le remplacement de plus de 4000 appareils sur 15000 chauffages au bois par des appareils à bois homologués les plus récents, le chauffage au bois cause des pics de pollution aux particules fines tous les hivers partout en France et en particulier dans la Vallée de l’Arve, où les taux de pollution restent au-dessus des recommandations de l’OMS.

Nous demandons l’arrêt de toutes les subventions ou incitations pour ce mode de chauffage individuel, qui seront orientées vers des modes de chauffage non polluants et renouvelables comme le solaire thermique ou les pompes à chaleur dans un cadre d’assainissement des émissions du secteur résidentiel.

Nous demandons également de stopper l’implantation et le développement de centrales collectives au bois, centrales qui ont malheureusement été récemment implantées à Strasbourg et déjà présentes dans de grandes agglomérations souvent polluées.

Nous demandons une gestion de la filière bois vers une exploitation du bois en puits de carbone (menuiserie, construction), plus respectueuse de la biodiversité, et non plus orientée vers le bois énergie. Nous souhaitons (comme l’ont fait Québec et Montréal):

  • L’interdiction des foyers ouverts dans les zones d’habitation dense ou sous plan de protection de l’atmosphère.
  • L’interdiction de l’utilisation de tous les chauffages au bois d’appoint durant les pics de pollution.
  • L’interdiction de la vente d’appareils à bois non homologués.
  • L’interdiction de construction de cheminées à foyer ouvert dans les zones d’habitation dense ou sous plan de protection de l’atmosphère. »

Vous aimerez aussi...