On ne combat pas le fascisme chez Cyril Hanouna ni Vincent Bolloré

Seule la Gauche historique possède le volume nécessaire contre l’extrême-Droite.

Le capitalisme développé a réussi à mettre en place des démarches emprisonnant littéralement les gens sur le plan de la culture et des mentalités. Que ce soit Koh Lanta, Netflix ou TikTok, on parle ici de constructions visant à produire la passivité et à réduire la pensée à une sorte de magma instinctif.

L’émission « Touche pas à mon poste! » est emblématique depuis une décennie déjà de la course au crétinisme par l’intermédiaire du voyeurisme et de la stupidité. Son animateur, Cyril Hanouna, est désormais l’une des figures les plus connues (et appréciées) de France ; indéniablement intelligent, il s’est mis au service de la futilité consommatrice, de l’écrasement de l’intelligence. Les procédés sont insupportables, cela fonctionne dans un mélange de racolage et stupidités, c’est odieux.

Pourquoi des gens sont-ils alors allés dans une telle émission pour parler d’antifascisme? Quel sens peut-il y avoir à cela? Le sens de cela, c’est qu’il y a des gens qui ne veulent pas rompre avec le capitalisme, qui en accepte donc les règles, et qui s’imaginent pouvoir changer les choses de l’intérieur du capitalisme.

D’ailleurs, une personne de l’association L214 est également passée dans l’émission le lendemain, le 28 octobre 2021. Comme si on pouvait changer les choses en faveur des animaux dans une émission structurée pour vider les esprits et amener à une consommation passive. Il n’y a pas « Touche pas à mon poste! » sans McDonald’s, et inversement.

Tout comme il ne peut pas y avoir « Touche pas à mon poste! » sans Didier Raoult et inversement. Celui-ci est passé également le 28 octobre 2021, mais c’est une habitude pour ainsi dire (il y était même encore tout récemment, le 19 octobre).

Il est donc totalement absurde, et absolument incompatible avec l’antifascisme, de se pointer à une telle émission, comme l’a fait le 27 octobre le porte-parole de la « Jeune Garde« , et de porter une pseudo-contradiction à une activiste d’extrême-Droite, Juliette Briens, tenant des propos violents et caricaturaux. C’est simplement servir le spectacle racoleur de « Touche pas à mon poste! ».

Malheureusement c’est inévitable de la part de gens qui considèrent que le fascisme se combat « dans la rue ». C’est là une conception « ultra » qui a déjà été rejetée par l’antifascisme dans les années 1920-1930, parce que le fascisme vise justement, par sa violence, à empêcher la politique et à faire perdre son temps à la Gauche par des escarmouches.

Le fascisme ne se combat pas dans les rues ni sur les plateaux de télévision. Le fascisme est un processus historique d’un capitalisme en crise se militarisant et allant à la guerre. Telle est la conception de la Gauche historique qui vise, par conséquent, à assumer la politique, l’idéologie, la culture, bref la conscience. Ce n’est pas le spontanéisme, ce n’est pas la précipitation, ce n’est pas le spectaculaire.

On notera d’ailleurs que Cyril Hanouna a mis en place en 2010 la société H2O Productions, qui les deux premières années appartenait majoritairement à Havas. Havas est alors une filiale du groupe Bolloré. C’est d’ailleurs le groupe Bolloré qui possédait la chaîne C8. Celle-ci est vendue à Canal +, mais Canal + est vendu à Vivendi, dont le principal actionnaire est… Vincent Bolloré.

Vincent Bolloré qui possède donc CNews qui est la chaîne d’informations qui est un des très grands vecteurs de l’extrême-Droite, qui a propulsé Eric Zemmour.

Ce qui fait pour résumer qu’on est censé avoir de « l’antifascisme » mis en avant dans une des pires émissions mondiales de la stupidité et du racolage, sur une chaîne appartenant à Vincent Bolloré, milliardaire propulsant les idées d’extrême-Droite et Eric Zemmour !

Il va de soi que cela ne tient pas une seule seconde, ni intellectuellement, ni culturellement, ni idéologiquement, ni politiquement. Ce qui montre que l’action antifasciste ne peut se fonder que sur la conscience politique et viser la conscience politique, afin de ne pas se faire piéger. Et cette conscience politique ne peut se fonder que sur la Gauche historique, pour qui le fascisme c’est le capitalisme en crise pressurisant les travailleurs et cherchant en la guerre un moyen de s’en sortir.

Articles recommandés