Catégories
Société

Les fichiers clients du capitalisme sont statistiques

Le capitalisme n’a pas besoin de personnaliser, mais d’individualiser.

L’entreprise Camaïeu s’est retrouvée en faillite fin septembre 2022, fermant 511 magasins et licenciant 2111 personnes. Le processus de liquidation devait voir la vente de son fichier clients. On parle ici de 3,8 millions de clients, sur les 12 derniers mois.

Comment un tel chiffre, un tel nombre de clients, permet de se retrouver en faillite, c’est une autre histoire. Mais donc, le fichier devant être vendu n’a pas pu l’être début décembre 2022, avec le logo, le nom etc.

Finalement, il a été enlevé de la vente. La Commission nationale informatique et liberté (CNIL) a en effet expliqué qu’il fallait le consentement de chaque personne ayant donné ses informations.

Il est important de comprendre pourquoi une telle vente a pu être stoppée, et pourquoi ça ne change rien au principe.

Il est bien connu que les grandes entreprises récupèrent le maximum de données sur leurs clients. De nombreux outils gratuits qu’on trouve sur internet, comme le moteur de recherche Google, retiennent les informations ou du moins des informations.

Pareillement lorsqu’on fait un achat et qu’on fournit ses coordonnées, un profil est établi. Quand on rentre dans un magasin, il y a également des données du téléphone qui peuvent être utilisées.

Tout cela est stocké et utilisé. Les grandes entreprises raffolent de ces données, qu’elles cherchent à collecter au maximum. De manière légale, tant qu’à faire. Mais on se doute, à moins de croire en la candeur des capitalistes et au caractère incorruptible de la société capitaliste, que sous le manteau des fichiers circulent.

Rien de neuf sous le soleil et la plupart des gens s’en moquent, une minorité trouvant ça cependant très désagréable et cherchant à l’éviter le plus possible. Cela tourne également à l’obsession dans une frange petite-bourgeoise détestant le « contrôle » et le principe même de société organisée, ou d’État.

Il est toutefois quelque chose d’essentiel à comprendre, et qui est expliqué dans l’article Google, Facebook, Youtube, Instagram: la civilisation chaîne de Markov.

Les données personnelles sont recueillies, parce qu’une personne concrète les donne, plus exactement les fournit légalement.

Mais ces données deviennent ensuite individuelles pour les statistiques. Les noms et adresses peuvent disparaître, cela ne change rien. Ce que les grandes entreprises veulent, c’est une lecture des processus des choix effectués.

Si les données permettent de savoir que tant de personnes d’un macbook surfant entre 19h et 21h préfèrent acheter un pot de fleurs beige plutôt que bleu ou jaune, c’est parfait. Il n’est pas besoin d’en savoir plus.

C’est pour cela que juridiquement il y a plein d’obstacles à la rétention d’informations personnelles, mais qu’une vaste quantité d’informations individuelles circule avec l’utilisation des téléphones portables, ainsi que des ordinateurs et des tablettes.

Qualitativement les entreprises ne connaissent pas les personnes, si l’on veut, par contre elles ont une masse d’informations formant une quantité leur permettant une activité commerciale de haute intensité.

Voilà pourquoi la CNIL peut stopper la vente d’un fichier client. Cela n’empêchera pas le capitalisme de dormir!