Catégories
Société

Restaurants clandestins à Paris: on veut les noms et la guillotine

C’était un secret de polichinelle, mais la chaîne M6 a mis les pieds dans le plat avec un reportage en caméra cachée. Il y a en pleine crise sanitaire des restaurants clandestins de luxe ainsi que de nombreuses soirées privées pour le « tout Paris », et il se dit même que des ministres y participent. Il va falloir que des noms sortent et que des têtes tombent rapidement, car le scandale est explosif dans un pays à bout de nerfs, traumatisé par un an de crise sanitaire et des nouvelles mesures de restrictions…

Le reportage de M6 info est un véritable pavé dans la mare. Du champagne, du caviar, des menus à plusieurs centaines d’euros dans des hôtels privés parisiens où tout le monde se fait la bise en pleine crise sanitaire, puis un farfelu amoral qui explique ne pas voir le problème, arguant même de croiser régulièrement des ministres !

Voilà une belle caricature, pourtant bien réelle. Et alors que les Français subissent depuis un an l’inconsistance du gouvernement et du chef de l’État face à l’épidémie de Covid-19, la pilule ne passe pas, ne peut pas passer.

La ministre « de la citoyenneté » Marlène Schiappa a également commis une grosse bourde en expliquant à la télévision simplement que si des ministres ou des députés étaient concernés, ils devraient avoir des amendes. Sa légèreté aurait pu lui coûter cher immédiatement ; heureusement pour elle, un auditeur a posé la question de la démission et elle a dû acquiescer.

C’est en effet la moindre des choses, et une démission ne serait d’ailleurs qu’un préalable à un procès retentissant. On ne parle pas ici de simples écarts, mais d’une atteinte très grave à l’ordre public et à la collectivité, par des personnes en ayant la responsabilité.

La cassure entre le gouvernement et le peuple est littéralement cristallisé. Et le procureur de Paris Rémy Heitz a été contraint d’ouvrir une enquête pénale dimanche 4 avril, confiée à la BRDP (Brigade de Répression de la Délinquance aux Personnes) pour les chefs de mise en danger de la vie d’autrui et travail dissimulé.

L’organisateur de la soirée filmée par M6 a été rapidement identifié par de nombreuses personnes comme étant Pierre-Jean Chalançon. Le reportage est lui-même explicite en parlant d’un « collectionneur renommé » puis en montrant un tableau de Napoléon, alors qu’il est un collectionneur fanatique de Napoléon et que sa résidence le Palais Vivienne est facilement reconnaissable sur les images.

D’ailleurs, l’impunité est telle dans le milieu des mondanités parisiennes que tout ça était affiché publiquement sur Instagram, de la part du chef Christophe Leroy conviant au Palais Vivienne avec une photo de Pierre-Jean Chalançon !

Mais ce n’est pas tout. Voici une vidéo récente, datant du 1er février 2021, pour se rendre compte de qui on a à faire :

C’est bien sûr imbuvable, mais tellement typique de la grande bourgeoisie parisienne (y compris de nombreuses personnalités politiques) qui adore littéralement ce genre d’hurluberlu. Mais surtout, Pierre-Jean Chalançon y explique avec la plus grande quiétude qu’il organise à partir de la semaine suivante un « club des gastronomes », pour faire venir « tout ce qui est made in France », qu’il recevra deux fois par mois avec le chef Christophe Leroy aux fourneaux dans ce qui est donc un restaurant clandestin.

Il explique également beaucoup travailler avec Yves Jégot (ancien secrétaire d’État), régulièrement reçut à l’Élysée. Il explique avoir « beaucoup d’amis au gouvernement », bien connaître Jean-Baptiste Lemoyne (Secrétaire d’État chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie), Franck Riester (Ministre du Commerce extérieur et de l’Attractivité), Roselyne Bachelot (ministre de la Culture), avoir des amis « dans les ministères » à différents postes, par exemple chez Gabriel Attal, le porte parole du gouvernement.

Et Pierre-Jean Chalançon affirme dans la foulée que Attal doit « venir dîner prochainement » !

Ce monsieur affirme également avoir « pas mal de copains au Sénat et à l’Assemblée nationale », citant Florian Bachelier, un de ses « meilleurs amis », qui s’avère être le premier questeur de l’Assemblée nationale.

On a ensuite le droit à un étalage de son spectre amical dans le monde politique, avec Robert Hue, ancien premier secrétaire du PCF, qui aurait été le premier à lui envoyer ses vœux cette année, puis des figures de la droite comme Rachida Dati, Michèle Alliot-Marie. Il serait aussi très amis avec les cousins de François Hollande, qu’il connaît également.

Son spectre est tellement large qu’il va jusqu’à Jean-Marie Le Pen… chez qui il s’est rendu en juin 2020 à l’anniversaire. L’affaire avait fait scandale puisqu’il y posait, sans masque, au côté de… Dieudonné, antisémite notoire condamné à plusieurs reprises.

Suite à cette photo intolérable, il avait logiquement été exclu d’une émission sur France 2.

À propos de Jean-Marie Le Pen, Pierre-Jean Chalançon joue les candides, expliquant aller régulièrement à tous plein d’anniversaires et ne pas voir de mal à aller à celui-ci plutôt qu’un autre, ne pas se poser la question de qui pense quoi, etc.

C’est très bourgeois. Comme toute cette affaire. Et c’est exactement ce genre de choses que, dans l’Histoire populaire française, on déteste de la manière la plus complète. C’est de la même veine que le  « Eh bien ! Qu’il mange de la brioche » de Marie-Antoinette en 1789.

C’est exactement le genre d’anecdote historique qui donne son sens à toute une nouvelle séquence, une nouvelle époque pour les Français.

Catégories
Société

À Courchevel, les voitures remplacent les remontées mécaniques

La mise à l’arrêt prématuré en mars 2020, puis la perspective d’une « saison blanche » 2020-2021 rend fou de rage les magnats de l’or blanc. Il n’en faut peu pour que la moindre faille soit exploitée, témoin d’une déliquescence complète de la haute bourgeoisie.

S’il y a bien un fait illustrant toute la déliquescence de la haute bourgeoisie, c’est celui-là. Depuis ce samedi 6 février et jusqu’au 7 mars, à Courchevel la piste bleue de 2 km de Bellecôte est ouverte et accessible par voitures privées, taxis, et navettes d’hôtels…

Cette piste n’a pas été choisi au hasard puisqu’en plus d’être liée au village de Courchevel 1850, elle est reliée à l’altiport, avec donc une route bitumée qui part du village jusqu’à ce dernier.

Car oui, la station de ski savoyarde construite en 1946 sur une nature vierge, possède un aéroport d’altitude niché à plus de 2000 mètres, avec sa piste d’atterrissage de 80 mètres de large et 537 de long. À proximité, il y a même un hôtel-restaurant étoilés. Ainsi, donc la haute bourgeoisie hors sol peut continuer à skier en remplaçant une remontée mécanique par un chauffeur de taxi à leur service.

Pour les riches cosmopolites, tout doit être approprié, rien ne doit être un obstacle, et surtout pas les mesures sanitaires contre la pandémie de Covid-19. Tout du moins, il est possible de les éviter en se payant le luxe de quelques descentes grâce à l’enchainement d’un chauffeur de taxi à son service. Peut-on tomber plus bas ? Comment ne pas voir que cette couche sociale est totalement parasitaire et décadente ?

Mais si cette idée a émergé dans les promoteurs touristiques locaux, c’est que l’altiport est un business florissant, avec plusieurs milliers de départs et d’atterrissages d’hélicoptères et d’avions chaque année, en grande majorité l’hiver. Il est possible ainsi d’atterrir à Paris, Lyon, Chambéry, Genève et de se faire ensuite déposer directement à l’altiport. Certains y viennent même avec leur propre appareil privé, pour ne faire qu’une journée de ski et repartir le soir même…

C’est là que l’on voit que le ski n’est pour la bourgeoisie qu’un état d’esprit, un life style, bien loin de la dimension populaire sportive, avec ses exigences collectives.

Actuellement, malgré les restrictions sanitaires, si l’on veut pratiquer le ski, on peut toujours s’inscrire au club local pour lequel quelques téléskis sont autorisés à fonctionner. Mais cela signifie slalom, entraînement, bref un effort physique encadré et prolongé.

Et ce n’est sûrement pas ce que recherche la riche clientèle décadente, en mal de projections existentialistes sur un environnement qu’elle considère comme un « paysage », son paysage. Le domaine skiable est lui-même façonné ici ou là à cette image, avec ses longues pistes bleues, ses vastes pistes de transition, ce qui exige des terrassements mortifères pour refaçonner les pentes abruptes.

Un écosystème artificialisé selon les propres besoins de la bourgeoisie, avec des résidences dorées de toute part, des bars et des discothèques stupides… On y retrouve aussi des magasins de luxe avec des parkings chauffés, des galeries d’art contemporain, des proxénètes proposant des prostitués de « luxe », des dealers de cocaïne.

Tout cela forme une atmosphère de parasitisme anti-social, anti-moral. En janvier 2019, sur fond d’affaire de trafic de drogue, l’incendie d’un hôtel miteux, possédé par une riche famille de notables, qui n’était pas à jour des normes de sécurité causait la mort de deux de ces saisonniers

Cette affaire de piste de ski accessible par taxi est une énième illustration du pourrissement de cette haute bourgeoisie. Une couche sociale qu’il faut à tout prix mettre à l’écart de la société afin de la prémunir de sa décadence morale.

Catégories
Société

Le Monde part en défense des clubs «libertins»

La ligne éditoriale du Monde est subtile : d’un côté il y a un positionnement chrétien-démocrate, avec une mise en perspective discrète en faveur de la ligne catholique de gauche. De l’autre, il y a le libéralisme assumé dans les mœurs avec le soutien à toute la décadence des grands bourgeois parisiens.

Le quotidien Le Monde a publié un article plein de tristesse : « L’horizon n’est pas dégagé pour les clubs libertins ou les fêtes échangistes ». On reconnaît cette lyrique décadente propre à la bourgeoisie intellectuelle urbaine :

« La sociabilité sexuelle peut-elle survivre aux lenteurs du déconfinement ? La question mérite d’être posée. Car après les théâtres et les restaurants, après les grands festivals, il faudra encore se préoccuper du sort des discothèques, des saunas gays, des fêtes échangistes, des clubs libertins – ces lieux où l’on se touche, où l’on s’embrasse, et dont le rapprochement physique constitue la raison d’être (…).

Dans ces conditions, pourquoi ne pas retrouver de la fluidité sexuelle… en consommant directement en ligne ? En déportant nos ébats et orgies sur les plates-formes de vidéoconférence ? »

Suit un catalogue de sites « libertins » en ligne et l’appel à « donner de sa personne » à la réouverture de ces clubs pervers absolument typiques de la grande bourgeoisie. Ce qui est fou, c’est que cette dernière phrase aurait semblé normale à la Gauche en général des années 1905 au début des années 1980, alors qu’aujourd’hui, lessivée par le libéralisme, une bonne partie des gens de Gauche considéreraient que cela relève d’un point de vue de Droite !

Pour les libéraux s’imaginant de Gauche, il serait tout à fait normal de coucher avec n’importe qui, de considérer la fidélité comme un préjugé du passé, de voir en l’hétérosexualité une norme aliénante. Le capitalisme a réussi entièrement son entreprise idéologique auprès de tels gens.

Pour aider à remettre les points sur les i, voici une chanson de 1979 du groupe Trust. La chanson dénonce les mœurs décadentes de la discothèque Le Palace, haut lieu parisien ayant connu un apport de gens clairement alternatifs (Public Image Limited y enregistrera un album), mais au service de grands bourgeois décadents. La chanson de Trust dénonce avec vigueur la fascination pour cet environnement sordide.

« Très cher tu vas payer ta place
Pour montrer ton brushing tes badges et ton costard
Installe-toi bien là dans tes godasses
Danse, danse t’es au Palace
Regarde-toi dans la glace
T’es là tu frimes au Palace
Pour ce qui était du palais
Tu étais mieux crois-moi où tu étais
Bouche à sexe sexe à bouche
On te paie et toi salope tu te couches
Sur le dos là comme il faut
Fais gaffe dans ce boulot on devient vite parano
Univers de girls bidons
Pour des mâles qu’ont pas un rond
T’es qu’un zonard au rencard
Et le bouffon des couches-tard
Bouche à sexe sexe à bouche
On te paie et toi salope tu te couches
Sur le dos bien comme il faut
Fais gaffe dans ce boulot on devient vite syphillo
Dernière boîte à la mode
Où tu jouis à coups de gode
Finie la nuit fini ton rêve
L’autobus de St Denis te ramène vers Monoprix
Bouche à sexe sexe à bouche
On t’as payé et toi salope tu t’es couchée
T’étais sur le dos bien comme il faut
Dans ce genre d’endroit t’excelle tellement t’es disco …
Ta place tu l’as payée
Dans le Palace tu es entré
Comme les ringards tu as dansé … »
Catégories
Société

Affaire de la forêt de Retz: le président des chasseurs se cache derrière les notables

L’affaire de la forêt de Retz obligeait, à un moment ou à un autre, à ce que le dirigeant de la Fédération des Chasseurs s’exprime. Willy Schraen a choisi Valeurs Actuelles, la grande revue de la Droite la plus réactionnaire, prônant une alliance avec l’extrême-Droite. Il met bien entendu les veneurs hors de cause par définition, mais surtout il souligne que la tête de l’État est toujours à 100 % derrière les chasseurs. À l’arrière-plan, il y a la haute bourgeoisie.

Willy Schraen a répondu dans Valeurs Actuelles, car il savait qu’il devait bien dire quelque chose et que la plus importante des choses qu’il pouvait raconter, c’est que la mort d’une femme tuée par des chiens dans la forêt de Retz dans l’Aisne ne serait, finalement, qu’un fait-divers. La chasse est toujours un dispositif réactionnaire et l’affaire ne change rien : voilà en substance ce qu’il raconte.

Willy Schraen n’hésite pas à mouiller le Président de la République lui-même. À la question « Pensez-vous que cette polémique peut mettre en péril la chasse à courre ? Le Président Macron reste t-il l’ami des chasseurs ? », il répond :

« J’ai rencontré hier Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, qui m’a assuré de son soutien. Elle est parfaitement consciente que cette polémique est injustifiée. Quant au président Macron, nos rapports sont excellents. Nous bénéficions toujours de son écoute. La réforme de la chasse avance même si nous ne sommes pas d’accord sur tout ! Dans l’immédiat, nous voulons faire stopper les violences verbales et physiques, que ce soit de la part de Brigitte Bardot, Rémi Gaillard, de groupuscules ou tant d’autres associations. Je vous le dis : nous allons lancer une série de procédures judiciaires pour que cela cesse. »

C’est là de la politique très fine. Peu importe ce qui arrive, dit Willy Schraen, ce qui compte c’est qu’il y ait deux camps. La chasse est un vecteur offensif de la réaction et elle va le rester.

C’est tellement subtile que la question et la réponse ici citées ferment l’interview. C’est tellement subtile qu’au tout début, Willy Schraen souligne la chose suivante, pour mettre directement l’accent sur le poids de la chasse à courre :

« Il y a 18 000 chasses à courre par an en France. »

Ce nombre est très important, non pas eu égard la population française, mais par rapport à la haute bourgeoisie. Cela veut dire que cette dernière considère la chasse à courre comme une de ses valeurs. C’est donc intouchable.

Pour être le plus clair possible ici, prenons les propos de Pierre de Boisguilbert, ancien responsable de la Société de Vènerie. Parlant du fait qu’une personne soit tuée par des chiens de chasse à courre, il affirme :

« En cinq siècles ça n’est jamais arrivé. »

En réalité, on n’en sait rien du tout. Il y a une quantité effroyable de « faits-divers » liés à la chasse à courre, avec des animaux blessés ou tués chez les gens, des gens blessés même. Tués peut-être, qui sait, en cinq cent ans. Mais cela est totalement effacé des tablettes en raison de l’hégémonie réactionnaire. La chasse à courre est comme hors-sol de par l’importance sociale de ses participants. On est ici dans l’arrière-cour de la haute bourgeoisie.

L’enquête sur l’affaire de la forêt de Retz a dû même être confiée à un service d’Amiens, car participait à la chasse à courre possiblement incriminée un lieutenant-colonel de gendarmerie. La fonction de ce militaire décoré (médaillé de la Défense Nationale Or agrafe Gendarmerie, Chevalier de l’ordre national du mérite, titulaire de la médaille de la protection du Territoire National agrafe Harpie), c’est… de diriger la gendarmerie de toute l’Aisne.

On voit ici la puissance des notables. L’armée et la haute bourgeoisie forment ici des bastions imprenables, à moins de les briser. Cette affaire de la forêt de Retz a des proportions concrètement immenses de par les forces concernées par l’enquête.