« Qui menace la paix en Ukraine ? » Pas la Russie ?

Un exemple de propagande pro-russe.

Jusqu’à présent, le silence a été complet à Gauche et à l’extrême-Gauche concernant la question ukrainienne. Il va de soi qu’il faudra bien prendre position à un moment donné, lorsque les événements se précipiteront. Néanmoins, il est déjà criminel de ne pas avoir mené une campagne de fond à ce sujet, car l’enjeu est immense. Arriver lorsque tout est déjà en cours, pour distribuer les bons et les mauvais points, ce n’est pas faire de la politique. Agauche.org joue ici un rôle exemplaire, nécessaire et essentiel. Il est bon de le souligner.

Et il est bon de savoir ce que pensent à ce sujet les gens qui, hier, se tournaient vers l’URSS et en sont, en un sens, encore orphelins aujourd’hui. Car il faut bien voir qu’il existe une conception politique se revendiquant du socialisme et convergeant avec la Russie, et d’ailleurs avec la Chine, dans la mouvance du Parti Communiste Français pris au sens le plus large possible. La Chine est de manière systématique présentée comme un contre-modèle, y compris dans la revue du PCF Cause commune destinée aux cadres. La Russie est présentée comme une sorte d’entité flottante ayant une nature anti-impérialiste en soi.

Et on a un premier exemple de ce qui va être désormais de plus en plus exprimé par ce camp, avec sur Initiative Communiste, le site du Pôle de Renaissance Communiste en France, l’article intitulé Qui menace la paix en Ukraine ? publié le 28 janvier 2022. Il faut y porter son attention.

Car qu’Eric Zemmour soit ouvertement pro-Russie, c’est dans l’ordre des choses. Il veut une France faisant cavalier seul et pratiquant le « réalisme ». C’est un réactionnaire et il l’assume. La Russie est ici un allié possible pour les opérations françaises (et inversement). Cependant, on peut voir ici qu’il y a malheureusement des gens se disant de gauche et se contentant, par incompréhension de la nature dialectique des choses, par esprit unilatéral… d’opposer abstraitement les choses. Ce qui donne : si l’OTAN est mauvaise, alors Poutine est bon. Si l’armée française est mauvaise, alors un putsch militaire au Mali est bon. Et ainsi de suite. C’est stupide, aberrant, atroce.

L’article publié sur Initiative Communiste est ici exemplaire en ce sens que, dans son élan, il assimile la Russie d’aujourd’hui à l’URSS ! Cela serait une pauvre victime d’une propagande mensongère ! C’est dire tout de même où mène une pensée unilatérale. Quoiqu’on pense de l’URSS des années 1970-1980 – qu’elle soit socialiste (pour le PCF) ou social-impérialiste (pour les maoïstes) ou capitaliste d’État (pour certains trotskystes et les anarchistes) ou État ouvrier dégénéré (pour d’autres trotskystes), etc. – quel rapport avec la Russie des oligarques du début des années 2020?

Est-il si difficile de dire que cet État a des visées hégémoniques, qu’il ne cache d’ailleurs même pas lorsque Vladimir Poutine dit que l’Ukraine n’existe pas? Car Vladimir Poutine dit tout de même franchement que l’Ukraine est une invention bolchevique. Les gens du Pôle de Renaissance Communiste en France ne peuvent pas ne pas le savoir s’il s’intéressent à la question. Comme ils se revendiquent de Lénine, ils devraient sauter au plafond et dire que l’Ukraine est une nation, que Vladimir Poutine n’est qu’un nationaliste grand-russe, que l’URSS a eu raison de reconnaître pleinement la nation ukrainienne, d’y généraliser la langue ukrainienne, etc. Mais ils ne le font pas.

Au lieu de cela, il faudrait selon eux rire de l’accusation comme quoi la Russie voudrait envahir l’Ukraine. Pas certain que cela fasse rire les Ukrainiens de voir comme en ce moment… la grande majorité des troupes russes à ses frontières immédiates, avec désormais aussi tout le matériel nécessaire à l’action telles les installations médicales et les banques de sang…

« Pour les obsédés de l’ogre moscovite, la Russie a tous les torts. Elle ne se contente pas de menacer l’Ukraine en massant ses blindés à ses frontières, elle veut aussi installer à Kiev un pouvoir pro-russe (…).

Prétendre que Moscou prépare la guerre pour assouvir ses appétits territoriaux aux dépens de ses voisins mériterait un éclat de rire s’il ne s’agissait d’une crise internationale sérieuse au cours de laquelle, une fois de plus, le bellicisme de Washington tente d’enrayer le déclin irrésistible d’un Occident vassalisé. »

Comment peut-on dire que Moscou ne prépare pas la guerre ? Il faudrait que le pays soit socialiste pour ne pas le faire ? Ou alors il y a des pays non socialistes qui ne préparent pas la guerre ? Mais alors en vertu de quoi ?

Il n’y a rien qui puisse flotter au-dessus de la réalité. Soit un pays est capitaliste, soit il ne l’est pas. Et si on en arrive à nier la volonté assumée par la Russie elle-même de nier le caractère national de l’Ukraine et de la satelliser, c’est qu’il y a un vrai problème de fond dans l’analyse. Cela mène dans un cul-de-sac ou à se retrouver dans le mauvais camp. La seule orientation correcte, comme dit en juillet 2021, c’est Ni Washington ni Pékin, mais les travailleurs, les animaux et la Gauche historique.

Articles recommandés