Catégories
Effondrement de la France

La base bobo du « Nouveau Front Populaire »

L’ADN de la petite-bourgeoisie des centres villes s’est de s’imposer comme protagoniste de l’Histoire alors même qu’elle n’est qu’une variable d’ajustement pour la bourgeoisie modernisatrice et son turbocapitalisme.

Cela se vérifie clairement avec le pseudo espoir véhiculé par le « Nouveau Front Populaire » qui trouve à s’exprimer dans un concours d’affiches récemment lancé. Sur le site « 24×36.art », un regroupement bohème souhaite mettre à disposition des affiches en soutien au « Nouveau Front Populaire » en se reposant sur les capacités de création individuelle des « artistes, graphistes, illustrateurs, photographes ou simples citoyens ».

Voici comment est présenté la démarche :

« L’esprit du Front Populaire repose sur la solidarité, la justice sociale et la lutte contre le changement climatique.

C’est un mouvement de rassemblement et d’espoir visant à construire une société plus juste, plus humaine et plus écologique.

Nous, artistes, graphistes, illustrateurs, photographes ou simples citoyens, sommes convaincus qu’il est impératif d’accompagner avec joie et optimisme la grande révolution sociale et environnementale qui se présente à nous. »

Que ces propos sont niais, en plus d’être doublés d’un effacement de l’histoire de la lutte des classes ! C’est véritablement le triomphe de l’idéologie « macdo », c’est-à-dire le néant civilisationnel sur fond de consécration de l’ensemble des identités proposées par la société de consommation développée. Avec des mesurettes n’ayant même pas d’envergure social-démocrate réformiste au sens historique, la gauche caviar bobo s’auto-intoxique d’une manière dérisoire.

Heureusement, cela est intenable. Car la seule réalité qui vaille, c’est celle de la lutte des classes. Et de ce point de vue, on est à mille lieues de l’héritage du front populaire historique, de son universalisme lié à la lutte des classes.

Tout le côté simpliste et sans envergures des affiches tranche avec la réalité historique de la séquence 1934-1936. Car le Front Populaire historique a débuté dès le soir du 6 février 1934, par des affrontements violents dans la rue entre les communistes et l’extrême-Droite. De la même manière, la victoire de la coalition en mai 1936 avait débouché sur une vague de grèves et d’occupation massives dans les entreprises, reflet d’une conscientisation venue de loin grâce à l’implication ardente de milliers de militants !

Mais voilà les réalités telle que la classe ouvrière, la lutte des classes, la bourgeoisie, le capitalisme, le militarisme, etc., sont des choses étrangères à ce regroupement faisant un hold-up sur le front populaire historique.

Un hold-up d’autant plus frappant que sa base sociale a compris, au moins inconsciemment, que le score du RN était un message envoyé à leur encontre et tout son délire « progressiste » LGBT-Cannabis-Migrant-Palestine. Dans ces affiches, on lit vraiment l’affrontement entre la bourgeoisie modernisatrice qui vit l' »happycratie » des grandes villes contre l’aigreur revancharde des zones populaires…

Car malheureusement les couches populaires pro-RN ne le font pas avec un engagement actif pour l’émancipation mais en se réfugiant dans le populisme conservateur. Car face à la niaiserie bobo, les zones populaires pro-RN n’ont rien à proposer de manière positive et démocratique pour être productif sur le plan de la lutte des classes et de la résolution des contradictions en cours.

Mais avec le recul historique, on ne peut que constater le double rôle joué par la gauche bobo : d’un côté, ils déforment l’histoire et n’aide en rien à la prise de conscience de l’ampleur de la crise générale du capitalisme, mais d’un autre côté, par la diffusion de leurs chimères anti-prolétariennes, elle participe, bien que de manière négative et passive, à la reconstruction d’une conscience de classe prolétarienne.

Une recomposition lente, sinueuse, qui ne manquera pas de s’accélérer sur le poids de la 3e guerre de repartage impérialiste.

Catégories
Rapport entre les classes

Mélenchon contre Blum

Jean-Luc Mélenchon n’est, pour agauche.org, plus une figure de gauche depuis bien longtemps. C’est un populiste, qui est sorti du cadre de la Gauche historique fut-elle réformiste.

Et il a tenu des propos sur Léon Blum qui en disent long sur son rejet des concepts fondamentaux de la Gauche historique. Il a en effet considéré que Léon Blum… n’avait pas d’envergure historique !

C’est là exemplaire de la question du rapport qu’il faut avoir – à la classe, ou bien à l’État bourgeois. Comment faut-il comprendre le rapport entre le prolétariat et la bourgeoisie, entre le nouveau et l’ancien ?

Voici les propos de Jean-Luc Mélenchon, tenus lors d’une interview à 20 minutes le 15 juin 2024.

« Aujourd’hui, vous ne faites plus « consensus », n’est-ce pas la preuve d’un changement du rapport de force ?

La stratégie politique des insoumis c’est l’union générale et le programme des ruptures avec le système. En douze ans, c’est devenu celle de toute la gauche. Donc là, pour moi, carton plein avec cet accord.

Matignon n’est pas un sujet existentiel. Je ne suis pas en train de construire une carrière. Les insoumis ont produit des dirigeants capables.

Quand Léon Blum devient chef du gouvernement en 1936, il n’est pas au niveau de Manuel Bompard, ni de Mathilde Panot ou de Clémence Guetté, il était critique d’art et dirigeant marxiste du Parti socialiste. »

C’est très clair : selon Jean-Luc Mélenchon, être un « dirigeant marxiste du Parti socialiste » ne fournit pas un niveau qualitatif pour gouverner qui soit le plus haut possible. Bien au contraire, même, puisqu’on a des figures « politiques » opportunistes qui seraient bien mieux qualifiées.

Qui sont en effet Manuel Bompard, Mathilde Panot et Clémence Guetté ?

Manuel Bompard est quelqu’un qui a fait  une thèse de mathématiques appliquées en aéronautique, monté une start-up. En 2009, il rejoint le Parti de Gauche, et l’année d’après il en devient le secrétaire national ! Il devient ensuite un cadre de La France insoumise, surtout pour les élections.

Mathilde Panot a un master en relations internationales à Sciences Po, avant de devenir cadre dans le mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Clémence Guetté a un master de sociologie politique à Sciences Po, avant pareillement de devenir une cadre de Jean-Luc Mélenchon.

Les trois sont nés respectivement en 1986, 1989, 1991. Ce sont des cadres classiques des mouvements électoralistes, qui après avoir fait des études participent comme organisateurs, sont élus.

Et Léon Blum ne serait « pas au niveau » de tels opportunistes, sans caractère ni profondeur ?

Rien que l’âge, déjà. Léon Blum, en 1936, était bien plus âgé puisque né en 1872. En soi, cela ne suffit pas à expliquer un meilleur niveau, sauf qu’il a d’ailleurs lui une intense activité.

Il a eu un vrai parcours institutionnel, puisqu’il a été chef de cabinet du socialiste Marcel Sembat, ministre des Travaux publics, de 1914 à 1916, commissaire du gouvernement à plusieurs reprises.

Il est surtout, c’est cela qui compte pour nous, le chef de file des socialistes, organisés dans la Section Française de l’Internationale Ouvrière. Depuis 1920, c’est un dirigeant ouvrier, organisant, écrivant – et effectivement, c’est un littéraire de formation.

Léon Blum au congrès socialiste de 1932

Léon Blum a à ce titre mené deux combats fondamentaux. Tout d’abord, il est en première ligne pour dénoncer les « néo-socialistes », qui sont une fraction des socialistes qui devient fasciste. Ensuite, il soutient le Front populaire dont il devient une figure.

Et donc, Léon Blum, qui a bataillé politiquement pour le Socialisme, avec un très haut niveau idéologique, depuis 1920 dans la classe ouvrière, vaudrait moins que des aventuriers de la politique bourgeoise en 2024 ?

Jean-Luc Mélenchon ne peut pas ne pas savoir tout cela. Et pourtant, il prétend que ses cadres seraient mieux. « Quand Léon Blum devient chef du gouvernement en 1936, il n’est pas au niveau de Manuel Bompard, ni de Mathilde Panot ou de Clémence Guetté. » Comment, pourquoi ?

Parce qu’il considère que le populisme vaut, finalement, mieux que la Gauche historique. Même une expérience de masse d’une envergure formidable comme le Front populaire ne vaut pas, pour lui, la politique « immédiate », la démarche populiste. C’est un signe de démesure que de voir les choses ainsi, mais il en va ainsi de l’opportunisme qu’il se croit réellement avoir une signification.

Comme la bourgeoisie aide cet opportunisme, forcément, les opportunistes se sentent pousser des ailes. Historiquement, pourtant, le Socialisme balaie tout cela ! Le prolétariat porte le nouveau, qui s’allie sur la bourgeoisie bascule dans l’ancien ! Au-delà des détours, la Gauche historique l’emportera !

Catégories
Effondrement de la France

La tromperie du « nouveau » front populaire

Tout comme l’avait déjà été la NUPES du printemps 2022, constituée à la hâte, le « Nouveau Front Populaire » est un accord réalisé par en haut, où s’agrège dans un melting-pot revendications syndicales, forces associatives et partis politiques n’ayant plus aucune consistance sociale et populaire.

Ces points de programme suffisent à démontrer le caractère democrat à l’américaine de cette coalition. On est dans le style LGBT à 100 % rien que sur le plan de la forme avec cette coalition colorée de type melting-pot des identités politiques possibles. Au-delà d’être très niais, c’est révélateur du caractère opportuniste d’une coalition « mac do » où chacun peut venir comme il est.

Sur le fond, il suffit de constater qu’il n’y a aucun point concernant des nationalisations de grandes entreprises, au cœur pourtant de l’union de gauche ayant portée François Mitterrand au pouvoir en mai 1981. C’est du pur populisme gestionnaire dans lequel il est avancé quelques mesurettes syndicales et le retour d’impôts « sociaux », sans aucune perspective, même réformiste, de remise en cause du capitalisme.

On est bien loin, très loin, de l’héritage du Front Populaire de 1934-1936 qui relève du patrimoine de la Gauche historique, et dans laquelle l’élection de Mitterrand en 1981 puisait une certaine filiation. Mais ce qui en fait une expression la plus patente de democrat à la française c’est le soutien absolu à la « construction européenne », « à l’Europe de la défense » ainsi qu’au soutien militaire au régime ukrainien.

On est là dans une fausse gauche qui accepte entièrement la soumission à la superpuissance américaine, sans aucune critique ni opposition à la tendance à la guerre.

Quelle escroquerie par rapport à la dynamique de 1934-1936 qui naissait de l’opposition au coup d’état fasciste de février 1934 sur fond de prise de pouvoir des fascistes en Italie, Allemagne et en Autriche et le retour de la guerre et du militarisme. L’alliance socialiste-communiste dans la rue en 1934, prélude à l’alliance électorale en 1935, relevait d’une compréhension que le retour de la guerre ne pouvait qu’amplifier la crise sociale et économique issue du Krach de 1929.

Le « Nouveau Front Populaire » apparaît comme l’espace de défense de la bourgeoisie modernisatrice agrégeant autour d’elle la petite-bourgeoisie et une partie des sous-prolétaires urbains. À cet égard, il est logique de le considérer comme probable héritier d’Emmanuel Macron, puisque seuls quelques mesures syndicales et fiscales les séparent, quand l’encadrement du turbocapitalisme et la soumission aux États-Unis les réunissent.

L’opposition politique qui prend forme pour les élections législatives anticipées est donc viciée, elle relève d’une illusion générée par un capitalisme français en crise et qui se précipite au nom des États-Unis dans la guerre à la Russie pour se relancer. Pour chaque camp, l’objectif est de maintenir ce cadre afin d’éviter le retour de la lutte des classes.

Vive la Gauche historique opposée à la 3e guerre de repartage impérialiste, seule perspective antagoniste au capitalisme français moribond !

Catégories
Politique

Lutter contre l’extrême-Droite oui, mais donc contre le fascisme

Qui n’associe pas l’extrême-Droite au fascisme est condamné au libéralisme et à la défaite.

L’appel pour les libertés du 4 mai et celui pour le rassemblement contre l’extrême-Droite le 12 juin posent un énorme problème. En effet, qu’y apprend-on? L’appel du 4 mai est formel : l’extrême-Droite, ce serait le recul des libertés, le racisme et des mesures anti-sociales. Autrement dit, il n’y a aucune dimension antifasciste dans cet appel. L’extrême-Droite, ce serait les « fachos », et les « fachos » ce serait ceux qui empêchent les gens de faire ce qu’ils veulent. C’est exactement la même définition de l’extrême-Droite que les libéraux.

L’appel au rassemblement du 12 juin reprend exactement cette approche, dénonçant même une « société autoritaire de surveillance et de contrôle », c’est-à-dire assument entièrement de se positionner sur une ligne libérale. Cela n’a strictement rien à voir avec les valeurs de la Gauche historique.

Il suffit, pour s’en prouver, de regarder le programme du Front populaire. La question de la guerre y est omniprésente et quand il est parlé de libertés, non seulement elles sont précisées de manière concrète, mais elles sont mises en perspective avec l’affirmation d’une société nouvelle, se confrontant aux classes dominantes.

L’appel du 4 mai est donc creux et celui pour le rassemblement du 12 juin n’a aucune perspective. C’est à soutenir, mais sans illusion : l’échec est obligé.

On arguera que l’initiative des 4 mai et 12 juin ne vise pas à former un Front populaire. On répondra à cela que le Front populaire a fait ses preuves. Et, même en admettant que ce n’est pas ce qu’il faut faire, il faut au moins reconnaître que ce n’est pas en pleurnichant qu’on combattra l’extrême-Droite. Il faut un programme, des valeurs positives. Pas simplement dire que l’extrême-Droite est méchante, en réduisant les thèmes à quelques questions sociétales, sans comprendre que c’est la lutte des classes : la Gauche veut écraser la Droite, et inversement, et c’est normal.

Par exemple, l’extrême-Droite fait le forcing sur la question animale. Il ne suffit pas de dénoncer cette démagogie : il faut faire mieux, être là à la base pour aider les animaux. Cela devrait être normal d’ailleurs pour toute personne de Gauche. Si on ne le fait pas, effectivement on se fait déborder. Mais cela les libéraux ne le comprennent pas : ce n’est pas le contenu qui les intéresse, mais les libertés formelles.

En fait cette critique n’est même pas assez dure, tellement ces appels relèvent du bricolage, suintant le désespoir. Il n’y a pas d’idées, pas de valeurs, encore moins de romantisme. C’est plat, cela ne fait pas rêver et on ne dirait même pas qu’il y a une crise directement mondiale comme l’humanité n’en a jamais connu jusque-là.

Cela montre de manière terrible comment en fait la Gauche française est totalement sous la coupe des petits-bourgeois, voire des bourgeois. C’est mesquin, sans ambition, étroit d’esprit, pragmatique… Personne dans le peuple ne peut adhérer à une telle chose.

Catégories
Guerre

Marine Le Pen candidate en 2022: lui barrer la route coûte que coûte

Le 16 janvier, Marine Le Pen a annoncé qu’elle sera candidate aux élections présidentielles de 2022. Il faut l’unité de la Gauche dès le premier tour et quoi qu’il arrive, il faudra empêcher l’accession d’une figure d’extrême-droite au poste de Président.

Marine Le Pen a confirmé à Nanterre, dans les locaux du Rassemblement national, qu’elle sera candidate à la Présidentielle de 2022, confirmant des propos tenus en octobre 2019. Le moment choisi est idéal évidemment à ses yeux puisqu’elle a dénoncé les syndicats réformistes et s’est placée contre la réforme des retraites. Comme aux municipales un bon score est déjà prévu, elle se présente comme la véritable figure de l’opposition.

Si, en plus, l’ouverture à la Droite fonctionne, alors il y a effectivement les moyens de réussir pour elle. Il suffira de proposer un pacte gouvernemental en intégrant diverses figures, telle Marion Maréchal, pour asseoir une base suffisamment large.

Il n’y a donc pas le choix. Il faut un candidat unique de la Gauche dès le premier tour de la présidentielle. Il faut s’opposer dans tous les cas au second tour à Marine Le Pen, si elle y parvient.

Il est courant d’entendre des gens dire avoir voté pour Emmanuel Macron pour contrer Marine Le Pen, mais qu’ils ne le referont pas. C’est là totalement erroné, car c’est oublier ce qu’est le Fascisme. Évidemment, il y a l’ultra-gauche pour qui la France est déjà un État policier, une dictature. Mais si on connaît l’Histoire, on sait que c’est n’importe quoi et que le Fascisme c’est totalement autre chose qu’un régime autoritaire bourgeois classique.

Qui plus est, les gens ne comprennent pas qu’avec une posture de dégoût, ils tombent dans la démagogie du Fascisme justement, qui vise à rejeter la politique comme quelque chose de dégoûtant, corrompu, etc. Pour dire les choses plus simplement, une lecture anarchiste des choses, anti-politique, contribue aux tendances anti-démocratiques représentées par le Fascisme.

Le constat est simple. Il faut sauver les principes démocratiques et cela n’est pas possible si la démagogie de l’extrême-Droite l’emporte. Il faut donc rassembler les efforts coûte que coûte et il est évident qu’une Gauche non unie au premier tour n’accédera pas au second tour. Il ne s’agit pas de penser que le régime présidentiel de la Ve République est démocratique – il ne l’est pas. Il s’agit d’empêcher l’extrême-Droite de réaliser un saut qualitatif.

Et si jamais la Gauche ne parvient pas au second tour, il faudra voter même pour Emmanuel Macron, là encore pour bloquer la route à l’extrême-Droite. Il y aura bien sûr les « ultras » pour dire que ce serait cautionner Emmanuel Macron et empêcher l’émergence d’une contestation à Gauche, mais en réalité le fond de cette posture, c’est la position de la terre brûlée. C’est l’idée qu’il faudrait que les gens connaissent le pire pour réagir. C’est du suicide.

Nous ne sommes pas à la veille de la révolution ou d’un basculement à Gauche. Qui le dit ment et ne peut mentir que sciemment, car il est frappant que le niveau de conscience populaire est faible, que le nombre d’activistes de gauche est misérable, que l’individualisme règne, que le nationalisme imprègne les valeurs.

Ce que nous risquons, c’est le basculement dans l’hégémonie d’une figure à la Donald Trump, Boris Johnson, Jair Bolsonaro, Vladimir Poutine, Xi Jinping, Recep Tayyip Erdoğan, Rodrigo Duterte.

Ce serait amener la France sur le terrain des va-t-en guerre ouverts, de l’aventurisme militaro-expansionniste ouvert.

Catégories
Politique

François Hollande lit bien le défi de 2022

Comme l’ensemble des cadres socialistes historiques, François Hollande est un analyste très fin des situations et des enjeux, même si certains reprocheront à tous ces gens de ne finalement pas croire en grand-chose. Ses propos sur le défi que représente 2022 sont pour cette raison empreints de sagacité. Le constat est simple : ou il y a un renouveau par en bas de la Gauche formant un camp bien déterminé, ou l’extrême-Droite se profilera comme alternative à un Emmanuel Macron trop décrédibilisé pour former un rempart à celle-ci.

François Hollande a-t-il lu l’article d’avant-hier « Mouvement de décembre 2019: les Français ne veulent pas le changement », pour dire la même chose hier sur France Inter ? Il n’en avait, il est vrai, nul besoin, puisque du point de vue toute personne rationnelle à Gauche, la situation est très claire.

Et cette situation, c’est celle d’une « gauche de la gauche » populiste et velléitaire, sans crédibilité, avec un Emmanuel Macron qui ne pourra clairement plus servir de barrage à l’extrême-Droite tellement il est décrédibilisé. Conséquence : il faut l’unité de la Gauche, ou bien c’est le drame.

François Hollande a exprimé son point de vue en les termes suivants, bien choisis et disposés de manière très intelligente.

Première thèse : un mouvement nouveau d’unité est inévitable. Il va y avoir un mouvement de fond. En cela, François Hollande exprime parfaitement le point de vue de la Gauche.

« En 2022 il va y avoir une élection présidentielle et des élections législatives, il faudra une figure. Il va falloir qu’il se passe quelque chose, pas seulement une incarnation physique, mais aussi une mobilisation citoyenne, un parti, un mouvement, il faut une force qui surgisse à partir de ce qui existe déjà et qui puisse faire entendre la voix de l’espérance. »

La responsabilité de chacun est nécessaire. Tout le monde doit contribuer et se plier à la discipline de l’unité de par le défi historique. On peut évidemment considérer que François Hollande a des arrières-pensées électorales. Cependant, résumer ses propos à cela serait fondamentalement réducteur, pour ne pas dire même la dernière chose à faire.

« J’y contribuerais si c’est nécessaire, je ne vais pas moi-même m’imposer, je ne vais pas moi-même considérer que je suis une solution quand certains pensent que j’ai été un problème, je veux être un contributeur – parmi d’autres – parce que c’est nécessaire, sinon le risque c’est quand même une alternative d’extrême droite. »

Enfin, le populisme de gauche ne peut aucunement réussir, le nationalisme le battant par définition. Il faut donc que le centre de gravité soit le réformisme. Ce point de vue correspond à toute la philosophie de François Hollande concernant l’impossibilité, selon lui, d’avoir une Gauche majoritaire en France.

Il l’a exprimé dans Un président ne devrait pas dire ça…, ainsi que dans les trois chapitres ajoutés à l’occasion de la parution en version poche de son livre Les leçons du pouvoir, en avril de cette année.

« C’est très intéressant ce qu’il s’est passé au Royaume-UniJeremy Corbyn fait le programme le plus à gauche qui soit depuis les années 1950 pour le parti travailliste et il perd dans toutes les circonscriptions ouvrières.

Cela veut dire que le nationalisme, le souverainisme, sont plus forts que le gauchisme, que le gauchisme n’a aucune chance face au nationalisme.

C’est la crédibilité qui a une chance, c’est le réformisme, c’est l’idée que si Jeremy Corbyn avait fait campagne pour le maintien, il avait une chance, mais en faisant campagne sur l’ambiguïté et le gauchisme, ce sont finalement les conservateurs les plus à droite qui ont gagné. La sociale-démocratie renouvelée, elle, a une chance. »

Le souci dans ces derniers propos est qu’on voit mal en quoi un pôle réformiste se distinguerait d’Emmanuel Macron. François Hollande a d’ailleurs considéré comme nécessaire de tenir les propos suivants, qui feront suffoquer beaucoup de gens à Gauche :

« S’il y a une victime [d’Emmanuel Macron], la première, c’est moi. J’en ai payé suffisamment le prix y compris en n’étant pas candidat à l’élection. Mais c’est vrai qu’il y a eu cette dissidence et il a utilisé la position qui était la sienne pour faire valoir ses positions, ses idées, sa campagne présidentielle. »

La sagacité de François Hollande montre que, qu’on le veuille ou non, on ne coupe pas aux socialistes. On peut leur reprocher de ne pas être suffisamment à Gauche, ni même clairement de gauche. Mais quand on voit La France Insoumise et son populisme toujours plus incohérent, il est évident que cela ne donne aucune perspective. Avec l’extrême-Droite comme défi, on ne peut pas non plus se contenter du luxe d’attendre un prochain cycle historique…

On peut regretter cette situation et œuvrer à une Gauche revenue à ses fondamentaux historiques. Mais cela ne doit jamais faire oublier le réalisme nécessaire et le sens des responsabilités.

Catégories
Politique

Nantes: la CGT a obtenu l’annulation de la venue de Laurent Obertone à la Maison des syndicats

Laurent Obertone a entamé une tournée de dédicace dans le cadre de son dernier roman, en tête des ventes sur Amazon. Dans ce cadre, il devait se rendre ce vendredi 25 octobre à la Maison des Syndicats de Nantes, ce qui bien évidemment a été dénoncé par la CGT comme une provocation et l’événement a été déplacé.

Laurent Obertone est un écrivain ayant fait son fonds de commerce du thème d’une France au bord de la guerre civile entre différentes communautés. De manière racoleuse, il décrit cela dans des romans aux scénarios dignes d’un très mauvais jeu-vidéo des années 2000, qui forcément plaisent à l’extrême-Droite puisque cela sert directement leur mystique nationaliste et identitaire. Il figurait d’ailleurs parmi les invités de la Convention de la Droite du 28 septembre dernier.

Voici le communiqué antifasciste de la CGT nantaise, suivit de la lettre à la Préfecture du Secrétaire général de la CGT Loire-Atlantique :

« COMMUNIQUE DE PRESSE UL CGT NANTES 25 OCTOBRE 2019

Nous avons appris hier après-midi qu’une conférence était prévue à la maison des syndicats de Nantes, de l’essayiste Laurent Obertone, organisée par la librairie Dobrée, connue pour ses accointances avec l’extrême droite.
Ses écrits sont soutenus par Marine Le Pen, Eric Zemmour, Robert Ménard ou Bruno Gollnisch et des publications telles que Fdesouche, Valeurs Actuelles ou Breizh Info.
La venue d’un personnage assimilé à l’extrême droite, dans les locaux de la maison des syndicats, là où se trouvent les plaques mémorielles commémoratives en l’honneur des militants CGT torturés et tués par les barbares nazis il y a bientôt 80 ans, était une véritable provocation.
La CGT a demandé l’annulation d’une telle conférence dans les murs de la maison des syndicats à la Préfecture et interpellé la mairie. Nous avons été entendus.
La CGT se félicite de l’annulation de cette conférence à la maison des syndicats.
Pour autant continuons à lutter contre la propagation des idées de haine d’extrême droite dans la société. Ce lent poison divise les travailleurs au profit du grand capital.
N’oublions pas qu’avant-guerre les grands patrons clamaient « plutôt Hitler que le Front Populaire ».

UNION LOCALE CGT NANTES »

 

« COMMUNIQUE DE PRESSE UL CGT NANTES 25 OCTOBRE 2019

Monsieur le Préfet,

Nous venons d’apprendre la tenue d’une conférence demain soir vendredi 25 octobre de 20 h à 23 h à la maison des syndicats, place de la gare de l’Etat, à l’initiative de l’association des amis de la librairie Dobrée, connue pour ses proximités avec l’extrême-droite. Cette conférence a pour protagoniste l’essayiste Laurent Obertone, dont le travail est centré sur la criminologie, les médias et le multiculturalisme. Ses thèses sont particulièrement influentes dans les milieux d’extrême-droite.

Lors d’une conférence tenue en octobre 2018, Laurent Obertone déconseille l’utilisation du terme « français de souche » car les personnes désignées par cette expression, selon lui, seront bientôt minoritaires. Il relie l’immigration à la montée de l’insécurité, aux maladies et à la baisse du QI des Français. Il fustige le vivre-ensemble selon lui imposé par un formatage de « médias comme Le Monde que personne ne lit » mais soutien l’extrême-droite sur internet comme TV Libertés, cite Charles Maurras, acclame le succès d’Eric Zemmour et espère « que la France ait un Trump ou un Salvini ». Il soutient les implantations de lieux d’extrême droite et identitaires. En décembre 2018, Laurent Obertone participe à un colloque du parti d’extrême droite du Rassemblement National sur « l’ensauvagement de la société ».

Selon France Info, si Laurent Obertone « journaliste fétiche du FN » conteste tout racisme, il soutient que la criminalité est liée à l’immigration et à « certaines communautés » – sous-entendu « communautés africaines » pas « adaptées », de par « leur culture et leur histoire », « au mode de vie occidental ». Il rejette l’antiracisme, le multiculturalisme, le « droit-de-l’hommiste » et considère que « la France attache plus d’importance aux agressions commises à l’encontre des musulmans ou des juifs qu’aux actes de violence contre des « Français de souche ». », opinions qui lui valent le soutien de Marine Le Pen, Eric Zemmour, Robert Ménard et Bruno Gollnisch et de l’extrême-droite sur internet tel que Novopress, Fdesouche, ou Riposte Laïque.
Vous comprendrez aisément que la tenue de cette manifestation dans une salle municipale, qui plus est dans la maison des syndicats, lieu symbolique, n’est pas acceptable pour notre organisation, notamment.

Ce lieu ne peut recevoir l’extrême droite alors que les plaques mémorielles y rappellent le combat et le martyr de nos camarades contre la barbarie nazie et la collaboration de la droite extrême.

Le risque de troubles à l’ordre public est important si cette réunion provocatrice est maintenue.

Plus largement, la CGT demande que cette conférence ne puisse avoir lieu ni à la maison des syndicats ni ailleurs car les thèses défendues sont xénophobes et racistes.

La CGT appellera la population à manifester si cette conférence n’est pas interdite, ce qui serait encourager l’extrême droite déjà décomplexée avec toutes les exactions perpétuées à Nantes depuis quelques années (ratonnades sur le campus universitaire, attaque violente d’un bar nantais, tentative d’homicide à l’arrêt de tram du Chaffault, multiples attaques de militants antiracistes…).

Dans l’attente de votre décision que nous attendons avec intérêt, nous nous tenons prêts à toute initiative pour empêcher en place publique à Nantes les discours haineux et porteurs de troubles sociétaux.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Préfet, nos salutations distinguées.

Pour la CGT de Loire Atlantique
Fabrice DAVID, secrétaire général »

Catégories
Culture

Aux Hésitants par l’auteur progressiste Bertolt Brecht

Bertolt Brecht est un poète, dramaturge, metteur en scène, écrivain allemand progressiste. Il est connu en France pour ses oeuvres Grand’Peur et misère du IIIe Reich, L’opéra de quat’sous et La mère.


Brecht a été un contemporain de la montée du fascisme, il voyait dans quelle direction allait les choses, après une analyse sérieuse de la situation. Nous vivons une chose semblable à celle qu’a vécu Bertolt Brecht dans les années 1920 et 1930, à la différence près qu’à l’époque la Gauche était sincère, assumait le Socialisme et que la jeunesse osait lutter.

C’est en 1933 que Brecht écrit le poème Aux hésitants (An den schwankenden).

C’est un véritable hymne à l’engagement, à l’optimisme mais aussi à la critique. Il essaie d’y expliquer l’échec de la lutte contre le fascisme en Allemagne de la sorte : le Front populaire ne s’est jamais réalisé en Allemagne…

« Aux Hésitants

Tu dis:
Pour nous les choses prennent un mauvais pli.
Les ténèbres montent. Les forces diminuent.
Maintenant, après toutes ces années de travail,
Nous sommes dans une situation plus difficile qu’au début.

Et l’ennemi se dresse plus fort qu’autrefois
On dirait que ses forces ont grandi. Il paraît désormais invincible.
Nous avons commis des erreurs, nous ne pouvons plus le nier.
Nous sommes moins nombreux.
Nos mots sont en désordre. Une partie de nos paroles
L’ennemi les a tordues jusqu’à les rendre méconnaissables.

Qu’est-ce qui est faux dans ce que nous avons dit,
Une partie ou bien le tout?
Sur qui pouvons-nous compter? Sommes-nous des rescapés, rejetés
d’un fleuve plein de vie? Serons-nous dépassés
ne comprenant plus le monde et n’étant plus compris de lui?

Aurons-nous besoin de chance?
Voilà ce que tu demandes. N’attends
pas d’autre réponse que la tienne.

(traduction d’Olivier Favier)

An den schwankenden

Du sagst:
Es steht schlecht um unsere Sache.
Die Finsternis nimmt zu. Die Kräfte nehmen ab.
Jetzt, nachdem wir so viele Jahre gearbeitet haben,
Sind wir in schwierigerer Lage als am Anfang.

Der Feind aber steht stärker da denn jemals.
Seine Kräfte scheinen gewachsen. Er hat ein unbesiegliches Aussehen angenommen.
Wir aber haben Fehler gemacht, es ist nicht mehr zu leugnen.
Unsere Zahl schwindet hin.
Unsere Parolen sind in Unordnung. Einen Teil unserer Wörter
Hat der Feind verdreht bis zur Unkenntlichkeit.

Was ist jetzt falsch von dem, was wir gesagt haben,
Einiges oder alles?
Auf wen rechnen wir noch? Sind wir Übriggebliebene, herausgeschleudert
Aus dem lebendigen Fluß? Werden wir zurückbleiben
Keinen mehr verstehend und von keinem verstanden?

Müssen wir Glück haben?

So fragst du. Erwarte
Keine andere Antwort als die deine. »

Catégories
Politique

Victoire du PSOE en Espagne

Le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol a connu une victoire importante lors des élections législatives ce dimanche 28 avril 2019, dans un climat extrêmement tendu alors que les forces franquistes se réaffirment parallèlement aux velléités indépendantistes catalanes.

Les élections espagnoles ont largement attiré l’attention internationale. En effet, la bourgeoisie catalane avait tenté de mettre en place son indépendance, ce qui a été repoussé par l’État central, qui en même temps ne parvenait pas à faire cesser l’instabilité gouvernementale. La balance allait-elle pencher franchement à droite ou bien la Gauche saurait stabiliser la situation ? Le franquisme allait-il se réactiver, lui qui restait tapi dans l’État profond, l’armée, la haute-bourgeoisie ?

> Lire également : Les élections du 21 décembre 2017 en Catalogne

En ce sens, c’est une grande victoire du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, avec près de 29% des voix, accompagnées d’un un taux de participation massif (75,78 %). Cela fait 123 députés, contre 85 en 2016, et même s’il en faut 176 sur 350 pour une majorité absolue, la progression est notable et facile à interpréter.

C’est clairement une réponse populaire notamment à l’affirmation du parti d’extrême-droite VOX ces derniers temps, qui reçoit 10 % des voix alors que son orientation est néo-franquiste. Son dirigeant Santiago Abascal ne cesse de faire un travail de fond pour réactiver les fondamentaux franquistes, notamment national-catholiques (« Ce que nous défendons n’est pas moderne, ce sont les valeurs éternelles »).

Le PSOE assume de rejeter cela de manière frontale et c’est un marqueur important. Le slogan des partisans antifascistes ¡No pasarán! ( « Ils ne passeront pas ! » ) est scandé, dans un esprit de Front populaire. Tout comme la social-démocratie autrichienne qui mène un véritable travail de sape de l’alliance Droite / extrême-Droite, la social-démocratie espagnole parvient à se maintenir et à empêcher un basculement. On peut regretter son réformisme et son acceptation de la monarchie, son abandon de l’affirmation de la République, et même on doit le faire. Cependant, cela reste un frein significatif pour un basculement à droite.

Il faut comprendre pareillement le passage des libéraux de 32 à 57 députés, alors que le Parti Populaire, avec la Droite héritière du franquisme passe de 137 députés en 2016  à 66. L’Espagne résiste à une vague qui aurait pu être très brutale. La société aurait pu être fondamentalement décontenancée par tout le chaos provoqué par la possible sortie de la Catalogne. Il y aurait pu y avoir un retour général à une célébration de l’Espagne éternelle, catholique, royale, centralisée, etc. Cela n’est pas le cas, du moins seulement dans les marges de la société.

        « Nous sommes la Gauche »

Cela ne veut pas dire qu’il ne reste pas une quantité astronomique de questions et on voit mal comment la Gauche ne pourrait pas reprendre le drapeau de la République populaire et fédérale comme dans la seconde moitié des années 1930. C’est la seule sortie positive possible à une crise de l’État espagnol qui, à force de s’aggraver, ne pourra qu’aboutir à un renforcement massif des forces réactionnaires.

On notera également que si bizarrement Jean-Luc Mélenchon salue Podemos qui aurait fait une « magnifique remontada en Espagne », ce parti populiste passe en fait de 71 à 42 députés. Il a collé justement au PSOE et a perdu son aura revendicative. N’ayant pas de contenu lié à l’histoire espagnole, il s’efface. La social-démocratie, elle, avec ses solides traditions, l’emporte. Et de fait, seules les traditions de la Gauche de la période de la République espagnole peuvent tenir le choc.

Catégories
Politique

Les réactions à la proposition de fédération populaire par Jean-Luc Mélenchon

Plusieurs personnalités liées à la Gauche ont réagit à la proposition faite par Jean-Luc Mélenchon de créer une fédération populaire. Les réactions sont dans l’ensemble mitigées, car tout le monde ou presque a compris qu’il s’agirait surtout d’un « rassemblement » autour de sa propre personne.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste a bien résumé le sentiment général à Gauche sur la proposition du leader de la France insoumise :

« C’est « Je veux bien rassembler mais sur mes bases et derrière moi ». Et c’est comme ça qu’on n’y arrive jamais ».

Olivier Faure a également considéré que c’était d’abord « un aveu d’échec » de la part de  celui qui avait initialement refusé « l’idée même de rassembler la Gauche ».

Selon lui, le député insoumis considérait auparavant « qu’il n’était pas de la Gauche mais du peuple », ce à quoi il a répondu :

« la Gauche, ça n’est pas le populisme, ça ne le sera jamais. Jamais. Cela suppose de sa part qu’il fasse ce pas-là et qu’il abandonne cette idée folle du populisme de gauche ».

Olivier Faure considère par ailleurs que le Parti socialiste fait la démarche de l’unité pour les élections européennes en présentant Raphaël Gluksman et que cela fonctionne, tout en regrettant qu’il y ait actuellement une « offre divisée ». C’est un raisonnement qui peu paraître absurde, car cela revient à se féliciter d’une situation tout en regrettant qu’elle n’existe pas.

Il faut cependant comprendre que le Parti socialiste considère être toujours la force centrifuge de la Gauche. Il imagine pouvoir rassembler à nouveau après ces élections, ce qui couperait de fait l’herbe sous le pied de Jean-Luc Mélenchon :

« Il y a déjà une progression, qui n’est pas suffisante, et nous devons viser un score qui nous mettent dans une situation où nous puissions, demain, être à nouveau en mesure de rassembler et d’être un pôle de stabilité à gauche. »

Le sénateur et secrétaire national en charge des relations extérieures du Parti socialiste Rachid Temal est allé dans le même sens qu’Olivier Faure, en critiquant l’exclusion de fait du PS par la France insoumise :

« Mélenchon dit « Je veux discuter avec la Gauche », mais ne veut pas des partis et met des oukases sur le PS  ! »

Le candidat Raphaël Glucksmann a pour sa part considéré qu’effectivement, « la gauche ne pourra être une offre crédible que si elle se réunit », mais qu’il faut d’abord avoir des discussions de fond, en assumant les divergences de chacun. On comprendra que cela revient là aussi à critiquer le populisme de Jean-Luc Mélenchon, qu’il avait d’ailleurs qualifié quelques jours avant de « Thatcher de gauche ».

De son côté, le tête de liste du PCF aux Européennes Ian Brossat a eu une position plus mesurée, mais néanmoins sceptique. Il a considéré qu’il était d’accord sur l’idée de se reparler à Gauche après les Européennes, mais que pour autant « personne ne peut jouer les gros bras ».

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel n’a pas réagit publiquement, ou alors très discrètement et cela est passé inaperçu. Rappelons qu’il expliquait au mois de février dernier discuter toutes les semaines avec Jean-Luc Mélenchon « pour lui demander de se détendre un petit peu, qu’on puisse trouver les contours d’un rassemblement ensemble », précisant que cela ne « veut pas dire forcément fusionner dans des listes ».

Benoît Hamon a pour sa part répondu longuement à la proposition de fédération populaire, dans un entretien également à Libération dès le lendemain. Il a considéré cela comme un « geste d’unité » pris très « au sérieux ».

Sa position est néanmoins compliquée à comprendre. Il explique qu’il faut une unité face au danger que représente l’extrême-droite, sans parler du fait que justement Jean-Luc Mélenchon n’aborde jamais le sujet de l’extrême-droite dans son long entretien.

> Lire également : Jean-Luc Mélenchon rejette le principe de Front populaire et appelle la Gauche à suivre sa démarche

Les propos de Benoît Hamon sont de gauche, avec un héritage évident de la tradition du Front populaire :

« Je vois la colère partout. L’alternance la plus naturelle aujourd’hui, c’est Marine Le Pen. Je me refuse d’user de cette situation avec cynisme comme le fait Emmanuel Macron en polarisant le débat entre lui et le Rassemblement National. Je préfère apporter des réponses positives aux inquiétudes des Français. Pour ce faire, il nous faut une gauche forte. Le drapeau est aujourd’hui à terre, relevons-le. »

Il semble cependant céder à la panique, en oubliant l’analyse de fond en raison d’un danger imminent, ce qui est forcément un grave erreur. Il dit en effet :

« Alors à tout prendre entre le désastre annoncé et un geste d’unité je préfère prendre acte de ce geste d’unité et le prendre au sérieux. Après tout, le fair-play, c’est peut-être contagieux. »

Il ne semble pas avoir vu que Jean-Luc Mélenchon n’était pas du tout dans une optique de Front populaire face à l’extrême-droite.

Le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts David Cormand a lui très bien vu que la question se posait par rapport à l’extrême-droite et que le « peuple de gauche » ne considérait pas le leader de la France insoumise comme étant un opposant à l’extrême-droite :

« Mélenchon le fait maintenant parce qu’il est en difficulté politique, interne, et dans les sondages. Il voit bien que le peuple de gauche qui lui avait accordé sa confiance à la présidentielle considère moins que c’est lui qui peut offrir une alternative aux libéraux et aux fachos ».

Finissons par Yannick Jadot, tête de la liste Europe Écologie-Les Verts, qui pour le coup assume totalement de ne plus être de gauche. Il a répondu qu’il fallait totalement rejeter la question de l’unité de la Gauche :

« J’ai noté qu’après m’avoir tapé dessus, il était favorable à l’économie de marché, finalement. Il est vrai que l’économie chez Maduro, l’économie des sovkhozes, ça ne fait pas rêver. Le problème de Mélenchon, Faure, Hamon, Glucksmann est que le pôle socialiste a explosé. Ils utilisent l’écologie pour essayer de masquer leur rupture. Ils disent tous : il faut recomposer la gauche derrière moi.

Moi, mon sujet, c’est qu’un projet écologique et solidaire gagne en Europe et dans ce pays. Je n’ai jamais été socialiste, trotskiste ou communiste, je n’ai toujours été qu’écologiste. J’ouvre portes et fenêtres aux citoyens qui ont compris que la lutte contre le dérèglement climatique était la mère de toutes les batailles et qu’elle pouvait être un formidable levier de justice sociale. »

Il rejette de ce fait totalement la proposition Jean-Luc Mélenchon, le considérant presque ouvertement comme un équivalent de Marine Le Pen (alors que lui-même est un équivalent d’Emmanuel Macron) :

« Non, ça ne m’intéresse pas. Jean-Luc Mélenchon a des convictions, une colère, une indignation par rapport à l’injustice sociale que je peux partager. Mais il a une conception de la démocratie qui n’est pas la mienne. Il passe son temps à brutaliser le débat politique, moi je veux apaiser notre pays. Il se place dans une logique national-étatiste, moi je veux une France beaucoup plus décentralisée, régionalisée.

Je crois fondamentalement que l’Europe, malgré ses défauts, est une formidable aventure, qu’elle est notre horizon civilisationnel. Il a quelques ambiguïtés avec Maduro et Poutine. Nous les écologistes, combattons toutes les dictatures, de droite, de gauche, où qu’elles soient. Nous devons à nos enfants une Europe des libertés, qui reconnaît à chacune et chacun sa dignité, ses identités multiples. Nous leur devons un avenir bienveillant dans lequel ils se projetteront avec confiance. »

Catégories
Politique

Jean-Luc Mélenchon rejette le principe de Front populaire et appelle la Gauche à suivre sa démarche

Jean-Luc Mélenchon a fait le choix de s’adresser à la Gauche ce mardi 23 avril en lançant « un appel à la création d’une fédération populaire » dans le journal Libération, qui consiste en un rassemblement autour de sa démarche. C’est contraire au principe de Front populaire qui consiste en une unité politique des forces de la Gauche contre le danger du fascisme.

Dans un long entretien à Libération, Jean-Luc Mélenchon a parlé de la Gauche, ce qui a pu être considéré comme un appel à l’unité. Il a surtout expliqué que le rassemblement devrait se faire autour de sa démarche, qui aurait la légitimité populaire, qui serait forcément la bonne formule alors que la « vieille gauche » est méprisante à son égard.

Il considère avoir acquis une légitimité avec son score au premier tour de la Présidentielle en 2017 (19,58 %, soit 7 059 951 voix). Les élections Européennes doivent être une continuité de cela :

« notre force doit recevoir l’aval populaire. Comme je l’ai reçu pendant la présidentielle. Là sera le centre de gravité pour la suite contre le macronisme. »

Jean-Luc Mélenchon s’estime farouchement mis à l’écart par les formations politiques de gauche elle-mêmes, et les rejette. Ce qui semble l’intéresser, c’est surtout de capter la base électorale de la Gauche, mais pas de participer à une unité. Ses réponses à ce propos sont très claires :

« – Avez-vous abandonné tout espoir d’unité ?
– Je suis réaliste.
– Donc vous espérez toujours rassembler.
– Le peuple, oui. Mais chaque fois que je l’ai proposé, la vieille gauche m’a envoyé balader. Elle n’accepte pas la réalité, c’est-à-dire notre centralité et celle du programme «l’Avenir en commun». Mais si l’élection nous en donne la force, nous assumerons de nouveau notre responsabilité. Nous proposerons de nouveau une fédération populaire à construire dans les élections suivantes et dans les mouvements écologiques et sociaux. »

Quand il lui est posé la question de savoir s’il est capable de faire des compromis avec des gens ne pensant pas comme lui, il répond qu’à l’Assemblée son groupe « vote même des fois avec la droite » et que ce n’est « l’étiquette » qui compte.

> Lire également : Les outrances du populiste et grossier Jean-Luc Mélenchon

Il assume ainsi son orientation populiste, en mettant de côté le débat idéologique et politique à Gauche, qui devrait s’incliner par rapport à sa démarche :

« Je me répète : tout le monde doit se mettre au service de la fédération du peuple. »

La « base de départ pour discuter partout » devrait donc être le programme de La France insoumise. Jean-Luc Mélenchon est d’accord avec la proposition du journal Libération d’avoir un débat avec la Gauche, mais il précise :

« Il ne faut jamais oublier le but, la fédération populaire entre les classes populaires et les classes moyennes plus favorisées qui n’appartiennent pas à l’oligarchie. C’est la grande question. Elle ne sera pas réglée par la guirlande des sigles de partis. Nous ne sommes plus dans les années 70. Le champ politique s’est effondré. Pas de mon fait. Ce sont les électeurs qui ont dissous le PS et nous ont portés en avant. Nous assumons notre situation. Pas les autres. »

> Lire également : Les propos grandiloquents de Jean-Luc Mélenchon sur Eric Drouet

Quand Jean-Luc Mélenchon a lancé La France insoumise, il s’agissait en effet de se libérer de la Gauche, considérée comme un carcan, en préférant une sorte de populisme social, très poreux au nationalisme.

Pour lui, la société a changé et la modèle de la Gauche est d’une « autre époque » :

« La société était assez stable et les liens de représentation politique fonctionnaient. Le PCF représentait une grande partie de la classe ouvrière. Les socialistes, plutôt les classes moyennes. Tout cela a volé en éclats. Un acteur nouveau est né. C’est ce peuple urbanisé qui s’oppose à l’oligarchie. Voir les gilets jaunes ou l’Algérie. Son existence quotidienne dépend de l’accès aux réseaux collectifs. Cet accès est l’enjeu social central. »

Il précise plus loin que :

« l’évolution du capitalisme a atomisé la société, les formes habituelles de représentation ont explosé. Voyez où en sont les partis politiques traditionnels. »

> Lire également : Alexis Corbière assume de rejeter la Gauche

Cela justifie son écartement de la Gauche, et donc du Socialisme. Il propose donc autre chose, qui y ressemble vaguement, mais sans que cela soit très précis :

« il y a une conscience nouvelle qui rétablit l’idée de changement global, c’est la conscience écologique. Beaucoup ont compris que l’économie productiviste conduit à la catastrophe. Mais c’est un constat qui ne porte pas sa solution en lui-même. Car quels sont les moyens de remédier à la mise en danger de l’écosystème ? Certains pensent que c’est possible dans le cadre de l’économie de marché actuelle, que le système va finalement se réguler. Nous ne le croyons pas. Quand Jadot [le candidat d’Europe Ecologie-les Verts] fait l’éloge de l’écologie de marché, nous sommes en désaccord. Il y faut une intervention collective volontaire et énergique, une planification écologique de la transition. »

Cependant, il n’envisage pas de supprimer l’économie de marché mais est partisan d’une « économie mixte », c’est-à-dire donc pas du Socialisme, qui est le fondement historique de la Gauche (largement abandonné par celle-ci, il est vrai).

Sa vision consiste en une proposition très vague, classiquement réformiste, mais bien en deçà de la radicalité et de l’envergure que pouvait proposer un François Mitterrand en 1981, qui n’était pourtant pas un « révolutionnaire » :

« Nous dénonçons la marchandisation généralisée voulue par les traités européens. Nous préférons revendiquer l’intérêt général, l’action collective. Nous ne pourrons pas relever le défi écologique dans le cadre de la concurrence libre et non faussée, dans le cadre du libre-échange généralisé. La planification est de toute nécessité pour appliquer la règle verte : on ne prend plus à la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer. »

Sur le plan politique, Jean-Luc Mélenchon considère donc que le rassemblement de la Gauche est à la fois possible et pas possible, car « certains sont restés productivistes, nucléaristes, d’autres continuent de faire l’éloge du marché partout. »

La Gauche dans sa forme et sa proposition historique ayant donc échoué selon lui, il n’y aurait pas d’autre choix que de rejoindre sa démarche :

« au demeurant, je ne crois plus à l’ancien modèle de rassemblement des organisations. Nous devons certes nous rassembler, mais au service d’une tâche en commun : fédérer le peuple, réunir ses revendications, en faire un programme compatible avec l’impératif écologique et social. »

Il faut pour cela :

« aller idéologiquement au bout de la mutation écologique et populaire qui est nécessaire. Il faut qu’on soit tous clairs. Pas de tambouille sur la question européenne, sur le nucléaire, sur la question décisive de la paix, de la sortie de l’Otan. »

> Lire également : Andrea Kotarac de la France insoumise à un forum russe avec l’extrême-droite

Jean-Luc Mélenchon ne propose donc pas un Front populaire, qui est la proposition historique de la Gauche face à la menace du fascisme. Le nationalisme ne représente pas un danger pour lui puisqu’il n’en parle pas. Il ne parle d’ailleurs à aucun moment du danger que représente Marine Le Pen. Son nom n’est cité qu’une seule fois dans ce long entretien, pour se comparer à elle, comme s’il se considérait en concurrence avec elle sur le terrain du populisme (« quand Marine Le Pen dit «vous êtes des Blancs chrétiens», je réponds «vous êtes des enfants des Lumières». »)

Précisons pour finir, à propos de sa formation La France insoumise, puisqu’il considère que sa démarche est la bonne et qu’il faut la suivre, qu’elle n’a pas un fonctionnement démocratique.

Il explique en effet, de manière assez obscure, qu’il n’y a « pas de dirigeants » à la France insoumise et qu’il n’y a donc pas de problème au fait qu’aucune direction ne soit élue… C’est pour le moins nébuleux, et effectivement contraire aux pratiques des formations de gauche.

> Lire également : Thomas Guénolé sort avec pertes et fracas de LFI

Il considère ainsi comme de bonnes choses les « 4 000 comités qui fonctionnent en autonomie » et les « 60 % des candidats n’ont pas de carte du parti ». Cela est inacceptable du point de vue de la Gauche traditionnelle car cela empêche toute démarche politique démocratique, en laissant libre cours à des individus et à l’émergence de tribuns ou petits chefs.

Ce n’est pas ainsi que le mouvement démocratique et populaire avancera. Seul un retour aux fondamentaux de la Gauche historique peut permettre de progresser, et certainement pas une liquidation totale de ses principes dans une fuite en avant populiste.

Catégories
Politique

Dissolution du mouvement Bastion social, une victoire du camp démocratique

La dissolution du mouvement Bastion social par l’État français ce mercredi 24 avril 2019 est une nouvelle importante pour toutes les personnes ayant conscience de l’importance du combat antifasciste. C’est indiscutablement une bonne chose, car ce groupe d’activistes d’extrême-droite représentait une menace directement dangereuse pour le mouvement démocratique et populaire en France, notamment à Lyon.

De manière typiquement fasciste, l’idéologie du mouvement Bastion social consistait à prôner une « troisième voie », nationaliste, par rapport au capitalisme et au Socialisme.

Nous avons évoqué ce mouvement à plusieurs reprises dans des articles, et nous l’avions présenté dans un article complet et détaillé en février 2018.

> Lire également : Le “Bastion social” et ses locaux à Lyon, Strasbourg, Chambéry, Aix-en-Provence, Marseille

Organisé autour de ce qui se voulait être des squats d’extrême-droite, sur le modèle de Casapound en Italie, il devait être un mouvement fédérateur de la jeunesse nationaliste radicale, avec pour objectif de constituer des brigades de choc, afin de se confronter, de provoquer.

La dissolution du mouvement Bastion social est donc une victoire, partielle mais réelle, du camp démocratique sur le fascisme. Cela ne sera bien sûr pas suffisant, car seule la classe ouvrière, en portant le Socialisme, peu véritablement écraser le fascisme. Le libéralisme d’un Emmanuel Macron, qui s’avère être par ailleurs un réactionnaire partageant des valeurs de la Droite la plus conservatrice, notamment sur la chasse à courre, ne peut pas grand-chose face au romantisme nationaliste. Il est même évident que cela l’alimente.

Il faut cependant raisonner de manière politique, intelligente, et reconnaître ici à quel point il était juste de voter pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen au second tour de la Présidentielle, justement parce que le gouvernement d’Emmanuel Macron a dissout Bastion social, ce que n’aurait jamais fait Marine Le Pen.

Il ne s’agit pas pour autant d’avoir des illusions sur la capacité d’Emmanuel Macron à mener la bataille qu’il imagine contre le populisme, voire le nationalisme – les déboires de la tête de liste LREM aux Européennes Nathalie Loiseau, concernant sa présence sur une liste d’extrême-droite à une élection étudiante dans sa jeunesse, en dit déjà très long sur tout cela.

Cette dissolution par l’État d’un groupe fasciste est importante, mais elle n’est qu’un aspect partiel, temporaire, à l’efficacité très limitée. C’est un coup porté au fascisme, mais il se renforcera d’une autre manière si la situation ne change pas.

C’est à la Gauche de mener pleinement la bataille contre le nationalisme et le fascisme, de manière unitaire, en assumant les valeurs historiques du mouvement ouvrier. Ce qu’il faut, évidemment, c’est un nouveau Front populaire en France, comme en 1936 !

Voici le communiqué du Ministère de l’Intérieur sur la dissolution du mouvement Bastion social :

Catégories
Nouvel ordre Politique

Le programme du Front Populaire (1936)

Le programme de revendications immédiates que publie le Rassemblement populaire résulte d’un accord unanime entre les dix grandes organisations qui composent le Comité national de Rassemblement :

Ligue des Droits de l’Homme,

Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes,

comité mondial contre le fascisme et la guerre (Amsterdam-Pleyel),

Mouvement d’Action combattante,

Parti Républicain Radical et Radical-Socialiste,

Parti Socialiste S.F.I.O.,

Parti Communiste,

Union socialiste et Républicaine,

Confédération Générale du Travail,

Confédération Générale du Travail Unitaire.

Il s’inspire directement des mots d’ordre du 14 juillet Les partis et organisations, groupant des millions d’êtres humains, qui ont juré de rester unis, aux termes du serment, « pour défendre les libertés démocratiques, pour donner du pain aux travailleurs, du travail à la jeunesse et, au monde, la grande paix humaine » ont cherché ensemble les moyens pratiques d’une action commune, immédiate et continue.

Ce programme est; volontairement limité aux mesures immédiatement applicables.

Le Comité national entend que chaque parti, chaque organisation, participant au Rassemblement populaire, puisse se joindre à l’action commune sans rien abdiquer de sa doctrine, de ses principes, et de ses fins particulières. Il s’est astreint, d’autre part, à présenter des solutions positives aux problèmes essentiels, actuellement posés devant la démocratie française.

C’est ainsi que, dans l’ordre politique, il définit les mesures indispensables pour assurer le respect de la souveraineté nationale, exprimée par le suffrage universel, et pour garantir les libertés essentielles (liberté d’opinion et d’expression, libertés syndicales, liberté de conscience et laïcité) – que, dans l’ordre international, il pose les conditions nécessaires à la sauvegarde et à l’organisation de la paix, suivant les principes de la Société des Nations – et que, dans l’ordre économique et financier, il s’attache à lutter, dans l’intérêt des masses laborieuses et épargnantes, contre la crise et contre les organisations fascistes qui l’exploitent pour le compte des puissances d’argent.

Ces problèmes d’économie et de finance, d’une si haute importance actuelle, le Rassemblement populaire se refuse à les résoudre séparément : il veut atteindre les causes des moins-values fiscales en agissant contre la crise, et compléter son action contre la crise par l’amélioration du crédit public et privé.

Le Rassemblement populaire souligne qu’un grand nombre des revendications qu’il présente figurent déjà dans les plans et programmes élaborés par les organisations syndicales de la classe ouvrière.

Il ajoute que ces revendications urgentes, et par là même restreintes, si elles apportent une première modification au système économique actuel, devront être complétées par des mesures plus profondes pour arracher définitivement l’Etat aux féodalités industrielles et financières.

En tous les ordres de problèmes, le Rassemblement, a cherché des solutions de justice, seules conformes aux principes de la démocratie : justice égale pour tous dans l’application des lois pénales – justice fiscale – justice pour les indigènes dans les colonies – justice internationale, dans le cadre et suivant l’esprit de la Société des Nations.

S’il a été possible au Comité national du Rassemblement populaire d’aboutir à des formules unanimes, c’est que les partis et organisations qui le composent ont collaboré amicalement dans un esprit de conciliation et de synthèse. Aux masses populaires de soutenir à présent ces revendications et de les faire triompher. Quand ce programme commun aura passé dans la réalité, un grand changement sera obtenu : la liberté sera mieux défendue, le pain mieux assuré, la paix mieux garantie.

De tels biens sont assez précieux pour que tout soit subordonné à la volonté de les conquérir.

C’est à cette volonté revendicatrice que le Rassemblement populaire fait appel. Qu’elle se traduise par une cohésion étroite, où se prolonge la fraternité du 14 juillet, et qu’elle signifie à tous, en France et hors de France, que la démocratie est invincible dès qu’elle reprend sa vigueur créatrice et sa puissance d’attraction.

REVENDICATIONS POLITIQUES

I – Défense de la Liberté

1 – AMNISTIE GÉNÉRALE.
2 – CONTRE LES LIGUES FASCISTES :

a) Désarmement et dissolution EFFECTIVE des formations paramilitaires, conformément à la loi.

b) Mise en vigueur des dispositions légales en cas de provocation au meurtre ou d’attentat à la sûreté de l’Etat.

3 – ASSAINISSEMENT DE LA VIE PUBLIQUE, notamment par les incompatibilités parlementaires.

4 – LA PRESSE

a) Abrogation des lois scélérates et des décrets-lois restreignant la liberté d’opinion;

b) Réforme de la presse par l’adoption de mesures législatives :

1° qui permettent, la répression efficace de la diffamation et du chantage ;

2° qui puissent assurer aux journaux des moyens normaux d’existence, qui les obligent à rendre publique l’origine de leurs ressources, qui mettent fin aux monopoles privés de la publicité commerciale et aux scandales de la publicité financière, et qui empêchent enfin la constitution de trusts de presse.

c) Organisation des émissions radiophoniques d’Etat en vue d’assurer l’exactitude des informations et l’égalité des organisations politiques et sociales devant le micro.

5 – LIBERTÉS SYNDICALES :

a) Application et respect du droit syndical pour tous.

b) Respect du droit des femmes au travail.

6 – L’ÉCOLE ET LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE :

a) Assurer la vie de l’école publique, non seulement par les crédits nécessaires, mais par des réformes telles que la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans et la mise en pratique, dans l’enseignement du second degré, d’une sélection indispensable comme, complément de la gratuité.

b) Garantir à tous, élèves et maîtres, la pleine liberté de conscience, notamment par le respect de la neutralité scolaire, de la laïcité et des droits civiques du corps enseignant.

7 – LES TERRITOIRES COLONIAUX : Constitution d’une Commission d’enquête parlementaire sur la situation politique, économique et morale dans les territoires français d’outre-mer, notamment dans l’Afrique française du Nord et l’Indochine.

II – Défense de la Paix

1 – Appel à la collaboration du peuple et notamment des masses laborieuses pour le maintien et l’organisation de la paix.

2 – Collaboration internationale, dans le cadre de la Société des Nations, pour la sécurité collective, par la définition de l’agresseur et l’application automatique et solidaire des sanctions en cas d’agression.

3 – Effort incessant pour passer de la paix armée à la paix désarmée, d’abord par une convention de limitation, puis par la réduction générale, simultanée et contrôlée des armements.

4 – Nationalisation des industries de guerre et suppression du commerce privé des armes.

5 – Répudiation de la diplomatie secrète, action internationale et négociations publiques pour ramener à Genève les Etats qui s’en sont écartés, sans porter atteinte aux principes constitutifs de la Société des Nations : sécurité collective et paix indivisible.

6 – Assouplissement de la procédure prévue par le Pacte de la Société des Nations pour l’ajustement pacifique des traités dangereux pour la paix du monde.

7 – Extension, notamment à l’Europe orientale et centrale, du système des pactes ouverts à tous, suivant les principes du Pacte franco-soviétique.

REVENDICATIONS ÉCONOMIQUES

I – Restauration de la capacité d’achat supprimée ou réduite par la crise

CONTRE LE CHÔMAGE ET LA CRISE INDUSTRIELLE : Institution d’un fonds national de chômage. Réduction de la semaine de travail sans réduction du salaire hebdomadaire. Appel des jeunes au travail par l’établissement d’un régime de retraites suffisantes pour les vieux travailleurs Exécution rapide d’un plan de grands travaux d’utilité publique, citadine et rurale, en associant à l’effort de l’Etat et des collectivités l’effort de l’épargne locale.

CONTRE LA CRISE AGRICOLE ET COMMERCIALE : Revalorisation des produits de la terre, combinée avec une lutte contre la spéculation et la vie chère, de manière à réduire l’écart entre les prix de gros et les prix de détail.

Pour supprimer la dîme prélevée par la spéculation sur les producteurs et les consommateurs ; création d’un office national interprofessionnel des céréales.

Soutien aux coopératives agricoles, livraison des engrais au prix de revient par les offices nationaux de l’azote et des potasses, contrôle et tarification de la vente des superphosphates et autres engrais, développement du crédit agricole, réduction des baux à ferme.

Suspension des saisies et aménagement des dettes.

Mise au point de la révision des billets de fonds de commerce.

En attendant l’abolition complète et aussi rapide que possible de toutes les injustices que les décrets-lois comportent, suppression immédiate des mesures frappant les catégories les plus touchées dans leurs conditions d’existence par ces décrets.

II – Contre le pillage de l’épargne

Pour une meilleure organisation du crédit. Réglementation de la profession de banquier.

Réglementation du bilan des banques et des sociétés anonymes.

Réglementation nouvelle des pouvoirs des administrateurs des sociétés anonymes.

Interdiction aux fonctionnaires retraités ou en disponibilité d’appartenir aux conseils d’administration des sociétés anonymes.

Pour soustraire le crédit et l’épargne à la domination de l’oligarchie économique, FAIRE DE LA BANQUE DE FRANCE, aujourd’hui banque privée, LA BANQUE DE LA FRANCE :

Suppression du Conseil des Régents.

Élargissement des pouvoirs du Gouverneur, sous le contrôle permanent d’un conseil composé de représentants du pouvoir législatif, de représentants du pouvoir exécutif et de représentants des grandes forces organisées du travail et de l’activité industrielle, commerciale et agricole.

Transformation du capital en obligations, des mesures étant prises pour garantir les intérêts des petits porteurs.

III. – Assainissement financier.

Révision des marchés de guerre en liaison avec la nationalisation des industries de guerre.

Répression du gaspillage dans les administrations civiles et militaires.

Institution de la caisse des pensions de guerre.

Réforme démocratique du système des impôts comportant une détente fiscale en vue de la reprise économique, et création de ressources par des mesures atteignant les grosses fortunes (progression rapide de la majoration du taux de l’impôt général sur les revenus supérieurs à 75 000 francs – réorganisation de l’impôt successoral – taxation des profits des monopoles de fait en évitant toute répercussion sur les prix de consommation).

Suppression de la fraude sur les valeurs mobilières, par la mise en vigueur de la carte d’identité fiscale votée par les Chambres, en l’accompagnant d’une amnistie fiscale.

Contrôle des sorties de capitaux et répression de leur évasion par les mesures les plus sévères, allant jusqu’à la confiscation des biens dissimulés à l’étranger ou de leur contre-valeur en France.