Catégories
Culture

« Il n’y a que l’indifférence qui soit libre »

Ce qui a du caractère n’est pas libre.

Dans Le temps scellé (Cahiers du Cinéma 2004 ou bien Philippe Rey 2014), le cinéaste russe Andreï Tarkovski cite le grand écrivain allemand Thomas Mann, auteur notamment des romans Les Buddenbrook (1901), La mort à Venise (1912), La montagne magique (1924) et Docteur Faustus (1947). Le propos, tout à fait juste, est le suivant :

« Il n’y a que l’indifférence qui soit libre.

Tout ce qui a du caractère n’est pas libre, mais est marqué de son propre sceau, conditionné, figé… »

Tarkovski cite cela en parlant de la question du rapport de l’artiste à l’oeuvre d’art ; il dit que les faiblesses inhérentes à une oeuvre véritable, on n’y peut rien car l’artiste est porté par quelque chose, il est tout d’un bloc. L’artiste est comme prisonnier de son idée, il est façonné par elle, c’est une passion que son activité artistique, qui l’emporte sur tout. C’est une reconnaissance de la dignité du réel.

L’indifférent s’imagine au-dessus des choses et, en un sens, c’est vrai, car il a quitté le domaine du réel. Il vit dans sa subjectivité sans rapport avec la réalité, il vit dans un imaginaire façonné par des impulsions primitives ou sophistiquées, tel un simple désir ou le capitalisme moderne. Il est une individualité, et il n’est qu’une individualité. Une telle personne n’a plus de personnalité.

Il suffit de regarder les profils et les storys du réseau social Instagram : beaucoup d’individualités, que des individualités même. Mais pas de personnalités. Car une personnalité ne se laisse pas façonner selon des exigences fictives, elle n’obéit pas aux formes attendues. Portant quelque chose de réel, il y a de la dignité et de la réserve, c’est-à-dire de l’intimité. L’absence d’intimité, de pudeur, est la caractéristique d’une société sans culture.

La sensibilité cherche par définition, en effet, à se préserver. C’est qu’elle cherche à exister. Et, donc, il est juste de dire qu’une personnalité est quelqu’un marqué par un sceau, conditionné. La réalité a marqué de son sceau une personne, la sensibilité reflète une expérience concrète. Il s’agit là très exactement de ce qu’on appelle le matérialisme.

Le capitalisme est une entreprise de démolition de la culture, en raison de son soutien matériel à tous les nombrilismes, à toutes les indifférences. Le socialisme porte la culture pour cette raison simple : il reconnaît la valeur de ceux et celles marqués par la vérité, portant cette vérité, l’exprimant à travers une émotion esthétique. Aussi peut-on et doit-on considérer que le socialisme ne peut pas se développer sans qu’il y ait des artistes authentiques, et inversement. L’existence de l’un implique l’existence de l’autre.

Aucun artiste n’ayant du caractère ne peut échapper au fait que seul le socialisme le protège, honore sa sensibilité, valorise sa démarche dans toute sa dignité, l’oriente adéquatement hors du nombrilisme et dans l’Histoire, qui est celle du peuple, de la culture, de la Nature. L’artiste a une exigence d’harmonie et le socialisme la possède aussi, les deux confluent dans le même mouvement.

L’artiste et le socialisme savent que le capitalisme, c’est la négation de la sensibilité, la fuite en avant nombriliste, le culte de la puissance et de la quête de puissance… C’est leur ennemi commun, mais au-delà, ils ne font pas que converger, ils sont une seule et même chose, car ils sont le produit de l’avenir commun, harmonieux et productif, culturel et naturel.

Catégories
Société

2021: à chacun de faire un pas vers les animaux

Dans un monde toujours plus insensible, se tourner vers d’autres êtres sensibles, en détresse, est moralement nécessaire et un appui à sa propre sensibilité.

Si des esprits petits-bourgeois prétendant que la condition animale s’améliore en France, si certains sont satisfaits de coller deux affiches et de ramasser des bouteilles abandonnées dans un parc, les gens sérieux savent que la situation de la Nature est toujours plus catastrophique en France. C’est tout à fait logique puisque la logique du marché implique que tout soit dénaturé, que tout soit marchandise.

Il ne faut pas ainsi dire que les animaux ne sont pas des marchandises. Il faut au contraire le dire et en même temps expliquer que c’est une mauvaise chose. L’expliquer est une chose cependant très difficile de par le poids de la société de consommation capitaliste, où l’on a toujours le moyen de consommer et de se détourner de la sensibilité, de la compassion, de l’empathie.

L’explication passe donc par l’expérience concrète. Avoir un être vivant en face de soi n’est pas une abstraction et si beaucoup se détourne, préférant le faux confort de la consommation capitaliste, d’autres assument de ne pas nier cela. Ils prennent les gens comme ils sont, ils prennent les animaux comme ils sont, ils prennent les végétaux comme ils sont. Ils ne prétendent pas vouloir devenir insensibles et se réfugier dans la consommation, ils ne cherchent pas à trouver « mieux » sur le marché.

L’abandon des animaux, par exemple, ne doit pas masquer le fait qu’une partie de cette tendance consiste à se procurer « mieux », avec un autre animal, ou bien d’en « utiliser » un nouveau pour la prochaine saison. Et, cela, les gens le font pour leurs habits comme parfois pour leur partenaire dans la vie. Les gens ne savent plus rester entiers – et ceux qui le restent passent pour des bizarres, surtout que souvent ils ne savent pas comment agir adéquatement dans une telle société.

On aura compris que la société de consommation capitaliste implique l’indifférence, une perte de sensibilité, une esquive systématique à tout ce qui est entier.

Il appartient donc à chacun, en 2021, de faire un pas en direction des animaux en détresse. Le moindre effort compte pour ceux-ci, et le moindre effort non pas affaiblit sa propre part d’humanité, d’animalité, d’être vivant. C’est d’autant plus important comme tendance à une époque où, avec la pandémie, le social-darwinisme triomphe, prônant le nationalisme, l’individualisme, la sortie de crise par la guerre, aux dépens des autres. C’est la guerre de chacun contre chacun et la guerre entre les pays.

Les possibilités d’aider sont innombrables. Il y a partout dans le pays des refuges dans le besoin. Il y a partout des coups de main à apporter. Rien que servir d’interface pour récupérer du matériel est par exemple très utile ; plus on implique d’autres gens, mieux c’est. Et il ne faut pas hésiter à mettre la main à la pâte, à se salir. C’est difficile de voir la détresse, ou même de faire face à la mort, les conditions de travail sont dures, mais il faut ce qu’il faut. La reconquête de sa sensibilité a aussi ce prix.

Et cela ne veut nullement dire qu’il faille se mettre en avant parce qu’on a fait une bonne action. Il faut au contraire rester anonyme, servir les animaux en général, ne jamais réduire les choses au prisme individuel. Les gens qui mettent leur photo en expliquant qu’ils ont aidé à un refuge devraient retourner sur Instagram et laisser la Cause tranquille, ils n’ont rien compris à la vie.

Quand on veut aider les animaux, on les aide pour ce qu’ils sont et il ne s’agit pas d’apporter des mauvaises manières venant de la société de consommation capitaliste. Il appartient à chacun, en 2021, de faire un pas en ce sens.

Catégories
Société

« Dans le cas de M. Lambert : pour avoir soif, il faut avoir conscience »

L’affaire Vincent Lambert est terrible, car on est encore une fois coincé entre le libéralisme partisan de l’euthanasie à tout va et les religieux ne reconnaissant pas la réalité uniquement matérielle du monde. Dans tous les cas, il y a une négation du principe de sensibilité, au nom d’une prétendue individualité étant le propre de l’Homme.

L’affaire Vincent Lambert est terrible et pour beaucoup de monde en France, sa situation interpelle. Personne n’a envie de se retrouver comme lui, tétraplégique, en état végétatif depuis plus de 10 ans. Une partie de sa famille considère qu’il faut le laisser partir, une autre s’y oppose. On comprend fondamentalement le sentiment d’humanité des premiers, qui voient bien que ce n’est pas une vie. Les seconds mettent en avant la religion pour s’y opposer, et au-delà de cette question, ils soulignent avec justesse qu’une société libérale autorisant l’euthanasie, c’est la boîte de Pandore du meurtre à grande échelle…

Initialement, l’État a tranché pour laisser partir Vincent Lambert. Seulement voilà : Vincent Lambert n’est pas en train de mourir. Il ne peut rien faire, toute son alimentation lui est fourni médicalement, mais au sens strict, il vit et peut continuer de vivre ainsi. Le CHU de Reims n’a pas pour autant le droit de le tuer, car l’euthanasie est interdite pour les êtres humains.

La cour d’appel de Paris a ordonné lundi soir la reprise des traitements.

On en arrive ainsi à la situation ubuesque, totalement aberrante, où… on va le laisser mourir de faim et de soif. Il va de soi que c’est là inacceptable. Déjà en raison de la dignité humaine. Vincent Lambert va être tué – peut-être à juste titre si on dit que ce n’est pas une vie – mais personne ne l’assume tel quel.

Ensuite, il y a la négation totale de la sensibilité. Dr Bernard Devalois, spécialiste des soins palliatifs à la maison de santé protestante de Bordeaux Bagatelle, a tenu des propos totalement scandaleux – mais logique du point de vue de ce qu’est l’idéologie dominante. Il expliqué la chose suivante au Figaro :

« Vincent Lambert n’aura ni faim ni soif, il va mourir naturellement en quelques jours »

« Dans le cas de M. Lambert, il n’y a pas de sensation de soif: pour avoir soif, il faut avoir conscience. »

C’est là le point de vue religieux ainsi que cartésien (qui revient au même) : rien n’existe si on n’en pas conscience. Un arbre qui tombe dans une forêt, cela n’existe pas si un être humain n’est pas là pour en avoir conscience. Une caresse sur une main n’existe pas si la conscience ne le perçoit pas. C’est totalement faux et on ne dira jamais assez à quel point il faut en revenir aux matérialistes du XVIIIe siècle, les fameux Helvétius, d’Holbach, Diderot, tous ces auteurs faisant la sensibilité le sens de la vie.

Toute la Gauche historique vient historiquement de cette approche philosophique, qui ne reconnaît pas Dieu, pas plus qu’une sorte de super-conscience individuelle qui serait le sens de la vie de tout un chacun. La Gauche historique a toujours été matérialiste, définissant la vie selon des critères naturels. Ici, pour le pauvre Vincent Lambert, malheureusement, sa vie personnelle est totalement frustrée, bloquée. Il faut soulager sa souffrance inévitable.

Mais elle n’est pas inévitable justement pour ceux raisonnant en termes de conscience ou d’âme. Les premiers disent : la conscience est partie, on supprime le corps. Les seconds disent : le corps est encore là, donc l’âme aussi, il faut tout garder.

Ces deux points de vue sont inacceptables. Ils sont malheureusement prédominants à tous les niveaux philosophiques, spirituels, dans notre pays. Même la Gauche est totalement contaminée par eux. C’est bien pour cela qu’il n’y a plus de Gauche, justement. Quand on dit la même chose que les libéraux ou les réactionnaires pour les thèmes les plus essentiels, on se confond avec eux.

Il est facile d’ailleurs de voir comment on peut se faire aisément happer. Si l’on comprend que le libéralisme veut supprimer les personnes en détresse insuffisamment consommatrices – les vieux, les suicidaires (qui auraient le droit au suicide assistée !), on tombe facilement dans le camp réactionnaire, qui prétend que les valeurs du passé préservent de cela. Si on veut assumer l’euthanasie car en-dehors de l’épanouissement naturel rien n’est possible, on tombe rapidement si on n’y prend pas garde dans le camp des libéraux qui veulent démonter les mauvaises règles, car ils entendent en fait démonter toutes les règles !

L’affaire Vincent Lambert est malheureusement également loin d’être unique. Elle souligne la nécessité qu’il y a à se poser les questions sur la vie quotidienne, le rapport à la vie, la relation à la nature, et cela d’une manière qui soit propre à la Gauche historique. Les possibilités techniques permettant toujours plus de « libertés », il faut savoir s’opposer avec matérialisme à la GPA, à la PMA pour toutes, aux modifications technologiques rêvées par des milliardaires délirants qui n’ont qu’un rêve : aller sur une autre planète, parce qu’ils n’en ont rien à faire de celle sur laquelle on est…

Catégories
Réflexions

La femme est capable d’un arrêt sur image

Plutôt que de parler des hommes, qui font du bruit et occupent les lieux, mieux vaut porter son attention à une femme, qui saisit le temps avec une densité dont la portée est celle de la vie elle-même.

Flora in white attire, 1890, Waterhouse (zoom)

Les hommes sont des brutes, qui apprécient d’être entre eux et de fonctionner de manière balisée, répétitive, de jouer à des rôles préétablis, dans leur rapport entre eux comme dans les divertissements, notamment les jeux vidéos. Si l’on pense aux femmes, on doit par contre passer au singulier, et s’incliner devant la profondeur psychique de la femme comme être singulier, capable de poser son regard.

Il ne s’agit pas de poser son regard à la façon d’un Monet pour Impression, soleil levant, ou comme Proust avec sa Recherche du temps perdu. C’est beaucoup trop maniéré, précieux, finalement ostentatoire. Il s’agit d’être capable de se placer dans la vie elle-même, dans le temps qui passe, et de se poser.

Cela, la femme sait le faire et pour cette raison, l’une des choses qui fascine les hommes de la manière la plus absolue est la capacité d’une femme à l’espièglerie. Il y a ici quelque chose qui bouleverse, qui raye les prétentions masculines, d’où d’ailleurs la caricature de la femme-enfant faite par les hommes afin d’empêcher la reconnaissance de la sensibilité féminine.

Une autre invention, du même genre, consiste en les transsexuels, ces malheureux séparant de manière religieuse le corps et l’esprit, qui pensent qu’il suffit de s’imaginer femme pour l’être. Ce qui donne une caricature dans les habits, le style, les attitudes, les comportements, mais aucunement la réalité féminine en tant que forme physique, matérielle, naturelle.

Il ne s’agit pas seulement de grâce ou de beauté ou de quelque chose s’y rapprochant, il s’agit de cette capacité de la femme à faire un arrêt sur image. C’est cette manière à toucher le réel avec attention qui est la différence, et qui tient bien entendu au rapport à la vie, au fait de donner la vie.

D’où, bien entendu, l’hégémonie complète des femmes dans les milieux s’intéressant aux animaux et l’écologie : l’homme peut reconnaître que ces choses sont importantes, mais il ne peut pas les voir. Il n’a pas la capacité de saisir les instants, de les reconnaître, de faire un arrêt sur image.

L’homme préfère faire du bruit, se retrouver à faire quelque chose, il veut s’occuper ; il est une sorte de paysan mal dégrossi, de chasseur mal dégrossi, de sauvage ni culturel, ni même naturel. Il n’est pas en mesure de s’occuper naturellement d’un enfant, de la végétation, de la vie : on doit lui dire.

Alors, il peut le faire bien, voire très bien, il peut développer sa sensibilité, déjà présente. Mais il a besoin d’être éduqué et pour cette raison, les femmes seront inévitablement les grandes décisionnaires du socialisme et de la remise en ordre d’un monde chaotique à cause du capitalisme.

La supériorité de la femme, en raison de son rapport à la vie elle-même, apparaîtra pleinement, jusqu’à ce que les hommes établissent un rapport de nouveau sain avec la nature ; eux-mêmes parviendront alors à faire un arrêt sur image.

L’humanité sera alors prête à passer un cap et à développer encore davantage sa sensibilité.

Flora in white attire, 1890, Waterhouse