Le long débat télévisé des élections européennes

Le premier débat télévisé des élections européennes s’est tenu hier, avec douze têtes de liste ayant le droit de parler douze minutes. Un format ingérable, obligeant certains candidats à devoir s’abstenir de s’exprimer, ce qui est absolument contraire à toute recherche d’un débat politique et d’une compréhension rationnelle des choses. Rien que pour cela, ce débat est une preuve de la décadence du niveau politique et culturel dans notre pays.

Il y a également eu beaucoup de polémiques avant sa tenue, car France 2 ne voulait pas inviter certains candidats, qui ont alors fait appel à la justice (Benoît Hamon, Florian Philippot et François Asselineau avaient contesté la décision via un référé-liberté). Force est de constater en tout cas que les candidats de la Gauche n’ont pas été dérangés par la non-présence de la tête de liste de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud. Quoiqu’on pense de cette organisation, elle est active à Gauche depuis plus de cinquante ans et représente une certaine conception des choses, qu’on ne peut pas balayer d’un revers de la main.

Il y aurait eu l’occasion pourtant de mentionner cette absence lors d’une minute de présentation qui, par ailleurs, a acquis une dimension pratiquement surréaliste, puisque les candidats devaient amener un objet censé représenter leur vision du monde. Une séquence pittoresque, relevant du populisme télévisuel le plus infâme, et qui n’aurait jamais dû être accepté par quiconque a encore le sens des réalités.

Les nationalistes ont bien entendu pu surfer sur une telle indignité, car ce genre de démarche est tout à fait dans l’esprit de leur démagogie, de leur populisme, de leur simplification, de leur outrance.

Florian Philippot, des Patriotes, a amené une baguette de pain, François Asselineau de l’Union populaire républicaine, des menottes symbolisant « l’emprisonnement » de la France par l’Union européenne, Nicolas Dupont-Aignan de Debout la France, un petit avion Airbus, Jordan Bardella du Rassemblement national, une passoire symbole de l’incapacité de l’Union européenne à « protéger nos citoyens, de protéger notre environnement, de protéger notre civilisation, face à la menace terroriste ».

Rien de plus facile pour eux, comme on le voit, de profiter d’une mise en scène absolument scandaleuse, anti-intellectuelle au possible. Et les candidats de gauche ont malheureusement ici succombé au populisme, cherchant à jouer sur les émotions, tentant d’attendrir, de dénoncer sur un ton bravache. C’est un moment très grave et il faut être ici certain qu’aucune figure socialiste ou communiste de la Gauche historique n’aurait accepté une telle mascarade.

Voit-on un journaliste demander à François Mitterrand, Léon Blum, Georges Marchais, Maurice Thorez… d’apporter un objet explicatif de leur démarche ? C’est un peu comme si on disait : oh non ce que vous dites est trop compliqué, faites-nous un dessin ! Pour l’anecdote, en 2017, Jean-Luc Mélenchon a justifié la disparition de l’Internationale comme chant pour la même raison. Il a dit : les gens ne savent pas ce que c’est, cela exclut, donc on ne garde que la Marseillaise.

Il a fallu donc assister à des scènes pathétiques, avec comme thème fondamental l’argent, encore et toujours l’argent, cette obsession à la Proudhon qui n’a strictement aucun rapport avec les exigences de la Gauche historique. Là aussi, il y a une faillite intellectuelle, très profonde, une déconnexion complète avec la réalité du travail, de la production, de la transformation de la réalité, des ouvriers. Quand on sait que les choses se changent, on ne se focalise pas sur l’argent ; on veut au contraire changer en profondeur les choses.

On a donc pu voir Ian Brossat du PCF apportant un bracelet de naissance contre l’austérité et les fermetures de maternité que cela implique, Manon Aubry de La France Insoumise montrant un chèque (celui fait par Emmanuel Macron en supprimant l’ISF, ou bien « un chèque en blanc pour la transition écologique »), Benoît Hamon de Génération-s faisant d’un gilet de sauvetage le symbole de l’aide aux banques après 2007 et l’absence de celle-ci aux migrants traversant la Méditerranée.

Ces pauvres malheureux pensent qu’en tentant de faire pleurer Margot et en réclamant de l’argent, ils vont avoir un écho populaire. C’est un véritable suicide, un massacre de tout le patrimoine intellectuel, culturel, idéologique de la Gauche historique !

Quant à Raphaël Glucksmann, de la liste commune Place publique-Parti socialiste, celui-ci a amené des morceaux du mur de Berlin, tout comme le centriste Jean-Christophe Lagarde de l’Union des démocrates et indépendants, ce qui veut tout dire : ce n’est qu’un bobo de centre-gauche cherchant à mener un hold-up électoral.

Il va de soi qu’avec un tel positionnement, rien ne pouvait sortir de tout cela. On était condamné à avoir comme thèmes les frontières, les migrants, l’entrée de la Serbie dans l’Union Européenne, le budget européen, le glyphosate, le SMIC européen ou le protectionnisme européen.

Non pas que ces thèmes ne soient pas importants, mais ils répondent à des phénomènes bien plus vastes, bien plus importants, à savoir principalement le rapport de l’humanité à la nature, l’impact de la consommation décidée par le capitalisme, la pression gigantesque des entreprises sur les travailleurs pour leur arracher du profit, la condition animale dans ce quelle représente à l’échelle planétaire, la déforestation et le déréglementent climatique comme conséquence de la dévastation de la course au profit.

Il n’y a eu personne à Gauche pour porter lors du débat ces thèmes, pour affirmer leur actualité, et c’est une catastrophe : aussi l’actualité est-elle de reconstruire la Gauche historique !

>> Retour à l'accueil