L’enrôlement des animaux dans la guerre

La Guerre, c’est la barbarie à tous les niveaux.

L’utilisation d’animaux à des fins militaires n’est pas une chose nouvelle, l’ensemble des conflits qui ont jonché l’histoire de l’humanité depuis la domestication du chien sont marqués par l’enrôlement des animaux.

Les chiens sont utilisés pour surveiller et combattre, avec des races de chien d’aujourd’hui qui sont le fruit d’une longue sélection génétique dont le seul but est qu’ils soient le plus apte aux combats, les bœufs, les chevaux, les éléphants ainsi que les chameaux et les dromadaires servent depuis longtemps pour le transport de matériel et de troupes ou pour des unités militaires spécialisées.

Les pigeons ont aussi été utilisés à des fins de communication pendant longtemps puis d’information durant la première guerre mondiale avec des appareils photo attachés sur leurs ventre, des tests de pigeons bombardiers ont aussi été effectués.

Durant la seconde guerre mondiale, des troupeaux de moutons ont été utilisés pour déminer des territoires, les moutons devant avancer dans les champs de mines et une fois le troupeau partiellement décimé, le champ était déminé…

Des essais avec des chauves-souris incendiaires ont été effectués par l’armée américaine avant d’être finalement abandonnés au profit du projet Manhattan qui développait l’arme nucléaire.

La seconde guerre mondiale est aussi connue pour être le conflit qui a vu émerger les zones sous-marines comme nouveau terrain d’affrontement, ce nouveau cadre a provoqué l’émergence de l’utilisation des animaux marins dans un cadre militarisé.

Ainsi, les armées américaines et soviétiques utilisaient des dauphins qui posaient des mines sur les bateaux, l’armée norvégienne utilisait des phoques pour miner les sous-marins soviétiques.

Plus l’histoire avance et plus les technologies militaires à disposition sont destructrices, ce qui mène inéluctablement à des conflits de plus en plus meurtriers tant pour les humains que pour l’ensemble des animaux enrôlés dans les conflits, cela est d’ailleurs vrai pour l’ensemble de la biosphère.

La guerre qui fait actuellement rage sur le territoire ukrainien n’échappe malheureusement pas à cette réalité. En effet, en 2012, l’armé ukrainienne a relancé dans la ville de Sébastopol située à l’ouest de la Crimée, un programme d’entraînement des dauphins à des fins militaires. Les dauphins sont entraînés à poser des mines, à reconnaître des ennemis, à se battre avec des nageurs, ils sont aussi entraînés à exploiter des armes déclenchées depuis le sol par les militaires.

La Crimée ayant été annexée en 2014 par la Russie, ce centre est passé sous leur contrôle. La capture des dauphins a servi la propagande nationaliste ukrainienne qui déclarait que les dauphins se laisseraient mourir d’une grève de la faim car c’est ce à quoi ils étaient entraînés et que c’était de bons soldats.

Nul doute qu’un bon nombre de chiens doit être actuellement utilisé de part et d’autre de ce conflits pour servir de gardiens ou de combattants.

Le document ci-dessous nous montre les animaux marins utilisés à des fins militaires et par quel pays, ce document ne concernant que les pratiques officielles.

L’irruption du conflit en Ukraine, qui ouvre la boite de pandore des conflits entre grandes puissances, ne doit pas nous faire oublier le sort des animaux, victimes invisibles et innocentes, embrigadés comme de simples machines au service des intérêts militaro-industriels des différents belligérants.

La guerre ne produit que chaos et destructions partout où elle se déroule, et aucun être vivant n’est épargné. Il appartient aux forces démocratiques et populaires d’œuvrer coûte que coûte au pacifisme et d’avancer vers une vie en correspondance avec l’ensemble de la biosphère.

Articles recommandés