Catégories
Société

La terrifiante situation des enfants «GPA» en Ukraine

106 enfants attendent leur mère qui ne l’est pas, car leurs mères à eux a servi pour l’industrie de la GPA. Le confinement montre parfaitement le caractère anti-naturel et criminel de ce marché capitaliste.

106 enfants « stockés » comme des télévisions attendant leur exportation, et avec une surproduction comme cela arrive sur les marchés : avec la fermeture des frontières due à la crise sanitaire, les naissances s’accumulent.

L’Ukraine, pays terriblement pauvre et avec une partie occupée par la Russie, révèle au monde des images terribles produites par un capitalisme sans limites. Ces enfants « accumulés » sont une terrible insulte à la dignité, à la vie.

Le CoRP, Collectif pour le Respect de la Personne, a publié ce tableau tout à fait éclairant sur le prix et les différents choix possibles pour une « GPA » en Ukraine.


Récemment, avant le confinement, il y a eu des problèmes à la naissance d’un bébé et l’homme ayant fait la commande n’est même pas venu. L’enfant a été bringuebalé de foyer en foyer avant de mourir. Est-ce là la dignité ? Est-ce là le respect de la vie ? Naturellement, on devine que ceux acceptant les élevages d’animaux acceptent logiquement que les bébés soient produits pareillement, en masse, de manière encadrée par le marché.

Le CoRP a d’ailleurs noté que le commissionnaire présidentiel ukrainien pour les droits de l’enfant, Mykola Kuleba, vient de protester contre cette situation des enfants « en attente ». Sur Facebook il dit même que :

« La naissance d’un enfant loin de sa mère n’est pas naturelle. En ce sens, l’Ukraine devient un supermarché international en ligne pour les bébés. »

C’est que tout cela est intenable. Jamais une opinion publique ne peut accepter une chose pareille. La PMA, la GPA, toutes ces élucubrations produites par le marché au service du consommateur roi, produisent des horreurs et si les gens n’y font pas attention, car ils sont prisonniers du libéralisme, lorsque cela leur pète à la figure ils prennent conscience et se révoltent. Chassez le naturel, il revient au galop.

L’Ukraine est, avec cette affaire, sur la bonne voie pour l’abandon de la GPA. Le caractère scandaleux de cette histoire est bien trop grand. Le capitalisme n’a pas réussi à hypnotiser les gens dans une telle situation, son visage ignoble a été révélé de manière bien trop flagrante.

Cela doit nous galvaniser pour une opposition ferme et intraitable à la PMA et à la GPA, à la généralisation du consommateur roi défaisant les réalités naturelles comme bon lui semble, c’est-à-dire en réalité comme bon cela semble au marché.

La réalité est la réalité. Lors d’une situation de crise, cela s’impose au-delà de toute machine à illusions.

Catégories
Société

«La prostitution, plaie et honte de notre civilisation»

Voici un petit article très intéressant, issu d’une rubrique du journal Le Populaire (organe du Parti Socialiste SFIO) daté du 5 juin 1934 et évoquant le sujet de la prostitution.

1934. Une militante socialiste s’adresse à une militante contre la prostitution, qu’elle veut convaincre de rejoindre la lutte politique, générale, contre le capitalisme. Quand elle évoque la prostitution, son point de vue est simple, clair, net et précis : la prostitution est la plaie et la honte de notre civilisation.

Voilà le point de vue de la Gauche historique, affirmant la morale prolétarienne contre la décadence bourgeoise et la corruption des corps et des esprits par le grand marché capitaliste. Voilà qui est littéralement opposé à l’ultra-gauche libérale libertaire et décadente, défendant la prostitution et agressant même des féministes opposées à la prostitution.

Cet article est issu de la rubrique « La militante – tribune des femmes socialistes » du journal Le Populaire daté du 5 juin 1934 :

Le « redressement moral »

J’ai rencontré une protagoniste du droit de vote pour les femmes dans un préau d’école un soir de scrutin. Le lieu n’était pas très propice aux conversations et encore moins aux discussions, car c’était au moment du dépouillement des bulletins de vote. Nous étions dans une atmosphère de grande surexcitation, de sorte qu’entrecoupé par des cris d’une foule houleuse et énervée, notre entretien ne fut pas long.

J’eus juste le temps d’apprendre que mon interlocutrice appartenait également à la Ligue du « Redressement moral ». Cette ligue tient, paraît-il, à rester en dehors de la politique, et ne désire que s’occuper des questions concernant la prostitution. Sa tâche principale est le relèvement de la moralité.

Je regrette la brièveté de notre entretien. Mais dans l’espoir que notre page retient parfois l’attention de mon interlocutrice, j’essayerai de le continuer ici tout en tirant les conclusions logiques. Si j’en avais eu le temps, j’aurais demandé : « Comment cette ligue prétend-elle, dans les cadres du régime actuel, faire un véritable redressement ? Quels remèdes préconise-t-elle pour le relèvement de ces « créatures immorales » que vous dites en marge de la société, de cette société pourtant si coupable envers ces malheureuses ? »

Vous savez sûrement, madame, que l’on ne peut apporter des remèdes efficaces aux maux de toute sorte sans en rechercher les causes. Vous connaissez, bien entendu, les faits principaux amenant ces femmes à la prostitution, plaie et honte de notre civilisation.

Ces pauvres filles sont tantôt des bonnes séduites par le patron ou le fils de la maison et abandonnées à leur sort, tantôt c’est la grande misère de leur famille qui pousse les jeunes filles à faire commerce de leur corps, souvent les travailleuses des magasins ne gagnent qu’un salaire dérisoire, alors qu’elles sont obligées d’être mises plus que correctement.

Nous, femmes socialistes, nous les connaissons tous ces phénomènes aboutissant à l’immoralité forcée ; mais ce que nous savons aussi, c’est que la véritable cause de toutes les misères de l’humanité, y compris la prostitution, réside dans le régime même que nous subissons. C’est seulement en changeant la structure sociale et économique de la société que l’on arrivera à un réel « redressement de la moralité » et non en prêchant simplement une moralité que les circonstances rendent si difficile d’observer.

J’étais d’accord avec mon interlocutrice pour revendiquer le droit de vote.

Mais, contrairement à ce que pensent les féministes, le vote n’est pas pour nous un but, mais un moyen devant servir à l’affranchissement total de la femme. En amenant les femmes sur l’arène politique, surtout celles qui appartiennent à la classe travailleuse, celles qui fournissent le plus grand contingent de ces parias – objet des préoccupations des dames patronnesses – on arrivera à mieux leur faire comprendre leur propre intérêt, et elles verront qu’il est nécessaire pour elles de travailler à l’émancipation des classes opprimées et de préparer l’établissement du régime socialiste, qui, seul, fera disparaître le chômage et la misère, facteurs essentiels de la prostitution.

Ainsi la femme contribuera à l’instauration d’une vie saine et morale, que les conditions actuelles de vie rendent impossible.

Hélène EPSTEIN.

Catégories
Société

8 mars, la Cause des femmes: une exigence culturelle

C’est la Gauche politique qui a posé la date du 8 mars. C’est la Gauche politique qui fait vivre cette date. Car la condition féminine est réelle et par conséquent dépend du capitalisme. Promouvoir la libération de la femme implique de passer par le dépassement du capitalisme pour exiger un changement culturel réel.

Le 8 mars est la journée internationale des femmes, qui a été conceptualisée et mise en avant par le mouvement ouvrier, à travers l’Internationale socialiste des femmes. L’URSS, en reconnaissant officiellement cette date en 1921, lui a donné un élan général. La date précise du 8 mars a d’ailleurs été choisie par Lénine, en référence à une grève d’ouvrières du textile au tout début des révolutions russes de 1917.

Tout cela n’est pas que symbolique ou une question de mémoire. C’est une question de culture. Car tout passe pour les femmes par la culture, cette dernière déterminant que tel ou tel comportement soit valorisé, dévalorisé, légal, interdit.

Or, il y a une culture de la violence sexiste, dont la prostitution et la pornographie sont des vecteurs – et en même temps des fondements. Le capitalisme véhicule cette culture, comme toutes celles qu’il peut transformer en monnaie sonnante et trébuchante. Le capitalisme produit même des poupées sexuelles « enfant ». Car le capitalisme vend n’importe quoi.

Le féminisme bourgeois admet que le capitalisme est une bourse aux cultures et tente de renverser les tendances, comme les Femen en manifestant torse nue. C’est une conception totalement erronée, à la fois car jouant sur la sexualisation et admettant qu’il y aurait une « bourse aux idées ».

En réalité, il faut une culture fondée sur la civilisation, une culture féministe fondée sur la civilisation, écrasant la culture non féministe fondée sur le capitalisme. La Cause de la femme est toujours concrète : elle est celle des femmes dans la réalité. Et cette réalité n’est pas un « patriarcat » abstrait, mais une culture individualiste où les hommes tirent leur épingle du jeu en profitant des restes du vrai patriarcat ayant existé dans le passé.

Dans une société individualiste, pourquoi les hommes feraient-ils des efforts, si en plus les femmes sont encore largement aliénées par les valeurs du passé elles-mêmes ? Il suffit de regarder les femmes en France en 2020 pour voir que la très grande majorité, voire pratiquement la totalité, accepte les règles du jeu beauf, ne comptent aucunement se remettre en cause pour devenir féministe.

Elles préfèrent savoir dans quelle mesure leur partenaire est beauf pour le manœuvrer individuellement. Le premier ennemi des femmes, c’est elles-mêmes aliénées, car le capitalisme aliène tout le monde, individualise tout. L’enterrement de vie de jeune fille est typiquement une tradition petite-bourgeoise de femmes qui, par définition même, est totalement anti-féministe de par sa dimension régressive.

Seules des femmes offensives, assumant la cause démocratique de l’égalité hommes-femmes, peuvent taper du poing sur la table et exiger une transformation culturelle concrète, car portée par le peuple.

Les mesures institutionnelles comptent, mais tout le monde sait que sans la dimension culturelle, cela ne va pas assez loin, cela s’effrite, cela disparaît. La Cause des femmes peut reculer. Elle recule d’ailleurs dans le monde, comme toute la Cause démocratique, la Cause du Socialisme.

Qui veut la Cause des femmes sait que c’est une Cause démocratique, liée à la question démocratique en général, donc au Socialisme. Le seul féminisme possible porte la culture – et donc se fonde sur la classe ouvrière, qui elle seule peut porter une culture en rupture avec les modèles dominants.

Catégories
Société

Féminisme: Marguerite Stern ouvre la boîte de Pandore

Activiste féministe, Marguerite Stern a posté la semaine dernière un message traçant le bilan de ses activités, avec une perspective critique sur la démarche postmoderne nuisant au combat des femmes. Cela lui a valu une haine implacable et une avalanche d’insultes, les postmodernes entendant écraser la moindre opposition.

Pour comprendre l’ampleur du problème et saisir la nature du très intéressant message de Marguerite Stern, il faut savoir qu’il existe une opposition totale entre deux courants américains, dont les lignes se reflètent partout dans le monde :

  • il y a ce qu’on appelle le « féminisme radical », qui est issu du féminisme traditionnel et qui n’est pas d’accord pour dire qu’un homme se disant femme soi reconnu comme tel. Le phénomène des hommes « transexuels » s’impliquant dans le féminisme est même considéré comme une sorte de colonisation par des hommes reprenant les codes sexistes classiques (maquillage outrancier, talons aiguilles, etc.) ;
  • il y a le courant postmoderne pour qui tout est un choix individuel identitaire, qui fait donc des « personnes transgenres » l’alpha et l’oméga de la contestation, le sujet révolutionnaire par excellence. C’est le libéralisme libertaire à l’offensive.

On a donc d’un côté le « féminisme radical » qui est authentique, raisonnable, constructif, dans la tradition historique du féminisme. Et on a de l’autre le courant postmoderne qui est décadent, porté par une scène universitaire petite-bourgeoise hystérique, ultra agressive.

Parmi les termes dont il est à un moment parlé dans le message de Marguerite Stern, il en est deux relevant de l’opposition entre ces courants. Il y a d’abord « TERF » (trans-exclusionary radical feminist), « féministe radicale exclusive des trans », acronyme utilisé par le courant postmoderne pour dénoncer la « transphobie » de ceux pensant qu’une femme est une femme et un homme un homme.

Il y a ensuite celui de « cis ». Les postmodernes dénoncent en effet la dictature du « cisgenre », terme inventé pour désigner les gens dont le « sexe » biologique correspond au « genre », à l’opposé des « transgenres ».

Marguerite Stern, avec son message, fait donc à la fois quelque chose juste et d’insensé. De juste, car ce qu’elle dit est vrai. De l’autre, son approche est suicidaire, car elle ne dénonce pas les postmodernes frontalement… Tout en faisant ce qu’ils considèrent de toutes façons comme une déclaration de guerre.

C’est un épisode de la lutte des classes. Les postmodernes tentent de supprimer tout ce qui relève de la raison, de la Gauche historique, de la reconnaissance de normes (ici biologiques), de valeurs, de culture.

Voici le message de Marguerite Stern, qui est en ligne ici, sur Twitter, avec également beaucoup de commentaires.

« Voici un thread qui me vaudra probablement plus d’insultes et de menaces que je n’en n’ai jamais eu avant mais tant pis. J’ai besoin d’expliciter mes positions au sujet du mouvement queer. J’ai trop retenu, trop subis.

Trois sujets divisent les féministes : prostitution, religions, transactivisme. Je n’ai aucun problème à dire que l’existence de la prostitution est une violence faite aux femmes (et même à celles qui ne sont pas en situation de prostitution, car nous sommes TOUTES prostituables)

Aucun problème non plus à dire que la religion catholique c’est de la merde, que l’islam c’est de la merde, que le judaïsme et le bouddhisme c’est de la merde. Toutes les religions abîment de façon égale, la dignité des femmes.

Par contre, j’ai un problème à m’exprimer sur le transactivisme. Dès que je le fais, on me lynche. Ces attaques sont de plus en plus violentes, et je sais que de nombreuses autres féministes ne s’expriment pas à ce sujet parce qu’elles ont peur, à juste titre, d’être harcelées.

Mais aujourd’hui, quitte à perdre beaucoup de soutiens, je n’en peux plus, et j’ai envie d’exprimer clairement ce que je pense. Peut-être un peu dans le désordre, sous le coup de l’émotion, mais tant pis.

Depuis que j’ai lancé le mouvement de collage contre les féminicides, je suis heureuse, et inspirée de voir des milliers de femmes investir l’espace public. rapidement, des collages sur d’autres sujets que les féminicides ont commencé à fleurir, et c’est une bonne chose.

J’ai moi même, pendant des mois, collé sur d’autres sujets avant d’en venir aux féminicides. Mais aujourd’hui, j’ai l’impression que le mouvement que j’ai créé, se retourne contre moi.

De nombreuses branches comme celles de Lyon ou Montpellier par exemple, n’hésite pas à faire des collages sur des sujets clivants dans le féminisme, se positionnant clairement du côté intersectionnel, et excluant de fait, les féministes universalistes.

À Paris, quand j’ai accueilli chez moi des centaines de femmes au tout début du mouvement, j’avais bien précisé que je souhaitais qu’au delà de nos désaccords, nous soyons unies pour lutter contre les violences conjugales. Aujourd’hui, ça n’est plus du tout le cas.

Des féministes universalistes me rapportent avoir été exclues de branches où les activistes se positionnent comme intersectionnelles, et font des collages sur des sujets clivant tout en utilisant l’étiquette (à mon grand regret, c’est devenu une étiquette) « collages féminicides ».

Bref. Aujourd’hui, j’ai découvert ce collage sur le compte instagram « Collages féminicides Montpellier ». Et ça n’est pas le premier. J’ai donc décidé d’écrire ce thread pour dire ce que j’en pense.

[Sisters = Soeurs, en anglais. Cisterf : mélange des termes « Cis » et « Terf ».]

La première chose, c’est que je trouve que les débats sur le transactivisme prennent de plus en plus de place dans le féminisme, et cristallisent même toute l’attention. J’interprète ça comme une nouvelle tentative masculine pour empêcher les femmes de s’exprimer.

De tous temps, les hommes ont tenté de silencier les femmes en faisant taire leurs révoltes. Aujourd’hui, ils le font de l’intérieur en infiltrant nos luttes et en occupant le devant de la scène.

La deuxième chose, c’est que je trouve détestable qu’un outil aussi important que l’écriture inclusive, et qui est sensé servir les intérêts des femmes, soit désormais utilisé pour les invisibiliser. dans les débats féministes sur instagram (et j’ai conscience du fait qu’il (…)

s’agit peut-être de débats de niches), on n’utilise plus les mots « femmes » et « hommes » pour parler de sujets spécifiques comme les règles par exemple. On parle désormais de « personnes à vulves ». Et bien je considère que ça m’invisibilise.

Non, je ne suis pas une « personne à vulve », je suis une femme. Je suis née femme, et avant même ma naissance, dans le ventre de ma mère, j’ai subi des discriminations de ce fait. J’ai subi des choses qu’un homme qui voudrait devenir une femme ne pourra jamais appréhender.

Troisièmement, je suis pour qu’on déconstruise les stéréotypes de genre, et je considère que le transactivisme ne fait que les renforcer. J’observe que les hommes qui veulent être des femmes, se mettent soudainement à se maquiller,

à porter des robes et des talons. Et je considère que c’est une insulte faite aux femmes que de considérer que ce sont les outils inventés par le patriarcat qui font de nous des femmes. Nous sommes des femmes parce que nous avons des vulves. C’est un fait biologique.

Portez des robes, des talons et des perruques, maquillez vous, si vous voulez. Je n’irai pas crier à l’appropriation culturelle, mais ne venez pas dire que vous êtes des femmes. de la même façon que je n’aurais jamais l’indécence de brunir ma peau en déclarant que je suis noire.

Quatrièmement, arrêtez de me dire que je vous oppresse. C’est vous qui m’oppressez en renforçant justement ces stéréotypes de genre. Et j’ai le droit de le dénoncer car je n’appelle pas à la haine. Mes propos sont dans le cadre de la loi, puisque moi, contrairement à vous,

je suis capable de faire la différence entre transidentité et transactivisme. C’est-à-dire entre les personnes et les idées. Que des personnes trans existent, je m’en fiche. Qu’elles viennent coloniser le débat féministe en ramenant tout à elles au point que

certaines féministes dites « cis » n’aient plus que cette lutte pour objectif, me révulse. Cinquièmement, les sacro saintes notions de « liberté », de « choix » et de « tolérance » ne veulent rien dire si elles ne sont pas explicitées.

« j’ai la liberté de me voiler », « je choisis de me prostituer », « je suis trans, soit tolérante », cela ne veut rien dire. Oui tu peux dire que tu es libre de te voiler, de te prostituer ou d’être trans, mais la question du libre choix est illusoire.

Je considère que ces choix sont le fruit d’un conditionnement par le système patriarcal. S’il en était autrement, pourquoi les hommes ne se voileraient pas et ne se prostitueraient pas autant que les femmes? Il en va de même pour le transactivisme.

Pourquoi les personnes trans qui occupent le devant de la scène comme lors de la manifestation Nous Toutes, ou comme les drags queens (largement plus répandues que les drag king) sont elles plus nombreuses ou du moins, plus visibles?

(et oui, je sais, ici on parle plutôt de travestissement, mais je considère que ce sont les mêmes mécanismes à l’oeuvre)

Je conçois que des personnes trans puissent ne pas se reconnaitre dans l’identité de genre attribuée à leur sexe. Que des hommes aient envie de porter des robes, que des femmes aient envie qu’on cesse de les sexualiser et de les infantiliser par le langage, (…)

d’où l’envie de changer d’image et donc de pronom. Mais tout ceci (les vêtements, les appellations sociales), ne demandent qu’à être déconstruites. Pour les déconstruire, inutile de dévoyer les débats féministes.

Je précise que quand je m’exprime à ce sujet, je reçois habituellement beaucoup d’insultes, de menaces, et de messages condescendants. Mais je reçois aussi beaucoup de messages de femmes qui pensent comme moi, mais qui ne le disent pas parce qu’elles ont peur.

Et dernièrement, si vous voulez m’attaquer ou me contredire, faites le avec de vrais arguments, pas à base de ressentis. J’ai conscience du fait que certaines personnes vont me dire qu’elles blessées par mes propos,

mais ces personnes là doivent aussi réaliser que je suis blessée par les leur. Et j’ai, comme elles, le droit de l’exprimer. Mais je le fais de façon construite, et j’avance des arguments qui relèvent des sciences dites « dures » et sociales. »

Catégories
Culture

Playlist: «Tout le pouvoir aux magiciennes !»

Orientée gothique mais avec sa dimension électronique, cette nouvelle playlist met en valeur les magiciennes, c’est-à-dire des artistes qui ont apporté une dimension totale dans leur approche et une grande profondeur dans leur expression musicale. Leur grâce s’impose.

[ La playlist est lisible avec le lecteur streaming de votre choix. Comme d’habitude, elle sera disponibles pendant quelques semaines sur la colonne de droite du site (version web) ou en bas de la liste des articles (version mobile) ]

Nous vivons une époque de simplisme et de raccourcis et il n’est nul besoin d’être devin pour savoir que cela provient de la pression du capitalisme, qui veut une consommation rapide, irréfléchie, sans nuances ni profondeur.

Toute profondeur culturelle se voit ainsi malmenée, repoussée, niée et cela implique, par définition même, la régression pour les femmes de l’affirmation de leur existence. Pourquoi ? Parce que la psychologie des gens dans le capitalisme se réduit à des impulsions.

Or, les femmes doivent encore s’extirper de l’écrasement subie pendant des milliers d’années par le patriarcat puis par la course effrénée imposée par le capitalisme sur le plan de la vie quotidienne. À cela s’ajoute ce que bien entendu certains trouveront erroné, alors que la vie quotidienne le montre aisément : l’amplitude psychologique bien plus large de la femme par rapport à l’homme, tout simplement de par le rapport à la vie.

Il y a donc lieu de célébrer les magiciennes qui, à rebours de la vulgarité, de l’obscénité même, ont exprimé une réalité à la fois féminine et hautement culturelle, avec une sensibilité esthétique et sobre en même temps, à la fois intime et virevoltante.

On aurait pu se tourner ici vers tous les styles de musique, penser à la chanteuse des années 1960 Janis Joplin, ou bien même pourquoi pas à des figures kitsch mais sympathiques telles Cindy Lauper ou Madonna à ses débuts, avec leurs affirmations féministes. Le mouvement mi-punk mi-grunge des riot grrrls est également incontournables.

Il aurait été dommage toutefois ne pas accorder la préséance au son froid et hypnotique du tout début des années 1980, soit gothique soit électronique, se combinant à une voix féminine énigmatique ou peut-être plutôt enchanteresse. Il y a dans cette combinaison apparemment opposée, contradictoire de froideur et de chaleur une réelle mise en perspective de comment la femme s’arrache d’un monde où elle n’a pas (encore) le pouvoir.

De plus, le romantisme du gothique a puissamment aidé à l’expression de l’intériorité subjective, ainsi qu’appuyé une ampleur esthétique faisant des « magiciennes » des artistes totales.

Chaque époque produit bien entendu ces magiciennes et actuellement, on peut s’intéresser, avec un regard critique, à la Norvégienne Aurora, l’Ukrainienne Onuka, l’Américaine Billy Eilish ou encore l’Australienne Sia, (ces deux dernières étant par ailleurs véganes), voire encore Yolanda Visser de Die Antwoord.

Catégories
Société

[tribune] «Contre les violences faites aux femmes? Dénoncez la prostitution et la GPA!»

Voici une tribune initialement publiée sur le site de Marianne par les militantes féministes Ana-Luana Stoicea-Deram (membre du CoRP), Marie-Josèphe Devillers et Catherine Morin Le Sech. Elles dénoncent les agressions qu’elles ont subi lors des manifestations contre les violence à l’égard des femmes le week-end dernier. Ces activistes féministes ont ici gravement sous-estimé l’hégémonie de la « Gauche » post-moderne et sa volonté de briser, y compris par la violence, tout ce qui relève de la Gauche historique.

« Contre les violences faites aux femmes ? Dénoncez la prostitution et la GPA !

Le 25 novembre est la « journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ». Ce sont les Nations unies qui ont établi cette date, et qui ont aussi défini la violence à l’égard des femmes comme « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ».

Ce samedi, en France, à l’appel du mouvement NousToutes, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pour dénoncer l’une des formes les plus graves de ces violences : le féminicide. Les meurtres et les assassinats de femmes, en raison de leur sexe, ont augmenté cette année. Les plaintes portées par plusieurs d’entre elles, leurs demandes d’aide, n’ont pas empêché leurs agresseurs de les tuer. Pourquoi ?

Des violences ignorées

Car le féminicide s’inscrit dans une suite de violences que peuvent subir les femmes. Des violences générées ou tolérées par un système (social et politique) dans lequel des pratiques sociales et des comportements qui causent des préjudices ou des souffrances aux femmes, sont considérées comme acceptables, et donc acceptées. Toutes les personnes qui ont manifesté samedi ont voulu dénoncer les féminicides. Mais toutes ne sont pas prêtes à reconnaître l’ensemble des pratiques qui participent du système patriarcal et dont le féminicide est l’une des formes les plus visibles, mais seulement l’une de ses formes.

Le patriarcat est caractérisé par le déploiement d’un continuum de violences à l’égard des femmes, qui peuvent s’exercer avant même la venue au monde d’une fille (en l’empêchant, par sélection du sexe de l’enfant à naître), et ensuite tout au long de la vie d’une femme. Ces violences sont exercées en tant que telles, et visent à éduquer les filles et les femmes à la soumission aux hommes. Excision, mariage forcé, interdiction de travailler, discriminations, stéréotypes sexistes… – si des différences de nature et de degré existent, si certaines de ces pratiques sont interdites et combattues, d’autres sont admises, voire promues. Certaines violences seraient-elles plus tolérables que d’autres ?

Des pratiques qui s’enracinent dans les stéréotypes sexistes les plus rétrogrades font l’objet d’une attention bienveillante et d’une propagande très favorable à leur développement. Il s’agit de la prostitution et de la pratique dite de gestation pour autrui (GPA). Les deux sont justifiées par un soi-disant « consentement » des femmes à les pratiquer, et aussi par leur ancienneté : ne dit-on pas que la prostitution serait « le plus vieux métier du monde » ? N’entend-on pas, à l’Assemblée nationale, en 2019, tel député, regrettant d’être « timide, peu aventureux », pour ne pas faire comme ses ancêtres, qui pratiquaient la GPA, tel que le relaterait l’Ancien Testament* ? La propagande en faveur de la prostitution et de la GPA est présente depuis plusieurs mois dans de nombreux médias, dont des radios publiques. Dès lors, montrer l’évidence, à savoir les violences que ces pratiques représentent pour les femmes, se heurte au refus d’accepter les arguments des personnes qui les décrivent, étayés par les droits humains, des chiffres et des témoignages.

Les deux, prostitution et GPA, lorsqu’elles sont décrites et désignées comme violences, lorsqu’elles sont montrées comme des pratiques à abolir, suscitent le mépris, le rejet, voire l’agressivité et la violence à l’encontre des abolitionnistes.

C’est bien ce qui s’est passé samedi 23 novembre, dans plusieurs villes où des manifestations ont été organisées pour dénoncer la violence à l’égard des femmes. A Toulouse, des abolitionnistes ont été agressées, verbalement et physiquement, et leurs pancartes demandant l’abolition de la prostitution ont été détruites par des personnes qui se trouvaient aussi dans la manifestation. A Marseille, les abolitionnistes ont eu du mal à faire porter leurs slogans. A Paris, nos pancartes exprimant la violence médicale et psychologique de la GPA, l’exploitation et la marchandisation des femmes dans cette pratique ainsi que dans la prostitution, nous ont valu un jet de bouteille, des propos agressifs et la destruction d’une partie de nos tracts par des personnes venues manifester contre les féminicides. Les gens étaient là pour les féminicides et non pour dénoncer toutes les violences et surtout pas la prostitution ni la GPA.

Dénoncer le système patriarcal

Ainsi est-il entendu que l’on peut combattre ce qu’il est indiqué de combattre, ce pour quoi tout le monde est là, ce qui fait consensus : le féminicide. Mais dénoncer le système patriarcal dans la globalité de ses violences, en montrer l’étendue, les pièges discursifs et conceptuels qu’il tend aux femmes (« consentement », « libre choix »), est loin d’être accepté. Non que soit difficile à comprendre, le lien entre la violence et la prostitution ou la GPA. Non par manque de données prouvant les risques énormes encourus par les femmes qui se prostituent comme par celles qui deviennent mères « porteuses ». S’il est difficile à admettre l’évidence des violences que ces pratiques infligent aux femmes, c’est en raison du consensus médiatique, des discours lénifiants de celles et ceux qui les promeuvent, et qui veulent faire croire que si des femmes sont mutilées dans la prostitution, si elles perdent leur utérus dans la GPA, si elles sont assassinées en tant que prostituées, ou si elles meurent pendant ou des suites d’une grossesse GPA, eh bien, ce ne serait qu’une question de choix, librement consenti.

Lorsque des médias publics n’ont de cesse de raconter à quel point la vie de « fille facile » fascine les journalistes, comment peut-on admettre que des jeunes filles sont forcées à se prostituer, qu’elles y arrivent après avoir subi des viols, souvent des incestes, depuis leur enfance ? Quand des députés très en vue et autres politiques disent leur sympathie pour leurs amis ayant eu recours à la GPA, comment accepter l’évidence de la violence médicale, obstétricale et psychologique faites aux mères « porteuses » ?

Les préjudices et les souffrances infligés aux femmes dans la prostitution et dans la maternité de substitution (c’est ainsi qu’il faut nommer cette pratique, et non GPA, qui réduit la femme à l’état de « gestatrice », lui niant toute humanité), sont autant de violences faites aux femmes, parce qu’elles les subissent en raison de leur sexe. Elles s’inscrivent dans le continuum de la violence à l’encontre des femmes, et sont d’autant plus fortes, qu’elles sont niées, rejetées, réduites au silence. La violence que l’on ne veut pas admettre, et qui s’impose par la force du constat, est retournée contre les abolitionnistes qui seraient coupables de la dénoncer, responsables de la donner à voir par les consciences lucides de celles et ceux qui portent la revendication de l’égalité entre les femmes et les hommes.
On ne peut pas espérer éradiquer le féminicide si l’on ne combat pas le patriarcat dans sa globalité, c’est-à-dire en abolissant toutes les pratiques qui infériorisent les femmes, pour les exploiter sexuellement et à travers la reproduction.

*Tous les exemples utilisés pour donner à croire que des femmes mentionnées dans la Bible seraient des mères porteuses sont interprétés de façon tendancieuse. Ces femmes (cas d’Abraham, Hagar et Sarah), servantes ou esclaves, sont violées et elles élèvent elles-mêmes leurs enfants et les emmènent avec elles lorsqu’elles sont chassées, ce qui n’est pas le cas avec la GPA. »

Catégories
Société

La manifestation contre les violences sexistes et sexuelles du 23 novembre 2019

La France est un pays qui connaît un engagement démocratique ayant une base solide. C’est ainsi qu’il faut comprendre la manifestation parisienne du 23 novembre, où 50 000 personnes ont exigé un arrêt des violences sexistes et sexuelles et aux « féminicides ». Mais le niveau culturel est totalement nul. Les violences sont considérées de manière purement abstraite, comme si elles étaient séparées des valeurs en perdition de la société. La seule exigence atteinte est d’ailleurs celle d’un engagement financier accru de l’État.

Les participants à la manifestation du 23 novembre 2019 ont été très satisfaits de la mobilisation. Des gens comme Manon Aubry‏ (pour qui 150 000 personnes sont venues), ont même parlé d’un succès « historique ». C’est tout de même étrange et c’est là qu’on s’aperçoit de l’origine sociale qui a prédominé.

Non pas qu’il soit faux de se mobilier contre les violences faites aux femmes. Cependant, dans le peuple, personne ne se dit qu’on va vers une amélioration de la condition des femmes et que, d’ailleurs, il suffirait de rajouter 700 millions de budget pour résoudre les problèmes.

Loin d’être « historique », la manifestation a donc exprimé plutôt une terrible défaite. Car les violences sexuelles commises par des hommes contre des femmes (et des enfants) est un grand non-dit de la société française. Elles ont beau être massives, le règne de l’individualisme empêche toute lecture culturelle, sociale et politique. La justice réduit cela à un fait-divers perturbant l’opinion publique et cela s’arrête là.

La manifestation du 23 novembre a par conséquent ceci d’inquiétant qu’elle exprime une prise de conscience non pas « positive » et cherchant à renverser la situation (même si elle prétend le contraire en disant qu’elle entend corriger les choses), mais entièrement « négative » comme fruit d’une véritable crise générale en ce domaine.

Pour dire les choses de manière alambiquée : la société française est en faillite morale et culturelle. La cause de cette faillite est simple : le capitalisme réduit tout aux individus et démolit la démocratie – y compris la démocratie dans le couple. Il n’y a pas de « féminicides » mais des meurtres qui sont une conséquence du refus de reconnaître la démocratie par des hommes assumant une posture patriarcale.

Les femmes aussi nient tout autant la démocratie dans le couple, la différence significative étant que les conséquences ne sont pas meurtrières. Reste que dans le capitalisme tout le monde est corrompu, tout le monde maltraite l’autre. Là est le véritable problème de fond.

Tout cela est cependant trop politique pour des gens se mobilisant mais refusant de rompre avec l’ordre établi, espérant encore et toujours que tout se règle. De même que les gilets jaunes demandent de l’argent à l’État, la solution féministe serait de demander de l’argent à l’État.

Il y a bien entendu la nécessité de parer aux urgences pour les femmes battues – mais dans une société toujours plus en crise, le nombre des violences contre les femmes va forcément toujours plus grandir. C’est cela dont il faut prendre en conscience et se mobiliser pour le Socialisme, qui seul peut être un frein social et historique à la tendance en cours, puis l’abolir s’il a les moyens d’État !

Il y a d’ailleurs un piège philosophique avec cette histoire de centaines de millions d’euros demandés. L’argent exigé vise en effet l’amélioration des conditions d’accueil individuel, afin de souligner que les problèmes des « féminicides » seraient toujours « individuels », tout serait une question d’individus seulement.

Il est ainsi considéré de manière abstraite qu’il y a des individus malsains et qu’il faut une solution individuelle pour les femmes victimes, ce qui a sa dignité, mais ce qui est une illusion dans un pays capitaliste où les valeurs s’effondrent et où la tendance à la guerre est toujours plus marquée !

Lorsque Adrien Quatennens‏ (de La France Insoumise) dit qu’il faut « réclamer 1 milliard pour sortir du cauchemar », c’est de la démagogie. On ne sort pas du cauchemar capitaliste sans de lourds sacrifices ! Mais le peuple n’y est pas prêt. D’où les contorsions de la réalité, la demande à l’État d’intervenir, l’illusion que tout va s’améliorer.

Il ne faut pas s’étonner si avec un tel formatage, même le Président de la République peut trouver très bien ce genre d’initiatives apolitiques et surtout déconnectées des rapports sociaux :

« J’adresse mon soutien à chaque femme qui a vécu des violences sexistes ou sexuelles. Comptez sur moi pour poursuivre la mobilisation du gouvernement et de la Nation entière dans cette grande cause. Besoin de l’engagement de chacun(e) pour #NeRienLaisserPasser. #NousToutes »

Les petits-bourgeois qualifieront de catastrophisme une telle approche critique. Mais c’est dans leur nature que de semer des illusions sur la pérennité d’un système capitaliste qui est en train de s’effondrer sous nos yeux.

Catégories
Société

«Miss France n’a pas le droit de faire 1 mètre 65, mais elle peut avoir une bite»

Le concours Miss France fait typiquement partie de ce genre d’arriération culturelle dont attend avec impatience la disparition quand on est de gauche. Mais au lieu de disparaître, il s’adapte au délire post-moderne ambiant et admet maintenant la possibilité qu’un homme qui se prétend femme puisse y participer. Cela n’a aucun sens, mais peu importe, du moment que cela colle à l’air du temps d’une société en déperdition.

La grande prétention du capitalisme, c’est l’existence de cette fameuse classe moyenne, qui serait la majorité et aurait accès à tout le confort matériel et toutes les possibilités culturelles. C’est bien-sûr un grand mensonge pour qui n’a pas abandonné la flamme de la civilisation au profit de la « magie » de Disney. En attendant, la société française a produit en masse ces enfants gâtés qui ne veulent d’aucune norme, ni d’aucune définition qui pourrait nuire à leurs caprices d’enfants-rois.

La réalité biologique elle-même est devenue de trop, alors il faudrait accepter qu’on puisse choisir son « genre » comme on choisit la coque de son Iphone. Les plus résolus se prétendent même au-dessus des « genres », composant à leur gré leur propre personnage, un peu homme, un peu femme et même autre chose.

Ces gens sont aujourd’hui tellement sûrs d’eux qu’ils pensent avoir l’autorisation morale de casser les dents à ceux qui disent non à leurs délires.

TF1 n’a aucun problème avec ce discours « trans », tellement il est évident que ce n’est que le produit de la consommation capitaliste aliénant tous les rapports sociaux, jusqu’à la vie elle-même. Voilà en effet de parfaits cerveaux disponibles pour le matraquage publicitaire télévisuel… La société Miss France a donc décidé de coller à l’air du temps et sa directrice générale Sylvie Tellier a expliqué dans un entretien au Parisien qu’une prétendue femme « trans » pourrait très bien participer au concours.

« Nous ne sommes pas la police » a-t-elle justifié en précisant que le règlement nécessite d’« être de sexe féminin » (à l’état civil, ce qui n’oblige à aucune opération), mais pas d’être « né de sexe féminin ». Nuance !

C’est alors que l’esprit populaire encore éveillé remarque :

« Miss France n’a pas le droit de faire 1 mètre 65, mais elle peut avoir une bite ! »

C’est effectivement du grand n’importe quoi ! La société marche complètement sur la tête en acceptant de telles horreurs dans l’actualité. Il faut vraiment le retour de la Gauche historique pour renverser tout cela et imposer la morale et les valeurs populaires. Sans quoi, l’extrême-Droite ne cessera de gagner des positions et s’approchera toujours plus du pouvoir en ayant le champ libre pour se présenter comme le seul rempart de la civilisation face à toute cette décadence.

Catégories
Société

Communiqué du PCF sur le «Grenelle Violences Conjugales»

Communiqué publié mardi 3 septembre 2019 par le PCF :

« Annonces d’Edouard Philippe au grenelle des violences conjuguales : Fake news budgétaire !

Le « Grenelle Violences Conjugales » a  commencé aujourd’hui. Depuis l’annonce de sa tenue, 27 femmes sont décédées, assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint. Ces assassinats auraient pu être évités. Il auraient du l’être.
Ce grenelle doit avoir pour priorité l’engagement de l’État dans un plan ambitieux d’éradication des violences dites conjugales. Il ne doit pas se limiter à des effets d’annonces et à des plans de communication.

Alors qu’il manque 1 milliard d’euros pour accompagner et mettre à l’abri les femmes victimes, le Premier ministre annonce un plan de 5 millions d’euros pour la création de 1000 place d’hébergement d’urgence. Fake news budgétaire ! Avec 5 millions, une centaine de places seulement pourrait voir le jour.

Des mesures existent, il faut les mettre en place. Le PCF, mobilisé contre les violences faites aux femmes, exige l’application et la mise à l’ordre du jour du Parlement de la loi-cadre contre les violences faites aux femmes.

Le PCF demande la mise en place de lieux uniques. Pour en finir avec les parcours semés d’embuches, nous proposons la création d’unités spéciales d’accueil des femmes victimes de violences dans tous les départements. Lieux dans lesquels les victimes pourraient accéder à la police, la justice, l’aide juridictionnelle, l’unité médico-judiciaire pour faire les constats et les prélèvements et au moins une association spécialisée.

Ces unités devraient pouvoir s’appuyer sur un quota d’hébergements et de logements dédiés, dispositif clé pour la sortie des violences ; et d’un accompagnement par des consultations en psycho-trauma.

Aujourd’hui les services publics de prises en charges des femmes victimes de violences sont indigents ! Avec seulement 46 Unités Médico-Judiciaires en France soit environ un pour deux départements. Il est très compliqué pour les femmes victimes de faire constater les violences, de faire des prélèvements en cas de viols, d’amasser des preuves pouvant servir devant la justice.

Les communistes seront aux côtés des associations et des proches des femmes tuées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint, pour continuer la mobilisation. »

Catégories
Culture

Balance ton quoi, le nouveau clip d’Angèle

La chanteuse belge Angèle a sorti récemment le clip de sa chanson Balance ton quoi.

Le titre est évidemment une référence à la vague d’affirmation des femmes sous le mot-clef #meetoo (moi aussi), qui en français a donné #balancetonporc (un mot-clef par ailleurs très irrespectueux pour les cochons).

Ce clip présente, en plus de la chanson, une scène très sympathique, dans une « académie anti-sexiste », où des hommes sont éduqués pour combattre leurs attitudes erronées envers les femmes. Les traits sont forcés en apparence, mais les propos sont très bien vus. Ils représentent tout à fait la façon dont les femmes comprennent le fonctionnement des hommes, notamment le fait qu’ils ont souvent du mal à comprendre que « non, c’est non ».

Cette idée de l’éducation, via une académie, en fait un point de vue très démocratique, puisqu’il ne s’agit plus seulement de dénoncer les hommes, mais il y a l’espoir de les rendre meilleurs, par le dialogue et l’intelligence collective, sociale.

C’est un contre-pied évident à la Gauche post-industrielle, post-moderne, qui pensent contourner le problème individuellement, en niant la réalité de la différence entre les femmes et les hommes, alors qu’il faut au contraire affirmer la dignité des femmes, comme le fait Angèle.

La mise en scène du clip et la chanson elle-même sont dans un style décalé très belge, à l’image de ce qu’à pu produire Stromae : avec les couleurs pastels et les paroles, on comprend que le sujet est pris au sérieux, mais en même temps abordé de manière légère. La même chose fait par des Français, le fait de dire « d’aller te faire en… mmm », serait vulgaire, alors que là cela ne l’est pas vraiment !

Catégories
Société

La terrible crise des agressions sexuelles au sein des JC

C’est une affaire très grave qui, malheureusement, reflète tout un état d’esprit omniprésent de par le libéralisme culturel existant dans une large partie de la Gauche. La conséquence de la rupture avec les valeurs ouvrières et la tradition socialiste-communiste a été la valorisation d’une « ouverture d’esprit » au libéralisme culturel et de la promiscuité comme « libération sexuelle », provoquant des situation où les femmes se retrouvent les victimes de manipulateurs et de pervers.

Ces derniers jours, le scandale est ainsi relativement vaste chez les Jeunesses Communistes, qui ont connu une croissance significative ces dernières années, au moyen d’une démagogie populiste très prononcée, avec une large ouverture aux thèses post-modernes, post-industrielles, post-marxistes, etc.

Le résultat en a été bien entendu une structure interne largement poreuse aux valeurs de libéralisme des mœurs, avec les inévitables tendances ultra-patriarcales en profitant pour s’affirmer, notamment lors des événements d’envergure, de soirées ou de conférences. Les viols et les agressions sexuelles ont été nombreux.

Avec, en toile de fond, l’inévitable triptyque promiscuité – alcool et drogues – libéralisme culturel, exactement comme pour les Jeunes Socialistes et l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), frappés de la même ignominie ces dernières années.

Un des actes racontés dans le quotidien Le Monde en dit long sur l’ambiance typique des mœurs des militants de ces structures libérales culturellement, avec deux jeunes militants dormant totalement saouls, l’un dans la salle de bains et l’autre sur la moquette, alors qu’un autre militant plus âgé chercher à abuser sexuellement d’une jeune militante.

C’est là quelque chose de caricatural, et de typique de la Gauche refusant la hiérarchie et ses responsabilités bien déterminés, rejetant les principes idéologiques et culturels, considérant comme périmée la morale ouvrière. Et la caractéristique odieuse et pathétique de ces affaires est toujours que la structure s’est protégée en niant les faits, tandis que les victimes ont été, malgré leurs prétentions à posséder un haut niveau idéologique et une forte capacité de rébellion, totalement incapables de faire face à la situation.

La source du problème est bien entendu la base sociale du mouvement. Il va de soi qu’une Gauche liée à la classe ouvrière n’aurait jamais pu, à la base même, accepter de tels comportements et aurait de manière expéditive réglé le compte à ceux qui ont un comportement décadent. Mais qui rejette le principe de décadence n’est pas en mesure de faire face à cela.

Qui considère qu’il n’y a pas de morale ne peut pas rejeter les actes immoraux ; qui considère qu’il n’y a que des individus est obligé de se faire déborder par les expressions d’un capitalisme décadent.

C’est donc ici, pour les Jeunesses Communistes mais également le PCF, ni plus ni moins qu’une faillite sur toute la ligne, un terrible échec dans l’affirmation du féminisme, mais un échec inévitable : quand on rompt avec la classe ouvrière, on ne peut pas faire face aux violeurs, qui profitent du relativisme, du libéralisme, de l’individualisme.

Croire qu’on peut s’en sortir au moyen d’une brochure pour les adhérents, comme l’a fait le PCF, est d’une absurdité complète. L’Humanité donne la parole à deux femmes s’exprimant publiquement (notamment sur twitter ici et ), mais l’article en ligne est payant ! Et Le Monde affirme même ouvertement que des zones entières sont particulièrement touchées par la présence de violeurs, comme la Gironde, le Bas-Rhin, le Nord, Paris, la Haute-Vienne, l’Indre-et-Loire et le Val-de-Marne !

Cette affaire des agression sexuelles indique pleinement que les Jeunesses Communistes sont tombées aussi bas, sur le plan des mœurs et de la culture, que l’ultra-gauche qui dans son ensemble est largement influencée par les mœurs libertaires prônés par la Ligue Communiste Révolutionnaire dans les années 1970.

Refuser la promiscuité serait « réactionnaire » ; la consommation d’alcool et de drogues dans les soirées relèveraient de la « modernité » . Il n’y aurait plus de membres d’un Parti avec des règles, mais des adhérents qui seraient des « modernes ». La classe ouvrière serait  « réactionnaire » sur le plan des valeurs.

Face à tout cela, il est plus que temps de réactiver les valeurs de la Gauche historique. Le féminisme est une composante historique du mouvement ouvrier et ne peut exister que par lui, parce que seul le Socialisme sait affirmer une morale nouvelle. Ce qui est, pour la gauche post-moderne, un insupportable puritanisme.

Les femmes doivent ici bien cerner les enjeux de la question ; si elles échouent à comprendre le cul-de-sac que représente le courant post-moderne, post-industriel, né dans les universités américaines, elles ne parviendront jamais à écraser les valeurs patriarcales s’insérant dans les interstices de l’individualisme.

Catégories
Société

Madame de Staël : aux sources du féminisme libéral, borné et insuffisant

Anne-Louise-Germaine Necker (1766-1817), connue sous le nom de Madame de Staël, est une grande figure à portée universelle de la littérature de notre pays. Son succès vient de ce que sa vie comme ses œuvres reflètent parfaitement la situation historique de la bourgeoisie en France, à son époque.

Madame de Staël illustre précisément les insuffisances du féminisme bourgeois tel qu’il s’est constitué, et qui reste prévalent dans certains aspects de la culture dite « féministe ».

Le carriérisme, l’individualisme, la promotion du « mérite » et du « talent », tout cela est posé clairement dans ses œuvres, bornant historiquement le mouvement d’émancipation des femmes. La bourgeoisie a incontestablement réussi à porter et promouvoir ce féminisme, mais jusqu’à un certain point.

Madame de Staël est un auteur entre deux mondes, deux époques pour mieux dire. La première est celle de l’élan des Lumières, à laquelle elle se rattache directement. Elle ne cessa toute sa vie durant de promouvoir les idées d’émancipation libérale portées par la Révolution de 1789. De celle-ci, elle tenta à la fin de sa vie de synthétiser d’ailleurs son analyse, dans un ouvrage, Considérations sur la Révolution, resté inachevé. Dans ce livre et dans ses œuvres précédentes, elle formule son attachement à une République modérée, rejetant la tyrannie de la Terreur et de la dictature de Bonaparte, tout comme les tentations réactionnaires.

A ce titre, elle est comme la dernière auteur des Lumières. Elle manifeste ce qui est désormais un regret : la « dérive » de la Révolution vers la tyrannie et vers l’exil. Mais aussi l’incapacité d’avoir pu trouver un moyen terme entre sa culture aristocratique et les exigences nouvelles de la bourgeoisie, dont le dynamisme implacable et les valeurs alors émancipatrices et incontournables la fascinent. Madame de Staël, sans vouloir le retour de l’Ancien Régime, regrette néanmoins la brutalité et la radicalité de sa disparition en cours, dont elle a été un témoin particulièrement attentif.

Elle est aussi un auteur d’avant-garde, annonçant dans le domaine des Lettres le nouvel élan qui s’ouvre après l’effondrement de l’Empire napoléonien. On lui doit notamment la généralisation du terme « littérature » en remplacement de celui de « Belles Lettres » et surtout l’introduction en France du terme « romantisme » avec tout un programme culturel de grande envergure.

Il s’agissait alors de définir un nouveau style à la mesure des « leçons » de la Révolution pour faire face aux exigences de la nouvelle période, retrouver et affirmer l’esprit révolutionnaire et ses espoirs pour forger un monde à la mesure de ceux-ci. Mais cette fois cela devait se faire sans l’enthousiasme, sans l’élan populaire qui avait accompagné la grande révolution bourgeoise, considéré par Madame de Staël comme la source de ses échecs et, pire encore, de ses « excès ».

Une émancipation, mais sans portée démocratique donc. La liberté, mais mesurée, limitée, bornée. La base contemporaine du libéralisme était ici déjà assumée.

> Lire aussi : Simone Veil au Panthéon : une figure de la Droite

La liberté, l’émancipation, pour Madame de Staël, c’est donc clairement et avant tout une affaire individuelle. La personne humaine est ramenée au statut de l’individu et de son existence. C’est par cette démarche qu’elle est amenée à s’intéresser aux femmes, mais sous le rapport de leur exceptionnalité, de leur singularité, c’est-à-dire de leurs « talents », et même plus précisément de leurs « talents » intellectuels. En l’occurrence, il s’agit donc de présenter la question féminine depuis son propre point de vue.

« Dès qu’une femme est signalée comme une personne distinguée, le public en général est prévenu contre elle. Le vulgaire en juge jamais que d’après certaines règles communes, auxquelles on peut se tenir sans s’aventurer. Tout ce qui ressort de ce cours habituel déplaît d’abord à ceux qui considèrent la routine de la vie comme la sauvegarde de la médiocrité. Un homme supérieur déjà les effarouche ; mais un femme supérieure, s’éloignant encore plus du chemin frayé, doit étonner, et par conséquent importuner davantage. Néanmoins, un homme distingué ayant presque toujours une carrière importante à parcourir, ses talents peuvent devenir utiles aux intérêts de ceux même qui attachent le moins de prix aux charmes de la pensée. L’homme de génie peut devenir un homme puissant, et, sous ce rapport, les envieux et les sots le ménagent ; mais une femme spirituelle n’est appelée à leur offrir que ce qui les intéresse le moins, des idées nouvelles ou des sentiments élevés : sa célébrité n’est qu’un bruit fatiguant pour eux.

De la littérature, II, 4. »

Ce passage, d’une de ses principales œuvres, date de 1800. Les féministes  libérales de 2018, du type de celles que promeut Laurence Parisot avec l’association Jamais Sans Elles, pourraient presque le reprendre à leur compte sans en retrancher une ligne.

Ce serait toutefois un anachronisme injuste de faire de Madame Staël un genre d’auteur post-moderne avant l’heure. Et la récupération qu’en fait quelqu’un comme Laurence Parisot qui n’hésite pas à la citer dans ses tweets, est une chose abusive, forcée par rapport au libéralisme décadent d’aujourd’hui. Déjà parce qu’elle n’affirme pas l’individu au point de nier la société. Malgré sa morgue aristocratique à l’égard du « vulgaire », elle cherche encore à affirmer l’individu comme relevant du bien commun, dont il faut défendre la dignité face aux méfaits de l’ignorance et des injustices. Quelques lignes avant ce passage, elle oppose à l’oppression patriarcale que subissent les femmes de son époque un temps où l’émancipation générale l’emportera :

« Il arrivera, je le crois, une époque quelconque, où des législateurs philosophes donneront une attention sérieuse à l’éducation que les femmes doivent recevoir, aux lois civiles qui les protègent, aux devoirs qu’il faut leur imposer, au bonheur qui peut leur être garanti ; mais dans l’état actuel, elles ne sont pour la plupart, ni dans l’ordre de la nature, ni dans l’ordre de la société. Ce qui réussit aux unes perd les autres.

De la littérature, II, 4. »

Ensuite, comme on le voit aussi dans cet extrait, l’œuvre de Madame de Staël porte encore un horizon, à défaut d’une perspective progressiste. Plus encore, elle saisit les limites de l’émancipation féminine sur une base libérale et individuelle qui ne peut amener une émancipation collective. Simplement, l’époque trouble alors la couche intellectuelle de la bourgeoisie à laquelle elle se rattache et la réalité se heurte à ses propres contradictions. La littérature, comme espace d’expression, permet justement de poursuivre un élan, de déterminer un horizon, au moins sur la forme, mais traduisant néanmoins ce trouble.

Madame de Staël porte donc toutes les contradictions de son époque, et celle de sa classe. Elle illustre l’inévitable reflux de la révolution bourgeoise, ses insuffisances, son repli grandissant sur l’individu et ses aspirations, exprimant encore alors sa dignité, son combat contre les forces de la réaction encore tenaces, et aussi peut-être face à ce nouveau monde qui ne s’annonce pas si libre, pas si lumineux, pas avant un lointain futur abstrait et indéterminé. Elle affirmera ensuite en 1807 dans Corinne ou l’Italie sa perception de l’émancipation féminine (et non féministe) individuelle, mais pleine de contradictions, concernant les femmes, c’est-à-dire les femmes de son milieu. L’horizon culturel et collectif recule lui aussi dans l’abstraction avec De l’Allemagne, essai paru en 1810 dans lequel Madame de Staël propose d’affirmer le romantisme comme nouvelle esthétique pouvant souder les aspirations populaires à l’élan intellectuel de la bourgeoisie, sous la forme d’une mythologie constituant un esprit national, face au classicisme forcé défendu alors par le régime bonapartiste.

Madame de Staël annonce donc déjà en quelque sorte le ratatinement de la bourgeoisie, mais à un moment où celle-ci est encore en mesure de maintenir son élan, au prix d’un recul dans l’abstraction et le repli individuel de plus en plus net. Sa lecture doit nous permettre aujourd’hui d’éclairer ce que fut l’élan émancipateur de la bourgeoisie, notamment ici concernant le féminisme.

L’esprit individuel, le carriérisme, l’affirmation de son « mérite » comme femme entreprenante même au prix de l’aliénation des autres, renvoyées finalement dans une sorte de « patriarcat » abstrait qui serait l’esprit jaloux et médiocre du « vulgaire » contre la distinction de soi et de ses « talents » .

Tout cela est posé dans les œuvres de Madame de Staël et le féminisme bourgeois n’a fait depuis que poursuivre cette voie jusqu’à la décadence et l’effondrement toujours plus profond de toutes les valeurs collectives. Le fait même que Madame de Staël ne porte à proprement parler aucune revendication politique, mais se borne à ce que l’on appellerait aujourd’hui  ses « expériences » et son « parcours individuel » face aux « oppressions » , illustre la dimension bornée et insuffisante de sa proposition.

Cela doit appuyer en regard la nécessité aujourd’hui de dépasser ces insuffisances, d’affirmer un féminisme populaire, authentiquement démocratique, visant à l’émancipation de toutes les femmes et ciblant concrètement, matériellement, le patriarcat.

Il revient à la Gauche de notre époque de produire une culture authentiquement féministe, conforme aux exigences actuelles et dépassant le niveau et la base de celui de Madame de Staël.

Catégories
Culture

Netta et la chanson « Toy » de l’Eurovision

5,16 millions de téléspectateurs ont regardé avant-hier soir l’Eurovision, cette entreprise de spectacle, plutôt beauf ou au moins kitsch, dans la veine de l’institution italienne du festival de Sanremo.

Artistiquement, c’est souvent faible, même si certaines années ont vu des artistes d’envergure tels que l’auteur-compositeur Serge Gainsbourg y proposer des titres ; plus récemment, c’est devenu une sorte de prétexte à un délire sans trop de prétention, avec costumes délirants, représentations culturelles nationales présentées sous un axe sympa, esprit bon enfant, etc.

Il y a quelque chose de ridicule mais d’irrésistiblement attirant, une sorte de minimalisme régressif mais pas trop. Justement, cette année, il semble que l’accent a été mis sur les chansons à message.

On pense notamment à Mercy des français Madame Monsieur qui évoque le sort d’une enfant réfugiée et le titre de l’Italie chanté par Ermal Meta et Fabrizio Moro en hommage aux victimes des attentats djihadistes. Il y a aussi l’israélienne Netta Barzilai qui a brodé un titre électro sur le thème de #metoo, gagnant finalement l’Eurovision.

Il s’agit d’une pastille très colorée, comme nous y a habitué la pop internationale depuis l’époque de MTV. Des danseuses y changent de tenue à chaque plan dans un décor fait d’artifices visuels, dans un montage découpé à l’extrême. Pendant ce temps-là, la chanteuse explique que les « poules » ne sont pas des jouets, dénonçant le machisme et sa stupidité.

Les références, ou récupérations, sont nombreuses, dans l’imagerie bien davantage que dans la profondeur de l’ambition artistique, on aura parlé de Beth Ditto et de Björk.

Mais le titre Toy a surtout pour objectif principal de faire danser, dans l’esprit simpliste de l’Eurovision. Cette musique electronique est clairement formatée pour les clubs et la diffusion commerciale.

Le texte présente donc par contre plus d’aspérité et cela a frappé les esprits, cela a été vraiment apprécié.

On note ainsi que le clip de Netta ne présente que des femmes, ce qui parait évident vu le thème de Toy, mais marque donc un certain essentialisme : on parle de femmes, pas de genre ou de queer. L’expression des corps -féminins donc- s’impose dans la danse et d’une certaine manière dans une moindre mesure par le chant au travers des onomatopées.

Netta est une femme qui interpelle les hommes, pour leur apprendre des choses, pour les obliger à voir.

Elle rejette l’homme qui se comporte comme un prédicateur des temps modernes et rejette du même geste la superficialité dans les relations (elle moque les smartphones, le bling-bling et les femmes potiches).

Avant tout, elle affirme que les femmes ne sont ni des jouets pour les hommes (d’où le titre !), ni de perpétuels enfants. Netta affirme le caractère puissant et sacré de la femme, les femmes doivent avoir confiance en elles-mêmes!

L’un des ressorts littéraires du texte est l’utilisation du terme d’argot anglophone « buck », qui qualifie les mâles du règne animal en particulier dans le vocabulaire des chasseurs, mais aussi dans l’imaginaire machiste. Netta joue avec ce terme, pour se moquer des hommes au comportement inapproprié et le renverse au profit des femmes pour qualifier son rythme de « motha-bucka beat ».

L’Eurovision est de plus un évènement très populaire qui rassemble probablement plus de 100 millions de téléspectateurs (il n’est pas possible d’avoir des chiffres fiables) dans plus de 40 pays. On doit donc considérer comme positif qu’un tel message, qui dénonce le comportement inapproprié qu’ont des hommes, soit diffusé de manière positif aussi largement.

On retrouve là un mouvement dit « d’empowerment », de prise de parole, de pouvoir comme à pu l’être #metoo sur les réseaux sociaux.

Avec ses limites également, car Netta y fait un constat très subjectif, un point de vue d’artiste en somme, qu’il n’est pas possible de généraliser quand on est une femme du quotidien. C’est dommage, mais c’est un fait : le féminisme se réduit ici surtout à un show et à des bons sentiments.

D’où d’ailleurs l’appréciation unilatéralement favorable de la chanson par la scène « LGBTQ+++ » toujours prompte à récupérer ce qui est démocratique pour célébrer la marge et l’ultra-individualisme. Netta joue il est vrai beaucoup là-dessus également, avec le fétiche du surprenant, de l’étrange, etc.

Le problème qui est la cause de cela, c’est bien entendu que Netta voit les choses avec un prisme qu’on peut qualifier de « Tel Aviv », de cette ville israélienne de fête et de vie sociale bien différente du reste du pays, cultivant une approche festive décadente.

Là on s’éloigne, avec cette esthétique sortant du fun pour passer dans le difforme, du démocratique pour passer dans la mise en scène.

Netta s’insère ainsi donc aussi dans le soft power israélien. Lorsqu’elle dit de manière féministe  « Wonder Woman, n’oublie jamais que / Tu es divine et lui, il s’apprête à le regretter », c’est aussi une allusion l’actrice israélienne Gal Gadot ayant joué Wonder Woman.

Lorsqu’elle dit à la fin de l’Eurovision, après la victoire, « J’aime mon pays, l’an prochain à Jérusalem! », elle met littéralement les pieds dans le plat alors que Donald Trump a rendu ultra-sensible la question de la capitale israélienne.

Ce faisant, elle rate l’universel, que devrait amener l’Eurovision : le dépassement du particulier dans un grand brassage féérique et populaire. Dommage !

Catégories
Culture

La « sexualisation agressive » et iconique de la femme ukrainienne

Si les régimes des pays de l’Est étaient au mieux insupportables, au pire d’une répression brutale, on ne dira jamais assez à quel point leurs populations ont après 1989 été la cible d’une réorganisation de leur mode de vie de manière particulièrement méthodique.

Les femmes, notamment, ont été la cible d’une véritable opération de captation de leur image et de leur corps. L’image de la « pornstar » hongroise ou tchèque, de la « call-girl » ukrainienne, de la « poupée » russe, de la mannequin polonaise, reflète une offensive tous azimuts sur une partie significative de la population féminine des pays de l’Est.

Si l’on ne comprend pas cela, on rate un aspect fondamental dans l’apparition d’une frange ultra-nationaliste, aigrie et revendicative, développant tous les thèmes du « romantisme national ».
C’est particulièrement vraie de l’Ukraine, un pays malheureusement coupé en deux désormais de par l’expansionnisme russe, mais qui dans tous les cas a basculé dans une sexualisation démesurée de la femme.

L’exemple le plus connu, ce sont bien entendu le groupe des « femen », fondé en 2008 à Kiev par Anna Hutsol, Oksana Chatchko et Alexandra Chevtchenko.

S’il se revendique du grand classique du mouvement ouvrier sur le féminisme – La Femme et le Socialisme du social-démocrate allemand August Bebel, publié en 1883 – le groupe puise directement dans les pratiques de l’art contemporain et de ses happenings.

Les actions sont individuelles, il n’y a jamais de liaison assumée avec la gauche ni le mouvement ouvrier, les soutiens viennent d’entrepreneurs « alternatifs » se voulant pro-modernité « occidentale », l’idéologie assumée étant le « sextrémisme ».

On retrouve ici la figure de l’Ukrainienne « sexualisée », avec tout un jeu sur la blondeur, les fleurs dans les cheveux, les poses fermes mais lascives correspondant à l’image qu’on a des « filles de l’est », etc.

Impossible de ne pas rapprocher cette idéologie d’ailleurs de la « sexualisation agressive » de NikitA. Ce groupe de musique – en fait évidemment construit par un producteur qui avait déjà fait un pas dans cette direction avec A.R.M.I.A -, également apparu en 2008, revendique la « sexualisation agressive ».

Musicalement, il s’agit de cette techno relativement lourde et électronique typique qu’on peut trouver à l’est du côté de la Russie, l’Ukraine, la Biélorussie, etc. ; sur le plan de l’esthétique, ce sont des vidéos exprimant justement une dimension ultra-sexualisée.

Il va de soi que NikitA a cherché et trouvé avec succès un terrain de la provocation, au moyen des cliché dégradants les plus standards possibles, utilisant l’érotisme comme moyen d’abuser des esprits.

Dans la vidéo suivante, la femme qui se promène nue est à un moment suivie par des hommes noirs démonstratifs : c’est une allusion typique exprimant le racisme anti-noirs particulièrement puissant à l’est de l’Europe.

Les autres vidéos suivent le même principe, avec tous les clichés « érotiques » patriarcaux allant du fait de manger des animaux au pole dance, etc.

Il est évident qu’une telle tendance décadente reflétant la véritable captation de l’image de la femme ukrainienne ne pouvait que donner naissance à haut-le-cœur dans la société. Malheureusement, c’est le nationalisme agressif qui l’a emporté comme réponse, avec par conséquent un simple décalage de la sexualisation de la femme ukrainienne.

Inexistante sur le terrain politique, inexistante sur le terrain des photos innombrables montrant des gens en armes, la femme ukrainienne est, lorsqu’elle est montrée, mise en scène comme icône portant les attributs et symboles du nationalisme, pratiquement comme trophée, comme ici avec les symboles du régiment Azov.

Il était évident que des gens se revendiquant du camp nazi lors de la seconde guerre mondiale ne pouvait assumer le féminisme. Et ainsi, du côté des femmes, la volonté de ne pas céder aux exigences de la captation sexuelle « occidentale » s’est placé sur le terrain d’un captation sexuelle nationaliste.
Avec un important succès sur internet, voire dans certains médias, comme le montre cet extrait de la revue française « Elle », qui a provoqué un certain émoi de par sa « glamourisation » du nationalisme, du fascisme.

Voici une photographie montrant une salle de sport ouvert par le régiment Azov – d’idéologie nationale-socialiste et intégrée officiellement à l’armée ukrainienne – dans la ville de Kharkiv. Si les hommes dessinés sont musclés et en action, la femme doit se contenter d’être « fit », d’être une icône.

Il y a ici une très profonde incohérence, montrant par ailleurs la vraie dimension fasciste en Ukraine, au sens d’un détournement d’une exigence populaire. Les nazis assumés sont profondément conservateurs et refusent tout féminisme ; aussi anodines et secondaires que soient ces représentations, elles leur sont déjà insupportables.

Or, en Ukraine, il s’agit d’un vrai mouvement de masse, dans le cadre d’une mobilisation nationale de défense du pays déformé en idéologie fasciste. Il y a donc une vraie poussée d’en bas, tendant à générer des vrais engagements, y compris féminins, comme le reflète cette photographie.

On n’est pas ici dans le cadre d’une démarche iconique ; la femme est en uniforme avec le symbole du régiment Azov, elle est tatouée. On est ici dans un vrai romantisme, dont le dessin suivant est finalement le grand symbole.

C’est une allusion à toute une série de photographies où de jeunes Ukrainiens s’enlacent, avant que l’homme n’aille au front, étant masqué car relevant des régiments de choc des nationalistes sur le front, avec à l’arrière-plan toute une série d’actes plus ou moins criminels, jusqu’aux crimes de guerre.

Ici encore la femme est tatouée et aussi surprenant que cela paraisse, cette mise sur le même plan, même avec une division des rôles, est déjà inacceptable pour l’extrême-droite. On est ici dans le fascisme idéalisé, romantique.

L’homme est tatoué, la femme aussi, ils partagent un idéal ; naturellement par contre, l’homme est combattant et actif, la femme plus passive, cependant il y a l’esthétique de l’égalité et de la rébellion, à défaut du contenu.

Voici un autre exemple de romantisme, extrêmement rare par ailleurs de par sa dimension naturelle en décalage avec le culte de la mécanisation, de la violence, du rejet du véganisme, etc. propre à l’extrême-droite. Elle n’est pas ici ukrainienne et relève du nationalisme des pays de l’Est, notamment dans l’esprit se voulant païen du national-socialist black metal.

Ce romantisme a naturellement ses limites et ne fait qu’exprimer un courant inévitablement condamné à être asphyxié tant devant la sexualisation que le conservatisme. Les photographies suivantes, où on retrouve de tatoué le soleil noir de la SS allemande, – la première est de source inconnue, la seconde d’une marque moscovite – montre bien le rabaissement de la femme à une icône.

Car la sexualisation agressive et iconique de la femme des pays de l’est, au-delà de l’Ukraine, est devenue un standard de la propagande d’extrême-droite sur internet. En voici un panorama, si l’on peut parler ainsi pour des photographies d’êtres humains.

Dans tous les cas, c’est le style se voulant slave q qui l’emporte, de par la base de masse à l’est de l’Europe, permettant de nombreuses personnes actives, donc davantage de culture, de photographies tout simplement aussi, etc.

Les cheveux blonds et si possible les tresses se veulent gage d’authenticité…

Cette captation de l’image de la femme comme icône est typiquement patriarcale ; si bien entendu il y a une différence avec les nazis, on retrouve la même approche tant chez tout ce qui relève de l’idéologie hooligan de gauche, que chez les Kurdes du PKK notamment avec la guerre en Syrie où il est vrai toutefois que les femmes participent à la guerre.

La femme est ici symbole et non protagoniste ; son action même se voit réduit à un symbole, à un rôle subalterne, passif, bloqué dans le symbolique.

La femme passive, « pure », portant les symboles, à la fois mère et trophée, tout cela n’est pas sans rappeler bien sûr la figure de la Vierge Marie. La genèse de cette forme tient-elle au culte des icônes existant en Ukraine, tant dans la religion religion orthodoxe que celle gréco-catholique?

N’est-ce pas également une déformation du puissant matriarcat s’étant maintenu en partie chez les peuples slaves?

Les risques de ce modèle sont en tout cas terribles pour la femme, tant en Ukraine que dans les autres pays.