Catégories
Société

Pour en finir avec les ultra-libéraux trans

Le 26 février 2020, une tribune intitulée « Le débat sur la place des femmes trans n’a pas lieu d’être » était publiée sur Libération, avec un site lié. Le 27 février 2020, Marguerite Stern annonçait sur Twitter qu’elle venait de porter plainte pour menaces de mort. On espère que les deux ne sont pas liés, mais l’enchaînement est toutefois révélateur de l’offensive en cours.

John William Waterhouse - Penelope

Le capitalisme essaie désespérément de se maintenir. Pour cela, il a besoin d’élargir son périmètre d’action : le libéralisme doit triompher, chaque moment de la vie quotidienne doit être encadré en dirigé par le mode de production capitaliste ; la réalité naturelle doit être niée, piétinée et ensevelie par l’individu-roi, le consommateur rêvé, celui qui consomme son esprit, son environnement, son corps et ses semblables.

En période de crise, l’avant-garde du libéralisme se trouve chez les postmodernes. Les troupes de chocs des postmodernes se trouvent chez les activistes trans. L’offensive ne date pas d’hier, mais elle s’est intensifiée depuis ce fil Twitter dans lequel Marguerite Stern a très simplement rappelé de vérités biologiques que n’importe quel collégien peut comprendre. Mais c’était trop. Le capitalisme des principales puissances impérialistes occidentales a besoin d’un dernier élan : les ouvriers ont été corrompus en masse, la vie quotidienne est une aliénation perpétuelle, l’urbanisation anarchique est une insulte permanente aux sens et à la beauté… mais il reste encore quelques espaces à conquérir.

Le progrès ? Soutenir quelques personnes délirantes au détriment de la moitié de l’humanité

Les activistes trans soutiennent donc que la nature n’existe pas, tout ne serait qu’une question de choix et de ressentis. Un homme affirme qu’il se sent femme ? C’est une femme. Peu importe qu’il n’a jamais pu, qu’il ne peut pas et ne pourra jamais porter un enfant. Non à cause d’une maladie, d’une malformation, d’un accident… Mais simplement parce qu’il n’y a jamais eu la moindre possibilité biologique pour cette personne de porter un enfant.

N’importe quel homme qui se définit comme femme serait donc une femme. Une « femme » avec un pénis, de la barbe, une ossature, une musculature, des maladies, etc. d’homme. Une « femme » qui, de surcroît, a été socialisée comme un homme. Mais non, tout est normal. Une « femme » qui devrait donc accéder aux toilettes pour femmes, concourir en tant que femme à des compétitions sportives, aller aux dortoirs pour femme, etc. Une « femme » qui pourra côtoyer des femmes victimes de violence masculines… Tout cela parce que cette personne se sent « femme ». Quelle insulte ouverte à la moitié de l’humanité.

La tribune est un pas de plus dans cette offensive ignoble. La proposition est simple : toute personne qui ne considère pas une femme trans comme une femme est au moins conservatrice, au pire d’extrême-droite. N’ayant peur de rien, la tribune en arrive à des dénonciations à peine croyables :

« Aux États-Unis, les projets de loi se multiplient dans les États conservateurs afin d’interdire aux enfants trans toute forme de transition »

Jusqu’à quel point ces transitions devraient aller selon ces personnes ? Il faudrait accepter de mutiler des enfants à coups d’hormones (dans le meilleur des cas ?) sous prétexte que l’enfant se sent différent ? Pour ces dégénérés, un enfant n’est pas un adulte en devenir mais un consommateur à part entière : que le marché et l’individu libre de toute contrainte passent des accords en toute liberté. Peu importe qu’il s’agisse de détruire des vies. Tout le monde est consentent après tout ?

Après la pédophilie dans les années 1970, les transitions dans les années 2010 et 2020 ? Les ultra-libéraux trouvent toujours de beaux arguments pour corrompre et détruire les plus vulnérables. Quelle nobles causes.

La science face aux ressentis de quelques personnes

Le fondement de la vision anti-scientifique du monde défendue par les signatures est exprimée très clairement dans ces quelques lignes :

« Les militant·e·s anti-trans définissent les femmes comme des femelles, des êtres avant tout définis par leurs capacités reproductives. Pourtant l’oppression des femmes n’est pas une conséquence logique de la capacité à enfanter : ni les filles prépubères, ni les femmes ménopausées, ni les femmes stériles n’y échappent. La justification biologique de la différence entre hommes et femmes est une conséquence des modes d’exploitation spécifiques à la division sexuée de la société, pas l’inverse. »

D’abord une division sexuée de la société et ensuite une division biologique. Les premiers êtres humains étaient donc des purs esprits qui ont, à un moment de leur existence, revêtus des corps d’êtres humains : des corps de femmes pour les esprits-femmes et des corps d’hommes pour les esprits-hommes ? Avec parfois des erreurs : des esprits-femmes dans des corps de femmes et inversement ?

La dernières phrase a le mérite d’être un exemple frappant de retournement complet de la vie vision scientifique du monde portée par la Gauche historique.

La première division du travail est sexuée, la biologie arrive avant la société et l’économie : la matière précède l’esprit, pas l’inverse.

Si la capacité à enfanter ne saurait définir une femme, pourquoi cette oppression, si ancienne, envers la moitié de la population qui va avoir, qui a ou qui a eu la capacité de porter un enfant ?

Cette attaque est d’autant plus grave qu’elle participe à effacer les maladies, les douleurs et les problèmes propres aux femmes. Si tout n’est que ressenti, ou presque, s’il n’y plus réellement d’hommes ni de femmes mais des identités multiples et changeantes, comment faire progresser la médecine dans sa compréhension de la santé des femmes ?

Surtout quand la médecine et la société font comprendre aux femmes qu’il est normal d’avoir mal et qu’il ne faut pas se plaindre, pas faire de bruit et rester à sa place. Il faut croire que la réalité biologique n’a que peu d’importance face aux prétendues constructions sociales et aux ressentis, comme le dit très bien le site féministe racine rouge dans son article « Les médias s’éveillent au problème transgenre… plus ou moins » :

« Corroy-Labardens évoque notamment le fait qu’en médecine, ce sont principalement sur des modèles masculins que l’on teste les traitements, alors que le corps des femmes n’y réagit pas nécessairement de la même façon. De même, les hommes et les femmes ne sont pas atteints des mêmes maladies. En cause : les différences comme le poids, la masse musculaire, le métabolisme, la structure osseuse, etc. L’idée selon laquelle le sexe « binaire » ne serait qu’une invention fantasmée par les bigots ne tient donc pas face au réel. »

Quel est donc l’objectif des personnes qui considèrent les hommes qui s’imaginent être des femmes comme des femmes ? Quel est le sens de leur féminisme ? Si la réalité naturelle des femmes et en premier lieu dans leur capacité à porter et mettre au monde un enfant est niée, que défendent ces personnes ? La réponse est simple : le but n’est pas défendre mais de détruire de l’intérieur.

Tout ce qui tend vers l’universel s’oppose au libéralisme qui a besoin de consommateurs toujours plus aliénés pour survivre. Tout combat réellement démocratique, tout combat pour la science s’oppose de fait au particularisme : de la même manière que le libéralisme a détruit la Gauche de l’intérieur, le libéralisme portée par les trans ne vise qu’à détruire le féminisme de l’intérieur.

Les signataires la tribune ne s’opposent pas au patriarcat : ils ne font que le soutenir et le moderniser. Ils participent au mépris envers le corps des femmes et envers leurs vies quotidiennes. Ils ne s’opposent pas non plus au harcèlement ou violences conjugales : quand des hommes violents, atteints de troubles mentaux, agresseront des femmes dans des lieux de non-mixité, où seront ces braves gens ? Ils seront probablement trop occupés à insulter tout le monde de transphobe pour s’intéresser à ces considérations bassement matérielles.

Cette tribune ne peut pas rester de l’ordre du débat ou des échanges entre féministes – échanges extrêmement violents de la part des militants pro-trans rappelons-le (menaces de morts, violences physiques…). La Gauche doit se relever et relever le drapeau de la civilisation face au relativisme d’aujourd’hui et au fascisme qui s’en nourrira demain. C’est une question de survie.

Des femmes qui ont rappelé de simples vérités biologiques mériteraient donc d’être brûlées vives…
Catégories
Société

Tribune pro-transgenre: une idéologie ultra-libérale avec EELV au centre

La tribune de soutien à la conception ultra-libérale (et donc absurde) de « femmes trans » en dit long sur la situation de panique vécue par tous les postmodernes face à une révolte contre leurs délires. Cela est d’autant plus clair que désormais la « Gauche » postmoderne s’est ralliée à EELV, ce qui a le mérite de clarifier les choses.

C’est la panique chez les post-modernes ! Une tribune dans Libération, une liste de signataires immensément longue, un site internet avec de multiples liens vers des articles explicatifs… Et un titre sans appel pour la tribune : « Le débat sur la place des femmes trans n’a pas lieu d’être ».

C’est qu’il y a le feu car la révolte gronde. L’affaire Marguerite Stern a provoqué une véritable onde de choc. L’idéologie postmoderne en mode LGBT – on est ce qu’on veut être – tout est choix individuel… est puissamment ébranlée.

Il s’agit donc de colmater les brèches. Et qui retrouve-t-on en première ligne ? EELV bien entendu. On trouve ainsi parmi les signataires la secrétaire nationale adjointe d’EELV Sandra Regol, la porte parole d’EELV Eva Sas, la sénatrice écologiste de Paris Esther Benbassa, la commission LGBTI d’EELV. EELV, cette forteresse de l’apolitisme social-écologiste, cette négation du mouvement ouvrier, est le cœur même du processus de macronisation « par la gauche ».

> Lire également : Cauchemar pour la Gauche: EELV en nouveau François Hollande

Et la « Gauche » postmoderne est toute contente de s’aligner sur EELV. On retrouve parmi les signataires les équipes thématiques égalité femme-homme ainsi que LGBTI de la France insoumise, les députées France insoumise Clémentine Autain, Mathilde Panot et Danièle Obono, la députée européenne France insoumise Manon Aubry.

On a également la députée PCF Elsa Faucillon, Générations-s LGBTI+, la porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste Christine Poupin.

On a naturellement aussi toutes les structures passées de la défense des gays et des lesbiennes à l’idéologie ultra-libérale LGBT, telles la Fédération LGBTI+, la Fédération des Associations & Centres LGBTI+, ainsi que les collectifs défendant la prostitution comme un « travail ».

On a surtout la cohorte de femmes ayant trouvé leur place dans la bourgeoisie intellectuelle universitaire. Car le fond de la question est là. Comme l’a formulé Bertolt Brecht, pour saisir une idée il faut savoir d’où elle vient et où elle va.

D’où vient la conception de « femmes trans » ? D’hommes qui, au lieu de remettre en cause leur culture patriarcale, d’apprendre des femmes, voire même de se soumettre à leur approche non viriliste – destructrice, s’imaginent être une femme.

D’où vient la conception LGBT ? Du capitalisme le plus poussé, pour qui il n’y a que des consommateurs, pour qui tout est choix individuel, décision de consommer, achat, vente.

Produit de l’ultra-modernité capitaliste, de la totale décadence des valeurs dans le capitalisme, les postmodernes accusent leurs détracteurs d’être des fachos. Mais ils ne sont que le revers de la médaille capitaliste, qui a un côté identitaire facho, un côté identitaire postmoderne. Les uns se nourrissent des autres, avec un seul but : nier les classes, masquer la bourgeoisie, préserver le capitalisme.

Toutes les personnes qui assument la Gauche historique voient bien cela. Elles doivent faire front. Refuser. Empêcher la grande opération de lessivage des valeurs, des liquidations des traditions du mouvement ouvrier par l’alliance baroque des identitaires fachos et des identitaires post-modernes.

Il y en assez de ces « identités »… Il faut la lutte des classes !

Catégories
Société

Tribune: «Le débat sur la place des femmes trans n’a pas lieu d’être»

Une nouvelle tribune a été publiée dans Libération pour défendre l’idéologie transgenre. On retrouve parmi les signataires plusieurs figures issues de la Gauche ou de l’écologie défendant le concept postmoderne disant qu’il suffit à des hommes de se prétendre femme pour être des femmes. Ces gens n’ont honte de rien et défendent même le « droit » pour des enfants à des « transitions » chirurgicales…

Voici la tribune :

« Le débat sur la place des femmes trans n’a pas lieu d’être

Depuis un mois, les attaques contre les femmes trans sous couvert de féminisme se multiplient et trouvent en France un relais médiatique inédit. Nous savons depuis longtemps qu’il existe parmi les féministes une infime minorité hostile aux personnes trans et en particulier aux femmes trans. Leur nombre n’a pas progressé ces dernières années, mais elles ont su se regrouper derrière des idées communes.

Aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, des groupuscules féministes et des mouvements réactionnaires, d’extrême droite ou chrétiens intégristes, collaborent pour s’opposer aux droits des personnes trans. Leur activité a décuplé à partir de 2016. Aux Etats-Unis, les projets de loi se multiplient dans les Etats conservateurs afin d’interdire aux enfants trans toute forme de transition, allant jusqu’à imposer aux professeurs de dénoncer aux parents les élèves qu’ils pensent transgenres (1). Les enfants trans sont instrumentalisés contre les mères dans les affaires de divorce. Ces groupuscules font front commun avec Donald Trump contre les droits des personnes trans (et au-delà, des LGBTI). Au Canada, la loi C-16 protégeant les personnes trans a été combattue par Meghan Murphy, fondatrice d’un blog anti-trans, et Jordan Peterson, polémiste conservateur masculiniste. Au Royaume-Uni, les attaques se sont cristallisées autour du projet de réforme du Gender Recognition Act, visant à simplifier le changement de sexe à l’état civil. C’est là-bas que le mouvement dit «gender critical» a rencontré le plus de succès, la panique transphobe a été alimentée par le tabloïd Daily Mail avant de s’étendre aux grands médias.

Les militant·e·s anti-trans français·es s’inspirent de ces exemples étrangers dans l’espoir de reproduire ici ce climat délétère tant aux luttes trans qu’aux luttes féministes. «L’idéologie transgenre» décriée par ces militant·e·s anti-trans serait promue par un groupe nébuleux mais influent, inventé de toutes pièces qu’ils nomment «transactivistes». Elle est semblable à la «théorie du genre» du «lobby LGBT» brandie comme épouvantail par l’extrême droite.

Lorsqu’on observe l’évolution de ces mouvements, les interrogations initiales déguisées en «inquiétudes légitimes» laissent rapidement la place à des accusations bien plus violentes, recyclage de clichés homophobes du passé : les femmes trans seraient des «malades mentaux», voire des pervers sexuels ; comme les lesbiennes, elles seraient des prédatrices ; les enfants et jeunes adultes seraient touchés par une contagion transgenre, rappelant l’idée de contagion homosexuelle. Sous couvert de féminisme, c’est une entreprise idéologique confusionniste et complotiste qui répand la division au sein des combats féministes réels.

Les militant·e·s anti-trans définissent les femmes comme des femelles, des êtres avant tout définis par leurs capacités reproductives. Pourtant l’oppression des femmes n’est pas une conséquence logique de la capacité à enfanter : ni les filles prépubères, ni les femmes ménopausées, ni les femmes stériles n’y échappent. La justification biologique de la différence entre hommes et femmes est une conséquence des modes d’exploitation spécifiques à la division sexuée de la société, pas l’inverse.

Les femmes trans sont depuis longtemps objets de fantasmes mais surtout de violences, de discriminations et d’exclusion, de viols et de meurtres parce qu’elles sont trans, mais aussi, parce qu’elles sont des femmes. Jessyca Sarmiento était l’une d’entre elles, dont le féminicide ce 21 février à Paris indiffère une fois de plus. Les discours les représentant comme des menaces favorisent ces violences. Or ce militantisme transphobe nuit à toutes les femmes. Des femmes sont agressées car elles sont trans ou suspectées de l’être. Ce climat de suspicion envers les femmes trans, qu’il s’agirait de détecter, produit un contrôle renforcé des corps des femmes. Nous refusons qu’une femme ait à apporter des preuves de féminité.

Malgré toute l’attention médiatique qu’elles ont su attirer pendant un mois, les militant·e·s anti-trans se plaignent sans cesse d’être silencié·e·s. Des journalistes font trop souvent l’erreur de représenter comme une division significative, traversant les mouvements féministes, les polémiques créées par quelques individus. C’est leur accorder une importance qu’ils n’ont pas. Il n’y a pas, comme on a pu le lire, un débat qui opposerait féministes «matérialistes et universalistes» d’un côté et «inclusives et intersectionnelles» de l’autre.

Nous, femmes, transgenres ou cisgenres, féministes, refusons l’importation de ces débats transphobes en France. Nous refusons cette opposition entre femmes, nous refusons cette division ne servant que le patriarcat et réaffirmons la solidarité féministe. Les luttes des femmes trans rejoignent les luttes féministes, telles la lutte contre le paternalisme médical, l’accès à la PMA et la conservation de gamètes.

Nous sommes toutes des femmes, toutes féministes.

Toutes, nous subissons l’oppression patriarcale, le sexisme, l’exploitation domestique, les violences sexuelles, médicales, conjugales, le harcèlement et les discriminations.

Toutes, nous réaffirmons l’importance de la sororité.

Toutes, nous combattrons ensemble, unies, déterminées.

(1) Section 2, article 3 du projet de loi numéroté 321 présenté à la Chambre des représentants du Kentucky.

Les signataires nommées dans Libération

Acceptess-T
Agathe Ameslant, militante écologiste et féministe
AIDES
Alyx Taounza-Jeminet
Amandine Gay, réalisatrice
Anaïs Bourdet, fondatrice de Paye Ta Shneck
Assemblée féministe Toutes en Grève 31
Aurore Koechlin, militante féministe et doctorante
Cécile Lavergne, Maîtresse de conférences en philosophie à l’université
Christine Poupin, militante féministe et porte-parole du NPA
Clémentine Autain, députée France insoumise
Collectifs Féministes Révolutionnaires de Paris et Nantes
Constance Lefebvre, militante féministe
Daisy Le Merrer, blogueuse
Danièle Obono, députée France insoumise
Daria Marx, autrice et militante feministe
Elsa Faucillon, députée PCF
Esther Benbassa, Sénatrice écologiste de Paris
Eva Sas, Porte parole d’EELV
Fatima Benomar, militante féministe
Fédération LGBTI+, Fédération des Associations & Centres LGBTI+
Fédération trans et intersexes
Giovanna Rincon
Gwen Fauchois, activiste lesbienne et blogueuse
Jill Royer, responsable outils numériques de la France insoumise, militante trans et féministe
Joëlle Sambi Nzeba, coprésidente d’EL*C
Julia Lanoë, Rebeka Warrior
Karine Espineira, Legs, Paris 8
Les collectifs des colleuses féministes de Bordeaux, Lyon, Marseille, Rouen et Toulouse
Les Dévalideuses collectif handi-féministe
Les effronté-es
Ludivine Bantigny, historienne
Manon Aubry, députée européenne France insoumise
Manon Garcia, chercheuse en philosophie
Mathilde Panot, députée France insoumise
Maud-Yeuse Thomas, Observatoire des transidentités
Mirion Malle, autrice de bande dessinée
Ouest-Trans
Outrans
Ovidie, documentariste
Pauline Clochec, universitaire et militante lesbienne
Pénélope Bagieu, autrice de bande dessinée
Planning Familial d’Ille-et-Vilaine
Planning Familial du Calvados
Planning Familial du Rhône
Rachel Garrat-Valcarcel, co-présidente de l’Association des Journalistes LGBTI
Rebecca Amsellem, fondatrice des Glorieuses
Rokhaya Diallo, Journaliste et réalisatrice
Salomé Martini, syndicaliste et féministe
Sandra Laugier, professeure de philosophie à l’université Panthéon Sorbonne
Sandra Regol, Secrétaire nationale adjointe d’EELV
Silvia Casalino, cofondatrice d’EL*C (Conférence Européenne Lesbienne)
SOS Homophobie
Titiou Lecoq, autrice
Tiziri Kandi, syndicaliste CGT hôtellerie
Valérie Rey-Robert, militante et autrice féministe
Wiki Trans
Women’s March Paris

Les collectifs

ACRAN, collectif féministe non-mixte de l’ENS Paris
Alerta Feminista
Alerte Grise, rassemblement d’organisations toulousaines de soirées pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles en milieu festif
association et webzine Deuxième Page
Amicale Radicale des Cafés Trans de Strasbourg, collectif d’autosupport trans
Association Le Castor Magazine
Cachavièhla, collectif d’étudiant·es féministes de l’institut national universitaire Champollion d’Albi
C’est pas mon Genre
CLE Autistes : collectif pour les droits des personnes autistes et la neurodiversité
Chrysalide
Collages Féministes Nantes
Collages_feministe_montpellier
Collectif anti crasse
Collectif Émancipation
Collectif Féministe Paris 6
Collectif Gouines contre nature
Collectif Le SEUM
Collectif Lesbien Lyonnais
Collectifs LGBTI
Commission LGBTI d’EELV
Commission Nationale d’Intervention Féministe du NPA
Couleurs Gaies, association LGBTQI+ de Metz
Droits Des Femmes Rouen
Egal’in, association féministe de l’université Lyon 2
Épicène, association pour la diffusion des connaissances en sciences sociales sur le genre et les sexualités à Caen (14)
Équipe thématique égalité femme-homme de la France insoumise
Équipe thématique LGBTI de la France insoumise
Exit Lyon
Fédération du mouvement jeunes communistes de France
FièrEs
Friction Magazine
Genepi
Générations•s LGBTI+
Gouinement Lundi, émission de radio sur Fréquence Paris Plurielle
Georgette Sand
Gras Politique association féministe contre la grossophobie
Guarichas Cosmikas
Impact, association de prévention des violences liées au genre, d’autodéfense féministe
Iskis – Centre LGBTI+ de Rennes
Jules et Julies
L’Échappée, association pour le financement de projets féministes et collectifs
La BAFFE
La Petite, association basée à Toulouse depuis 2004 pour l’égalité des genres dans le secteur culturel
Le poissson sans bicyclette, café féministe bruxellois
Le ReST
Le STRASS
Les ateliers de l’antémonde, collectif d’autricEs féministes
Les Bavardes, collectif lesbien et féministe à Amiens
Les Flux, une initiative féministe pour la reappropriation des savoir gynécologiques
Les ourses à plumes
Les Trois Points (podcast anarchiste et libertaire)
Malorie Peyrache, référente nationale du comité LGBTI+ de Génération•s
Marseille Féministe
Meufs, Meufs, Meufs, association qui recense et partage les initiatives féministes à travers le monde
Nemesis Feminist Boxe Club (Bruxelles)
Noustoustes38, collectif féministe isérois
Nta Rajel?, collectif féministe décolonial de la diaspora nord-africaine
On est pas des cadeaux!, émission TransPédéGouines et féministe
Ouest-Trans
Pamplemousse, association féministe de Sciences Po Lyon
Parlons Trans (Brest)
Planning familial 69
Planning Familial d’Ille-et-Vilaine
Planning familial du Calvados
Pour une M.E.U.F. (Médecine Engagée Unie et Féministe), association de professionnel·le·s de santé contre le sexisme médical
Quidam•e•s, association étudiante féministe intersectionnel et inclusive basée sur Nancy
Radical cheerleading – Pompom riot
Reboo-T
Réseau Fertilité France
RITA, association Trans & Intersexe
Roseaux, magazine féministe
Sexy SouciS, collectif féministe engagé pour la santé sexuelle
Simonae
Solidaires Etudiant.e.s
Sud Education 14
Syndicat Autogestionnaire de Paris 3 (SAP 3)
T-Time
Timult, revue qui parle de luttes sociales et d’aspirations à changer le monde
Trans Inter Action
Trans Posé•e•s
Transat
Transgrrrrls
Union Nationale Lycéenne
Where we belong, collectif lesbien bruxellois
Women Who do Stuff

Catégories
Politique

L’affaire de la tribune féministe censurée par le HuffPost

Appartenant à une entreprise américaine réalisant 130 milliards de dollars de chiffres d’affaires, le HuffPost a publié puis retiré une tribune féministe, au nom du refus de la « transphobie ». C’est un excellent exemple de comment le libéralisme libertaire est promu par les grandes entreprises, afin de développer l’atomisation, l’individualisme généralisé, le relativisme.

C’est une affaire à la fois très simple et très compliquée, qui a un grand intérêt en tant qu’expression de toute une césure. Initialement, il s’agit d’une tribune publiée sur le Huffpost. Son titre est le suivant :

« Trans : suffit-il de s’autoproclamer femme pour pouvoir exiger d’être considéré comme telle ? »

Puis, dans la foulée, le Huffpost a décidé de supprimer la tribune de son site, sous la pression des postmodernes, ou plutôt après avoir été alertée par ceux-ci. Lauren Provost, directrice de la rédaction a justifié cela de la manière suivante :

« Pourquoi nous avons dépublié la tribune « Question trans: les colleuses contre les féminicides se divisent et toutes les femmes sont menacées »

La tribune de 60 signataires posant la question de la présence des femmes trans dans le mouvement des colleuses contre les féminicides a été dépubliée du HuffPost ce jour. Il s’agissait d’une tribune et non pas d’un article de la rédaction, mais ce texte n’avait aucunement sa place sur notre site. C’est une erreur de l’avoir publié. Les propos transphobes à l’intérieur vont à l’encontre des valeurs prônées par Le HuffPost depuis sa création. Les femmes trans sont des femmes. Nous vous présentons nos plus sincères excuses pour la publication de ce texte. »

C’est là un acte de contrition logique. Le HuffPost, anciennement le Huffington Post, est une grande entreprise capitaliste, existant dans de nombreux pays. Elle vaut plusieurs centaines de millions de dollars et appartient à Verizon Communications, une entreprise américaine de télécommunications au chiffre d’affaire de 130 milliards de dollars.

Or, par définition, les grandes entreprises américaines diffusent le libéralisme culturel, le refus de toutes normes, l’idéologie LGBT… afin de pousser à la destruction du tissu social, de pousser à l’idéalisme identitaire, à la consommation individualiste maximisée. Il était donc impossible de promouvoir une tribune défendant Marguerite Stern, au centre des attaques postmodernes pour un long article publié sur Twitter.

La tribune, écrite par Pauline Arrighi, une essayiste féministe, n’est nullement offensive. Elle ne dénonce pas l’idéologie LGBT des postmodernes, on y trouve la même tentative de conciliation que chez Marguerite Stern – ce qui est un suicide de par la nature des postmodernes et leur agressivité.

La tribune dit simplement qu’il faut les femmes biologiques aient leurs propres espaces, que les hommes se disant femmes ne peuvent pas y entrer simplement suivant leurs désirs. La tribune dit principalement la chose suivante :

« Le collectif de colleuses d’affiches contre les féminicides se divise autour de la « question trans ». Il s’agit bien plus que d’une querelle de chapelles : au-delà du groupe des colleuses, c’est l’avenir du féminisme et des politiques d’égalité qui est en jeu (…).

Être une femme n’est pas un ressenti. Cela correspond à une réalité physiologique très spécifique et à un vécu social tout aussi spécifique. Tout cela est réel (…).

Considérer les « femmes trans » comme des femmes pose des problèmes encore plus concrets. Quel que soit le ressenti de ces personnes, quelle que soit leur sincérité, les femmes n’ont pas le loisir de prendre le risque d’accepter des hommes dans les espaces non-mixtes : vestiaires de sport, toilettes publiques ou dortoirs d’auberges de jeunesse, mais aussi prisons et centres d’hébergement d’urgence pour femmes victimes de violences masculines.

Aucune féministe ne met en cause la souffrance des personnes qui ne se sentent pas « nées dans le bon corps ». Cela dit, nous devons veiller à préserver nos espaces et à ce que nos stratégies restent centrées sur les filles et les femmes. C’est la survie de notre mouvement qui est en jeu, et donc la survie de nos droits et de notre intégrité. »

L’approche n’a que peu de sens, car il y a une tentative de contourner l’affrontement avec les postmodernes, et ce à tout prix. Or, cet affrontement est non seulement inévitable, mais en plus il a déjà lieu. Mais ce n’est pas la seule erreur. En effet, le magazine Marianne a demandé à publier la tribune, ce qui a été autorisée par la personne l’ayant écrite, ainsi que les signataires.

C’est d’ailleurs pratiquement davantage une faute plus qu’une erreur. Le magazine appartient depuis 2018 au milliardaire tchèque Daniel Křetínský et sa directrice de publication est Natacha Polony. Sa ligne est celle d’un souverainisme se définissant comme au-delà du clivage Gauche-Droite, avec une critique de la société convergeant avec la « révolte contre le monde moderne » et la finance diffusée par l’extrême-Droite.

Pourquoi donc publier la tribune dans un tel organe ? Surtout que la tribune s’appuyait sur une vraie dynamique, avec 140 signataires, dont notamment :

– Françoise Morvan, féministe universaliste ;

– Christine Delphy, chercheuse et universitaire spécialiste du genre ;

– Joana Vrillaud, fondatrice et coordinatrice du Collectif Abolition Porno Prostitution ;

– Annie Sugier, physicienne, ex-MLF, co-fondatrice de la Ligue du droit des femmes, ex-présidente de la Ligue du Droit international des femmes, Commandeur de l’Ordre national du mérite ;

– Marie-Noëlle Bas, présidente des Chiennes de garde ;

– Florence Montreynaud, historienne, co-fondatrice des Chiennes de garde, d’Encore féministes et de Zéromacho

– Marguerite Stern, ex-Femen, activiste à l’origine des collages contre les féminicides

– Dora Moutot, journaliste et activiste ;

– Ana-Luana Stoicea-Deram, co-présidente de la Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution (CIAMS) ;

– Catherine Morin Le Sech, membre de la Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution (CIAMS) ;

– Marie Josèphe Devillers, co-présidente de CQFD Lesbiennes féministes ;

– Christelle Raspolini, co-fondatrice du Mouvement Ni putes Ni Soumises.

Il y a ainsi une véritable affirmation féministe, critique du postmoderne mais sans assumer son rejet, qui se place dans l’orbite de Marianne, ce qui est le pire indicateur à fournir dans le combat justement contre les postmodernes, qui auront toute latitude pour dénoncer les « réactionnaires ».

Il est pourtant évident qu’il y a un double combat, à la fois contre les traditionalistes réactionnaires, avec leur nationalisme, et contre les postmodernes, fer de lance du libéralisme économique et culturel capitaliste. La tribune, en évitant le combat ouvert contre les postmodernes, s’est mal positionnée et a été réduite à un outil pour un camp tout aussi ennemi, celui de ceux voulant retourner en arrière.

Catégories
Politique

La vague postmoderne à l’exemple de la revue «Offensive»

Les postmodernes ont d’abord intégré la Gauche classique en général, pour profiter de ses faiblesses et diffuser leurs conceptions. Puis, ils ont pris le pouvoir. Ici, un exemple avec un groupe libertaire Offensive Libertaire et Sociale.

En décembre 2014, Offensive Libertaire et Sociale (OLS), qui produisait la revue Offensive, annonçait sa dissolution. La revue, qui avait 800 abonnés environ, avait cessé sa parution en janvier. La raison donnée, pour ce groupe existant depuis 2003 est l’impossibilité de « construire du commun » sur la base de différentes questions.

La plupart tiennent en fait à la question « postmoderne » :

« Sur le féminisme : Le féminisme peut-il faire l’impasse sur la déconstruction du genre ? Peut-on lutter contre les dominations sans déconstruction ? L’idée de déconstruction conduit-elle inévitablement à nier toute idée de nature ? Les luttes pour la libération sexuelle ne contribuent elles pas à véhiculer des valeurs qui sont celles du néolibéralisme ? »

« À propos de la famille : La famille peut-elle être une réponse au délitement des liens sociaux et des solidarités et un espace de résistance au capitalisme ? Ou ne reste-t-elle qu’une institution patriarcale qui socialise aux normes dominantes ? »

« Autour de l’identité et de l’universalisme : La multiplication des identités ne brouille-t-elle pas la perception qu’on a des rapports de domination ? Cette atomisation des identités ne risque-t-elle pas de participer de la déstructuration du tissu social, des solidarités ? Les luttes sociétales (comme le féminisme, l’antiracisme…), que l’on dit plus facilement récupérables par le pouvoir, doivent-elles pour autant passer au second plan ? Situer d’où on parle est-il primordial pour lutter et penser ensemble ? Peut-on lutter ensemble sans partager certaines valeurs communes ? »

Le groupe OLS a été ici très hypocrite dans sa formulation, car il a lui-même été un des vecteurs de l’idéologie postmoderne. C’est en effet un produit direct de la décomposition du milieu anarchiste, avec notamment un membre désormais maître de conférences à l’université et ayant été l’un des premiers à assumer les thèses de ce qu’on va appeler la « gauche américaine » sur les questions « sociétales ».

En octobre 2004, la revue Offensive propose un dossier consacré au thème « Genre et sexualité ». On y trouve déjà la rhétorique postmoderne, avec l’inévitable valorisation de Michel Foucault. On retrouve ce dernier dans le numéro suivant, alors que le numéro de décembre 2007 aborde la question de la prostitution selon l’angle postmoderne.

On a également en décembre 2009 un dossier  « Nature & animalité » réfutant évidemment la biologie. La nature est présentée comme une « idée » par définition obstacle à l’émancipation.

Pourquoi alors la crise de 2014 ? C’est simple à comprendre, car il y a un vrai modèle, valable tant pour le PS que l’UNEF ou encore la CNT. Comme le libéralisme prime dans le domaine des idées, il y a eu un espace pour les postmodernes. Ceux-ci ont tapé tout de suite très haut en profitant du fait que la « gauche américaine » était dans leurs mains, avec le monde universitaire américain à leur service.

Ils se sont valorisés, ont commencé à introduire leurs thématiques, leurs approches… Jusqu’au moment où cela allait tellement loin que tout se renverse en leur faveur. Naturellement, cela passe ou cela casse.

À l’OLS, cela a cassé, car il y a un fond communiste libertaire rationaliste qui prévalait chez certains, comme d’ailleurs chez l’Organisation Communiste Libertaire. L’intellectualisme pour ouvrir des perspectives, oui, le libéralisme d’accord, mais un basculement ouvert dans quelque chose de nouveau, combinant intellectualisme et libéralisme dans une démarche post-idéologique, cela allait trop loin…

Les communistes libertaires sont d’ailleurs, au sens strict, les très grands perdants de ces 30 dernières années. De par leur approche, ils sont coincés entre le maoïsme avec sa perspective rationaliste, culturelle et prolétaire, et un anarchisme post-marxiste ouvert aux postmodernes, porté désormais par l’Union Communiste Libertaire.

La crise de l’OLS est un bon exemple de pénétration postmoderne, suivie d’une fêlure, puis d’une cassure. Avec les postmodernes, soit il y a renversement des valeurs de la Gauche historique, soit crise et effondrement de l’organisation. C’est une véritable entreprise de démolition.

Catégories
Politique

«La transidentité n’est pas une nouvelle lubie»: et pourtant!

La boîte de Pandore a été ouverte par Marguerite Stern, la fondatrice du mouvement «  Collage féminicides », avec sa critique pourtant mesurée du sectarisme des postmodernes. Ceux-ci mènent une grande offensive et harcèlent toutes les positions relevant de la Gauche historique. Ils ne sont pourtant que le produit du capitalisme ultra-moderne, ultra-agressif, effectivement apparus ces dix dernières années.

Il est évident que la « transidentité » est une lubie nouvelle, apparue ces dix dernières années. Mais il n’y aucune magie à cela. C’est qu’avant, la remise en cause de soi-même s’associait à l’idée de remettre en cause la société. L’idée de changement sociale, de vaste transformation ou même de révolution, existait encore.

Les postmodernes nient cette idée. Produits par le capitalisme, ils ne conçoivent qu’un changement : celui par la consommation. La transidentité est l’idée de consommer son propre corps. Au lieu de changer le monde, on se change soi-même. Mais on ne se change pas soi-même intellectuellement, moralement, car ce n’est pas là consommer. On se change matériellement.

Sans bistouris, sans consommation capitaliste des services de santé, dans le cadre d’un « choix » individuel, pas de transidentité. Il suffit de regarder l’histoire. On s’aperçoit que ce thème émerge dans les facultés américaines, au cœur du capitalisme avancé, dans un milieu à la fois étranger et hostile à la Gauche historique, à la classe ouvrière.

La tribune « Pour un féminisme inclusif envers les femmes transgenres » parue sur Mediapart ment donc sciemment en disant :

« La transidentité n’est pas une nouvelle lubie, un phénomène apparu comme par magie il y a dix ans »

On en a la preuve rien qu’avec les propos suivants de la tribune :

« la science biologique n’existe pas en dehors de la société »

« La réalité biologique est complexe, plurielle, et les deux catégories du genre insuffisantes pour en rendre compte »

Ces deux phrases sont une absurdité pour l’ensemble des gens. Ces deux phases auraient été une absurdité pour toute la société il y a quinze ans. Ces deux phrases ne sont par contre pas une absurdité depuis quelques années pour la bourgeoisie intellectuelle, par définition libérale.

La transidentité s’appuie sur la philosophie existentialiste, séparant le corps et l’esprit. Comme toute décision y est « choix » individuel, le libéralisme libertaire a appuyé la transidentité. Les postmodernes et les macronistes : même combat.

L’État appuie directement toutes les thèses LGBT, tout comme d’ailleurs l’Union Européenne. Les postmodernes n’en sont que l’avant-garde libérale.

Le but est d’ailleurs très clairement anti-féministe, et même anti-homosexuel, car pour les postmodernes, il n’y a au sens strict pas d’hommes, ni de femmes, ni de gays, ni de lesbiennes. Il n’y a que des individus.

> Lire également : Féminisme: Marguerite Stern ouvre la boîte de Pandore

C’est le culte de l’atomisation capitaliste poussée à son extrême. C’est la consommation maximisée qui remplace la croyance en Dieu. C’est le choix du consommateur comme alpha et oméga de l’existence. La transidentité, c’est la loi du marché intériorisée dans sa toute-puissance.

Catégories
Société

Féminisme: Marguerite Stern ouvre la boîte de Pandore

Activiste féministe, Marguerite Stern a posté la semaine dernière un message traçant le bilan de ses activités, avec une perspective critique sur la démarche postmoderne nuisant au combat des femmes. Cela lui a valu une haine implacable et une avalanche d’insultes, les postmodernes entendant écraser la moindre opposition.

Pour comprendre l’ampleur du problème et saisir la nature du très intéressant message de Marguerite Stern, il faut savoir qu’il existe une opposition totale entre deux courants américains, dont les lignes se reflètent partout dans le monde :

  • il y a ce qu’on appelle le « féminisme radical », qui est issu du féminisme traditionnel et qui n’est pas d’accord pour dire qu’un homme se disant femme soi reconnu comme tel. Le phénomène des hommes « transexuels » s’impliquant dans le féminisme est même considéré comme une sorte de colonisation par des hommes reprenant les codes sexistes classiques (maquillage outrancier, talons aiguilles, etc.) ;
  • il y a le courant postmoderne pour qui tout est un choix individuel identitaire, qui fait donc des « personnes transgenres » l’alpha et l’oméga de la contestation, le sujet révolutionnaire par excellence. C’est le libéralisme libertaire à l’offensive.

On a donc d’un côté le « féminisme radical » qui est authentique, raisonnable, constructif, dans la tradition historique du féminisme. Et on a de l’autre le courant postmoderne qui est décadent, porté par une scène universitaire petite-bourgeoise hystérique, ultra agressive.

Parmi les termes dont il est à un moment parlé dans le message de Marguerite Stern, il en est deux relevant de l’opposition entre ces courants. Il y a d’abord « TERF » (trans-exclusionary radical feminist), « féministe radicale exclusive des trans », acronyme utilisé par le courant postmoderne pour dénoncer la « transphobie » de ceux pensant qu’une femme est une femme et un homme un homme.

Il y a ensuite celui de « cis ». Les postmodernes dénoncent en effet la dictature du « cisgenre », terme inventé pour désigner les gens dont le « sexe » biologique correspond au « genre », à l’opposé des « transgenres ».

Marguerite Stern, avec son message, fait donc à la fois quelque chose juste et d’insensé. De juste, car ce qu’elle dit est vrai. De l’autre, son approche est suicidaire, car elle ne dénonce pas les postmodernes frontalement… Tout en faisant ce qu’ils considèrent de toutes façons comme une déclaration de guerre.

C’est un épisode de la lutte des classes. Les postmodernes tentent de supprimer tout ce qui relève de la raison, de la Gauche historique, de la reconnaissance de normes (ici biologiques), de valeurs, de culture.

Voici le message de Marguerite Stern, qui est en ligne ici, sur Twitter, avec également beaucoup de commentaires.

« Voici un thread qui me vaudra probablement plus d’insultes et de menaces que je n’en n’ai jamais eu avant mais tant pis. J’ai besoin d’expliciter mes positions au sujet du mouvement queer. J’ai trop retenu, trop subis.

Trois sujets divisent les féministes : prostitution, religions, transactivisme. Je n’ai aucun problème à dire que l’existence de la prostitution est une violence faite aux femmes (et même à celles qui ne sont pas en situation de prostitution, car nous sommes TOUTES prostituables)

Aucun problème non plus à dire que la religion catholique c’est de la merde, que l’islam c’est de la merde, que le judaïsme et le bouddhisme c’est de la merde. Toutes les religions abîment de façon égale, la dignité des femmes.

Par contre, j’ai un problème à m’exprimer sur le transactivisme. Dès que je le fais, on me lynche. Ces attaques sont de plus en plus violentes, et je sais que de nombreuses autres féministes ne s’expriment pas à ce sujet parce qu’elles ont peur, à juste titre, d’être harcelées.

Mais aujourd’hui, quitte à perdre beaucoup de soutiens, je n’en peux plus, et j’ai envie d’exprimer clairement ce que je pense. Peut-être un peu dans le désordre, sous le coup de l’émotion, mais tant pis.

Depuis que j’ai lancé le mouvement de collage contre les féminicides, je suis heureuse, et inspirée de voir des milliers de femmes investir l’espace public. rapidement, des collages sur d’autres sujets que les féminicides ont commencé à fleurir, et c’est une bonne chose.

J’ai moi même, pendant des mois, collé sur d’autres sujets avant d’en venir aux féminicides. Mais aujourd’hui, j’ai l’impression que le mouvement que j’ai créé, se retourne contre moi.

De nombreuses branches comme celles de Lyon ou Montpellier par exemple, n’hésite pas à faire des collages sur des sujets clivants dans le féminisme, se positionnant clairement du côté intersectionnel, et excluant de fait, les féministes universalistes.

À Paris, quand j’ai accueilli chez moi des centaines de femmes au tout début du mouvement, j’avais bien précisé que je souhaitais qu’au delà de nos désaccords, nous soyons unies pour lutter contre les violences conjugales. Aujourd’hui, ça n’est plus du tout le cas.

Des féministes universalistes me rapportent avoir été exclues de branches où les activistes se positionnent comme intersectionnelles, et font des collages sur des sujets clivant tout en utilisant l’étiquette (à mon grand regret, c’est devenu une étiquette) « collages féminicides ».

Bref. Aujourd’hui, j’ai découvert ce collage sur le compte instagram « Collages féminicides Montpellier ». Et ça n’est pas le premier. J’ai donc décidé d’écrire ce thread pour dire ce que j’en pense.

[Sisters = Soeurs, en anglais. Cisterf : mélange des termes « Cis » et « Terf ».]

La première chose, c’est que je trouve que les débats sur le transactivisme prennent de plus en plus de place dans le féminisme, et cristallisent même toute l’attention. J’interprète ça comme une nouvelle tentative masculine pour empêcher les femmes de s’exprimer.

De tous temps, les hommes ont tenté de silencier les femmes en faisant taire leurs révoltes. Aujourd’hui, ils le font de l’intérieur en infiltrant nos luttes et en occupant le devant de la scène.

La deuxième chose, c’est que je trouve détestable qu’un outil aussi important que l’écriture inclusive, et qui est sensé servir les intérêts des femmes, soit désormais utilisé pour les invisibiliser. dans les débats féministes sur instagram (et j’ai conscience du fait qu’il (…)

s’agit peut-être de débats de niches), on n’utilise plus les mots « femmes » et « hommes » pour parler de sujets spécifiques comme les règles par exemple. On parle désormais de « personnes à vulves ». Et bien je considère que ça m’invisibilise.

Non, je ne suis pas une « personne à vulve », je suis une femme. Je suis née femme, et avant même ma naissance, dans le ventre de ma mère, j’ai subi des discriminations de ce fait. J’ai subi des choses qu’un homme qui voudrait devenir une femme ne pourra jamais appréhender.

Troisièmement, je suis pour qu’on déconstruise les stéréotypes de genre, et je considère que le transactivisme ne fait que les renforcer. J’observe que les hommes qui veulent être des femmes, se mettent soudainement à se maquiller,

à porter des robes et des talons. Et je considère que c’est une insulte faite aux femmes que de considérer que ce sont les outils inventés par le patriarcat qui font de nous des femmes. Nous sommes des femmes parce que nous avons des vulves. C’est un fait biologique.

Portez des robes, des talons et des perruques, maquillez vous, si vous voulez. Je n’irai pas crier à l’appropriation culturelle, mais ne venez pas dire que vous êtes des femmes. de la même façon que je n’aurais jamais l’indécence de brunir ma peau en déclarant que je suis noire.

Quatrièmement, arrêtez de me dire que je vous oppresse. C’est vous qui m’oppressez en renforçant justement ces stéréotypes de genre. Et j’ai le droit de le dénoncer car je n’appelle pas à la haine. Mes propos sont dans le cadre de la loi, puisque moi, contrairement à vous,

je suis capable de faire la différence entre transidentité et transactivisme. C’est-à-dire entre les personnes et les idées. Que des personnes trans existent, je m’en fiche. Qu’elles viennent coloniser le débat féministe en ramenant tout à elles au point que

certaines féministes dites « cis » n’aient plus que cette lutte pour objectif, me révulse. Cinquièmement, les sacro saintes notions de « liberté », de « choix » et de « tolérance » ne veulent rien dire si elles ne sont pas explicitées.

« j’ai la liberté de me voiler », « je choisis de me prostituer », « je suis trans, soit tolérante », cela ne veut rien dire. Oui tu peux dire que tu es libre de te voiler, de te prostituer ou d’être trans, mais la question du libre choix est illusoire.

Je considère que ces choix sont le fruit d’un conditionnement par le système patriarcal. S’il en était autrement, pourquoi les hommes ne se voileraient pas et ne se prostitueraient pas autant que les femmes? Il en va de même pour le transactivisme.

Pourquoi les personnes trans qui occupent le devant de la scène comme lors de la manifestation Nous Toutes, ou comme les drags queens (largement plus répandues que les drag king) sont elles plus nombreuses ou du moins, plus visibles?

(et oui, je sais, ici on parle plutôt de travestissement, mais je considère que ce sont les mêmes mécanismes à l’oeuvre)

Je conçois que des personnes trans puissent ne pas se reconnaitre dans l’identité de genre attribuée à leur sexe. Que des hommes aient envie de porter des robes, que des femmes aient envie qu’on cesse de les sexualiser et de les infantiliser par le langage, (…)

d’où l’envie de changer d’image et donc de pronom. Mais tout ceci (les vêtements, les appellations sociales), ne demandent qu’à être déconstruites. Pour les déconstruire, inutile de dévoyer les débats féministes.

Je précise que quand je m’exprime à ce sujet, je reçois habituellement beaucoup d’insultes, de menaces, et de messages condescendants. Mais je reçois aussi beaucoup de messages de femmes qui pensent comme moi, mais qui ne le disent pas parce qu’elles ont peur.

Et dernièrement, si vous voulez m’attaquer ou me contredire, faites le avec de vrais arguments, pas à base de ressentis. J’ai conscience du fait que certaines personnes vont me dire qu’elles blessées par mes propos,

mais ces personnes là doivent aussi réaliser que je suis blessée par les leur. Et j’ai, comme elles, le droit de l’exprimer. Mais je le fais de façon construite, et j’avance des arguments qui relèvent des sciences dites « dures » et sociales. »

Catégories
Culture

Yépa – Oui? Non? OK

Le groupe Yépa des frères jumeaux Le Bon Nob (rap) et Rémo (prod) propose avec « Oui ? Non ? Ok » un morceau d’une grande valeur, qui aborde la question du viol de manière très réaliste.

On n’est pas ici dans une scène violente et impromptu, telle que l’on l’imagine presque toujours quand on parle de viol, mais dans un rapport presque banal de la vie quotidienne, le week-end en soirée. Le refrain est très bien vu :

« Elle a pas vraiment dit oui, elle a pas vraiment dit non, il a pas vraiment demandé, c’était  ambigu »

Dans de nombreux cas, les viols ont lieu dans ce genre de situations. Ce sont les comportements non-démocratiques de certains hommes qui produisent ces viols. Souvent, ils n’imaginent même pas agir en violeur. Pire, parfois même certaines femmes peuvent mettre beaucoup de temps, plusieurs années, avant d’assumer le fait qu’elle se soit faite violer (ce qu’elles savent pourtant au plus profond d’elles-mêmes depuis le début).

Yépa affirme donc une position démocratique très engagée, avec un clip d’une grande qualité montrant des femmes dans leur quotidien, afin de bien souligner leur dignité et la grande considération qu’elles méritent. Il faut écraser les comportements anti-démocratiques de ces hommes se moquant du consentement des femmes, ces violeurs.

Catégories
Société

[tribune] «Contre les violences faites aux femmes? Dénoncez la prostitution et la GPA!»

Voici une tribune initialement publiée sur le site de Marianne par les militantes féministes Ana-Luana Stoicea-Deram (membre du CoRP), Marie-Josèphe Devillers et Catherine Morin Le Sech. Elles dénoncent les agressions qu’elles ont subi lors des manifestations contre les violence à l’égard des femmes le week-end dernier. Ces activistes féministes ont ici gravement sous-estimé l’hégémonie de la « Gauche » post-moderne et sa volonté de briser, y compris par la violence, tout ce qui relève de la Gauche historique.

« Contre les violences faites aux femmes ? Dénoncez la prostitution et la GPA !

Le 25 novembre est la « journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ». Ce sont les Nations unies qui ont établi cette date, et qui ont aussi défini la violence à l’égard des femmes comme « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ».

Ce samedi, en France, à l’appel du mouvement NousToutes, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pour dénoncer l’une des formes les plus graves de ces violences : le féminicide. Les meurtres et les assassinats de femmes, en raison de leur sexe, ont augmenté cette année. Les plaintes portées par plusieurs d’entre elles, leurs demandes d’aide, n’ont pas empêché leurs agresseurs de les tuer. Pourquoi ?

Des violences ignorées

Car le féminicide s’inscrit dans une suite de violences que peuvent subir les femmes. Des violences générées ou tolérées par un système (social et politique) dans lequel des pratiques sociales et des comportements qui causent des préjudices ou des souffrances aux femmes, sont considérées comme acceptables, et donc acceptées. Toutes les personnes qui ont manifesté samedi ont voulu dénoncer les féminicides. Mais toutes ne sont pas prêtes à reconnaître l’ensemble des pratiques qui participent du système patriarcal et dont le féminicide est l’une des formes les plus visibles, mais seulement l’une de ses formes.

Le patriarcat est caractérisé par le déploiement d’un continuum de violences à l’égard des femmes, qui peuvent s’exercer avant même la venue au monde d’une fille (en l’empêchant, par sélection du sexe de l’enfant à naître), et ensuite tout au long de la vie d’une femme. Ces violences sont exercées en tant que telles, et visent à éduquer les filles et les femmes à la soumission aux hommes. Excision, mariage forcé, interdiction de travailler, discriminations, stéréotypes sexistes… – si des différences de nature et de degré existent, si certaines de ces pratiques sont interdites et combattues, d’autres sont admises, voire promues. Certaines violences seraient-elles plus tolérables que d’autres ?

Des pratiques qui s’enracinent dans les stéréotypes sexistes les plus rétrogrades font l’objet d’une attention bienveillante et d’une propagande très favorable à leur développement. Il s’agit de la prostitution et de la pratique dite de gestation pour autrui (GPA). Les deux sont justifiées par un soi-disant « consentement » des femmes à les pratiquer, et aussi par leur ancienneté : ne dit-on pas que la prostitution serait « le plus vieux métier du monde » ? N’entend-on pas, à l’Assemblée nationale, en 2019, tel député, regrettant d’être « timide, peu aventureux », pour ne pas faire comme ses ancêtres, qui pratiquaient la GPA, tel que le relaterait l’Ancien Testament* ? La propagande en faveur de la prostitution et de la GPA est présente depuis plusieurs mois dans de nombreux médias, dont des radios publiques. Dès lors, montrer l’évidence, à savoir les violences que ces pratiques représentent pour les femmes, se heurte au refus d’accepter les arguments des personnes qui les décrivent, étayés par les droits humains, des chiffres et des témoignages.

Les deux, prostitution et GPA, lorsqu’elles sont décrites et désignées comme violences, lorsqu’elles sont montrées comme des pratiques à abolir, suscitent le mépris, le rejet, voire l’agressivité et la violence à l’encontre des abolitionnistes.

C’est bien ce qui s’est passé samedi 23 novembre, dans plusieurs villes où des manifestations ont été organisées pour dénoncer la violence à l’égard des femmes. A Toulouse, des abolitionnistes ont été agressées, verbalement et physiquement, et leurs pancartes demandant l’abolition de la prostitution ont été détruites par des personnes qui se trouvaient aussi dans la manifestation. A Marseille, les abolitionnistes ont eu du mal à faire porter leurs slogans. A Paris, nos pancartes exprimant la violence médicale et psychologique de la GPA, l’exploitation et la marchandisation des femmes dans cette pratique ainsi que dans la prostitution, nous ont valu un jet de bouteille, des propos agressifs et la destruction d’une partie de nos tracts par des personnes venues manifester contre les féminicides. Les gens étaient là pour les féminicides et non pour dénoncer toutes les violences et surtout pas la prostitution ni la GPA.

Dénoncer le système patriarcal

Ainsi est-il entendu que l’on peut combattre ce qu’il est indiqué de combattre, ce pour quoi tout le monde est là, ce qui fait consensus : le féminicide. Mais dénoncer le système patriarcal dans la globalité de ses violences, en montrer l’étendue, les pièges discursifs et conceptuels qu’il tend aux femmes (« consentement », « libre choix »), est loin d’être accepté. Non que soit difficile à comprendre, le lien entre la violence et la prostitution ou la GPA. Non par manque de données prouvant les risques énormes encourus par les femmes qui se prostituent comme par celles qui deviennent mères « porteuses ». S’il est difficile à admettre l’évidence des violences que ces pratiques infligent aux femmes, c’est en raison du consensus médiatique, des discours lénifiants de celles et ceux qui les promeuvent, et qui veulent faire croire que si des femmes sont mutilées dans la prostitution, si elles perdent leur utérus dans la GPA, si elles sont assassinées en tant que prostituées, ou si elles meurent pendant ou des suites d’une grossesse GPA, eh bien, ce ne serait qu’une question de choix, librement consenti.

Lorsque des médias publics n’ont de cesse de raconter à quel point la vie de « fille facile » fascine les journalistes, comment peut-on admettre que des jeunes filles sont forcées à se prostituer, qu’elles y arrivent après avoir subi des viols, souvent des incestes, depuis leur enfance ? Quand des députés très en vue et autres politiques disent leur sympathie pour leurs amis ayant eu recours à la GPA, comment accepter l’évidence de la violence médicale, obstétricale et psychologique faites aux mères « porteuses » ?

Les préjudices et les souffrances infligés aux femmes dans la prostitution et dans la maternité de substitution (c’est ainsi qu’il faut nommer cette pratique, et non GPA, qui réduit la femme à l’état de « gestatrice », lui niant toute humanité), sont autant de violences faites aux femmes, parce qu’elles les subissent en raison de leur sexe. Elles s’inscrivent dans le continuum de la violence à l’encontre des femmes, et sont d’autant plus fortes, qu’elles sont niées, rejetées, réduites au silence. La violence que l’on ne veut pas admettre, et qui s’impose par la force du constat, est retournée contre les abolitionnistes qui seraient coupables de la dénoncer, responsables de la donner à voir par les consciences lucides de celles et ceux qui portent la revendication de l’égalité entre les femmes et les hommes.
On ne peut pas espérer éradiquer le féminicide si l’on ne combat pas le patriarcat dans sa globalité, c’est-à-dire en abolissant toutes les pratiques qui infériorisent les femmes, pour les exploiter sexuellement et à travers la reproduction.

*Tous les exemples utilisés pour donner à croire que des femmes mentionnées dans la Bible seraient des mères porteuses sont interprétés de façon tendancieuse. Ces femmes (cas d’Abraham, Hagar et Sarah), servantes ou esclaves, sont violées et elles élèvent elles-mêmes leurs enfants et les emmènent avec elles lorsqu’elles sont chassées, ce qui n’est pas le cas avec la GPA. »

Catégories
Société

La manifestation contre les violences sexistes et sexuelles du 23 novembre 2019

La France est un pays qui connaît un engagement démocratique ayant une base solide. C’est ainsi qu’il faut comprendre la manifestation parisienne du 23 novembre, où 50 000 personnes ont exigé un arrêt des violences sexistes et sexuelles et aux « féminicides ». Mais le niveau culturel est totalement nul. Les violences sont considérées de manière purement abstraite, comme si elles étaient séparées des valeurs en perdition de la société. La seule exigence atteinte est d’ailleurs celle d’un engagement financier accru de l’État.

Les participants à la manifestation du 23 novembre 2019 ont été très satisfaits de la mobilisation. Des gens comme Manon Aubry‏ (pour qui 150 000 personnes sont venues), ont même parlé d’un succès « historique ». C’est tout de même étrange et c’est là qu’on s’aperçoit de l’origine sociale qui a prédominé.

Non pas qu’il soit faux de se mobilier contre les violences faites aux femmes. Cependant, dans le peuple, personne ne se dit qu’on va vers une amélioration de la condition des femmes et que, d’ailleurs, il suffirait de rajouter 700 millions de budget pour résoudre les problèmes.

Loin d’être « historique », la manifestation a donc exprimé plutôt une terrible défaite. Car les violences sexuelles commises par des hommes contre des femmes (et des enfants) est un grand non-dit de la société française. Elles ont beau être massives, le règne de l’individualisme empêche toute lecture culturelle, sociale et politique. La justice réduit cela à un fait-divers perturbant l’opinion publique et cela s’arrête là.

La manifestation du 23 novembre a par conséquent ceci d’inquiétant qu’elle exprime une prise de conscience non pas « positive » et cherchant à renverser la situation (même si elle prétend le contraire en disant qu’elle entend corriger les choses), mais entièrement « négative » comme fruit d’une véritable crise générale en ce domaine.

Pour dire les choses de manière alambiquée : la société française est en faillite morale et culturelle. La cause de cette faillite est simple : le capitalisme réduit tout aux individus et démolit la démocratie – y compris la démocratie dans le couple. Il n’y a pas de « féminicides » mais des meurtres qui sont une conséquence du refus de reconnaître la démocratie par des hommes assumant une posture patriarcale.

Les femmes aussi nient tout autant la démocratie dans le couple, la différence significative étant que les conséquences ne sont pas meurtrières. Reste que dans le capitalisme tout le monde est corrompu, tout le monde maltraite l’autre. Là est le véritable problème de fond.

Tout cela est cependant trop politique pour des gens se mobilisant mais refusant de rompre avec l’ordre établi, espérant encore et toujours que tout se règle. De même que les gilets jaunes demandent de l’argent à l’État, la solution féministe serait de demander de l’argent à l’État.

Il y a bien entendu la nécessité de parer aux urgences pour les femmes battues – mais dans une société toujours plus en crise, le nombre des violences contre les femmes va forcément toujours plus grandir. C’est cela dont il faut prendre en conscience et se mobiliser pour le Socialisme, qui seul peut être un frein social et historique à la tendance en cours, puis l’abolir s’il a les moyens d’État !

Il y a d’ailleurs un piège philosophique avec cette histoire de centaines de millions d’euros demandés. L’argent exigé vise en effet l’amélioration des conditions d’accueil individuel, afin de souligner que les problèmes des « féminicides » seraient toujours « individuels », tout serait une question d’individus seulement.

Il est ainsi considéré de manière abstraite qu’il y a des individus malsains et qu’il faut une solution individuelle pour les femmes victimes, ce qui a sa dignité, mais ce qui est une illusion dans un pays capitaliste où les valeurs s’effondrent et où la tendance à la guerre est toujours plus marquée !

Lorsque Adrien Quatennens‏ (de La France Insoumise) dit qu’il faut « réclamer 1 milliard pour sortir du cauchemar », c’est de la démagogie. On ne sort pas du cauchemar capitaliste sans de lourds sacrifices ! Mais le peuple n’y est pas prêt. D’où les contorsions de la réalité, la demande à l’État d’intervenir, l’illusion que tout va s’améliorer.

Il ne faut pas s’étonner si avec un tel formatage, même le Président de la République peut trouver très bien ce genre d’initiatives apolitiques et surtout déconnectées des rapports sociaux :

« J’adresse mon soutien à chaque femme qui a vécu des violences sexistes ou sexuelles. Comptez sur moi pour poursuivre la mobilisation du gouvernement et de la Nation entière dans cette grande cause. Besoin de l’engagement de chacun(e) pour #NeRienLaisserPasser. #NousToutes »

Les petits-bourgeois qualifieront de catastrophisme une telle approche critique. Mais c’est dans leur nature que de semer des illusions sur la pérennité d’un système capitaliste qui est en train de s’effondrer sous nos yeux.

Catégories
Société

Un épisode de « Plus belle la vie » promouvant la GPA dénoncé par plusieurs organisations féministes

La dénonciation de la GPA est pour ainsi dire un principe de base du féminisme. Cette marchandisation du corps d’une femme est tout simplement inacceptable, pour tout un tas de raisons. La Coalition Internationale pour l’Abolition de la Maternité de Substitution a publié un communiqué de presse, dénonçant un épisode de la série de France 3 « Plus belle la vie » qui fait ouvertement la promotion de la GPA.

Plusieurs associations féministes sont membre de cette coalition dont le collectif CoRP, qui avait saisi le CSA sur cette question. Voici le courrier envoyé à l’occasion, qui présente bien le contexte et le contenu de l’épisode dénoncé :

« Madame, Monsieur,

Le Collectif pour le Respect de la Personne vous saisit à propos de la série télévisée « Plus Belle la vie  » et plus spécifiquement pour l’épisode 3847 diffusé le mardi 23 juillet à 20h20 sur FR3. Cet épisode, dont le dialogue de la séquence incriminée est reproduit ci-dessous, présente comme acceptable le recours à la maternité de substitution (dite aussi « gestation pour autrui », GPA) pourtant interdite en France et dans la plupart des pays européens.

La Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution (CIAMS) avait alerté la production de la série TV, avant la diffusion de l’épisode en attirant son attention sur les conséquences délétères de la présentation partisane de cette pratique dans une série très appréciée du grand public. Malheureusement ces courriers, auxquels se sont associées de nombreuses organisations féministes et en faveur des droits humains ainsi que des individu-e-s, sont restés sans réponse.

Voici l’analyse que nous faisons de cet épisode en relevant les éléments du scénario qui contribuent à rendre la GPA, interdite en France, acceptable :
1- le recours à une jeune femme médecin, comme caution médicale pour rendre la pratique socialement acceptable. Cette jeune femme médecin, Léa, approuve le recours à la GPA en jouant le rôle de conscience morale !! forte de son statut médical (aura de la science et de la médecine !);

2- la notion d’état de fait, sélectif et fallacieux [Elle (Léa, jeune femme médecin brillante) le (Vincent) rassure en lui disant que, dans son entourage, des amis ont fait cette démarche. « La mère porteuse est restée dans le cercle familial et tout le monde est très heureux. »]. Ces propos ont pour objectif de banaliser le recours à la GPA. Ils s’appuient sur des cas individuels présentés comme positifs, masquant ainsi la situation réelle de la GPA dans le monde : un système d’exploitation des plus pauvres au profit des plus riches par le biais du tourisme procréatif.

3- l’usage abusif de la notion de don. [Quant au don, selon Léa, « c’est un geste d’amour et de partage ».] Le don, en l’occurrence, le don d’organe est là pour sauver des vies. Or, ici, il n’y a rien à sauver. De plus les personnes qui glorifient la générosité des mères porteuses [geste d’amour et de partage] sont toujours dans une situation qui les met à l’abri de devenir un jour mère porteuse.

4-la légitimation de la pratique du trafic : la jeune mère porteuse, [rencontrée en Angleterre], accouchera en France chez Céline (l’avocate qui a recours à la GPA en simulant un état de grossesse afin de faire passer l’enfant comme le sien au regard de l’état civil). La mère porteuse sera donc « importée » pour réaliser cette opération frauduleuse. Il s’agit là de trafic de femmes et d’enfant.

5- la caution juridique apportée à la pratique. Céline la mère d’intention qui a recours à la GPA est un personnage d’avocate brillante qui a toujours défendu des causes justes dans la série. Qu’elle soit ici la protagoniste principale et l’auteure d’une action interdite par la loi, est un signe fort donné au public de passer outre à la réglementation nationale pour se diriger vers la GPA transfrontière en toute impunité.

6- la diffusion de l’épisode coïncide avec le débat parlementaire sur la PMA où se manifesteront à nouveau les tentatives en faveur d’une légalisation de la GPA.

Dans son étude de 2018 sur la gestation pour autrui, la Rapporteuse spéciale des Nations-Unies sur la vente et l’exploitation sexuelle d’enfants, reconnaît que l’essentiel des conventions de GPA pratiquées, y compris dans les pays dits développés, ne sont rien d’autre que de la vente d’enfant, quels que soient les artifices juridiques employés.

La définition de la vente d’enfants contient trois éléments : a) « la rémunération ou tout autre avantage » (paiement) ; b) le transfert d’un enfant (transfert) ; et c) l’échange de « a » contre « b » (transfert contre paiement).

Nous demandons que la production de « Plus belle la vie » rappelle, dans les épisodes suivants, l’interdiction de la maternité de substitution et les raisons pour lesquelles elle est interdite en France.

Le Collectif pour le Respect de la Personne vous a déjà saisis, les années précédentes, pour les mêmes raisons, à savoir, une présentation exclusivement positive, notamment sur les chaînes publiques, de cette pratique sexiste et contraire aux droits humains qu’est la maternité de substitution.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de recevoir, Madame,

Monsieur, nos cordiales salutations.

Ana-Luana Stoicea-Deram
Présidente du Collectif pour le Respect de la Personne (CoRP)
collectif.corp@live.fr
https://collectif-corp.com »

Catégories
Politique

Démission de Laurianne Deniaud à Saint-Nazaire : « la loyauté ne suffit plus à justifier l’injustifiable »

Le conseil municipal de Saint-Nazaire est dans la tourmente depuis plusieurs semaines après une plainte en diffamation déposée contre la première adjointe Laurianne Deniaud qui avait exposé des faits de violence sexuelle. Elle a présenté hier sa démission dans une lettre très politique, assumant un parcours et un engagement important à Gauche ainsi que cette question démocratique des valeurs, de l’attitude à avoir.

Ce que reproche Laurianne Deniaud, du Parti socialiste, au maire de Saint-Nazaire David Samzun, également du Parti socialiste, c’est son attitude sur la question des violences sexuelles.

Plutôt que de soutenir les femmes dénonçant un viol ainsi que des attitudes nauséabondes envers les femmes au sein de l’équipe municipale, il a selon elle pris le parti des personnes incriminées. Martin Arnout, également du PS, qui est mis en cause pour le viol présumé de Gaëlle Betlamini Da Silva a ensuite porté plainte pour diffamation, ce qui a lancé l’affaire publiquement.

On retrouvera une description plus détaillée de la situation dans ce résumé de la conférence de presse des femmes du conseil municipal par le site Saint-Nazaire News.

Gaëlle Betlamini Da Silva a depuis démissionné de son mandat d’élue, car « la situation devient humainement intenable ». Laurianne Deniaud a annoncé hier sa démission de l’exécutif municipal, tout en gardant légitimement son mandat de conseillère municipale.

Elle expose ses motifs dans une longue lettre publique en rappelant son action publique en tant que première adjointe dans cette ville populaire de Saint-Nazaire. Elle y parle aussi de valeurs qui ne sont plus les siennes, d’éthique qui n’est plus respecté, considérant que la situation est injustifiable.

On peut regretter le manque d’engagement socialiste de sa lettre de démission qui ne reproche pas à David Samzun d’avoir failli en tant que camarade, mais seulement en tant que « chef d’équipe ». Elle ne parle pas de la Gauche ni du Socialisme, mais simplement d’humanisme, alors qu’il y a dans cette affaire un sujet fondamental pour la Gauche.

Comment des hommes peuvent-ils en effet se prétendre de gauche, bénéficier de l’héritage démocratique du mouvement ouvrier et avoir des attitudes telles que celles dénoncées par Laurianne Deniaud et ses camarades ?

Cette question avait déjà été évoquée ici à propos des affaires de viol au sein du MJC, dans l’article « Les hommes démocratiques ne commettent pas d’agressions sexuelles ».

Les violences sexuelles ne naissent pas d’idées, mais d’un style de vie qui est mauvais. Les hommes moraux ne violent pas et les hommes véritablement à Gauche, non seulement ne violent pas car ils ont une morale, mais refusent toute attitude beauf et sexiste au nom de cette morale. Cela inclus de soutenir fermement les femmes dénonçant cela, évidemment.

Quoi qu’on pense de l’attitude du maire de Saint-Nazaire David Samzun et quelque soit les précautions qu’il est d’usage et de devoir de prendre quant à la présomption d’innocence, c’est évident qu’il a tord de prétendre que cette histoire ne concerne pas les affaires communales :

« La justice étant saisie, il appartient aux parties de s’expliquer devant elle. Je ne ferai donc aucun commentaire sur un contentieux qui ne concerne pas les affaires communales ».

Au contraire justement, quand on est à Gauche, quand on est membre d’un parti qui se revendique du Socialisme, de surcroît dans une ville importante pour la classe ouvrière, on assume haut et fort toutes les questions démocratiques. L’attitude des hommes envers les femmes, qui aboutit trop souvent au viol, est une éminente question démocratique.

Voici la lettre de Laurianne Deniaud :

« Monsieur le Maire,

Depuis 5 ans j’ai eu l’honneur d’être première adjointe à Saint-Nazaire.

C’est mon attachement à ma ville et mon engagement politique pour un monde plus juste qui m’ont guidés chaque jour. Saint-Nazaire, c’est ma ville. C’est ici que je suis née, que j’ai grandi et où j’ai choisi de construire ma vie. C’est cette ville, son histoire, ses habitants, ses associations, ses militants qui m’ont donné le goût de l’engagement, de la solidarité, de la lutte contre les injustices. C’est ici que la rencontre de l’associatif, de l’éducation populaire m’a conduit à l’engagement politique.

Depuis 5 ans, servir les Nazairiennes et les Nazairiens a été pour moi un privilège immense.  Avec la majorité municipale des écologistes et de la gauche unie, les projets que nous avons réalisés et que j’ai eu la responsabilité de conduire ou de lancer resteront pour moi une grande fierté.

Je pense à la réalisation de la dernière phase du front de mer et à la Place du Commando, qui ont changé le visage de notre ville.

Je pense à toutes les actions mises en place au service des habitants de nos quartiers prioritaires, au plan de rénovation des quartiers populaires, de la rénovation du quartier de la Tréballe, au futur centre de santé du Petit Caporal.

Je pense au futur éco-quartier de Sautron, aux premières formes d’habitats participatifs qui y naîtront, aux premiers bâtiments à énergie passive de la ville, outils indispensables face au bouleversement climatique qui approche.

Je pense aux projets d’aménagement que nous avons construits en équipe et partagés avec les Nazairiens du réaménagement des digues du Brivet au nouveau visage du bourg de Saint-Marc.

Je pense au projet de rénovation des Halles, qui seront plus dynamiques, plus conviviales, à l’appel à manifestation d’intérêt pour redonner vie aux halles de Penhoët.

Je pense au travail considérable qu’il a fallu mener pour la “grenellisation” de notre plan local d’urbanisme et au plan local d’urbanisme intercommunal, au travail engagé pour la protection de notre patrimoine architectural, paysager mais aussi végétal.

Je pense enfin à la charte de la concertation citoyenne et aux conseils citoyens de quartiers nouvelle génération, à l’introduction de nouvelles formes de participations citoyennes, du tirage au sort aux projets collaboratifs.

Je remercie très sincèrement les équipes formidables de la ville, ses agents sont des serviteurs dévoués du service public qui m’ont beaucoup appris et accompagné dans ces missions. Une politique publique n’est jamais le résultat de la décision d’un seul, c’est un travail éminemment collectif.

J’ai servi avec conviction, humilité et bonheur les Nazairiens, pour accompagner leurs projets, pour échanger, pour dialoguer. Publiquement, j’ai toujours assumé et porté les choix de notre exécutif, quels qu’aient pu être parfois les nuances, les désaccords, les regrets sur certains projets ou sur certaines façons de faire. Et, dans le dialogue avec les citoyens, c’est toujours la position collective que j’ai assumée quoi qu’il ait dû m’en coûter.

Je regrette profondément la situation actuelle. L’humain, l’attention aux autres et l’égalité sont le socle de mon engagement. Depuis plus de quatorze mois, votre gestion de cette situation n’a pas été la hauteur de ce que qu’aurait dû être celle d’un employeur, d’un chef d’équipe,  d’un responsable politique humaniste.

Vous m’avez indiqué explicitement à deux reprises que c’est à la rentrée 2018, et plus précisément le jour où j’avais posé par écrit des éléments sur les confidences dont nous vous avions déjà fait part oralement (relatives à des faits pouvant, s’ils étaient avérés être qualifiés de viol) et sur le climat oppressif et sexiste (que nous étions déjà quelques-unes à ressentir et dénoncer), que j’avais “perdu [votre] confiance”.

Votre absence de soutien revendiquée, alors qu’une plainte en diffamation a été déposée à mon encontre pour avoir simplement précisé la nature des faits que vous avez vous-même évoqué dans une réunion que vous avez convoqué ne peut pas être acceptée, pas plus que la campagne de dénigrement conduite contre moi et les membres du collectif.

L’inversion des responsabilités, pratiquée depuis la plainte en diffamation déposée à mon encontre, est un procédé de musèlement classique dans les affaires de violences sexuelles. C’est inacceptable.

Nos grands-mères se sont battues pour voter, nos mères pour obtenir le droit de maîtriser leur corps. Nous nous souvenons trop peu de la violences de ses batailles, nous avons oublié les héroïnes de ces débats, de ce qu’elles subirent à l’époque.

Les femmes de ma génération se battent aujourd’hui pour que nous ne subissions plus les violences sexuelles, les violences physiques, le sexisme au quotidien, les inégalités dans le monde du travail. C’est un devoir pour que nous ne soyons plus demain une sur deux à subir une violence sexuelle au cours de nos vie ou 30% à subir du harcèlement dans notre vie professionnelle tout en étant payées 25% de moins que les hommes.

Cet engagement je le dois à ma grand-mère, à ma mère, à ma sœur, à mes amies, à mes collègues, à ma fille. Chaque matin depuis plus d’un an, c’est en la regardant, que j’ai trouvé la force de parler et de tenir, de faire tout ce que je pouvais faire d’où j’étais pour que le monde dans lequel elle grandit soit plus juste pour les femmes.

Le message qui est renvoyée aujourd’hui à Saint-Nazaire, où l’inversion des responsabilités expose d’abord les victimes et les femmes qui se taisent encore, est à rebours de l’histoire. Il ne fait pas honneur à notre ville.

Je n’ai jamais pensé faire de la politique une carrière. Être élu n’est pas un métier que l’on pratiquerait des décennies durant. J’avais d’ailleurs décidé au lendemain des élections législatives de me remettre en mouvement professionnel, ce que, comme vous le saviez parfaitement, j’ai commencé à faire.

Lire et entendre ces derniers mois que c’est une prétendue ambition politicienne qui m’aurait animée est intolérable.

La décision que je prends est un déchirement. Mais il y a un moment où la loyauté ne suffit plus à justifier l’injustifiable. Pour moi les valeurs, le combat pour l’égalité femmes hommes, la lutte contre les violences, les pratiques et l’éthique primeront toujours sur les calculs politiciens.

Je choisis aujourd’hui de quitter l’exécutif municipal qui s’est trop éloigné des valeurs humaines et politiques qui m’animent et je vous remets ma démission.

 

Veuillez agréer, monsieur le maire, mes salutations,

Laurianne Deniaud »

Catégories
Société

Les hommes démocratiques ne commettent pas d’agressions sexuelles

Les terribles affaires de viols au sein des JC ont montré à quel point à Gauche il y avait une perte de repère quant au principe de la morale. Il y a pourtant une morale de Gauche et celle-ci est culturellement supérieure ; qui n’admet pas cela est un libéral ou bien relève de l’idéologie de la post-modernité.

L’occasion fait le larron : tel est le point de vue de ceux et celles pour qui le viol est une arme propre aux hommes si on les laisse faire. Le viol relève ici de l’individu, de l’individu en tant qu’homme qui, en raison de son sexe, peut chercher à abuser, à violenter, à agresser sexuellement. Il s’agirait par conséquent de chercher à contrer cette tendance, en œuvrant de manière perpétuelle à la « déconstruction » de ce genre d’attitudes.

Aussi juste que puisse avoir l’air une telle démarche appelant les hommes à se remettre en cause, c’est une fiction totale. Le viol, les agressions sexuelles en général, relèvent en effet d’une attitude non démocratique et le niveau de conscience démocratique dépend de la société. Dans une société où la beauferie est largement ancrée, les agressions sexuelles émergeront inévitablement, étant produites socialement. Tant que la base est mauvaise, ce qui en sort ne sera jamais bon.

Il va de soi évidemment que les agressions sexuelles commises par les hommes s’appuient sur leur réalité sexuelle. Ce n’est cependant pas un phénomène isolé de tout le reste. Cette barbarie relève de la barbarie en général et il n’y a pas de différence de substance entre l’homme appréciant d’utiliser des armes, abandonnant son chien, nettoyant sa voiture avec ostentation, coupant une fleur sans état d’âme. C’est la même barbarie dans sa substance.

Les femmes n’expriment pas cette barbarie de la même manière, pour des raisons historiques, en raison de leur place secondaire forcée depuis l’époque de l’agriculture et de la domestication. Elles n’en sont pas moins contaminées elles-mêmes par la barbarie et expriment elles-mêmes des tendances destructrices, tel un cynisme cinglant, une violence psychologique à l’égard des enfants et en particulier des jeunes adolescentes, une indifférence outrageante envers les questions de société (c’est-à-dire la politique).

Mais tout cela est une question de culture et quand on parle de culture, on parle d’une société portant cette culture, et quand on parle de société, on parle d’une économie portant cette société. Les violences sexuelles ne naissent pas d’idées, mais d’un style de vie. On dit parfois, avec justesse, que la pornographie est l’idéologie du viol, ce n’est toutefois juste que si l’on voit que la pornographie est elle-même le produit de la société.

Il n’y aurait pas de pornographie sans l’ultra-libéralisme et l’esprit de consommateur, la pornographie naissant dans les pays scandinaves et en Californie comme vecteur soi-disant libérateur du désir individuel, dans les années 1960. Il s’agit là d’un style de vie enraciné dans une réalité économique.

La gauche post-moderne ne voit que des individus et ne peut proposer que de « déconstruire » des briques individuelles. Sans tradition social-démocrate, le fond à l’air démocratique au premier abord et la forme a l’air intéressante à première vue. Mais on se rend vite compte qu’il n’y a aucune perspective. Le seul but est de tout déconstruire…

La gauche post moderne ne propose rien d’autre qu’une remise à plat des rapports de concurrence entre entreprises et au sein de la société : plus de morale, plus de nature, plus rien… on repart de zéro et chacun peut choisir librement ce qu’il est, ce qu’il devient, avec qui il négocie, etc.

La Gauche historique, celle de la centralité ouvrière, raisonne en terme d’ensemble, de société, de culture, de mouvement, d’évolution, de Nature… Elle pose donc la question non pas en terme d’individus mais en terme de culture : il faut une rupture avec les valeurs dominantes, il faut une culture socialiste, un ordre nouveau.

Voilà pourquoi les hommes moraux ne violent pas. Si leur morale est juste – et elle l’est quand on est véritablement démocratique, ancré à gauche et dans l’histoire de la Gauche – alors ils restent inébranlables. Ce n’est pas qu’ils ne cèdent pas à la « tentation » ou qu’ils se refrènent ; c’est simplement qu’ils ne prennent pas leur partenaire féminin pour un objet, qu’ils ne se retrouvent pas dans une situation où la réalité personnelle de l’autre est niée.

Ils n’ont rien déconstruit chez eux ; ils ont simplement fait attention à ce que les rapports avec l’autre personne soient authentiques et démocratiques. Et il va de soi que cela n’est pas possible dans un milieu où règnent l’alcool et les drogues, où le niveau culturel est terriblement faible et où il n’y a donc aucun moyen d’être réellement démocratique, parce qu’on est incapable de faire face à tous les paramètres, parce qu’on n’est pas en mesure de suivre ce qui se passe.

Aucun rapport démocratique ne peut non plus avoir lieu dans une relation marchande, dans une relation déséquilibrée en raison de l’âge (avec l’expérience que cela implique) ou des rapports hiérarchiques. Voilà pourquoi il n’est pas moral pour un médecin d’avoir un rapport sexuel avec une patiente, pour un homme d’avoir une compagne bien plus jeune, pour un patron de se marier avec sa secrétaire en quittant sa propre compagne, pour un homme d’avoir un rapport avec une prostituée, etc.

> Lire également : La terrible crise des agressions sexuelles au sein des JC

C’est là un principe essentiel de la Gauche historique, démocratique, et voilà pourquoi la « gauche » postmoderne affabule avec ses « déconstructions » individuelles et ses remises en cause fictives de comportements qui proviendraient d’on ne sait où, qui par ailleurs ne produisent strictement aucun résultat comme le prouvent les affaires récurrentes dans ces milieux.

Qui est démocrate vit dans des rapports démocratiques et a le souci de toujours vivre dans de tels rapports – et n’est pas en mesure de se retrouver dans des situations non démocratiques où il perd sa nature !

Catégories
Politique

8 mars : les femmes, une question démocratique

Le 8 mars est la journée internationale des femmes, ce qui forme un événement politique. Il ne s’agit pas simplement d’affirmer les droits des femmes, au sens de droits purement individuels. Il s’agit d’affirmer l’égalité : à l’égalité économique et sociale doit répondre l’égalité entre hommes et femmes.

Affiche de la social-démocratie allemande, 1932

Le 8 mars est une date incontournable, en tant que symbole, mais aussi en tant qu’expression historique de tout un patrimoine de lutte. C’est la conférence internationale des femmes socialistes qui a affirmé en 1910 la nécessité d’une telle date, et la première manifestation eut lieu le 19 mars 1911, date anniversaire de la révolution de 1848 et de la Commune de Paris, avec un million de personnes défilant dans les bastions sociaux-démocrates qu’étaient l’Allemagne et l’Autriche, ainsi notamment qu’en Danemark, en Suisse, aux États-Unis.

C’est ensuite la Russie soviétique qui instaura le 8 mars comme journée internationale des femmes, en 1921, Lénine faisant un discours pour exposer le sens d’un tel combat, voyant en « l’esclavage domestique » le fondement de ce qui opprime les femmes. La date était quant à elle choisie pour souligner le rôle de la manifestation d’ouvrières le 8 mars 1921 à Petrograd.

La Gauche historique n’a ainsi jamais affirmé le féminisme comme moyen de promotion sociale individuelle dans un cadre capitaliste par définition honni. Le féminisme, c’est un aspect particulier de l’aspect universel du Socialisme comme affirmation de l’égalité absolue. C’est le sens d’une bataille démocratique : il n’y a pas de féminisme sans Socialisme et inversement, car c’est un seul et même combat, celui pour l’égalité entre tous les êtres humain.

En ce sens, le féminisme dépend du mouvement ouvrier, du socialisme, de la Cause démocratique. Il ne saurait flotter comme une sorte d’à-côté, de lutte autonome, indépendante, ayant ses propres critères, sa propre dynamique, ses propres valeurs, etc. L’Histoire est l’histoire de la lutte des classes, pas l’histoire du rejet des « oppressions ».
Ainsi, si le Socialisme ne se développe pas politiquement, il n’y a pas de féminisme ; inversement, un Socialisme authentique ne peut qu’affirmer la Démocratie, donc l’égalité, donc le féminisme.

Il serait dégradant pour cette dimension démocratique, par ailleurs, de réduire le féminisme à un « levier » pour « la révolution », d’y voir simplement un moyen de faire en sorte que les femmes « rejoignent » la Cause. C’est là une conception totalement anti-démocratique. Le sens du féminisme est de permettre l’égalité hommes-femmes dans les faits, de supprimer tout asservissement intellectuel, morale, physique, financier, social, etc.

Cela, tout le monde peut le comprendre. Si seulement les femmes peuvent promouvoir le féminisme, tous les hommes peuvent en même temps le soutenir, car y reconnaissant la valeur démocratique. Il suffit pour cela que les hommes abandonnent leurs privilèges. Le 8 mars, en tant que journée internationale des femmes, est en même temps aussi celui de la Cause de la démocratie, un marqueur politique concernant tous les hommes.

Et cette dialectique hommes-femmes doit être non seulement bien cernée, mais également protégée des attaques de la gauche post-industrielle qui nie qu’il y ait des hommes et des femmes, rejetant l’existence des différences naturelles pour raisonner en termes de « genre » et affirmer que tout serait dans la tête, que tout serait une question de choix.

La Gauche historique doit savoir préserver et reconquérir ses valeurs face à ces tentatives de négation de l’existence des hommes et des femmes, et donc de la bataille démocratique. Cela signifie raisonner en termes de peuple, de démocratie, et non pas en termes d’individus. Il y a un féminisme qui sert les individus, mais il ne sert que quelques individus, en l’occurrence les femmes faisant carrière dans le capitalisme. Cela n’a rien à voir avec la démocratie.

Le 8 mars est pour cette raison une date essentielle, de par son contenu, de par son appartenance à la tradition de la Gauche historique. Cette date vient de la Gauche historique, elle lui appartient, et c’est son contenu même.

Catégories
Politique

Lénine, le 8 mars 1921

C’est en Russie soviétique que le 8 mars fut instauré comme journée internationale des femmes. Voici le discours de Lénine lors de sa mise en place, en 1921.

Un des traits essentiels du bolchévisme et de la Révolution russe a été d’attirer à la politique ceux qui étaient le plus opprimés sous le capitalisme. Dans les monarchies et les républiques démocratiques bourgeoises, la majorité de la population est opprimée, trompée, pillée par les capitalistes. Cette oppression, cette tromperie, ce pillage du travail populaire sont inévitables tant que subsiste la propriété du sol, des fabriques, des usines.

L’essence du bolchévisme, du pouvoir des Soviets, consiste en ce qu’il dévoile le mensonge et l’hypocrisie de la démocratie bourgeoise, abolit la propriété privée de la terre et des usines et réunit tout le pouvoir entre les mains des masses travailleuses et exploitées. Ce sont ces masses elles‑mêmes qui prennent en mains la politique, c’est‑à‑dire l’édification de la société nouvelle. L’oeuvre est difficile, mais il n’est pas d’autre issue à l’esclavage du salariat.

Pour entraîner les masses dans la politique, il faut y entraîner les femmes. Car, sous le régime capitaliste, la moitié du genre humain est doublement opprimée. L’ouvrière et la paysanne sont opprimées par le capital ; en outre, même dans les plus démocratiques des républiques bourgeoises, elles restent devant la loi des êtres inférieurs à l’homme ; elles sont de véritables « esclaves domestiques », car c’est à elles qu’incombe le travail mesquin, ingrat, dur, abrutissant de la cuisine et du ménage.

La révolution bolchévique a coupé les racines de l’oppression et de l’inégalité de la femme, ce que n’avait encore osé faire aucun parti, aucune révolution. De l’inégalité de la femme devant la loi, il ne reste pas trace chez nous. L’inégalité odieuse dans le mariage, le droit familial, la question des enfants a été totalement abolie par le pouvoir de Soviets.

Ce n’est là qu’un premier pas vers l’émancipation de la femme. Mais pas une seule République bourgeoise, même parmi les plus démocratiques, n’a osé le faire, et cela de crainte d’attenter au principe sacro‑saint de la propriété individuelle.

Le second, (le plus important) a été la suppression de la propriété privée sur la terre et les usines. Voilà ce qui ouvre la voie à l’émancipation effective et intégrale de la femme et à son affranchissement de « l’esclavage domestique » par la substitution de la grande économie collective à l’économie domestique individuelle.

Cette émancipation est chose difficile, car il s’agit de transformer des coutumes, des mœurs enracinées depuis des siècles. Mais nous avons déjà un début, le branle est donné et nous sommes engagés dans la vole nouvelle.

Aujourd’hui, journée internationale des ouvrières, dans tous les pays du monde d’innombrables réunions d’ouvrières voteront des adresses de félicitation à la Russie des Soviets, qui a inauguré l’œuvre difficile, mais grande et féconde, de leur libération ; les leaders du mouvement féminin exhorteront à ne pas perdre courage devant la sauvage réaction bourgeoise. Plus un pays bourgeois est « libre » ou « démocratique », plus les capitalistes répriment avec cruauté le mouvement ouvrier. Nous en avons un exemple dans la République démocratique des États‑Unis. Mais les travailleurs se réveillent. La guerre impérialiste a tiré de leur torpeur les masses laborieuses d’Amérique, d’Europe et même d’Asie.

Le monde entier est en effervescence. La libération des peuples du joug de l’impérialisme, la libération des ouvriers et des ouvrières du joug du capital progresse irrésistiblement. Elle s’accomplit, grâce à la poussée de dizaines et de centaines de millions d’ouvriers et d’ouvrières, de paysans et de paysannes. C’est pourquoi la cause de l’émancipation du travail triomphera dans le monde entier.

Catégories
Société

La terrible crise des agressions sexuelles au sein des JC

C’est une affaire très grave qui, malheureusement, reflète tout un état d’esprit omniprésent de par le libéralisme culturel existant dans une large partie de la Gauche. La conséquence de la rupture avec les valeurs ouvrières et la tradition socialiste-communiste a été la valorisation d’une « ouverture d’esprit » au libéralisme culturel et de la promiscuité comme « libération sexuelle », provoquant des situation où les femmes se retrouvent les victimes de manipulateurs et de pervers.

Ces derniers jours, le scandale est ainsi relativement vaste chez les Jeunesses Communistes, qui ont connu une croissance significative ces dernières années, au moyen d’une démagogie populiste très prononcée, avec une large ouverture aux thèses post-modernes, post-industrielles, post-marxistes, etc.

Le résultat en a été bien entendu une structure interne largement poreuse aux valeurs de libéralisme des mœurs, avec les inévitables tendances ultra-patriarcales en profitant pour s’affirmer, notamment lors des événements d’envergure, de soirées ou de conférences. Les viols et les agressions sexuelles ont été nombreux.

Avec, en toile de fond, l’inévitable triptyque promiscuité – alcool et drogues – libéralisme culturel, exactement comme pour les Jeunes Socialistes et l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), frappés de la même ignominie ces dernières années.

Un des actes racontés dans le quotidien Le Monde en dit long sur l’ambiance typique des mœurs des militants de ces structures libérales culturellement, avec deux jeunes militants dormant totalement saouls, l’un dans la salle de bains et l’autre sur la moquette, alors qu’un autre militant plus âgé chercher à abuser sexuellement d’une jeune militante.

C’est là quelque chose de caricatural, et de typique de la Gauche refusant la hiérarchie et ses responsabilités bien déterminés, rejetant les principes idéologiques et culturels, considérant comme périmée la morale ouvrière. Et la caractéristique odieuse et pathétique de ces affaires est toujours que la structure s’est protégée en niant les faits, tandis que les victimes ont été, malgré leurs prétentions à posséder un haut niveau idéologique et une forte capacité de rébellion, totalement incapables de faire face à la situation.

La source du problème est bien entendu la base sociale du mouvement. Il va de soi qu’une Gauche liée à la classe ouvrière n’aurait jamais pu, à la base même, accepter de tels comportements et aurait de manière expéditive réglé le compte à ceux qui ont un comportement décadent. Mais qui rejette le principe de décadence n’est pas en mesure de faire face à cela.

Qui considère qu’il n’y a pas de morale ne peut pas rejeter les actes immoraux ; qui considère qu’il n’y a que des individus est obligé de se faire déborder par les expressions d’un capitalisme décadent.

C’est donc ici, pour les Jeunesses Communistes mais également le PCF, ni plus ni moins qu’une faillite sur toute la ligne, un terrible échec dans l’affirmation du féminisme, mais un échec inévitable : quand on rompt avec la classe ouvrière, on ne peut pas faire face aux violeurs, qui profitent du relativisme, du libéralisme, de l’individualisme.

Croire qu’on peut s’en sortir au moyen d’une brochure pour les adhérents, comme l’a fait le PCF, est d’une absurdité complète. L’Humanité donne la parole à deux femmes s’exprimant publiquement (notamment sur twitter ici et ), mais l’article en ligne est payant ! Et Le Monde affirme même ouvertement que des zones entières sont particulièrement touchées par la présence de violeurs, comme la Gironde, le Bas-Rhin, le Nord, Paris, la Haute-Vienne, l’Indre-et-Loire et le Val-de-Marne !

Cette affaire des agression sexuelles indique pleinement que les Jeunesses Communistes sont tombées aussi bas, sur le plan des mœurs et de la culture, que l’ultra-gauche qui dans son ensemble est largement influencée par les mœurs libertaires prônés par la Ligue Communiste Révolutionnaire dans les années 1970.

Refuser la promiscuité serait « réactionnaire » ; la consommation d’alcool et de drogues dans les soirées relèveraient de la « modernité » . Il n’y aurait plus de membres d’un Parti avec des règles, mais des adhérents qui seraient des « modernes ». La classe ouvrière serait  « réactionnaire » sur le plan des valeurs.

Face à tout cela, il est plus que temps de réactiver les valeurs de la Gauche historique. Le féminisme est une composante historique du mouvement ouvrier et ne peut exister que par lui, parce que seul le Socialisme sait affirmer une morale nouvelle. Ce qui est, pour la gauche post-moderne, un insupportable puritanisme.

Les femmes doivent ici bien cerner les enjeux de la question ; si elles échouent à comprendre le cul-de-sac que représente le courant post-moderne, post-industriel, né dans les universités américaines, elles ne parviendront jamais à écraser les valeurs patriarcales s’insérant dans les interstices de l’individualisme.

Catégories
Société

L’échec du féminisme à la «me too» devant la culture beauf

Une certaine forme de féminisme a beau s’affirmer à la suite du mouvement « me too », il ne peut pas modifier la situation. Tant que la culture beauf dispose de gigantesques moyens d’expression, elle noiera toute opposition. Quelques pointes critiques n’ébranlent pas un véritable système d’attitudes et de comportements.

#metoo

La grande question à l’arrière-plan de tout programme féministe, c’est de savoir s’il faut s’adresser aux hommes ou à chaque homme en particulier. Et si le fond du problème consiste en une culture, beauf ou patriarcale comme on voudra, ou bien en des réactions individuelles erronées. Selon qu’on voit les choses d’une manière ou d’une autre, cela change tout, tant pour la manière d’exprimer le féminisme que pour évaluer ses réussites et ses échecs.

On sait comment l’individualisme n’a eu de cesse de progresser ces dernières années ; le féminisme n’a pas échappé à cela. L’une des conséquences immédiates, c’est qu’il a perdu tout sens critique. L’affirmation d’une femme, de quelque manière que ce soit, est considérée comme du féminisme… même si dans la pratique, il s’agit d’une soumission complète aux valeurs de soumission. C’est le principe de la femme « osant » se maquiller de manière professionnelle, poser nue, avoir telle robe et tels talons aiguilles, etc.

Il y a un nombre incalculable de mannequins, actrices, chanteuses, femmes de la politique et de l’économie, intellectuelles, qui se prétendent féministes simplement parce qu’elles font carrière. Le féminisme se réduit ici à la revendication de l’avancée sociale, du projet individuel. Le féminisme disparaît ici dans une sorte de magma pro-égalitaire, où les femmes sont mises sur le même plan que les étrangers, les immigrés, les migrants, les gays, les lesbiennes, les handicapés, etc. etc.

Évidemment à chaque fois, il ne s’agit pas des immigrés ou des handicapés, mais de chaque immigré, de chaque handicapé, pas des gays ou des lesbiennes, mais de chaque gay, de chaque lesbienne. C’est toujours l’individu qui est l’alpha et l’oméga de tout ce type de raisonnement. Et, par conséquent, cela ne peut aboutir qu’à des échecs, exprimés par de dramatiques « faits divers », notamment des agressions. Celles-ci apparaissent comme toujours incompréhensibles, car s’opposant au « droit » de chacun de faire ce qu’il veut.

Ce qui est ici gommé, de manière totale, c’est la culture beauf qui traverse toute la société. Il suffit pourtant de voir que le bombardement visuel d’un clip de rap diffusant tous les clichés sexistes a un impact concret bien plus important que n’importe quelle remarque en faveur de l’égalité. Même quelqu’un qui est favorable à l’égalité peut en arriver dans sa vie quotidienne à reproduire les traditions sexistes. Et cela est vrai pour les hommes bien entendu, mais également pour les femmes.

L’une des principales erreurs du mouvement féministe à la « me too », ou bien les Femen, voire en fait la plupart des organisations et regroupements féministes, c’est de partir du point de vue que toutes les femmes sont favorables au féminisme. Ce n’est malheureusement pas vrai du tout. La majorité des femmes même, peut-on dire, a tout à fait intégré des règles du jeu où elles assument une certaine passivité, afin de manœuvrer par derrière. Cela leur semble plus pertinent, plus vraisemblable, qu’un hypothétique féminisme où elles seraient vraiment autonomes.

Les films présentent d’ailleurs de manière ininterrompue un tel modèle. Même dans les cas où la femme a des initiatives, elle dépend de l’homme qui se retrouve être le protagoniste véritable. Il suffit de voir un James Bond récent, ou bien n’importe quel film catastrophe, de science-fiction, d’action. La femme qui agit se retrouve toujours coincé à un moment, et qui vient débloquer la situation ? L’homme, bien entendu. Il y a là quelque chose pernicieux, contribuant de manière massive à la prédominance des hommes. Et pourtant, on ne trouve aucune critique massive, ou même aucun début de critique, de ces insupportables scénarios.

Finalement, que voit-on ? Que le féminisme individualiste, tourné vers l’individu, est tout à fait acceptable pour le capitalisme. Il valorise l’individu, il donne une image de progrès de la société, c’est donc tout à fait utile. Par contre, jamais la femme en tant que femme n’est valorisée. Cela serait là du « naturalisme », ce serait là lui donner une « essence », ce qui est insupportable pour une société dont le fondement est l’existence individuelle radicalement séparée de tout le reste.

Ce qui amène au problème fondamental du féminisme : considère-t-il que la femme est un homme comme les autres, ou bien est-il dans l’optique que les hommes doivent se plier aux exigences des femmes ? Et dans ce dernier cas, dans quelle mesure les femmes sont-elles différentes ou bien supérieures aux hommes ? Ce qui aboutit inéluctablement à la question du rapport à la vie : la femme est-elle supérieure à l’homme, de par son rapport plus développé à la vie ?

On est tout à fait libre de le penser, et même est-ce sans doute un devoir. L’égalité hommes-femmes ne pourra pas se mettre en place sans, disons, un certain matriarcat. Croire qu’on pourra briser la culture beauf sans une certaine révolution des mentalités, sans une certaine soumission des hommes à des valeurs de paix, d’orientation vers la nature, les animaux, est une illusion pure et simple.

Cela n’intéresse pas du tout le féminisme à la « me too ». Il n’est pas du tout dans cette problématique et n’a aucune réflexion à ce sujet. Il est simplement une expression de la volonté de carrière de femmes appartenant aux couches supérieures de la société. Il exprime la volonté de ne pas être dérangé par la culture beauf – ce qui est déjà pas mal – mais il ne compte nullement supprimer cette culture beauf. Comment toutefois penser que cela serait possible ?

Catégories
Réflexions

La femme est capable d’un arrêt sur image

Plutôt que de parler des hommes, qui font du bruit et occupent les lieux, mieux vaut porter son attention à une femme, qui saisit le temps avec une densité dont la portée est celle de la vie elle-même.

Flora in white attire, 1890, Waterhouse (zoom)

Les hommes sont des brutes, qui apprécient d’être entre eux et de fonctionner de manière balisée, répétitive, de jouer à des rôles préétablis, dans leur rapport entre eux comme dans les divertissements, notamment les jeux vidéos. Si l’on pense aux femmes, on doit par contre passer au singulier, et s’incliner devant la profondeur psychique de la femme comme être singulier, capable de poser son regard.

Il ne s’agit pas de poser son regard à la façon d’un Monet pour Impression, soleil levant, ou comme Proust avec sa Recherche du temps perdu. C’est beaucoup trop maniéré, précieux, finalement ostentatoire. Il s’agit d’être capable de se placer dans la vie elle-même, dans le temps qui passe, et de se poser.

Cela, la femme sait le faire et pour cette raison, l’une des choses qui fascine les hommes de la manière la plus absolue est la capacité d’une femme à l’espièglerie. Il y a ici quelque chose qui bouleverse, qui raye les prétentions masculines, d’où d’ailleurs la caricature de la femme-enfant faite par les hommes afin d’empêcher la reconnaissance de la sensibilité féminine.

Une autre invention, du même genre, consiste en les transsexuels, ces malheureux séparant de manière religieuse le corps et l’esprit, qui pensent qu’il suffit de s’imaginer femme pour l’être. Ce qui donne une caricature dans les habits, le style, les attitudes, les comportements, mais aucunement la réalité féminine en tant que forme physique, matérielle, naturelle.

Il ne s’agit pas seulement de grâce ou de beauté ou de quelque chose s’y rapprochant, il s’agit de cette capacité de la femme à faire un arrêt sur image. C’est cette manière à toucher le réel avec attention qui est la différence, et qui tient bien entendu au rapport à la vie, au fait de donner la vie.

D’où, bien entendu, l’hégémonie complète des femmes dans les milieux s’intéressant aux animaux et l’écologie : l’homme peut reconnaître que ces choses sont importantes, mais il ne peut pas les voir. Il n’a pas la capacité de saisir les instants, de les reconnaître, de faire un arrêt sur image.

L’homme préfère faire du bruit, se retrouver à faire quelque chose, il veut s’occuper ; il est une sorte de paysan mal dégrossi, de chasseur mal dégrossi, de sauvage ni culturel, ni même naturel. Il n’est pas en mesure de s’occuper naturellement d’un enfant, de la végétation, de la vie : on doit lui dire.

Alors, il peut le faire bien, voire très bien, il peut développer sa sensibilité, déjà présente. Mais il a besoin d’être éduqué et pour cette raison, les femmes seront inévitablement les grandes décisionnaires du socialisme et de la remise en ordre d’un monde chaotique à cause du capitalisme.

La supériorité de la femme, en raison de son rapport à la vie elle-même, apparaîtra pleinement, jusqu’à ce que les hommes établissent un rapport de nouveau sain avec la nature ; eux-mêmes parviendront alors à faire un arrêt sur image.

L’humanité sera alors prête à passer un cap et à développer encore davantage sa sensibilité.

Flora in white attire, 1890, Waterhouse

Catégories
Société

Madame de Staël : aux sources du féminisme libéral, borné et insuffisant

Anne-Louise-Germaine Necker (1766-1817), connue sous le nom de Madame de Staël, est une grande figure à portée universelle de la littérature de notre pays. Son succès vient de ce que sa vie comme ses œuvres reflètent parfaitement la situation historique de la bourgeoisie en France, à son époque.

Madame de Staël illustre précisément les insuffisances du féminisme bourgeois tel qu’il s’est constitué, et qui reste prévalent dans certains aspects de la culture dite « féministe ».

Le carriérisme, l’individualisme, la promotion du « mérite » et du « talent », tout cela est posé clairement dans ses œuvres, bornant historiquement le mouvement d’émancipation des femmes. La bourgeoisie a incontestablement réussi à porter et promouvoir ce féminisme, mais jusqu’à un certain point.

Madame de Staël est un auteur entre deux mondes, deux époques pour mieux dire. La première est celle de l’élan des Lumières, à laquelle elle se rattache directement. Elle ne cessa toute sa vie durant de promouvoir les idées d’émancipation libérale portées par la Révolution de 1789. De celle-ci, elle tenta à la fin de sa vie de synthétiser d’ailleurs son analyse, dans un ouvrage, Considérations sur la Révolution, resté inachevé. Dans ce livre et dans ses œuvres précédentes, elle formule son attachement à une République modérée, rejetant la tyrannie de la Terreur et de la dictature de Bonaparte, tout comme les tentations réactionnaires.

A ce titre, elle est comme la dernière auteur des Lumières. Elle manifeste ce qui est désormais un regret : la « dérive » de la Révolution vers la tyrannie et vers l’exil. Mais aussi l’incapacité d’avoir pu trouver un moyen terme entre sa culture aristocratique et les exigences nouvelles de la bourgeoisie, dont le dynamisme implacable et les valeurs alors émancipatrices et incontournables la fascinent. Madame de Staël, sans vouloir le retour de l’Ancien Régime, regrette néanmoins la brutalité et la radicalité de sa disparition en cours, dont elle a été un témoin particulièrement attentif.

Elle est aussi un auteur d’avant-garde, annonçant dans le domaine des Lettres le nouvel élan qui s’ouvre après l’effondrement de l’Empire napoléonien. On lui doit notamment la généralisation du terme « littérature » en remplacement de celui de « Belles Lettres » et surtout l’introduction en France du terme « romantisme » avec tout un programme culturel de grande envergure.

Il s’agissait alors de définir un nouveau style à la mesure des « leçons » de la Révolution pour faire face aux exigences de la nouvelle période, retrouver et affirmer l’esprit révolutionnaire et ses espoirs pour forger un monde à la mesure de ceux-ci. Mais cette fois cela devait se faire sans l’enthousiasme, sans l’élan populaire qui avait accompagné la grande révolution bourgeoise, considéré par Madame de Staël comme la source de ses échecs et, pire encore, de ses « excès ».

Une émancipation, mais sans portée démocratique donc. La liberté, mais mesurée, limitée, bornée. La base contemporaine du libéralisme était ici déjà assumée.

> Lire aussi : Simone Veil au Panthéon : une figure de la Droite

La liberté, l’émancipation, pour Madame de Staël, c’est donc clairement et avant tout une affaire individuelle. La personne humaine est ramenée au statut de l’individu et de son existence. C’est par cette démarche qu’elle est amenée à s’intéresser aux femmes, mais sous le rapport de leur exceptionnalité, de leur singularité, c’est-à-dire de leurs « talents », et même plus précisément de leurs « talents » intellectuels. En l’occurrence, il s’agit donc de présenter la question féminine depuis son propre point de vue.

« Dès qu’une femme est signalée comme une personne distinguée, le public en général est prévenu contre elle. Le vulgaire en juge jamais que d’après certaines règles communes, auxquelles on peut se tenir sans s’aventurer. Tout ce qui ressort de ce cours habituel déplaît d’abord à ceux qui considèrent la routine de la vie comme la sauvegarde de la médiocrité. Un homme supérieur déjà les effarouche ; mais un femme supérieure, s’éloignant encore plus du chemin frayé, doit étonner, et par conséquent importuner davantage. Néanmoins, un homme distingué ayant presque toujours une carrière importante à parcourir, ses talents peuvent devenir utiles aux intérêts de ceux même qui attachent le moins de prix aux charmes de la pensée. L’homme de génie peut devenir un homme puissant, et, sous ce rapport, les envieux et les sots le ménagent ; mais une femme spirituelle n’est appelée à leur offrir que ce qui les intéresse le moins, des idées nouvelles ou des sentiments élevés : sa célébrité n’est qu’un bruit fatiguant pour eux.

De la littérature, II, 4. »

Ce passage, d’une de ses principales œuvres, date de 1800. Les féministes  libérales de 2018, du type de celles que promeut Laurence Parisot avec l’association Jamais Sans Elles, pourraient presque le reprendre à leur compte sans en retrancher une ligne.

Ce serait toutefois un anachronisme injuste de faire de Madame Staël un genre d’auteur post-moderne avant l’heure. Et la récupération qu’en fait quelqu’un comme Laurence Parisot qui n’hésite pas à la citer dans ses tweets, est une chose abusive, forcée par rapport au libéralisme décadent d’aujourd’hui. Déjà parce qu’elle n’affirme pas l’individu au point de nier la société. Malgré sa morgue aristocratique à l’égard du « vulgaire », elle cherche encore à affirmer l’individu comme relevant du bien commun, dont il faut défendre la dignité face aux méfaits de l’ignorance et des injustices. Quelques lignes avant ce passage, elle oppose à l’oppression patriarcale que subissent les femmes de son époque un temps où l’émancipation générale l’emportera :

« Il arrivera, je le crois, une époque quelconque, où des législateurs philosophes donneront une attention sérieuse à l’éducation que les femmes doivent recevoir, aux lois civiles qui les protègent, aux devoirs qu’il faut leur imposer, au bonheur qui peut leur être garanti ; mais dans l’état actuel, elles ne sont pour la plupart, ni dans l’ordre de la nature, ni dans l’ordre de la société. Ce qui réussit aux unes perd les autres.

De la littérature, II, 4. »

Ensuite, comme on le voit aussi dans cet extrait, l’œuvre de Madame de Staël porte encore un horizon, à défaut d’une perspective progressiste. Plus encore, elle saisit les limites de l’émancipation féminine sur une base libérale et individuelle qui ne peut amener une émancipation collective. Simplement, l’époque trouble alors la couche intellectuelle de la bourgeoisie à laquelle elle se rattache et la réalité se heurte à ses propres contradictions. La littérature, comme espace d’expression, permet justement de poursuivre un élan, de déterminer un horizon, au moins sur la forme, mais traduisant néanmoins ce trouble.

Madame de Staël porte donc toutes les contradictions de son époque, et celle de sa classe. Elle illustre l’inévitable reflux de la révolution bourgeoise, ses insuffisances, son repli grandissant sur l’individu et ses aspirations, exprimant encore alors sa dignité, son combat contre les forces de la réaction encore tenaces, et aussi peut-être face à ce nouveau monde qui ne s’annonce pas si libre, pas si lumineux, pas avant un lointain futur abstrait et indéterminé. Elle affirmera ensuite en 1807 dans Corinne ou l’Italie sa perception de l’émancipation féminine (et non féministe) individuelle, mais pleine de contradictions, concernant les femmes, c’est-à-dire les femmes de son milieu. L’horizon culturel et collectif recule lui aussi dans l’abstraction avec De l’Allemagne, essai paru en 1810 dans lequel Madame de Staël propose d’affirmer le romantisme comme nouvelle esthétique pouvant souder les aspirations populaires à l’élan intellectuel de la bourgeoisie, sous la forme d’une mythologie constituant un esprit national, face au classicisme forcé défendu alors par le régime bonapartiste.

Madame de Staël annonce donc déjà en quelque sorte le ratatinement de la bourgeoisie, mais à un moment où celle-ci est encore en mesure de maintenir son élan, au prix d’un recul dans l’abstraction et le repli individuel de plus en plus net. Sa lecture doit nous permettre aujourd’hui d’éclairer ce que fut l’élan émancipateur de la bourgeoisie, notamment ici concernant le féminisme.

L’esprit individuel, le carriérisme, l’affirmation de son « mérite » comme femme entreprenante même au prix de l’aliénation des autres, renvoyées finalement dans une sorte de « patriarcat » abstrait qui serait l’esprit jaloux et médiocre du « vulgaire » contre la distinction de soi et de ses « talents » .

Tout cela est posé dans les œuvres de Madame de Staël et le féminisme bourgeois n’a fait depuis que poursuivre cette voie jusqu’à la décadence et l’effondrement toujours plus profond de toutes les valeurs collectives. Le fait même que Madame de Staël ne porte à proprement parler aucune revendication politique, mais se borne à ce que l’on appellerait aujourd’hui  ses « expériences » et son « parcours individuel » face aux « oppressions » , illustre la dimension bornée et insuffisante de sa proposition.

Cela doit appuyer en regard la nécessité aujourd’hui de dépasser ces insuffisances, d’affirmer un féminisme populaire, authentiquement démocratique, visant à l’émancipation de toutes les femmes et ciblant concrètement, matériellement, le patriarcat.

Il revient à la Gauche de notre époque de produire une culture authentiquement féministe, conforme aux exigences actuelles et dépassant le niveau et la base de celui de Madame de Staël.

Catégories
Politique

Mai 1968, la droite libérale et l’interruption volontaire de grossesse

C’est mai 1968 qui a permis l’irruption des débats sur les mœurs, mais on sait que c’est la logique libérale qui l’a emporté sur ce thème, comme dans bien d’autres cas. Il est intéressant à ce titre d’aborder la question de l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Ce n’est en effet pas avant 1971 qu’il y a un débat général à ce sujet et cela suit bien sûr mai 1968. Sans l’arrivée des thèmes de la vie quotidienne, cela n’aurait pas été possible. Cependant, c’est la droite libérale qui a tout organisé concernant l’IVG.

Or, cela a forcément un sens. On ne peut pas être de gauche et ne pas se dire que si des gens de droite mettent en place quelque chose au nom du libéralisme, il y a au moins un problème quelque part.

En effet, lorsque l’IVG légale est mis en place en France, Simone Veil est alors ministre de la santé, Jacques Chirac le premier ministre, Valéry Giscard d’Estaing le président de la République.

Quel est ce problème ? Regardons comment les choses se sont déroulées. A la base, donc, l’IVG est interdite, mais largement pratiquée par des centaines de milliers de femmes dans des conditions le plus souvent sordides voire mortelles, sauf celles pouvant le faire à l’étranger dans des pays où c’est légal.

En 1971, donc, le Nouvel Observateur publie le 5 avril un manifeste signé de 343 femmes affirmant ayant avoir avorté, ce qui est alors interdit et amène normalement des poursuites, et réclamant la « libre-disposition » de leur corps : « Notre ventre nous appartient ».

La question de la nature de l’interruption de grossesse n’est pas abordée, sauf à un moment précis, sous la forme d’un discours sur la production :

« Les femmes, comme tous les autres producteurs, ont de fait le droit absolu au contrôle de toutes leurs productions. Ce contrôle implique un changement radical des structures mentales des femmes et un changement non moins radical des structures de la société. »

Il est évident que c’est là une manière de contourner la question de la nature, de la nature très particulière de la « production » en question ; la grossesse est considérée comme un obstacle à l’indépendance des femmes, et donc « l’avortement libre et gratuit » lui est opposé.

nombre d'IVG et de naissances depuis 1965

On est ici dans une philosophie individualiste et existentialiste et on retrouve fort logiquement Simone de Beauvoir, l’auteure de « Le Deuxième Sexe » (« On ne naît pas femme, on le devient ») comme l’une des chefs de file du mouvement.

Une fois posée cette manière de voir les choses, tout va aller très vite. 4 000 femmes – un chiffre très faible, il y a alors 1,5 million de femmes se faisant avorter chaque année – manifestent à Paris le 20 novembre 1971 à l’appel du Mouvement de libération des femmes, qui propose également un document intitulé « Matières pour une réflexion politique sur l’avortement » (qu’on peut lire ici et ).

En octobre-novembre 1972 a lieu le procès d’une femme s’étant faite avortée alors qu’elle était mineure ; elle est relaxée notamment sous l’action de l’avocate Gisèle Halimi.

Suit, publié dans Le Monde du 5 février 1973, un manifeste de 331 médecins affirmant pratiquer des avortements illégaux. Ne faisant pas référence au serment d’Hippocrate – qui historiquement rejette l’avortement – le manifeste prône pareillement « l’avortement libre ».

En 1973, l’association « Choisir », avec Simone de Beauvoir et Gisèle Halimi, réclament le droit à l’avortement jusqu’à 24 semaines (il est autorisé aujourd’hui jusqu’à 12 semaines).

En juin de la même année, 10 031 médecins signent un texte publié dans le Parisien Libéré pour dénoncer le manifeste des 331 médecins. On lit entre autres, avec une allusion directe au serment d’Hippocrate :

« A chaque instant de son développement, le fruit de la conception est un être vivant, essentiellement distinct de l’organisme maternel qui l’accueille et le nourrit (…).

Devant les détresses que peuvent provoquer des circonstances tragiques, le devoir du médecin est de tout mettre en œuvre pour secourir ensemble la mère et son enfant.

C’est pourquoi l’interruption délibérée d’une grossesse pour des raisons d’eugénisme ou pour résoudre un conflit moral, économique ou social n’est pas l’acte d’un médecin. »

C’est un autre existentialiste, Jean-Paul Sartre, qui répond dès le lendemain dans Libération. Constatant le refus profond dans le secteur médical en général, il affirme que « le souci principal d’une majorité du corps médical est de défendre ses privilèges ».

des milliers de femmes par an victimes de l'avortement clandestin en France

C’est alors la droite libérale qui va résoudre le conflit, en prenant le parti des existentialistes. Le richissime Jean Taittinger, chef du groupe de luxe du même nom et ministre de la justice, tient un discours à l’assemblée nationale le 13 décembre 1973 où il défend un projet de loi autorisant l’IVG.

L’association « Choisir » constate avec satisfaction que « dans ce discours, M. Tainttinger a développé tous les arguments défendus depuis des mois par notre association. »

Le 31 octobre 1974, le journaliste Bruno Frappat écrit dans Le Monde – il en deviendra par la suite le directeur de la rédaction – un article intitulé « Un projet de loi très libéral sur l’avortement sera soumis à l’assemblée. M. Giscard d’Estaing interviendra avant le débat », dont les premières phrases sont les suivantes :

« Libéraliser l’avortement tout en faisant semblant de faire le contraire. Tel était le but du projet Ségard accepté au printemps par les diverses tendances de la majorité et qui aurait sans doute été adopté par l’Assemblée nationale si la mort du président Georges Pompidou n’avait pas écourté la session parlementaire. »

Puis il est dit :

« Le projet retenu va plus ouvertement dans le sens du libéralisme que tous les précédents. Préparé par Mme Simone Veil, il n’a pu être approuvé que parce que le président de la République a fermement montré qu’il estimait le temps venu de dire les choses clairement et d’appliquer la promesse faite par lui. »

foetus du premier au neuvième mois de grossesse

L’IVG est alors autorisée par une loi adoptée le 28 novembre 1974, après 25 heures de discussions, par 284 voix contre 189. Simone Veil est alors ministre de la santé, Jacques Chirac le premier ministre, Valéry Giscard d’Estaing le président de la République.

Quel est alors le souci ? C’est que la question de la nature de l’avortement, la question morale, a été mise alors de côté devant l’urgence pour la santé des femmes.

Et en 2018, plus de quarante années après, on peut voir que l’avortement est une pratique banalisée. Le taux annuel d’IVG pour 1000 femmes de 15 à 49 ans, autour de 14-15 %, ne change plus depuis quarante ans. Pareil pour le ratio d’IVG pour 100 naissances vivantes, de 26-27 %.

Comment ne pas se dire, comme cette grande figure historique du féminisme :

« Thérèse Clerc pratiquait des avortements clandestins avant la promulgation de la loi Veil. Selon elle, les femmes qui voulaient avorter « ne prenaient en général pas de contraception, aveuglées par toutes les débilités qu’elles entendaient à l’époque, sur le fait que cela était honteux et contre-nature », raconte-t-elle à L’Obs.

Et cette militante féministe d’évoquer avec amertume la situation actuelle : « Je suis désespérée de voir qu’un trop grand nombre de femmes ne prend toujours pas de moyens de contraception. Désespérée de voir qu’il y a en France, encore aujourd’hui, plus de 200.000 IVG chaque année. Mais ce droit est une nécessité ». »

D’un côté, il faut ce droit, mais s’il est possible d’éviter, n’est-il pas moralement juste de le faire ?

A moins qu’on considère que seul compte son propre choix, sa propre individualité – et c’était justement à cela que voulait aboutir la droite libérale en organisant à sa manière le droit à l’IVG après 1968.