Catégories
Société

Ragwear, un streetwear vegan normal et donc classe

La marque allemande Ragwear est à la fois ouverte et exigeante ; elle réussit à ouvrir un chemin pour le moins incontournable.

Ragwear est une marque allemande qui est assez proche de l’esprit d’iriedaily, mais sans la prétention alternative, ce qui amène paradoxalement un style beaucoup plus grand public et accessible, avec un esprit même peut-être plus authentique, parce que plus simple, plus neutre, sans agressivité.

Fondée en 1997 sur une base streetwear liée à la culture skate, la marque s’est aperçue des conditions terribles qu’implique la production de denim en Afrique en termes de conditions de travail et de pollution de l’eau. Elle a alors tout changé et en 2007 elle est devenue une marque strictement vegan accordant une place essentielle au refus de polluer.

Comme chez Iriedaily, on a pareillement sur Facebook les photos des travailleurs chinois produisant les habits ainsi que des lieux de travail, des employés, mais chez Ragwear on a également régulièrement des photos d’animaux, avec également des appels aux dons, la marque parrainant également une vache arrivée dans un refuge spécialisé pour vaches, etc. On est davantage dans une modernité vegan que dans un style branché urbain comme fin en soi.

Cela implique bien entendu un style moins tranché, moins cassant sur le plan graphique, mais de ce fait quelque chose de moins masculin urbain. La touche féminine est marquée et il est intéressant de savoir que les designers se trouvent à Prague, ce qui joue certainement sur le côté neutre et fleuri.

Cela interpellera forcément, parce qu’on sort clairement de la course au bizarre ou au grotesque qui est le pendant de la compétition au sein du streetwear, puisque le principe sous-jacent est de se faire remarquer en ville. C’est toute la difficulté de la question du style alors que le capitalisme corrompt les designers et les gens en général, imposant une fuit effrénée dans le remarquable. Ragwear se sort de cette problématique par un côté clairement tourné vers les gens normaux et par un souci fondamental : celui d’être sympathique et du bon côté.

Ragwear produit des t-shirts manches longues et courtes, des chemises, des sweatshirts, des blousons, des robes, des hauts et des pantalons ; on notera que son site dispose d’une version en français, ce qui est valable pour les sympathiques articles du magazine.

La marque mérite clairement d’être connue en France et il est évident qu’elle le sera, parce qu’elle propose ce qui est tout à fait dans l’air du temps. L’exigence posée par Ragwear correspond à quelque chose de tout à fait populaire : simple et vegan, urbain mais sans pousser à une distinction artificielle. Ce qui est classe, somme toute.

Catégories
Culture

La nouvelle esthétique Puma, colorée et posée

Puma et Adidas ont été fondés par deux frères et historiquement Puma a toujours été dans l’ombre d’Adidas, en étant considéré comme assez intéressant, mais manquant de mise en perspective, alors qu’Adidas a su se forger une identité et vraiment décliner ses produits. Le fait que les deux frères se soient brouillés et que Puma soit à la remorque a donné à cette dernière une image de « looser », amenant son déclin complet dans les années 1990, alors que s’affirmaient Nike et Reebok.

La marque chercha alors à s’en sortir dans les 2000 en se tournant vers une approche lifestyle en tentant de se diriger vers le luxe, avec d’ailleurs Pinault-Printemps-Redoute qui racheta la marque en 2007. Ce fut pareillement un échec. Il y eut alors une nouvelle réorientation, cette fois réussi, en s’appuyant sur le sport pour l’étirer jusqu’au lifestyle. C’était là ni plus ni moins que puiser dans l’approche populaire et Puma a alors mené une véritable révolution et trouvé son propre style.

Cela se veut populaire, mais en même temps extrêmement stylé, à l’image de la vidéo réalisée pour le club (populaire historiquement) de Manchester City. Là où l’extraordinaire vidéo Nike x Liverpool s’assume dans la fraîcheur populaire et l’immédiateté liverpudlienne, la vidéo propose une démarche propre et conquérante avec une prétention toute mancunienne.

Puma, c’est froid mais stylé, coloré mais posé, dynamique mais calé, populaire mais sophistiqué, pratique mais esthétisé. Il y a ici une tentative de suivre une exigence populaire dans le streetwear qui est extrêmement poussée.

Il y a chez Puma un mélange de côté décontracté et en même temps assez strict, mêlé à d’énormes influences années 1970. Impossible de ne pas faire le parallèle avec l’évolution de Lacoste, sauf que Puma peut y parvenir sans sombrer dans le baroque, car c’est sa tradition.

Ce qui est ici très intéressant, c’est que Puma va directement dans la voie de la socialisation. Puma, ce n’est pas une marque de sport, ni même de streetwear stylé. C’est une esthétique, exactement comme dans le Socialisme il y aura de multiples esthétiques proposés qu’on pourra trouver pour s’épanouir. Puma, c’est déjà des robes, des maillots de bains, des soutiens-gorges, des sous-vêtements, des leggings, des chaussettes, des polos, des sacs à dos, des lunettes de soleil, des casquettes, des montres, des pantalons, des gants, des bonnets, etc. etc.

En soi, toutes les grandes marques le font, mais Puma y parvient particulièrement, avec réellement sa patte. En ce sens, la marque s’est révolutionnée et elle n’y est parvenue qu’en allant dans le sens de la socialisation. On nationalise et c’est bon !

Il va de soi que le style Puma n’est pas français. Il y a un côté chargé, pour ne pas dire bigarré, avec des couleurs orientées pastel ou fluo (très années 1970-1980) qui ne correspondent pas à l’esprit français dans la mode. Cela n’est pas une critique bien entendu, mais il va de soi qu’on a un certain mélange allemand voire scandinave de classe avec un surplus de motifs géométriques ou colorés, un peu comme pour Irie Daily même si la marque est elle vraiment berlinoise dans son style.

Là est d’ailleurs la grande difficulté de porter du Puma, il y a un savant équilibre entre le strict et l’esthétisé, ce qui fait que cela peut plaire, mais qu’on se dit : je ne pourrais pas le porter. Et ce qui est valable pour tel habit Puma n’est pas valable pour tel autre. En tout cas, il faut souligner qu’au niveau des prix c’est tout à fait accessible et d’autant plus lors des promotions. On est dans une production de masse et c’est là aussi qu’on voit tout un changement d’époque. Quelle qualité accessible ! Il n’y a qu’à pousser et le monde est nôtre, avec une esthétique populaire de masse et de haut niveau !

Catégories
Société

Iriedaily, le style berlinois

Une employée d’Iriedaily qui sert de prétexte à montrer une des productions de la marque, avec à l’arrière-plan une voiture de police qui brûle lors de la manifestation de 10 000 personnes contre l’inauguration de la Banque Centrale Européenne à Francfort en 2015 et une photo montrant un rassemblement « autonome anti-impérialiste » en Allemagne dans les années 1980… On l’aura compris, Iriedaily est une marque allemande, mieux encore de Berlin, mieux encore de Kreuzberg.

Inconnu (pour l’instant) en France, Iriedaily a pourtant déjà atteint un certain niveau dans le streetwear, puisqu’elle est distribuée dans une quinzaine de pays, à travers 400 magasins.

Le style est très berlinois, avec un esprit club chatoyant associé à une vraie dimension pratique, une approche rentre-dedans mais recherchée, ce qui fait qu’on est assez loin du côté carré – cadré français, même si on reconnaîtra pourtant une certaine patte française du début des années 1980 avec le côté coloré, géométrique, street art.

Iriedaily est née sur le tas, en 1994, d’un petit groupe pratiquant la sérigraphie (par exemple pour la tournée allemande de Bad religion) et d’un Français, Jaybo aka Monk, qui a vécu la vie de la bohème artistique le menant à s’installer à Berlin en 1986 et qui est devenu le chef designer d’Iriedaily.

On devine l’arrière-plan alternatif et d’ailleurs Iriedaily a son origine dans le quartier de Kreuzberg, le bastion des autonomes allemands durant toutes les années 1980. « Irie » signifie d’ailleurs plaisant en anglais jamaïcain, « daily » voulant dire quotidien, journalier, et « iriedaily ! » est une salutation amicale rasta.

L’entreprise – car c’en est une – n’hésite pas à donner la liste de ses fournisseurs en Chine et au Portugal, ainsi qu’à présenter les photos des ouvriers dans les lieux où sont produits ses marchandises pour montrer qu’elle ne cache rien et qu’elle est à la pointe du « fair wear ». Elle produit des t-shirts antinazis dont les fonds vont à des associations, elle insiste sur le sens des responsabilités sociales, il y a une affirmation de la nécessité de faire du durable, pratiquement tous ses produits sont vegans, etc.

Le style, par son approche berlinoise, est très différent de la démarche française et il y a lieu de se demander dans quelle mesure une certaine dimension féministe ne joue pas, si la différence ne tient pas tant, au fond, au style profondément différent entre la berlinoise et la parisienne.

Iriedaily est une marque qui vaut le coup d’être connu, surtout tant qu’il y a encore le fond alternatif et que le côté bobo ne l’a pas emporté, même s’il est déjà présent évidemment puisque l’entreprise est somme toute un refuge pour vivre de manière pas trop affreuse dans un capitalisme insupportable.

Il est tout à fait plaisant d’avoir une marque permettant des vêtements s’appuyant sur des matières durables, vegans, par une marque fournissant un salaire parmi les moins pires possibles aux ouvriers. C’est déjà ça, même si on ne peut pas s’y arrêter.

Catégories
Société

Burberry, un bon exemple de la tendance aux masses

Marque aristocratique bornée, Burberry’s est devenue Burberry, une marque se plaçant sur le marché mondial du vêtement de luxe ou quasi, et est un bon exemple de mondialisation qui tombera dans les mains des masses.

Burberry est l’exemple même d’un changement radical d’époque, et c’est bon signe. À l’origine, c’est une marque entièrement tournée vers les couches sociales supérieures anglaises, dénommée Burberry’s. Mais le capitalisme s’est « mondialisé » et à partir de 2002 avec son entrée en Bourse, l’entreprise traditionnelle s’est transformée en marque à visée mondiale. Cela va dans le bon sens : il n’y aura plus qu’à nationaliser pour mettre au service des masses.

En attendant, c’est totalement inaccessible car les prix se veulent « luxe » (disons que c’est juste en-dessous le vrai luxe, mais extrêmement cher). Et pourtant vue l’approche, on voit déjà que les masses s’approprieront inévitablement la marque, qu’elle ne peut continuer dans sa lancée qu’en devenant au service des masses.

Il est évident que la bourgeoisie traditionnelle s’efface, disparaît, se liquide elle-même dans le capitalisme ayant atteint un niveau incroyable. Cela produit bien entendu des réactionnaires regrettant le passé et des LGBT fascinés par le turbocapitalisme, mais surtout des possibilités énormes pour une société qui, tournée vers le Socialisme, aurait des moyens énormes de satisfaire les exigences culturelles populaires.

Ce qui est frappant avec Burberry, c’est comment le style anglais apporte une puissante contribution avec son côté chic légèrement dégradé par des symboles cependant parfaitement harmonieux. C’est en fait la direction que Lacoste a tendance à prendre et qu’il faudrait que cette marque ne prenne en fait surtout pas, car ce n’est pas du tout dans sa matrice. Quand Lacoste essaie de faire de l’anglais, cela rate totalement, alors que la même chose fait par Burberry cela aurait fonctionné.

En même temps on ne peut pas s’étonner que des producteurs d’habits, dans un cadre capitaliste, échappent à un esprit de perdition, de décadence, de désorientation générale. Avec le fameux coup de piocher, comme ici pour Lacoste avec de « l’inspiration » chez Fila et Gosha Rubshinskiy. Cela fait totalement tâche au milieu du minimalisme efficace du reste, mais bon ce qui compte c’est l’expansion à coups de n’importe quoi.

On ne peut que rêver, pour l’instant, de ce que donneront Burberry et Lacoste quand ces marques seront socialisées. En tout cas elles le seront, car les masses veulent le style qui exprime le rapport à la vie réelle, concrète : life deluxe for all.

Catégories
Société

La mode techwear et d’inspiration militaire

Un militaire doit pouvoir se mouvoir de manière aisée et la streetwear profite de plus en plus de cette approche pour aboutir à des vêtements forcément très sombres car cherchant avant tout à se focaliser sur la silhouette.

La récupération, au sens le plus large possible, de la « silhouette » militaire accompagne bien entendu le principe toujours plus marquant comme quoi les habits doivent être adaptés à sa morphologie. Avec l’énorme choix disponible désormais, impossible d’être habillé comme un sac à patates, ou alors c’est un choix, un no-look qui peut avoir sa validité.

Il va de soi également qu’il faut procéder à des contournements et il y a ici une contradiction explosive. Car les pantalons de Stone Island ont du style, mais à 300 euros, ce n’est juste pas possible. Et pourtant… Dans les faits, rien qu’avec cette question de l’accès aux habits stylés il devrait déjà y avoir une rébellion de la jeunesse prônant le socialisme !

Stone Island reprend d’ailleurs, comme d’autres marques ayant compris le principe comme Fila bien sûr, le principe du backpack. Un sac à dos c’est trop gros, un backpack souple et moins gros comme il en existe chez les militaires, c’est par contre tout à fait convainquant.

Il est bien entendu inévitable ici de parler de GR-Uniforma, un projet parallèle du Russe Gosha Rubchinskiy, qui va avec un groupe de musique.

https://soundcloud.com/user-636996411/hardcore

Le travail réalisé avec Diesel est très réussi car il ne donne pas un ton trop « militaro », ce qui est tout de même le gros travers possible de cette approche (et qui donne les habits de type warcore).

Tout cela est entièrement inaccessible de par les prix. Pourtant on ne fera pas croire que cette belle veste d’Yves Saint-Laurent ne pourrait pas être produit en masse et vendu autre chose que 2000 euros…

L’approche d’Yves Saint-Laurent est en tout cas à rebours de l’approche puisant dans le « militaire » et il faut regarder vers la techwear pour avoir un esprit plus conforme à la démarche. L’idée est simple : l’habit fait le moine, non pas dans une logique esthétique, mais dans une démarche utilitariste (isolement thermique, résistance à l’eau, poches nombreuses, respiration).

C’est ici très subtil car d’un côté c’est totalement stupide et sans âme, et donc très conforme au capitalisme. En même temps, il y a une dimension de raccrochage au réel. On est dans le direct, comme dans les vêtements de type militaire.

La marque Acronym, ultra-élitiste et se voulant confidentielle, réalise des choses très poussées, ce qui est encore une fois une sacrée preuve de la nécessité de socialiser tout cela et de rendre cela accessible. C’est à la limite du cyberpunk, Demobaza ayant franchi entièrement le pas dans un style étrange, décadent comme le capitalisme mais en même temps ample et c’est un aspect que l’Orient a largement travaillé, mais qui manque encore largement en France ou dans les pays occidentaux en général.

Le travail d’Isaora est déjà plus conventionnel.

L’une des marques historiques est C.P. Company, qui en 1988 a produit la première veste dont le prolongement forme une cagoule. Là on a une approche italienne donc forcément quelque chose de très haut niveau, assez dans l’esprit streetwear des paninari milanais des années 1980 (et qu’on retrouve chez le claviériste des Pet Shop Boys).

Ce qui aboutit à deux critiques, l’une allant avec l’autre et disqualifiant l’ensemble de l’approche, tout en soulignant qu’il faut la dépasser et profiter de ses apports. Déjà, il y a un culte du ton monochrome, parfois le kaki mais dans la techwear le noir est littéralement monopoliste. Il y a une dimension très élitiste-réactionnaire dans cette limitation.

Ce qui amène à la seconde critique : les femmes sont ostensiblement exclus de l’approche. Il est clairement montré qu’il n’y a rien pour elle, la dimension patriarcale-urbaine, limite à la Mad Max mais en mode grand bourgeois des centre-villes. C’est clairement décadent.

On peut dire en fait qu’en ce qui concerne ce phénomène, quand cela tend au streetwear c’est l’expression d’une tendance positive, alors que l’exclusivisme en est la dimension négative.

Catégories
Société

Nike, un tournant populaire vers le streetwear

C’est un retournement qui reflète une vraie tendance de fond. Nike a abandonné le fait d’être une marque de sport se prolongeant dans le streetwear, pour devenir une marque de streetwear tendant vers le sport.

Les exemples parlent d’eux-mêmes. C’en est totalement fini du raccourci, efficace dans son fond, voulant qu’Adidas puise dans les années 1980 et Nike dans les années 1990, qu’Adidas c’est plus l’esprit hip hop, Nike l’esprit rap, bref que Nike représente un certain minimalisme et une certaine approche un peu pointue, un peu sèche.

Fini d’ailleurs l’idée qu’on peut s’habiller aisément en Nike pour être à l’aise : de par les coupes proposées, mieux vaut avoir fait du sport déjà avant de se procurer ces vêtements censés être de sport. Nike, c’est désormais pour les gens affûtés et branchés. On est passé du monochrome à la couleur.

Les productions pour le Paris Saint-Germain, club qu’on n’est nullement obligé d’apprécier mais qui profite de la culture parisienne, sont une réussite incroyable, avec même une robe. On est là dans une modernisation des habits qui profite de l’élan populaire de la consommation streetwear.

Le maillot de l’équipe de football féminine des Portland Thorns montre bien comment Nike a évolué vers une complexité réelle et les couleurs du coupe-vent et de la brassière de sport témoignent de la culture streetwear assumé.

Même quand Nike décline son approche originelle « unie », on a une coupe particulièrement travaillée, comme ce débardeur de training et ce body d’entraînement de yoga. On voit très bien qu’on a passé ici un cap historique et que Nike s’adresse de manière très approfondie au peuple en général, avec une capacité de ciblages précis (et exigeants vu ce qu’il faut pour pouvoir porter tout ça). Nike est bon pour être nationalisé à l’échelle mondiale et servir la culture populaire.

Quand une entreprise est capable d’atteindre une telle multiplicité dans son approche, c’est qu’elle devenue une sorte de vaste monopole aux immenses ramifications, capable de refléter le peuple. C’est un gâchis terrible que la dimension capitaliste l’emporte et vienne déformer tout cela.

Catégories
Société

De la fraîcheur, avec un skateboard

De la fraîcheur urbaine avec une musique entraînante. Tout simplement contagieux.
 

La vidéo très sympathique avec la skateuse d’Anvers Maité Steenhoudt est une bombe de fraîcheur. Produit par la marque Element, on y retrouve l’esprit traditionnellement fun et urbain du skate, avec toujours une grande attention accordée au style, évidemment. La bande-son, très bien choisie avec son côté rétro-electro, est la chanson Starry Night de la DJ coréenne Peggy Gou, déjà récupérée massivement par la hype capitaliste… Ce qui rappelle l’importance de la bataille culturelle.

Catégories
Société

Nike x Mbappé x Bondy

Kylian Mbappé a commencé sa carrière sportive à l’AS Bondy Football et c’est un prétexte employé pour une « collab » entre lui et Nike. Les habits de la série « Bondy Dreams » – en anglais, pour souligner le côté rêve américain – sont ainsi en vert comme les couleurs de l’AS Bondy, et il y a même inscrit 93 comme le département ! La mairie, de gauche, est ravie. C’est toujours une joie de se vendre aux multinationales, après tout qu’est-ce que les pauvres peuvent trouver de mieux, n’est-ce pas ?

« Bondy est toujours dans mon cœur, c’est là que j’ai trouvé et que je suis tombé amoureux du football. Cet endroit m’a aidé à me façonner en tant que personne et en tant que joueur. J’ai beaucoup de raisons d’être reconnaissant et il est spécial que Bondy soit au centre de cette collection. A l’époque, j’avais mes héros et beaucoup d’entre eux avaient leur propre paire de Nike en édition spéciale, alors les rejoindre maintenant pour avoir la mienne est un rêve devenu réalité. »

Ces propos de Kylian Mbappé sont beaux comme du marketing. Cela tombe bien, cela en est. Il est essentiel pour un homme-sandwich de se présenter comme authentique, proche du peuple, sensible, etc. Cela fait vendre. Le charity-business est un excellent investissement.

Et qu’y a-t-il de mieux que d’utiliser 130 enfants de Bondy pour présenter des vêtements de Nike ? Encore mieux si c’est au Stade de France. C’est important il faut donner du rêve. Avoir l’air crédible, pour vendre ! Vendre des chaussures de football Nike Mercurial Superfly 7 Elite SE FG à 290 euros… un ballon de football Nike Airlock Street X Bondy à 40 euros (10 euros de plus que le ballon Adidas de la Champions League 2019 !)… mais aussi un tee-shirt, une banane, une casquette, un maillot « Nike F.C. ».

Il ne faut d’ailleurs pas oublier d’être racoleur en mode identitaire. Le consommateur aime être réduit à son identité. Alors sur le site de Nike à la page Bondy dreams, on a la photo de Kylian Mbappé et de douze jeunes, tous issus de l’immigration. Le racisme inversé en mode identitaire, en mode rêve américain, c’est bon pour les affaires !

Suffisant ? Ah, si, il y a quelque chose qu’on peut rajouter. C’est d’avoir une mairie « de gauche » avec soi. C’est très important pour avoir l’air crédible. Sylvine Thomassin, qui dirige la mairie de Bondy, a tenu des propos parfaits pour cette mise en perspective, dans Le Parisien.

Ses propos sont une magnifique mise en scène. Quelle actrice !

« Je suis une fille de gauche et pas forcément fana des grandes multinationales commerciales mais je ressens aussi énormément de fierté, bien sûr. Cela m’a permis de savoir que le nom des villes ne peut pas être déposé. Nike peut tout à fait s’approprier le nom de Bondy sans qu’un centime ne revienne à la ville.

Bon, ils ont fait un petit geste. Ils ont au moins repeint les vestiaires du stade Léo Lagrange et offert un mini-bus pour la section foot de l’AS Bondy. Cette nouvelle marque est très belle. Les couleurs et le graphisme reprennent ce que Nike avait fait en 2017 quand Kylian leur avait demandé d’offrir un city-stade à la ville. Tout est élégant ! Je ne sais à quel prix seront les chaussures. J’espère que les Bondynois pourront les acheter.

[On va encore parler de la ville de Bondy !]

C’est cela que j’en retire surtout. La fierté et le bonheur dans les yeux de nos enfants et nos jeunes. Cela dépasse le reste (…). On n’aura pas que des Kylian à Bondy mais il montre le chemin à beaucoup de jeunes. Ce sera un homme bien toute sa vie (…). Une fresque est prévue pour le lancement de sa marque au bâtiment de la rue Jules Guesde. »

Jules Guesde, l’un des premiers organisateurs du mouvement ouvrier socialiste ! Mais notons finalement que Sylvine Thomassin raconte n’importe quoi sur la protection des nom des collectivité territoriales. Dès qu’une entreprise veut déposer un nom contenant une référence à une collectivité, cette dernière est alertée au préalable et peut s’y opposer.

Elle pense peut-être que comme c’est Nike, c’est le Far West ? Il suffisait de faire obstruction en disant que cela présente les choses comme une association de fait entre Bondy et Nike, d’ailleurs la « collab » se présente comme Nike x Mbappé x Bondy ! Il aurait également pu être argumenté, même si c’est oiseux, que les produits ne sont pas fabriqués à Bondy.

Il aurait pu être dit que le choix de la couleur verte témoigne même de la mauvaise foi de Nike, qui cherche à se présenter comme relevant de Bondy, mais il n’y a pas de rapport avec le club de l’AS Bondy, etc.

Bref, il aurait été possible de se battre avec la multinationale. Sauf évidemment, quand on ne veut pas, car le sens de la vie serait de propager le « rêve américain » dans les couches populaires…

Catégories
Société

Mode: le style football 2019/2020 témoigne du rythme populaire

L’élévation de la qualité des maillots de football et des habits qui y sont liés reflète une exigence populaire de style et d’universalisme. Le capitalisme a ici totalement triomphé, ce qui signifie qu’il est en train de s’effondrer et de laisser la place à un processus de socialisation. La mode est devenue une exigence de style populaire, dans la vie quotidienne. Le style graphique 2019/2020 en est un signe efficace.

La mode était auparavant l’apanage d’une minorité au style de vie franchement isolé du reste de la société. Le développement de la société de consommation a bouleversé la donne. Si le style populaire est largement aliéné par les valeurs imposées par le marché, il affirme un universalisme qui préfigure la socialisation complète.

Rien que les habits proposés par le club de football des Kaizer Chiefs de Johannesburg, en Afrique du Sud, sont d’une fraîcheur exceptionnelle. A l’avenir, tous les maillots auront ce niveau… quand on aura changé le contenu de la société.

Ce processus de socialisation est bien entendu invisible aux yeux de qui pratique le misérabilisme quant aux conditions de vie. Sur un site d’ultra-gauche, au sujet de l’écologie, il est écrit tout récemment que la majorité des prolétaires n’a pas les moyens de se procurer des tomates bios.

Un tel misérabilisme est en décalage total avec le développement de la société de consommation, qui est aussi l’expression de l’universalisme et de la socialisation. Poto ! Le maillot de la Roma extérieure coûte seulement 60 euros…

Le niveau de culture augmente, il se généralise, même si le processus est tourmenté et déboussolé par le rythme capitaliste de la consommation, sa superficialité. Il y a une esthétisation de la réalité sociale qui se produit et la pression des masses à ce niveau est immense. Il y a une exigence de qualité et de style, évidemment tout est détourné par le capitalisme… pour l’instant.

Il n’y a plus que les gens liés à la vieille culture syndicale pour ne pas voir l’intérêt d’un produit comme le maillot home du club anglais de Hull city…

Il faut être sans culture pour ne pas voir le style rigoureusement italien du troisième maillot de l’AS Roma, de par sa coupe, ses couleurs, le style qu’il impose.

Le maillot home de Liverpool en mode spécial Blackout est formidable et il n’est pas étonnant que son succès a été très grand.

Le maillot extérieur d’Arsenal à l’occasion du carnaval londonien de Notting Hill est une réussite brillante également.

Ce monde toujours plus en noir et blanc se colore toujours plus. Tous les succès du capitalisme sur tous les plans annoncent son dépassement par la socialisation populaire.

Catégories
Écologie

One voice : « Fourrure : le cauchemar français »

Alors que s’ouvre la Fashion Week de Paris, One voice lance une grande campagne pour la fermeture des élevages de visons destinés à la fourrure. L’association décrit dans le détail et avec une très grande dignité ce qui relève de l’horreur la plus insoutenable.

Voici le document publié par One voice, qu’il faut absolument lire et diffuser. L’interdiction de la fourrure doit devenir un point fondamental et indiscutable du programme de la Gauche.

« Fourrure : le cauchemar français

Après nos dernières révélations sur l’enfer vécu par les visons dans une ferme d’Eure-et-Loir, et alors que s’ouvre la Fashion Week de Paris, nous dévoilons des images en provenance de trois autres élevages français. Partout des scènes d’horreur, partout des êtres en immense souffrance. Il resterait encore cinq établissements en activité dans notre pays. Mobilisons-nous pour exiger leur fermeture. La France ne peut se rendre plus longtemps complice de tant de cruauté!

En juillet dernier, nous dénoncions les effroyables conditions de détention des visons dans une ferme d’Eure-et Loir. Or, les images particulièrement insoutenables et révoltantes que nous avons diffusées ne donnent qu’une idée partielle du calvaire infligé à ces victimes du commerce de la fourrure… Cette semaine, nous dévoilons des images filmées dans les différents élevages de visons de notre pays, qui témoignent d’un drame généralisé, reflet en creux d’une Fashion Week parisienne qui fait ses premiers pas écoresponsables mais continue de nier, année après année, le calvaire des animaux élevés pour leur pelage. En 2016, nous avions révélé les conditions de détention et de mise à mort des visons dans les élevages français. Nous espérions une amélioration, il n’en est rien.

Une horreur omniprésente

Quel que soit leur lieu de séquestration à Spincourt (Meuse), Montarlot-lès-Rioz (Haute-Saône), La Chapelle-d’Andaine (Orne) et Champrond-en-Gâtine (Eure-et-Loir), ces visons – par nature solitaires, avides d’espace et d’exercice – sont condamnés à la promiscuité et l’enfermement. Entassés dans des cages souvent crasseuses, ils suffoquent au sein d’atmosphères sordides où la puanteur et le désespoir règnent en maîtres.

Tandis que les repas en bouillie sont distribués au-dessus des têtes, à même les grillages en enfilade, les déjections dégoulinent sous les corps et s’épandent sur le sol. Fous de détresse et hagards, les pauvres détenus passent leur existence à se heurter, à se cisailler les pattes et s’arracher les dents contre les barreaux. Leurs blessures, souvent extrêmement graves, restent non traitées. Elles saignent, s’infectent.

La souffrance décuplée des malades abandonnés renforce leurs mouvements stéréotypés… jusqu’à l’épuisement. Dans celle que nous avons appelée « la ferme de l’horreur » et pour laquelle notre plainte pour (entre autres) actes de cruauté suit son cours, les cadavres s’amoncelaient et menaient même à du cannibalisme, inexistant à l’état sauvage. Dans les élevages, ces morts « prématurées » sont considérées comme du « rebut » par ceux qui exploitent les visons. Parmi les milliers d’individus voués de toute façon à une mort certaine, ces quelques pertes n’affectent pas les profits.

À la suite de la réception de la lettre de la préfecture, attendue mais décevante, nous avons déposé un recours hiérarchique contre son refus du 25 juillet 2019 de suspension d’activité ou fermeture de l’élevage d’Eure-et-Loir.

Cruauté labellisée

Nous ne pouvons tolérer que de telles monstruosités continuent ! Elles provoquent de surcroît un désastre écologique majeur, notamment en raison des tonnes d’excréments des animaux qui finissent dans les cours d’eau et les polluent ! Obtenir la fermeture de cinq fermes est loin de représenter un défi économique insurmontable : d’autres pays, comme la Norvège et les Pays-Bas, se sont déjà engagés dans cette démarche alors que leur production de fourrure est bien plus importante. La Fashion Week de Paris, qui ouvre ses portes ce lundi 23 septembre, tente de se rendre plus verte mais refuse encore toute avancée sur l’usage de fourrure dans les créations présentées.

Certains acteurs majeurs de l’industrie de la mode se sont pourtant engagés au dernier G7 à Biarritz en août 2019 autour d’un « Fashion Pact » : des engagements en faveur du climat, de la biodiversité et des océans. Notre gouvernement doit avoir le courage d’imiter ses voisins et interdire définitivement cette activité sur notre territoire.

Ironie cruelle, les cinq élevages nationaux ont tous hérité du label « bien-être animal » agrée par l’Union européenne. Nous allons lui demander des comptes… De qui se moque-t-on ?! Avec nous, exprimez votre opposition à cette violence organisée, autorisée, légitimée par les pouvoirs publics et les politiques.

En 2019, mettons fin au sacrifice des animaux à fourrure sur l’autel d’une « mode » sanguinaire et archaïque. Continuez à signer et partager notre pétition ! »

> Pour signer la pétition : Interdisons les élevages des animaux pour l’industrie de la fourrure

 

Catégories
Société

Le plaisir de chiner ses vêtements en friperie

Acheter ses vêtements en friperie est aujourd’hui quelque-chose de très tendance. Il y a bien sûr cette fascination pour l’ancien, plus précisément pour le vintage comme l’exprime cet intraduisible mot américain issu du français. Il y a aussi, et peut-être surtout, cette volonté d’avoir du particulier, pour ne pas céder à la société de consommation qui standardise les goûts et les codes de manière outrancière.

Quand on s’habille en friperie, c’est peut être parce qu’on ne souhaite surtout pas ressembler à ces gens qui n’ont aucun style et s’habillent tous pareil, sans avoir vraiment choisi ce qu’ils portent. C’est un peu comme dans la musique : il y a ceux qui écoutent NRJ, Fun Radio ou Skyrock, et puis ceux qui se font un devoir de ne surtout pas écouter ces programmations insipides et ultra standardisées.

Il y a dans la mode des friperies une exigence culturelle, la volonté d’être acteur de sa vie, de son style, sans céder à l’uniformité des boutiques des centres commerciaux et leurs collections très limitées, qui se ressemblent d’ailleurs toutes comme deux gouttes d’eau.

Le problème n’est pas l’uniformité : que l’on soit plus ou moins branché ou passif dans sa façon de s’habiller, garçon ou fille, la norme chez les jeunes est presque toujours les baskets. Nike, Converse, Puma ou Van’s, quelque-soit les modèles, les jeunes ont presque toujours les mêmes chaussures. Mais là n’est pas le problème en tant que tel, car il y a là une uniformité assumée, et d’ailleurs peut-être est-ce même nécessaire culturellement.

La chose est un peu différente en ce qui concerne les vêtements et, ceux qu’on trouve dans une friperie, respirent bien plus la vie, ont une saveur qui représente quelque-chose de mieux qu’une vague marchandise acheminée depuis l’autre bout du monde par une grande multinationale selon un même catalogue mondial ou européen.

Il ne faut bien sûr pas s’imaginer que les friperies seraient en dehors du capitalisme, puisque ces vêtements proviennent à l’origine en général des ces mêmes circuits qui existent depuis bien longtemps. Il n’y a qu’à voir d’ailleurs l’énorme engouement de la part des jeunes les plus branchés pour le sporstwear et le workwear des années 1990, qui ont envahit les friperies.

Celles-ci regorgent maintenant de vestes hyper colorées en nylon, de bas de jogging à pression et autres vestes en jean’s ou sweatshirts « oversize », comme cela se faisait à l’époque.

Mais là où quelques grandes chaînes distribuent des versions remises au goût du jour de grandes marques des années 1990 comme Fila, Ellesse, Diadorra ou Schott, une partie de la jeunesse veut de l’authentique, du vrai. Quitte à s’habiller comme à l’époque de ses parents, autant que cela soit pour de vrai, avec des véritables vêtements des années 1990 qu’on a chiné en friperie. Surtout que cela représente bien plus de choix, c’est à dire plus de possibilités de personnalisation, de s’affirmer en particulier.

On ne va pas faire un fétiche ici des friperies et prétendre que cela représenterait quelque chose de révolutionnaire ou d’alternatif au capitalisme. Cela est d’ailleurs à peine plus vrai sur le plan écologique car, si bien sûr le recyclage des vêtements comme de n’importe quelle marchandise est une bonne chose, il faut bien voir que les friperies sont la plupart du temps fournies par des grands réseaux internationaux spécialisés, tout à fait équivalent à ce qui peut se faire dans le prêt-à-porter traditionnel.

Cela représente cependant une affirmation culturelle positive, rompant avec la morosité du capitalisme et de ses grandes multinationales qui assèchent tout.

Un autre aspect est celui de la qualité, car les vêtements d’aujourd’hui ne le sont pas, et de moins en moins, à moins d’y mettre le prix. On trouve donc plus facilement dans les friperies des vêtements de grandes marques à des prix abordables. Surtout pour les pantalons et les robes ou jupes.

Cela est un vrai critère : quand on a des exigences sociales et culturelles élevées, on ne peut aucunement se satisfaire de vêtements de mauvaise qualité, mal taillés, peu solides.

Pour toutes ces raisons, mais aussi parce que les trouvailles sont souvent le fruit d’une longue et exaltante recherche, parce qu’on y trouve de belles choses pour trois fois rien, parce que le style ne se démode pas, chiner ses vêtements dans une friperie est souvent un vrai plaisir !

Catégories
Écologie

L’ignoble retour de la fourrure

Passée de mode à la suite d’intenses protestations dans les années 1990, la fourrure est revenue en force ces dernières années. Elle fait partie des panoplies de la mode contemporaine, se déclinant de multiples manières, tel un indice de chic. C’est simplement révoltant.

fourrure

La fourrure est un symbole d’un certain standing social ; elle relève du chic. Fort logiquement, tant qu’il y a des classes sociales aisées, celles-ci feront de la fourrure un élément de leur style, cela fait partie de leur patrimoine. Et tant qu’il y aura des gens aliénés pour être fascinés par ce style, par ce chic, la fourrure se développera au-delà des milieux aisés, avec différentes déclinaisons : le manteau entier n’a pas besoin d’être en fourrure, cela peut consister en quelques détails ici ou là.

Partant de là, on ne peut pas être de Gauche et tolérer la fourrure. Nous ne vivons pas en Russie et la température ne descend pas largement en-dessous de zéro. Il n’y a aucune raison valable d’en porter, à part un esprit passivement consommateur, aliéné sur le plan des valeurs. Porter de la fourrure, à part quand on est d’un milieu aisé, c’est uniquement chercher à imiter les riches. Quant aux riches, il faut être bien naïf pour s’imaginer qu’on peut les éduquer par la morale.

Car la fourrure est ignoble ; l’idée de scalper un animal simplement pour obtenir sa peau relève d’un tel état primitif de l’humanité ! Il ne faut d’ailleurs pas croire que cela se passe différemment. Désormais 140 millions d’animaux sont tués chaque année pour la fourrure. En Europe, cela se passe surtout en Pologne et au Danemark, alors que la Chine produit 70 % de l’ensemble. Et cela dans des conditions monstrueuses, dans un mélange d’artisanat assassin et de rythme turbo-capitaliste le plus élevé.

Les photos des animaux transformés génétiquement pour produire davantage de fourrure, comme le renard, ont également beaucoup choqués. Enfermés dans des petites cages, ils ne peuvent rien faire, écrasés par leur situation mais également par leur propre corps. On a là plus qu’une allégorie de l’enfer, c’est juste que ce dernier a conquis déjà des territoires entiers sur notre planète. Qu’y a-t-il de pire qu’un mélange de boucherie primitive et d’efficacité ultra-moderne ? C’est comme si le « style de travail » des SS avait triomphé dans l’industrie de la fourrure.

Il est étonnant d’ailleurs qu’avec un tel arrière-plan, il y ait encore des gens pour s’imaginer que les choses progressent et citant telle ou telle entreprise ayant abandonné la fourrure. Non seulement les chiffres généraux, mondiaux, montrent que la fourrure est revenue en force par rapport aux années 1990 où elle s’était pratiquement totalement effacée, mais surtout elle est une valeur qui n’est jamais partie. Les classes dominantes ont leur histoire, leur patrimoine, leurs valeurs. La fourrure est indissociable d’un certain style de vie, ainsi que d’une capacité à aligner des sous, beaucoup de sous !

Il est intéressant de voir d’ailleurs ce qui a brisé le marché de la fourrure dans les années 1990. L’épicentre a été l’Angleterre, où les fameux activistes cagoulés de l’ALF y ont amené la fin de la fourrure dans les magasins, à coups d’actions clandestines et, on le devine, foncièrement illégales. Ce qui est marquant, c’est que les limites de telles actions étaient parfaitement comprises par les gens qui les menaient, qui envisageaient pour cette raison les choses politiquement, cherchant à faire boule de neige, et boule de neige à gauche d’ailleurs. La confrontation entre le New Labour, qui avait assumé une partie des revendications de la protection animale, et Barry Horne, décédé d’une grève de la faim, est un moment clef de l’échec de cette « boule de neige ».

C’est une preuve que la question de la fourrure n’est pas une fin en soi, elle relève de tout un état d’esprit. Et on aurait tort de ne pas en voir le côté pratique, c’est-à-dire de vérifier si, soi-même, on ne porte pas de fourrure sans même le savoir. La fourrure est une question de la vie quotidienne, désormais, avec les petits éléments de fourrure qui peuvent se glisser dans n’importe quel vêtement, n’importe où. Il y a ici une exigence à adopter et une certaine discipline, pour ne pas terminer dans le cynisme ou dans la mentalité : « on verra cela après la révolution / quand les choses bougeront / quand le problème sera plus clair pour les gens ».

Une Gauche qui ne prend pas en compte la question de la fourrure rate l’essentiel. Et pour satisfaire tout le monde, révolutionnaire comme « réformiste », partons du principe que toute présence de fourrure amène une taxe du produit fini de 50 %, avec l’obligation d’une étiquette comme quoi ce produit contient de la fourrure. Mais existe-t-il vraiment en France un État capable d’appliquer un telle mesure ? Sans même parler de l’adopter ?

Catégories
Réflexions

Le landau et la canette de Red Bull

Même quand on n’est pas dans son propre pays, on l’est quand même. Pourquoi ? Parce que les prolétaires sont tous les mêmes.

Il est vrai que cette anecdote, de par son mauvais goût, tient plus d’un style germanique que d’un tempérament latin. Encore que ce n’est pas une anecdote, mais juste une preuve de plus, à ce que l’on sait bien déjà : les prolétaires sont tous les mêmes.

Ce fut, donc, dans un pays étranger, d’une ville touristique mais dont la périphérie, c’est de rigueur, consiste en des tours laides, sans personnalité ni n’exprimant rien à part la fadeur. Le couple avec le bébé était jeune, cela aussi est une constante populaire. La jeune femme fumait, là encore une mauvaise habitude.

Elle poussait donc un landau, la clope au bec comme le dit l’expression. Alors, le détail apparut au détour d’un regard à la fois bienveillant et critique. Le landau disposait, un peu plus bas que par là où on le pousse, un endroit pour poser le biberon tout en faisant qu’il reste stable. Cependant, ce n’était point un biberon qu’on trouvait là ! C’était une canette de Red Bull.

Que dire de cet étrange ressenti qui peut nous envahir à la vue d’une telle chose ? Quelle joie, quel attendrissement ! Non pas que ce soit la canette en elle-même qui soit plaisante et provoquerait subitement la soif, car il s’agit d’une boisson sucrée, caféinée, bref d’une de ces drogues industrielles et chimiques comme le capitalisme aime à en inventer pour trouver un moyen que l’on consomme à tout prix.

Non, ce qui était vivant comme sentiment, c’était l’impression de voir des compatriotes. Dans un pays qui n’est pas le sien, on aura beau dire, au bout d’un certain moment, il est plaisant de rencontrer des gens parlant sa langue. Au début du séjour on est vexé d’un tel fait, car on pensait être loin, enfin tranquille, et on se dit alors qu’on n’est pas allé assez loin. On se renfrogne. Pourtant, au bout d’une certaine période, qui peut être courte, on a comme le mal du pays.

Voir ce landau avec sa canette put donc agir tel un étendard, telle une sommation : prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Non pas pour boire du Red Bull, cela va de soi, mais qui peut prétendre que cette image n’est pas d’Épinal, n’a pas dans sa substance ce qui forme le cas d’école, ne forme pas un exemple typique ? Ne devine-t-on pas que cette scène est, dans son caractère, la même à Barcelone, Lille ou Rotterdam, Malmö, Dortmund ou Zurich ?

Les prolétaires sont tous les mêmes, et ils sont même de plus en plus les mêmes, malgré que dans chaque pays on consomme plus de choses, et que les différences s’accentuent en apparence. Ce qui tend à triompher chez les prolétaires, c’est la même attitude, le même comportement, le même style. Et on aurait tort d’être unilatéral et de voir par exemple en les jeunes prolétaires des idiots sans conscience écoutant un certain « son » de rap, avec certains habits bien codifiés, certaines dégaines stéréotypés, certaines réactions simplement reprises à d’autres.

Car, ce qui se dessine au-delà de la faiblesse culturelle, c’est la volonté de s’approprier le monde. La canette de Red Bull n’est qu’un début et on peut déjà voir que les jeunes prolétaires s’habillent bien mieux que les générations précédentes, avec plus d’exigence pour le style, l’esthétique. Auparavant, seule une petite minorité recherchait quelque chose de ce type, désormais, il y a une pression générale pour être conforme à une certaines atmosphère, un certain style.

Si les gilets jaunes avaient d’ailleurs voulu que les prolétaires les rejoignent massivement, ils n’auraient pas réclamé de l’essence, mais un autre liquide : ceux des parfums. Bien naïf celui qui croit que la palette est le symbole du prolétaire du 21e siècle ! Le prolétaire ne se veut plus prolétaire, c’est là sa force et sa faiblesse. Il veut dépasser le bourgeois mais s’imagine qu’il doit pour cela lui ressembler, telle une caricature d’ailleurs. Bientôt il abandonnera cette illusion.

Et alors les revendications sociales, ce sera aussi : du beau textile pour tous, des objets utiles soit mais esthétiques, le raffinement accessible, les bonnes manières oui, mais populaires !