Catégories
Politique

Eric Zemmour: la « Reconquista » national-populiste

Le mythe de la « reconquête » contre le « grand remplacement ».

Le candidat à la présidentielle 2022 Eric Zemmour a tenu dimanche 5 décembre 2021 son premier grand meeting de campagne à Villepinte, en région parisienne. Devant une foule d’au moins 12 000 personnes qu’il a sans-cesse harangué à la manière d’un tribun, le nom de son nouveau parti a été dévoilé : Reconquête!

Le terme a été répété à de nombreuses reprises, comme un fil conducteur marquant une idée forte et incontournable. C’est évidemment une référence à la « Reconquista », terme castillan désignant la reconquête de l’Espagne par les chrétiens face aux différents peuples musulmans. Débuté en 722 et aboutissant en 1492 par la prise de Grenade, la « Reconquista » fait désormais figure de mythe mobilisateur identitaire.

Ce genre de lutte d’influence territoriale du Moyen Âge n’a évidemment rien à voir avec la modernité des nations au XXIe siècle, mais c’est justement cela qui est utile et efficace pour un Eric Zemmour. Ce dont il a besoin, ce dont il est l’expression, ce n’est pas la rationalité, ni l’Histoire avec un grand « H », bien au contraire.

Eric Zemmour est un dangereux populiste, car il galvanise les foules avec des raccourcis faciles, de fausses grandes idées clefs en mains empêchant toute réflexion et prise de conscience politique sérieuse et constructive. Ce qu’il vise, c’est maintenir la France petite-bourgeoise et pantouflarde dans son fantasme d’un âge d’or des années 1950-1960 avec d’une prétendue vie paisible et harmonieuse. La base de son audience, c’est typiquement les gilets-jaunes, la France des petits entrepreneurs qui veulent un État fort et puissant, mais ne surtout pas payer d’impôts ni ne respecter de normes sociales et collectives.

Ce qu’il y a en réalité, c’est que le capitalisme est en crise, et qu’il a besoin d’un Eric Zemmour pour abrutir les consciences et détourner les regards des vraies questions. Le nationalisme est ici la substance parfaite, le poison terriblement efficace pour ne pas assumer la réalité. Alors Eric Zemmour est là pour parler de « reconquête » (sous entendu, de la France), face à ce qu’il nomme le grand remplacement. S’il gagne dit-il, « ce ne sera pas une alternance de plus, mais le début de la reconquête du plus beau pays du monde ».

La cible de la reconquête est évidemment, et sans aucune ambiguïté, l’immigration musulmane, dont il a parlé à de nombreuses reprises durant son meeting. Il n’a presque parlé que de ça d’ailleurs, ciblant ici l’islam, là « l’immigration venue de l’autre côté de la méditerranée ».

Voici un petit extrait qui résume quasiment à lui seul ses 1h30 de meeting national-populiste à la Donald Trump :

« Depuis des mois, je sillonne la France, je rencontre les Français. Deux craintes les hante : celle du grand déclassement, avec l’appauvrissement des Français, le déclin de notre puissance et l’effondrement de notre école, et celle du grand remplacement, avec l’islamisation de la France, l’immigration de masse, l’insécurité permanente ».

Il ne s’agit pas là de racisme à proprement parler, et d’ailleurs Eric Zemmour se défend d’avoir une vision nationaliste fondée sur une pureté racialiste de type national-socialiste : « Comment pourrais-je penser cela, moi, petit juif berbère venu de l’autre côté de la méditerranée ? ».

Non, le cœur de sa démarche, le fondement de son existence, c’est simplement de galvaniser la foule et la diriger vers le nationalisme ; le ciblage de l’immigration musulmane n’est ici qu’un moyen, un outil servant à raccourcir les choses et empêcher la réflexion sociale. Cela sert le racisme bien sûr, le racisme lui est utile, évidemment, mais c’est bien pire que cela.

Il veut faire croire aux gens qu’on pourrait faire disparaître la crise du capitalisme, et qu’il suffirait pour cela de rejeter les musulmans trop musulmans, d’avoir une immigration zéro, de restreindre le droit d’asile à quelques vraies demandes depuis les consulats, d’en finir avec le regroupement familial, de supprimer l’aide médicale d’État et le droit du sol, de durcir les conditions de naturalisation, de renvoyer les clandestins, d’expulser les délinquants étrangers, de déchoir de leur nationalité les criminels bi-nationaux ou encore d’expulser les chômeurs étrangers au bout de six mois…

C’est un formalisme typiquement bourgeois, très RPR (le parti de la Droite conservatrice-populaire avec Jacques Chirac) des années 1980. D’ailleurs, à la fin de son discours, Eric Zemmour a largement insisté sur sa filiation avec cette Droite de la fin du XXe siècle.

Et en effet, c’est un homme de droite, mais d’une Droite en temps de crise, ayant besoin de gens furieusement aveuglés par le nationalisme et prêts à tout pour défendre le capitalisme français dans la grande bataille pour le repartage du monde engendré par la crise.

Eric Zemmour est en ce sens très dangereux, car il simplifie tout et ratisse large. Ses simplifications et ses tirades populistes sont très efficaces dans un pays aussi riche que feignant intellectuellement qu’est la France (à l’image de la plupart des autres grands pays capitalistes). Il assume donc sans ambage de marcher sur les plates bandes de la Droite et de l’extrême-Droite :

« je veux rendre le droit de vote aux électeurs du front national et je veux rendre la droite aux électeurs de LR »

L’opposition à Eric Zemmour est l’actualité politique principale et incontournable de la Gauche actuellement. Cette opposition ne pourra gagner que si elle est massive et populaire, que si elle est fondée sur l’intelligence et la foi en la société. Si donc elle se fonde sur la Gauche historique.

Catégories
Politique

Anti-pass et antivax: toujours aussi nombreux mais encore plus odieux le 21 août 2021

Ils ont trouvé le moyen de faire encore pire.

"touche pas à Raoult" (photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le Professeur Didier Raoult avait eu son petit moment de gloire à l’époque du confinement du printemps 2020. Les Français étaient alors trop content de trouver quelqu’un ayant l’air sérieux et compétent, et qui leur donnait l’occasion de nier la réalité de la crise sanitaire.

Seulement, tout ceci s’est effondré comme un château de carte dès la « deuxième vague » de la pandémie à la rentrée 2020. Les faits étant les faits, la crise s’est imposé et le professeur marseillais n’est plus devenu qu’un « original », disparaissant des radars aussi vite qu’il était apparu.

On notera d’ailleurs qu’à part en France, personne n’a jamais remarqué son existence dans le contexte de la pandémie. Sa médiatisation fut un événement purement franco-français.

Il est donc significatif de le voir réapparaître ce samedi 21 août 2021, mis en avant lors des manifestations anti pass sanitaire à l’occasion de son départ à la retraite considéré comme un complot pour le marginaliser. Cela en dit très long sur la ringardise des manifestants, qui se raccrochent à tout et n’importe quoi du moment que ça leur permet d’être « anti ».

On a les héros qu’on mérite quand ce qui compte c’est de râler, de refuser les responsabilité collectives, l’engagement social.

On notera d’ailleurs que c’est surtout via le nationalistes plutôt marginalisé Florian Philippot que tout se déroule. Il avait à ses côté, lors de « sa » manifestation parisienne, pas moins que l’avocat de Didier Raoult à ses côtés ! Il s’agit en l’occurrence de Fabrice di Vizio, dont les vidéos ont une audience (toute relative) chez les populistes.

Bien sûr, il ne faut pas sous-estimer la portée d’une telle actualité. L’irrationalisme n’est jamais une bonne chose, surtout quant il concerne des dizaines de milliers de personnes partout dans le pays. Ils étaient ce 21 août présents à 200 rassemblements, comptant en tout 175 000 personnes selon les chiffres officiels.

C’est un peu moins que la semaine précédente, mais cela reste énorme au mois d’août, et avec probablement derrière la perspective qu’il se passe « quelque chose » à la rentrée.

Quelque chose… mais quoi ? Car le fait est que l’immense majorité de la population française s’accommode tout à fait du vaccin et du pass sanitaire, qui d’ailleurs n’en est pas vraiment un. Au passage, c’est là encore une preuve très flagrante de la ringardise, et surtout du grand décalage de la part des manifestants.

Ces dernier crient en effet  au totalitarisme et à la privation de liberté. En pratique, la société française a largement esquivé le pass sanitaire et ne subit aucune coercition réelle à ce sujet. Chacun fait à peu près ce qu’il veut comme avant, et quand il s’agit de montrer un QR code ici et là, il n’y a jamais personne pour vérifier que celui-ci corresponde bien à une identité réelle.

Mais c’est là le propre d’une situation de décadence : des pans entiers de la société déraillent avec la crise, alors que la société elle-même n’est pas à la hauteur des défis historiques. Et ce n’est qu’un début. La France commence à vaciller !

Catégories
Politique

Contre les mesures sanitaires, Jean-Luc Mélenchon veut organiser une «énorme fête»

Jean-Luc Mélenchon a lancé l’idée d’une « fête de la liberté » le 20 mars 2021, pour s’opposer aux mesures sanitaires et donc aussi à l’esprit de collectivité.

Surréaliste. Jean-Luc Mélenchon a expliqué, lors d’une émission télévisée, qu’il souhaite organiser une « une énorme fête » le 20 mars, la veille du printemps. Circonspect, le présentateur Laurent Ruquier lui fait remarquer que d’ici au mois de mars, « ce n’est pas gagné », en raison bien sûr des mesures sanitaires. Mais il n’y a pas de problème selon le député « insoumis », puisque les manifestations ne sont pas interdites, alors il suffit d’organiser une marche revendicative comme prétexte à faire la fête.

« On ferait quelque chose qui ne serait pas comme d’habitude. Bien sûr on aurait nos pancartes, mais surtout on ferait une énorme fête qui marcherait. »

Assumant de n’en avoir rien à faire de la circulation du virus et de la discipline collective nécessaire pour faire face à la pandémie, Jean-Luc Mélenchon se met donc au niveau des gilets jaunes, de l’ultra-gauche et des teufeurs. En effet, ces gens ont pris l’habitude depuis le début de l’année de défiler dans les centre-villes accompagnés de camions sono faisant office de mur de son. Sans aucun respect des gestes barrières ni du port du masque, évidemment.

Il n’y a pas plus anti-social que ça en pleine crise sanitaire, mais Jean-Luc Mélenchon trouve que c’est très bien et s’imagine qu’il y a là un espace à l’expression de son populisme. Ce n’est pas tout à fait absurde, car il existe effectivement en France toute une vague petite-bourgeoise qui devient de plus en plus hystérique face aux mesures sanitaires et aux obligations collectives.

Il est difficile de savoir ce que représentent vraiment ces gens numériquement, à quel point ils imprègnent les mentalités françaises actuellement. Jean-Luc Mélenchon, en tous cas, mise là-dessus en espérant que cela puisse être un levier pour la mobilisation populiste qu’il tente de mettre en place avec la France insoumise.

On est ici très loin des valeurs et de l’histoire de la Gauche, qui ne peut être qu’horrifiée par de tels gens luttant aussi ouvertement contre les mesures sanitaires et l’effort collectif. Car il ne s’agit pas ici de simplement faire la fête – les gens souhaitant faire la fête actuellement ne s’en privent pas puisqu’il suffit de se réunir à quelques amis dans un appartement ou une maison et de rester dormir sur place, l’État n’ayant ni les moyens, ni la volonté d’empêcher cela.

Non, ce que veulent ces gens, et Jean-Luc Mélenchon avec eux, ce n’est pas simplement faire la fête, c’est surtout s’opposer frontalement  à la société et à son élan collectif.

Il est insupportable à leurs yeux de voir que la population française préfère respecter (globalement) les quelques mesures sanitaires prises par l’État, plutôt que d’assumer de faire circuler une maladie décimant les personnes âgées et engorgeant les hôpitaux.

D’ailleurs, si l’État est obligé de prendre des mesures sanitaires, c’est précisément parce qu’il existe une pression populaire. Sans cela le capitalisme prendrait des mesures cyniques.

Cette pression populaire est très faible, éparse, inorganisée. Cela laisse les mains libres au gouvernement, qui n’a toujours pas décrété de confinement malgré la circulation de nouveaux variant du virus, qui n’a pas fermé les frontières (ou alors tardivement et de manière très souples), qui a mis énormément de temps à imposer l’obligation du port du masque, etc.

Mais cette pression populaire, collective, sociale, c’est déjà beaucoup trop pour Jean-Luc Mélenchon et ses amis petits-bourgeois anti-État. Si Jean-Luc Mélenchon réussissait son coup avec sa « fête de la liberté », ce serait un énorme symbole, et surtout une terrible défaite pour la société.

Cela a cependant le mérite de tracer une ligne de démarcation claire et nette entre les populistes anti-sociaux d’un côté, et de l’autre côté ceux voulant réellement la Gauche, c’est-à-dire une société démocratique, sociale, culturelle, portée par des valeurs solides et un élan collectif puissant pour écraser le libéralisme libertaire porté par le capitalisme.

Reste à faire en sorte de polariser pour bien montrer que les populistes n’existent que comme décomposition d’une société française pourrie par le capitalisme, asphyxiée par le libéralisme économique… et le libéralisme culturel.

Catégories
Politique

La Gauche doit barrer la route à Montebourg, le Donald Trump français

Arnaud Montebourg se lance pour la campagne présidentielle de 2022, sur une ligne souverainiste – militariste farouchement anti-chinoise.

Arnaud Montebourg ne cesse d’occuper les médias début janvier 2021 : il est littéralement placé sur orbite par les médias et, derrière, par des forces capitalistes possédant ces médias. La raison en est qu’Arnaud Montebourg pose une ligne « ni droite ni gauche » à la fois populiste et rassurante pour les capitalistes. Sa ligne équivaut à celle de Marine Le Pen ou de Jean-Luc Mélenchon, qui veulent tous les deux un État fort et une puissance militaire affirmée, mais pas en cherchant à passer outre le régime, pas en cherchant à construire une contre-opinion remplaçant celle qui est dominante.

Arnaud Montebourg est pour une unification « souverainiste » des forces en place afin d’ouvrir une perspective protectionniste – militariste. Il a expliqué au très droitier Le Point, le 9 janvier 2021, qu’il a assumé de se tourner vers la Droite :

« Qu’est-ce qui vous sépare, aujourd’hui, de la politique prônée par Jean-Luc Mélenchon ?

Qu’est-ce qui vous fait dire que je serais mélenchoniste ? La droite post-gaulliste favorable à la participation, qui défend notre pays et n’est pas favorable à la mondialisation, me paraît tout aussi proche de moi que de nombreuses personnalités de gauche. Ce dont le pays a besoin, c’est d’un compromis historique autour de la refondation de la démocratie et de l’État, mais aussi de la réforme du capitalisme. »

La sénatrice Laurence Rossignol qui le soutient totalement souligne, dans le Journal du Dimanche du 17 janvier 2021, ce refus du clivage Gauche / Droite :

« Le sujet d’Arnaud, ce n’est pas la gauche, c’est la France. Il n’enferme pas sa pensée dans les référentiels de la gauche classique. »

De fait, Arnaud Montebourg s’est vu faire des éloges par Guillaume Peltier, le numéro 2 de Les Républicains, ainsi que par la figure ultra-conservatrice Xavier Bertrand. Dans l’interview au Parisien, Arnaud Montebourg explique d’ailleurs avoir comme modèle Donald Trump, qui comme on le sait a fait passer la Droite américaine dans le populisme.

« La politique commerciale de Donald Trump vous convient-elle ?

Je n’ai aucune sympathie pour lui, mais sa politique économique a fonctionné avant le Covid. Les bas salaires se sont envolés et il a retrouvé le plein-emploi. Sa politique antichinoise est celle que nous devrions avoir. » 

Qui doute que cela fait de lui une figure du militarisme anti-chinois peut consulter une interview d’Arnaud Montebourg au Parisien, en novembre 2020. Il y explique ouvertement qu’il faut attribuer la pandémie à la Chine et la faire payer. C’est là très exactement l’argument justifiant la guerre.

« De nombreux économistes, fonds d’investissement et même, je vous le confie, les services du Trésor travaillent discrètement aujourd’hui sur un scénario d’annulation de la dette par la Banque centrale européenne. Les seuls créanciers possibles qui devraient être spoliés, de mon point de vue, devraient être les Chinois car ils sont responsables de l’expansion de cette pandémie destructrice. Leur responsabilité devra être engagée. »

Les propos d’Arnaud Montebourg impliquent la guerre. Qui veut s’opposer à la guerre doit s’opposer à Arnaud Montebourg. Qui est à Gauche doit combattre Arnaud Montebourg, qui propose une sortie par la Droite de l’impasse François Hollande ! Seule la Gauche historique porte les vraies valeurs dont on a besoin à notre époque : l’appropriation et le contrôle populaire des monopoles, le démantèlement du militarisme, l’écrasement du cannibalisme social, l’affirmation de la culture et des principes de civilisation.

Catégories
Politique

50 ans après les Black Panthers, les trumpistes prennent le Capitole

En occupant le Capitole, les partisans de Donald Trump révèle la cassure entre l’État américain, corrompu et en faillite, et un peuple qui croit encore pourtant au complexe militaro-industriel.

Le Capitole des États-Unis est le siège du Congrès américain, à Washington ; il se situe à environ deux kilomètres de la Maison-Blanche, alors que deux kilomètres plus loin on trouve le Pentagone.

C’est un lieu essentiel de la gestion interne de la superpuissance américaine. Il est composé de 39 bâtiments, il a son propre métro (avec trois lignes et six stations) ainsi que sa propre police et pour cause : en raison de l’important nombre de secrétaires par élus, on a 30 000 personnes au cœur des magouilles et des arrangements au service du capitalisme américain, avec même cent salles secrètes répertoriées sur aucun plan.

Le Capitole des États-Unis

En l’occupant le 6 janvier 2021 pour empêcher la reconnaissance officielle de Joe Biden comme prochain président, les partisans de Donald Trump ont joué sur une contradiction du Congrès. C’est à la fois un organisme de l’État central et en même temps un représentant de la nature fédérale du régime américain.

En pratique, c’est un lieu de corruption et de décisions reposant sur une représentation des intérêts capitalistes américains, dans le cadre d’un régime très violemment opposé à la Gauche depuis le début du 20e siècle. Impossible pour les partisans de Donald Trump de le reconnaître, aussi ont-ils mené leur occupation en force, qui a duré plusieurs heures, au nom de l’appropriation de ce qui serait à eux. Les plébéiens prennent au sérieux les prétentions du régime capitaliste.

C’est l’incohérence de la révolte américaine : elle est populaire, mais de Droite, elle voit en l’affirmation plébéienne un moyen de secouer le joug d’un État corrompu, affairiste, en faillite, avec des démocrates et des républicains magouilleurs depuis cent ans, etc. Il est significatif que la femme tuée par la police du Capitole ait servi 14 ans dans l’armée américaine, tout autant que les gens présents mêlaient prolétaires déclassés et nazis folkloriques, dans un amalgame pittoresque. Ce sont l’équivalent de nos gilets jaunes, même si en France les révoltés se veulent beaucoup plus anti-politiques, conformément à la tradition anarchiste et syndicaliste révolutionnaire française.

Il est très étonnant en tout cas qu’aucun commentateur n’ait parlé du fait qu’en 1967, les Black Panthers avaient mené une opération contre le Capitole. Cela fit grand bruit et les cadres de la Droite plébéienne autour de Donald Trump ne peuvent pas ne pas connaître cet épisode. Symboliquement, leur occupation est le pendant de celle de 1967.

Tout part d’une loi californienne de 1967 visant à interdire de se promener avec des armes chargées, une action visant à empêcher les Black Panthers de mener des patrouilles à Oakland. Une trentaine de Black Panthers allèrent alors de manière armée au Capitole, la moitié d’entre eux parvenant à la salle de l’assemblée, où ils furent désarmés et arrêtés. Légalement, ils en avaient toutefois le droit et ils furent donc libérés, leurs armes rendues.

Les Black Panthers au capitole

La police procéda toutefois à un contrôle des armes à leur sortie, alors que Bobby Seale lut une déclaration disant notamment que :

« Le parti Black Panther pour l’auto-défense appelle le peuple américain en général et le peuple noir en particulier à prendre note avec attention de la législature raciste de Californie qui envisage une législation visant à rendre les gens noirs désarmés et sans pouvoir précisément alors que les agences racistes de police à travers le pays intensifient la terreur, la brutalité, le meurtre et la répression des gens noirs. »

On remarquera au passage que ce discours, tout à fait juste à l’époque aux États-Unis, est pratiquement repris aujourd’hui par l’ultra-gauche française, ce qui n’a aucun sens. En tout cas, donc, la loi passa tout de même en Californie et par la suite, tout se termina mal pour les Black Panthers. Ceux-ci témoignaient par cette occupation de leur volonté de rester dans le cadre de la légalité, or cela les amènera à se faire arrêter ou exécuter par le FBI dans le cadre du fameux COINTELPRO.

C’est qu’on ne contourne pas le peuple impunément. Et, dans les faits, avec cette histoire de Capitole, on est dans un substitutisme à l’américaine, dont l’équivalent est l’obsession des gilets jaunes pour la marche sur l’Élysée. On est dans le symbole, la course au symbole. C’est le reflet d’une vaste agitation petite-bourgeoise – comme dans les années 1920-1930. Des années de fascisation et de fascisme.

Catégories
Politique

Protestations contre la «loi de sécurité globale»: psychodrame à la française

Malgré le confinement ou plutôt en raison de lui, l’agitation anti-État s’est vigoureusement exprimée par des manifestations contre la « loi de sécurité globale » voulue par le gouvernement.

C’est un cinéma qu’on retrouve de manière régulière depuis très longtemps en France. Notre pays est en effet très marqué par la petite propriété et pour cette raison, les discours libéraux-libertaires sont une grande tradition. Il y a une longue tradition allant de Proudhon à Michel Onfray, en passant par Céline, Camus, l’anarchisme de droite, l’anarchisme tout court, les gilets jaunes, etc.

Et c’est donc ce cinéma qu’on retrouve avec les protestations contre une « loi de sécurité globale » qui, dans le fond, n’apporte strictement rien de nouveau aux rapports sociaux. Il s’avère en effet simplement qu’à chaque progrès technique, la police systématise l’utilisation des avancées. La vidéosurveillance est un excellent exemple de cela, bien sûr.

Quiconque prend le métro, le RER, le train de banlieue, le bus en région parisienne peut ainsi être suivi par caméra de bout en bout (à part dans les rames le plus souvent, mais il y a donc les entrées, les sorties, les quais, etc.). Il y a également 293 caméras visant la circulation, ce qui signifie que si vous passez à Paris et qu’on veut suivre tous vos déplacements, on peut. Rappelons également qu’il y a le passe Navigo qui est individualisé et fournit donc tous les déplacements, leurs horaires (le pass Navigo découverte qui lui coûte cinq euros ne fournit pas l’identité).

Il y a à Nice 2 666 caméras, 411 à Nîmes, plus de 200 à Perpignan, Orléans (ville du néant), Annecy, Mulhouse…

Tout cela pour dire que les gens ayant manifesté contre la « loi de sécurité globale » sont totalement en décalage avec ce qui existe déjà. Et encore on ne mentionne pas ce qui est para-légal ou clandestin de la part des services politiques de la police – les renseignements généraux – qui d’ailleurs officiellement n’existent plus !

En Allemagne, il y a chaque année un rapport très détaillé de la police sur l’extrême-gauche qui sort, et l’extrême-gauche publie au moins une fois par moins un compte-rendu d’une tentative d’approche de gens par les services pour servir d’informateurs. Difficile de ne pas penser qu’en France on n’aurait pas le même niveau de surveillance…

La « loi de sécurité globale » accompagne ce processus enclenché depuis bien longtemps. Les policiers municipaux verront leur statut élargi grosso modo à celui des policiers judiciaires, les images des caméras-piétons des policiers pourront être lues et enregistrées en direct par les postes de commandement, il y a une légalisation de l’utilisation des drones par la police et une interdiction de la diffusion d’images de policiers dans une perspective « malveillante ».

Si on veut la révolution, ce n’est évidemment pas pratique et il aurait mieux fallu la faire en 1920, c’est certain ! Quoiqu’il faut savoir que déjà le niveau de surveillance était extrêmement élevé et qu’en 1914 il y avait une liste très détaillée des subversifs à arrêter au cas où… Mais comme ils ont tous soutenu la guerre, le problème ne s’est pas posé !

Et, de toutes façons, quand on veut vraiment la révolution, on y parvient toujours, quel que soit le mur en face. Mais la veulent-ils la révolution, les quasi 50 000 personnes ayant manifesté à Paris samedi 28 novembre 2020, les milliers d’autres dans des dizaines de villes ? Non, ils ne la veulent pas. Ils veulent protester contre l’État de manière anarchiste ou semi-anarchiste ; ils sont même tout à fait opposés à une société collective, collectivisée, car pour eux c’est le totalitarisme, c’est 1984, c’est Orwell !

Mais le plus génial dans tout cela, c’est la chose suivante : la France n’utilise pas tout son arsenal, ni toute sa surveillance. Elle laisse faire. Chaque manifestation sérieuse en France a son lot de casse et une ville comme Nantes a son centre-ville régulièrement démoli. Le nombre d’arrestations est, dans ces cas de casse, toujours extrêmement restreints comparés à ce qu’ils pourraient être de manière assez facile.

Pourquoi ? Car l’État se sert de cette protestation stérile comme d’une soupape de sécurité. X casse une vitrine, Y écrit anarchie sur un mur, Z renverse une voiture ? Parfait ! Ils croient avoir fait quelque chose et le reste du temps, ils ne militent pas, ils ne font rien, ils vivotent en s’imaginent rebelles. Et tout continue comme avant.

Arrivent alors ceux qui disent qu’il faut réformer la police ; ils profitent de l’élan trouvé pour se faire des voix aux élections. Le régime, quant à lui, n’a pas mené de répression : c’est tout bénéfice niveau légitimité. Des anarchistes, des réformistes et tout est parfait pour l’État français ! Et cela fait bien longtemps que cela dure… Alors la « loi de sécurité globale », franchement, quelle importance ? Ce n’est qu’une cerise sur le gâteau, une roue de secours si cela s’emballe malgré tout sans le faire exprès.

Comme on est loin d’un mouvement de Gauche conscient, organisé en France !

Catégories
Politique

2022: Jean-Luc Mélenchon candidat tente de doubler la Gauche

Dimanche 8 novembre 2020, Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle de 2022. C’est une façon de s’imposer dans le débat et d’essayer de prendre de cours la Gauche, qu’il espère bloquer dans son processus de reconstruction. C’est l’aboutissement de la ligne populiste anti-Gauche produite par son organisation La France insoumise.

Image

Jean-Luc Mélenchon n’y est pas allé par quatre chemin pour annoncer sa candidature à la présidentielle de 2022. Il s’est fait inviter au 20h de TF1 et il a expliqué qu’il était une « lumière au bout du tunnel », en mesure de « déconfiner les esprits », qu’il fallait lui faire entièrement confiance pour enfin changer les choses.

Peu importe qu’il ait déjà échoué deux fois à cette élection (en 2012 et en 2017), il faudrait le suivre et même signer pour sa candidature. Il a en effet exigé que celle-ci soit validée par 150 000 signatures (sur un site internet) et que cela lui suffirait à prouver… sa « légitimité populaire » ! C’est fort de café, d’ailleurs il a immédiatement été moqué pour cette annonce, mais cela n’embarrassera pas celui qui tente de passer en force en se la jouant sauveur suprême.

Jean-Luc Mélenchon est en dehors de la Gauche

La déclaration si tôt de sa candidature, ainsi que sa plateforme internet censée récolter des signatures constituant un « parrainage populaire », sont un moyen pour lui de torpiller les débats, les structures, les partis à Gauche. Il a donc répondu à la journaliste l’interrogeant à propos de l’unité de la Gauche que tout cela était du « temps perdu », que les discussions ne pourraient aboutir qu’à un consensus visant au « moins pire », alors que lui serait d’ores et déjà un « pôle de stabilité ».

En fait, cela fait déjà des années que la France insoumise (et la dynamique qui l’a précédé) n’a de cesse d’enfoncer la Gauche (tout en profitant de son patrimoine en mode pillage), avec un populisme anti élite moitié-social, moitié-chauvin. Le problème, c’est que cela commence à se voir et Jean-Luc Mélenchon et son entourage ont tout à craindre de l’unité de la Gauche et du débat à Gauche.

Prenons par exemple l’épisode des gilets jaunes. Cela aurait dû être l’apothéose pour Jean-Luc Mélenchon, car c’était tout à fait conforme à ce qu’il prône. Mais cela a été insignifiant dans le pays, malgré une résonance médiatique immense et même complètement démesurée. Si la Gauche se met sérieusement autour de la table avec l’idée de se tourner vers les classes populaires, elle ne peut qu’en arriver à la critique du mouvement des gilets jaunes, pour affirmer la primauté du niveau de conscience et d’organisation… et donc à rejeter le bricolage populiste de Jean-Mélenchon qui justement a tout du « gilet jaune ».

La Gauche doit rejeter le populisme de Jean-Luc Mélenchon

La première chose dont a parlé Jean-Luc Mélenchon sur TF1 juste avant d’annoncer sa candidature, c’est du confinement. Ses propos en disent long sur son populisme : bien malin celui qui aura compris sa position, tellement il sait ne rien dire pour que chacun interprète librement ce qui l’intéresse, avec des propos qui n’engagent jamais à rien. Il a dit que le Covid-19 est une maladie grave et qu’il fallait respecter les mesures sanitaires… tout en disant dans la foulée que le confinement est une prison pour les Français et qu’il ne faudrait surtout pas y rester trop longtemps à cause du gouvernement.

La Gauche doit fermement rejeter la candidature de Jean-Luc Mélenchon et son prétendu parrainage populaire de 150 000 signature. Il faut au contraire du débat politique, sur le fond, car la discussion politique de fond est la seule manière démocratique de fonctionner quand on est à Gauche. On discute, puis on choisit. Mais certainement pas l’inverse, comme tente de l’imposer le populiste Jean-Luc Mélenchon en vue de la présidentielle de 2022.

Voici ou revoici, comme contribution au débat de la Gauche, plusieurs de nos articles à propos de Jean-Luc Mélenchon :

Catégories
Politique

Noussommespour.fr : un populisme en-dehors de la Gauche

Il existe deux formes traditionnelles d’organisation à Gauche, qui viennent d’un côté du socialisme français, de l’autre de la social-démocratie allemande et autrichienne avec son prolongement russe de type bolchevik.

Il y a la tradition socialiste française historique, de la SFIO, reprise par le trotskisme : l’organisation a plusieurs tendances, elles sont reconnues, elles ont le droit d’exprimer leur avis de manière organisée, il y a une représentation proportionnelle du poids de ces tendances au niveau de la direction.

Le Parti socialiste s’appuie sur cette démarche, notamment défendue par Léon Blum au congrès de Tours en 1920.

Il y a ensuite la tradition communiste, importée du bolchevisme, mais qui prolonge directement la social-démocratie : unité organique, homogénéité, le Parti fait bloc.

Le PCF a repris cette conception centraliste démocratique en 1920 à sa fondation, pour l’abandonner progressivement au profit d’un certain fédéralisme puis, après 1989, de courants le traversant.

Ces modes d’organisation traversent toute la Gauche historique, jusqu’aux syndicats étudiants des années 1980, puisque l’UNEF-ID liée aux socialistes et aux trotskistes reconnaissait le droit de tendance, alors que l’UNEF liée au PCF (avec de petites poches maoïstes parfois) ne le reconnaissait pas.

Dans tous les cas, les décisions prises par l’organisation sont prises dans l’organisation et ne dépendent que d’elles. C’est la notion, si on veut, d’avant-garde, ou en tout cas de minorité plus avancée en termes de conscience politique.

Le modèle Démocrate américain importé en France

Depuis une dizaine d’années, cette tradition de la Gauche historique est mise à mal par une approche calquée sur les Démocrates américains, qui sont l’équivalent de nos libéraux. L’idée n’est pas de centraliser les forces vives, mais au contraire de chercher à élargir la base à mettre en mouvement, en avalant des propositions venant de-ci de-là, afin de former une sorte d’entonnoir pour attraper des gens prêts à se bouger.

C’est pourquoi la Gauche se voulant moderne a instauré les primaires, allant bien au-delà des rangs des partis et organisation. C’est là, bien entendu, du populisme. L’idée repose d’ailleurs sur le contrat : je te soutiens si tu prends certaines de mes idées, et même si tu n’es pas le candidat choisi, lui-même va reprendre certaines de mes idées donc je vais le suivre, et ainsi de suite.

Jean-Luc Mélenchon lance noussommespour.fr

Jean-Luc Mélenchon, qui récuse la Gauche historique et assume ouvertement le populisme, a fait ce choix en proposant qu’il y ait 150 000 signatures pour le « parrainer ». Il a ouvert un site pour cela, noussommespour.fr.

Cela avait très bien marcher lors de l’élection présidentielle précédente, notamment chez les jeunes, qui se sont sentis investis d’une « mission »… pour disparaître totalement dans la foulée.

C’est que ce genre de populisme n’est qu’un fusil à un coup. Une fois qu’on a tiré, il ne reste rien, mais cela ne dérange pas ceux qui sont uniquement dans une perspective électoraliste. Jean-Luc Mélenchon a la même démarche : il suffit de lire ses propos dans sa vidéo de présentation.

On chercherait en vain un contenu et il est évident que c’est du racolage de première.

« Alors vous le savez : je propose ma candidature pour l’élection présidentielle de 2022. Mais pour déposer définitivement cette candidature, je demande une investiture populaire. C’est-à-dire 150 000 personnes signant pour me parrainer.

Pourquoi 150 000 ? En fait j’ai déjà utilisé ce nombre pour une proposition de loi déposée à l’Assemblée Nationale.

L’idée c’est que chaque personne, du seul fait qu’elle est inscrite sur une liste électorale, puisse parrainer une candidature à l’élection présidentielle. Pour l’instant ce droit est réservé exclusivement aux élus.

Alors, si vous êtes 150 000 à signer ici je me considèrerai investi par vous pour l’élection présidentielle, avec mon programme « l’Avenir en commun ». Il a déjà recueilli 7 millions de voix en 2017. Il est toujours d’actualité, il répond aux besoins du pays et du moment dans lequel nous vivons.

La suite dépend de vous. Ici, il s’agit de signer et puis vous pouvez suivre le parcours en 3 étapes.

Vous déciderez librement de ce que vous voulez faire pour aider.

Merci d’être d’avoir été là, à mes côtés, dans ce moment décisif. »

Un tel populisme peut-il fonctionner encore une fois ? Et ce d’autant plus dans une situation de crise dans tous les domaines ? Bien sûr que oui… mais à Droite. Quand on se joue à ce petit jeu là des raccourcis et des coups à trois bandes, quand on s’imagine Machiavel, on rentre dans le mur, à moins d’être un fasciste. Seule la démagogie la plus totale sait s’adapter et réussir.

Quand on est de gauche, on veut de la conscience, de l’intellect, de la raison. On cherche à élever le niveau, à arracher les gens à une société capitaliste exploiteuse et aliénante. On contribue à des analyses de fond, à une vision du monde claire et lisible, on propose des valeurs aux contours bien définis.

Jean-Luc Mélenchon n’a très clairement plus rien à voir avec la Gauche et on voit bien qu’il cherche à la torpiller. Il n’y parviendra pas.

Catégories
Guerre

Erdoğan/Macron: des provocations qui font monter la tension guerrière

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan poursuit un agenda bien précis au sein de la Droite turque et il a eu dans ce cadre des propos provocateurs désignant entre autres Emmanuel Macron. Ce dernier pourrait tout à fait ignorer ces déclarations qui ne volent franchement pas haut et ne mènent pas très loin, mais il est trop content de cette porte ouverte menant à une escalade guerrière contre un ennemi stratégique.

Samedi 24 octobre, à l’occasion du 7e congrès de son parti, Recep Tayyip Erdoğan tenait un discours ultra populiste visant l’électorat musulman, y compris (et de manière spécifique) les Turcs vivants en France ou en Allemagne qui ont le droit de vote. Il a à cette occasion, parmi tout un tas de déclarations et de provocations, visé Emmanuel Macron en agitant la prétendue « islamophobie » :

« Mais quel est son problème avec les musulmans? Ce Macron a besoin de faire examiner sa santé mentale. Que préconiser d’autre face à un président qui ne comprend rien à la liberté religieuse et qui se comporte de manière discriminatoire vis-à-vis de millions de citoyens qui ne partagent pas sa foi ? »

Cela a tellement bien marché, puisqu’il y a eu du répondant en France, qu’il a réitéré ses propos dimanche 25 octobre :

« La personne qui est à la tête de la France en ce moment s’en prend sans cesse à ma personne. Qu’il se regarde d’abord lui-même. C’est vraiment un cas ! Il faut sérieusement qu’il se fasse contrôler. »

Recep Tayyip Erdoğan est en totale roue libre, en mode Donald Trump, cherchant par tous les moyens à créer de l’agitation pour faire parler de lui et mobiliser par le biais de l’islam. Il a par exemple aussi désigné « un soi-disant député aux Pays-Bas » (Geert Wilders), lui assénant de ne pas dépasser les bornes, avant de s’adresser virtuellement à lui tel un caïd : « Sais-tu seulement à qui tu as affaire ? » La veille, il critiquait l’Allemagne pour une descente de police dans une mosquée, allant jusqu’à parler de « fascisme européen » en prétendant qu’il y aurait des « attaques contre les droits des citoyens musulmans ».

C’est que l’État turc est en pleine décadence, faisant face à d’extrêmes difficultés sur le plan économique et il faut donc pour ses dirigeants attirer l’attention ailleurs, c’est-à-dire « noyer le poisson » comme le dit l’expression, ainsi qu’ouvrir des espaces pour l’agression militaire. Recep Tayyip Erdoğan joue ainsi à fond la carte de l’agitation populiste, sur le mode identitaire-religieux.

Plutôt que d’ignorer cette lamentable campagne électorale, la France répond pleinement à cela, faisant monter la sauce à son tour. Les services de l’Élysée ont répondu de manière officielle :

« Les propos du président Erdogan sont inacceptables. L’outrance et la grossièreté ne sont pas une méthode. Nous exigeons d’Erdogan qu’il change le cours de sa politique car elle est dangereuse à tous points de vue. Nous n’entrons pas dans des polémiques inutiles et n’acceptons pas les insultes.»

Le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian y est allé lui aussi de sa dénonciation, fustigeant « un comportement inadmissible, à fortiori de la part d’un pays allié» et allant jusqu’à rapatrier l’ambassadeur français en Turquie « pour consultation », ce qui diplomatiquement est une signe de très importante tension, plus précisément une marque d’hostilité.

Après les grandes tensions militaires entre la France et la Turquie au sujet des eaux territoriales revendiquées par la Grèce, alors que la guerre fait rage au Nagorny-Karabakh et que les intérêts stratégiques entre la France et la Turquie s’opposent tant en Libye qu’en Syrie, on a un nouvel épisode de tensions entre les deux pays.

On est ici strictement dans ce l’Histoire n’a que trop connue : l’escalade guerrière, de la part de dirigeants cherchant à tout prix la tension comme réponse à la crise. Comme la Turquie, la France est elle aussi en crise, de plus en plus, et elle tient à maintenir son rang, ce qui la rend également agressive… Le conflit franco-turc est une sorte de petit parallèle à l’affrontement sino-américain. Le 21e siècle se précipite vers la guerre.

Catégories
Politique

La Gauche marseillaise se renie en cédant au populisme anti-parisien

À Marseille, il est d’usage de critiquer « Paris » sur un mode populiste régionaliste et le professeur Raoult est une figure typique de cette démarche, en plus d’être une figure de la Droite. Au lieu de conspuer cela, la gauche marseillaise s’y précipite, peut être pour masquer une absence de contenu social-populaire authentique ainsi qu’une réelle dynamique de masse.

Lundi 5 octobre 2020 avait lieu la 4e séance du nouveau conseil municipal de Marseille, censé être un marqueur avec enfin les « nouvelles impulsions » de la majorité de gauche. En fin de compte, il ne s’est pas produit grand-chose de remarquable à part le train-train gestionnaire municipal. Ce qui a fait l’actualité par contre, c’est la proposition de Samia Ghali de former un conseil scientifique départemental pour «  ne plus être dépendants des chiffres de scientifiques parisiens ».

Samia Ghali est une habituée des coups de com’ de la sorte. On est là dans un populisme outrancier, furieux, qui ne fait que refléter le point de vue des petits commerçants marseillais terrifiés par la crise et les mesures sanitaires exigées par le gouvernement, à savoir la fermeture des bars et restaurants locaux.

Par peur de perdre leur petite position chèrement acquise dans la concurrence capitaliste, ces gens sombrent dans l’irrationnel. Alors ils nient les faits. Ils nient la réalité de l’épidémie particulièrement développée à Marseille, ils nient le bien fondée de toute mesure sanitaire collective allant à leur encontre et prétendent que tout cela ne serait que « parisien », abstrait, en dehors de leur réalité, contre eux même, car « marseillais ».

Un tel point de vue est franchement réactionnaire, car antidémocratique dans sa nature ; c’est l’idée, d’ailleurs classique à l’extrême-droite française, qu’il faudrait décomposer le pays en autant de petites unités qu’il y a d’intérêts, locaux, corporatistes, etc. C’est l’inverse de la conception démocratique voulant que la société forme un corps, sur tout le territoire national (comme partie de l’humanité mondiale), et que ses dirigeants en soient la représentation.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas de politique, qu’il n’y a jamais de bataille à mener contre tel ou tel gouvernement, tel ou tel groupe de personnes, telle ou telle mesure. Au contraire, mais justement cela doit se faire au nom de la société elle-même, pour toute la société. En s’imaginant faire un conseil scientifique à part, Samia Ghali propose par contre aux Marseillais de se couper de la société française, en affirmant leur propre « réalité », leur propre « science ».

Soit le conseil scientifique a raison pour tous les Français, soit il a tort pour tous les Français. Mais il n’a pas raison à Paris et tort pour Marseille. Cela n’a pas de sens formulé ainsi, à moins justement de ne pas chercher le sens des choses, mais de chercher simplement l’agitation populiste régionaliste.

Rejeter un tel populisme est normalement un réflexe à Gauche, de par son caractère profondément démocratique et populaire. En participant à ce populisme anti-« Paris », la gauche marseillaise commet donc une très lourde erreur et on imagine mal comment elle pourra s’en sortir.

Plutôt que de critiquer la proposition délirante de Samia Ghali, le premier adjoint à la mairie Benoît Payan s’y est en effet complètement rallié, expliquant pendant le conseil municipal que la maire Michel Rubirola (absente pour raison médicale) est « particulièrement sensible » à cela.

D’ailleurs, Michel Rubirola avait elle-même eu une attitude bien étrange à la fin du mois d’août, en participant à une très médiatisée conférence de presse avec le professeur Raoult et la présidente de la Métropole… c’est-à-dire deux figures de la droite locale !

La nouvelle maire de Marseille avait complètement été dans le sens du populisme régionaliste de Samia Ghali et de la Droite Marseillaise, affirmant que :

« Le gouvernement a décidé depuis Paris de ce qui serait bon pour notre ville, sans engager le dialogue nécessaire avec les élus, et surtout sans nous donner les moyens de faire respecter les décisions qui sont les siennes ».

Elle est même allée très loin dans la formulation de ce populisme et d’une prétendue stigmatisation de Marseille (dont on cherche encore la raison), en « expliquant » que le reconfinement a été évoqué, mais pas pour Paris, seulement pour Marseille, et que c’était donc inenvisageable pour cette raison, avant d’ajouter que :

« C’est du deux poids deux mesures, je l’ai dit à Castex au téléphone, et je suis prête à le redire »

Tout cela est franchement ridicule, et terriblement loin des préoccupations populaires et de l’effort collectif indispensable face à la crise sanitaire. Si l’élection marseillaise a pu susciter quelques espoirs pour un élan unitaire à gauche, on voit ici que tout cela est finalement très faible, et pas vraiment en mesure de participer à un réel élan démocratique et populaire en France.

Catégories
Politique

Jean-Luc Mélenchon, la créolisation et l’archipélisation

Catégories
Politique

Les gilets jaunes le 12 septembre 2020 ou l’échec d’une proposition

Les gilets jaunes, c’est du passé. Cela a été un feu de paille plébéien, opposé au mouvement ouvrier sur toute la ligne. La tentative de se lancer pour la rentrée 2020 a échoué.

La rentrée 2020 est explosive, car la France endormie est travaillée au corps par des contradictions terribles. Il y a ceux qui font semblant que rien n’a changé, que tout est comme avant… et les autres qui se préparent.

Les gilets jaunes étaient ici entre les deux : ils préfiguraient la crise en exigeant déjà un retour en arrière dans les années 1960, pour être en mesure de vivre comme des beaufs vivant dans des pavillons dont, à l’époque, ils pouvaient encore se payer les crédits, et voyageant en voiture individuelle dont, à l’époque, ils pouvaient encore se payer l’essence. C’est la France version Sardou, un cauchemar.

Ce cauchemar n’a pas fait rêver grand monde, à part des syndicalistes et une ultra-gauche prête à tout mythe mobilisateur, alors que les personnes ancrées dans la Gauche historique étaient, quant à elles, totalement horrifiées, comprenant tout de suite la dimension plébéienne de la démarche.

Le mouvement s’est effondré de lui-même, après avoir été très vite totalement marginal et une simple expression de petits-bourgeois enragés, mais la « proposition » existait encore de manière virtuelle. Aussi s’est-elle remise sur la table ce samedi 12 septembre 2020, avec les discours traditionnels sur l’irruption potentielle de centaines de milliers de gens, des « vous allez voir ce que vous allez voir », etc.

Résultat, moins de 10 000 personnes se sont mobilisées, à Lyon, Marseille, Lyon, Lille, Nantes, Nice, Bordeaux, Strasbourg… dont 2500 à Paris où quasiment 300 personnes ont été arrêtées, les gilets jaunes ne formant plus que des restes encore plus hétéroclites qu’avant, ce qu’on appelle en politique des « décompos », des décomposés, et des décomposés de gilets jaunes, forcément, cela donne quelque chose qui ne ressemble à rien.

Cela fait donc une proposition en moins. Il va en y avoir beaucoup d’autres. Marion Maréchal attend l’effondrement de LR pour reformer un parti de Droite (très) dur, Michel Onfray va tenter de proposer « Front populaire » sur une déclinaison politique, la CGT a appelé à la mobilisation le jeudi 17 septembre, Jean-Luc Mélenchon veut relancer LFI, François Ruffin s’imagine un rôle national, EELV vise la présidence, etc.

C’est le début du renouveau de la politique, avec la formation de nouvelles tendances, de nouvelles sensibilités. Celui qui se rate dans cette période a tout perdu, il rate la matrice pour les années à venir, des années de crise qui plus est, donc très mouvementées. Il va de soi qu’une telle matrice ne se construit pas à la va-vite, qu’il ne suffit pas de quelques recettes, de quelques copiés-collés, de quelques actions « exemplaires » servant de modèle.

Il faut : une lecture des mentalités françaises, une pratique qui aille dans un sens ou un dans un autre et cela de manière assez lisible, des concepts bien délimités, des valeurs certaines, un programme, un dirigeant (ou plusieurs selon les conceptions) et surtout… une tradition. Car le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui.

De fait, un réel projet se construit sur au moins une génération, 25 ans, pour cerner assez d’aspects, pour avoir assez de profondeur humaine. Sans cela, impossible de tenir le choc. C’est pour cela, par exemple, que l’Action française, aussi insignifiante qu’elle puisse être, représente un danger : elle a un projet réel, clef en main. Et voilà pourquoi Marine Le Pen, inversement, qui représente quelque chose de très important, n’arrive à rien.

Les années à venir seront donc riches en proposition, en politique… et en rupture totale avec le passé ouaté, endormi, décérébré et insensible, qui a mené le monde à la catastrophe.

 

Catégories
Politique

François Ruffin, successivement démocrate, opportuniste, démagogue

Démagogue assumé représentant l’aile ultra-populiste de La France Insoumise, François Ruffin abat ses cartes. Il vise désormais clairement les élections présidentielles et se présente par conséquent comme « constructif ».

François Ruffin est un être révoltant pour toute personne de gauche, car il imite le contenu de celle-ci à travers des postures et des caricatures. Il est totalement à l’extérieur du mouvement ouvrier, tout en se prétendant « populaire » ; machiavélique de bout en bout, il dénonce les puissants mais fait bien en sorte de ne pas dénoncer la chasse à courre. C’est d’autant plus grave qu’il vient de Picardie, où il y a une réelle tradition ouvrière. François Ruffin est d’autant plus connu qu’il a réalisé une OPA populiste et qu’il contribue au démantèlement des traditions ouvrières.

Il passe maintenant à la seconde étape. Le 3 juin, il sort un gros ouvrage de quasi 300 pages, Leur folie nos vies La bataille de l’après, avec comme stratégie d’appeler à l’union de la gauche et des écologistes afin de terminer « la parenthèse libérale ». Il calibre son discours en ce sens : il revendique de ne pas vouloir supprimer le marché, mais le « réguler », il appelle à un « État stratège ». Voilà de quoi rassurer.

Quant au cinéma qu’il fait actuellement au sujet de sa proposition de loi sur les femmes de ménage, que LREM a modifié et selon lui vidé de son contenu, c’est un calcul politique qui vise à lui donner un positionnement social en général, afin de gommer toute possibilité d’avoir l’image d’une liaison particulière avec la classe ouvrière. Son nouvel ouvrage est présenté d’ailleurs comme le fruit de discussions avec « des infirmières bien sûr, un ambulancier, des auxiliaires de vie, des caissières, un libraire, un cariste de chez Amazon, un ouvrier de chez Valeo, une patronne de bar-tabac, un routier à l’arrêt… »

Ce que fait François Ruffin se résume tout simplement en disant qu’il arrondit les angles. Il a réussi sa mise en orbite politique en deux temps, trois mouvements. Il s’oppose aux notables à Amiens : c’est le François Ruffin démocratique. Il profite des Picards et de Nuit Debout pour s’accorder une place dans l’orbite de La France Insoumise : c’est le François Ruffin opportuniste. Il commence ensuite à profiter de ses réseaux et des gilets jaunes pour jouer au député-reporter, c’est le François Ruffin démagogue.

Et François Ruffin ose tout. Il n’a jamais parlé d’écologie et n’a jamais osé dénoncer les chasseurs. Cela ne l’empêche pas de se présenter depuis quelques mois comme un fervent défenseur de l’écologie. Il n’a pas honte de cette escroquerie : à ses propres yeux, c’est un sauveur qui s’ajuste à ce qu’il faut.

Il sait également qu’il doit faire semblant d’être dans la lignée de la gauche s’il veut être élu. Alors il change son profil, comme on le fait sur Facebook. Voilà ce qu’il raconte sans aucune gêne dans Libération, dans ce qui consiste en une prise d’assaut :

« Vous utilisez le mot gauche mais il est en débat.

Pour moi, ça veut toujours dire quelque chose. Je suis dans le camp des partageux. C’est un fil qui part de 1789, qui traverse la Commune, qui comprend Jaurès, le Front populaire, le Conseil national de la résistance, qui embrasse les deux mai 1968, ouvrier et étudiant, et qui fait sien 1981. Qui s’arrête, en revanche, en 1983. Je peux même m’amuser à le dater : le 23 mars 1983, jour où Lionel Jospin, premier secrétaire du parti socialiste, parle d’une «parenthèse libérale». Une parenthèse que, au fond, près de quarante années plus tard, nous n’avons toujours pas refermée. Voilà mon héritage.

Et depuis l’adolescence, j’ai bien perçu la «folie» de la croissance, le délire des élevages industriels, la nécessité historique qu’est l’écologie. D’où la formule, qui me convient parfaitement : «Consommer moins et répartir mieux.» »

On est ici d’autant plus dans la mythologie pure et simple, car évidemment jamais François Ruffin adolescent au collège-lycée jésuite La Providence (comme Emmanuel Macron) n’a été un rebelle en quoi que ce soit. Il a bien gentiment fait sa maîtrise de Lettres Modernes et obtenu un diplôme du Centre de formation des journalistes, ce qui demande de rentrer dans un moule tout à fait bourgeois.

François Ruffin est une mascarade, c’est l’Emmanuel Macron de La France Insoumise. Barrer la route à ce personnage extérieur à tous les niveaux au mouvement ouvrier est incontournable.

Catégories
Politique

Jean-Luc Mélenchon: une solution à la crise en mode casino

Dans une interview à la Tribune de Genève, Jean-Luc Mélenchon montre qu’il connaît tous les fondamentaux de la Gauche. Mais il refuse de les assumer pour la réponse à la crise actuelle. Il préfère « inventer ».

Jean-Luc Mélenchon a rompu avec la Gauche depuis longtemps ; La France Insoumise assume d’être un mouvement populiste représentant le « bas » contre le « haut ». Cela amène à des jugements dénués de valeurs culturelles, comme cet éloge du premier ministre, qui pourtant devrait être honni :

« Édouard Philippe est de droite et n’a jamais prétendu autre chose. C’est un homme élégant, d’un côtoiement agréable, un libéral assumé et qui le dit clairement. »

En disant cela, Jean-Luc Mélenchon assume de ne pas vouloir supprimer la Droite, simplement la concurrencer. Mais c’est anecdotique en comparaison avec son interprétation de la crise. Dans une interview du 5 mai à la Tribune de de Genève, il présente de la manière suivante la solution à la crise :

« La dette sera colossale à la suite de cette crise, et vous proposez le gel des dettes d’État. Comment?

J’ai le goût de l’histoire, et je sais que dans le passé jamais une dette d’un niveau pareil n’a été payée. Celle-là, personne ne pourra la rembourser non plus. Alors il y a quatre voies traditionnelles de sortie. L’hyperinflation: personne n’en veut. La coupe dans les dépenses: on vient de voir les conséquences sur les systèmes de santé publique. La banqueroute: c’est également une mauvaise idée, compte tenu des dégâts que ça provoque. Et enfin la guerre: cette page-là, nous l’avons tournée en Europe.

Donc votre proposition?

C’est la suivante. Toutes les dettes d’État que la Banque centrale européenne détient parce qu’elle les a déjà rachetées doivent être congelées. On les transforme en dettes perpétuelles sans intérêts. »

Ce que dit ici Jean-Luc Mélenchon est dramatique. Il a en effet tout à fait raison pur les quatre portes de sortie, mais il les interprète très mal.

* L’hyperinflation correspond à faire payer la crise par le peuple, en dévaluant son argent. Les couches supérieures de la société y échappent de par leurs grandes possessions de propriété et d’appareil productifs. Mais l’hyperinflation ne se décide pas, elle est provoquée par les faits. On peut la laisser courir, toutefois il n’y pas de bouton « hyperinflation ». Et ce n’est pas tant une sortie de crise qu’une expression de la crise.

* La coupe dans les dépenses vise à démanteler l’État qui coûte trop cher. Mais l’État est là surtout pour épauler les entreprises : croire que le pléthorique secteur public en France a une dimension socialiste, c’est croire aux élucubrations de la Droite ! Par conséquent pourquoi le capitalisme supprimerait-il ce qui l’épaule avec succès en France ?

* La banqueroute serait une « mauvaise idée ». Mais la banqueroute n’est pas une idée ! C’est une réalité objective, là aussi. Les faillites d’entreprises sont une conséquence d’un enrayement de la machinerie capitaliste. C’est un phénomène auquel on échappe pas dans une crise.

* Il y a enfin la guerre. Jean-Luc Mélenchon dit que cette page a été tournée en Europe. Il ferait bien d’aller voyager, quand ce sera possible, en Ukraine et dans les pays de l’ex-Yougoslavie. Il ferait bien également d’étudier les dépenses militaires françaises et grecques, tout comme de voir les cartes de la grande Hongrie largement diffusée indirectement par le gouvernement de Budapest. Et de toutes façons, la guerre, pareillement, ne se décide pas : elle se fait. C’est aussi un produit de la crise. Elle est inévitable à moins de renverser la direction de la société aux mains du capitalisme.

Alors, Jean-Luc Mélenchon trouve un joker : on gèle les dettes.

Est-il possible cependant de geler des dettes ? Ce dont rêve Jean-Luc Mélenchon, c’est de pouvoir aller au casino et de dire : vous allez me passer de l’argent jusqu’à ce que je gagne. Et on verra si je vous rembourse, on verra plus tard !

C’est évidemment absurde. Car le capitalisme veut plus, toujours plus. Là où il n’y a pas d’intérêt – et l’exploitation des ouvriers est un intérêt, sur leur travail – il n’y a pas de capitalisme. Encore est-il que dit comme cela c’est incorrect, car le capitalisme n’est pas un « commerce », mais une réalité productive. Il ne s’agit pas de « gratter » de l’argent en sous-payant les gens ou en escroquant à la vente. Il s’agit de classes sociales exploitées à grande échelle, dans un véritable système organisé.

Et Jean-Luc Mélenchon pense que ce système flotte dans le ciel, qu’il n’est pas réel et que, donc, on peut indéfiniment remettre une pièce dans la machine comme on met de l’essence dans une voiture. Pourquoi pense-t-il cela ? Parce que, comme François Hollande, il pense que la finance est quelque chose de virtuel. Il pense que la finance vit dans un monde parallèle, qu’elle ne représente pas quelque chose de réel, qu’elle est une sorte de fantôme parasitaire.

Il reprend ainsi les thèses du PCF des années 1970-1980 comme quoi cet argent en trop, flottant, doit être congelé pour être utilisé pour le système productif qui, lui, serait réel. Il y aurait un bon et un mauvais capitalisme, un capitalisme réel et un capitalisme virtuel. C’est pour cela que Jean-Luc Mélenchon raisonne en termes d’oligarchie, et pas de bourgeoisie. Pour lui les financiers sont une caste parasitaire. Ils doivent payer la crise et on va congeler une partie de leurs avoirs.

Seulement voilà, le capitalisme ce sont des classes, pas des castes. L’idéologie postmoderne raisonne en termes de castes : il y aurait la caste des Français de souche, des hétérosexuels, des personnes valides, des financiers, etc. Cela ne repose sur rien. Le capitalisme est un système unifié, avec des classes, il n’est pas un kaléidoscope avec des castes. Le capitalisme, ce n’est pas l’Inde britannique et post-britannique avec son bric-à-brac de castes et de découpages communautaires.

Le capitalisme, c’est deux classes, et des couches sociales penchant vers l’une ou l’autre. Les prostituées penchent vers la bourgeoisie, vivant en parasites sociaux, comme Rosa Luxembourg l’a bien souligné, les petits employés penchent vers les ouvriers, de par leur nature de travailleurs.

C’est pour cela que Jean-Luc Mélenchon a tort. Il pense qu’on peut réguler le capitalisme, l’organiser, l’encadrer. Ce n’est pas possible. Il est un tout et il est surtout un château de cartes en train de s’effondrer.

 

Catégories
Politique

Après le mythe de la grève générale, le populisme du référendum

La grève générale n’étant clairement pas en vue, il fallait trouver un autre mythe mobilisateur de la part du PCF et de La France insoumise pour sauver la CGT. C’est l’Humanité qui s’est chargée de la mission, avec un grand appel à un référendum. Il faut sauver le soldat CGT.

Si la CGT coule, alors tout un pan de la Gauche s’écroule. Pas celle liée au Parti socialiste, car elle s’appuie de son côté sur des valeurs, un programme. Mais celle liée au PCF, à La France insoumise, au NPA, c’est-à-dire « à la gauche de la gauche », qui vit de surenchère.

S’il n’y a plus la CGT, il n’y a plus le levier de la surenchère. Et c’est la fin de tout. Il ne reste alors que les idées, le programme, les valeurs, et cela ne pèse pas lourd, tellement le populisme a fait des ravages.

L’ultra-gauche peut bien de son côté commencer à dénoncer une CGT qu’elle a entièrement soutenu jusque-là. Elle ne fait que revenir à son culte de la marginalité après un traditionnel suivisme syndical à la première occasion. Hier, les chasubles CGT, les cortèges CGT, aujourd’hui les postures de regret du manque d’élan, de la « trahison » des dirigeants. Rien de plus classique. On connaît l’adage : « la crise est une crise de la direction révolutionnaire ». L’ultra-gauche connaît son Léon Trotski.

Mais le PCF et LFI ont de l’ambition. Sans la CGT, il n’y a plus les moyens de cette ambition. Il faut donc agir avant qu’il ne soit trop tard. Ce qui se lit ici, c’est l’étrange rapport, très pervers, entre la gauche de la gauche et le syndicalisme. Il y a des non-dits, des zones réservées, un équilibre précaire mais en même temps une grande connivence, etc. Il y a un accord masqué qui, véritablement, pourrit la primauté de la politique et ce depuis les débuts de la CGT.

Il y a par conséquent une dépendance à la CGT, que le PCF et LFI la reconnaissent comme essentielle. Il faut donc sauver la CGT, qui va dans le mur. Mais comment faire pour ne pas la compromettre, pour qu’elle sauve la face ? D’où l’idée de demander un référendum, avec une pétition en ce sens, signée des principales figures de la « gauche de la gauche ».

La CGT, anti-politique, ne le signera pas, surtout lancée dans la grève, du moins officiellement. Si elle le fait, elle remettrait en cause sa propre logique syndicaliste. Elle ne peut donc pas vraiment être vexée. Surtout que c’est l’Humanité qui lance la pétition. On a aussi parmi les signataires Patrick Le Hyaric, qui est directeur de l’Humanité, ainsi que Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT.

Les angles sont donc arrondis. Et pour sauver le soldat CGT, on a Ian Brossat du PCF, ainsi que Adrien Quatennens et Jean-Luc Mélenchon de La France Insoumise. On a Marie-Noëlle Lienemann et Emmanuel Maurel de la Gauche républicaine et socialiste et Gérard Filoche de la Gauche démocratique et sociale.

On a Julien Bayou, qui est secrétaire national d’EELV, et Alain Coulombel, porte-parole d’EELV. On a Clémentine Autain de La France insoumise et Guillaume Balas, coordinateur de Génération-s.

On a également des figures d’arrière-plan, comme Pouria Amirshahi, ancienne figure majeure du syndicalisme étudiant et actuel directeur de publication de Politis, Willy Pelletier qui est coordinateur général de la fondation Copernic, Alain Obadia qui est président de la fondation Gabriel-Péri.

La liste initiale comporte également des avocats, des intellectuels, des chercheurs, des artistes, des économistes, etc. avec quelques ambulancier, sans profession et chauffeur poids lourd pour donner un côté populaire.

Est-ce que cela suffira ? Certainement pas. C’est même plus un signe d’effondrement qu’autre chose. Car la véritable actualité n’est pas dans ces noms. Elle est dans le fait que les hauts cadres du Parti socialiste ont également signé la pétition, et notamment Olivier Faure, qui est secrétaire national du PS, et Jean-Christophe Cambadélis, ex-premier secrétaire.

Qu’Olivier Faure veuille faire bien, soit. Mais que viennent faire les autres signataires, et notamment Jean-Christophe Cambadélis ? Ce dernier a un regard extrêmement précis et aguerri. Il disait tout récemment, avec justesse, au sujet des municipales :

« La gauche, elle, va toucher le fond de la piscine alors que le PS gardera pour l’essentiel ses bastions. Le PCF aussi, grâce à une alliance jugée hier impossible avec le PS. Même si ce sera l’arbre qui cachera la forêt des reculs du premier tour, la rupture avec la France insoumise va coûter chère au PCF et à la France insoumise.

Les écologistes seront globalement très hauts et devant les socialistes là où la gauche n’est pas sortante. Dans les villes de Besançon, Bordeaux etc. où la gauche est unie avec eux, ils peuvent même virer en tête. Reste que l’écologie est un vote de 1er tour, pas ou pas encore de rassemblement.

Quant à la France insoumise, elle est réduite à une posture de témoignage protestataire, ayant du mal à exister dans ce scrutin qui est pour elle encore plus difficile que les européennes. »

Et il ajoutait, présentant sa solution :

« Mais, encore une fois, le problème de la gauche c’est la faiblesse et le manque d’attractivité du PS. Ce n’est pas un problème de personnes mais une question structurelle. La marque est obsolète, il faut la refonder (…). Ce renouveau, cette réinitialisation du PS nécessite de dépasser le PS. »

Jean-Christophe Cambadélis croit-il qu’une Gauche, qu’il qualifie de « réformiste », peut naître d’un appel populiste à sauver une CGT antipolitique qui a mené un mouvement de protestation dans le mur ?

Cet appel au référendum est un suicide pour la Gauche politique. Il est une énième tentative de contourner les problèmes, les questions de politique, d’économie, de morale, de société, de valeurs. Il n’est aucunement possible d’échapper à la seule solution possible : constituer une Gauche consciente, organisée, structurée, établie de manière stricte.

Cela n’est pas possible avec une Gauche populiste, libérale culturellement, refusant l’organisation au nom de « mouvements », ne cherchant jamais à établir des structures locales menant un travail sur le long terme.

Le signe qu’on a ici, c’est que le Parti socialiste lui-même agonise – pas qu’il va contribuer à une structuration à Gauche. Sinon il ne se retrouverait pas là.

Catégories
Politique

Chantal Mouffe et le «populisme de gauche»: un laboratoire du fascisme

Chantal Mouffe est une intellectuelle qui se présente comme une « post-marxiste » inspirée des mouvements sociaux, des régimes d’Amérique latine anti-libéraux et de la philosophie post-moderne prétendant déconstruire des « discours » dominants. Elle s’est imposée comme une référence essentielle de la France insoumise, qui a repris une grande partie de ses idées.

Chantal Mouffe

La lecture de ses travaux, en particulier l’ouvrage intitulé Pour un populisme de gauche, ne peut logiquement que soulever le cœur de toute personne ayant une authentique culture de Gauche. Ce n’est ni plus ni moins qu’un ouvrage reflétant un esprit de liquidation de l’héritage de la Gauche avec la perspective de se jeter dans les bras du fascisme.

Quand on est de Gauche, quoi qu’on puisse penser de Karl Marx, on convient assez facilement que c’est une référence dont la pensée suscite l’intérêt et le respect. De même, on fronce vite les sourcils face à ce genre de personne qui commence son raisonnement en disant que Marx, oui c’est bien, mais qu’il faudrait tout de même dépasser tout cela, sortir même de ce genre de références routinières, bâtir une pensée renouvelée.

Mais le malaise anticipe la suite en réalité, parce que pas loin derrière, presque immanquablement, on peut parier que ce relativisme sert à servir la soupe à un penseur réactionnaire lambda qu’il faudrait relire, pour justement y trouver de quoi dépasser Marx et inspirer la pensée de notre époque.

Chantal Mouffe est de ce genre de personne. On pourra toujours dire qu’on ne manque malheureusement pas en France de ce type d’énergumènes de la pensée, qui cherchent à pondre du « post-marxisme » ou du « socialisme du XXIe siècle » sans avoir de culture politique solide. Mais Chantal Mouffe se distingue par le fait que c’est une intellectuelle universitaire de renom qui bénéficie d’une surface non négligeable. Elle est ainsi parvenue à inspirer largement les cadres de la France insoumise, jusqu’à Jean-Luc Mélanchon en personne.

On lui doit, si on peut dire les choses ainsi, le principal ouvrage de référence intellectuel francophone prétendant définir et mettre en perspective ce qu’elle appelle elle-même le « populisme de gauche ». En un sens, on peut reconnaître à Chantal Mouffe la qualité de la constance. Le livre qu’elle a sorti en 2018 sous ce même titre constitue en effet le point d’arrivée de ce qu’elle raconte depuis le début des années 1980.

À la base en effet, elle a produit avec son époux Ernesto Laclau ce qui est considéré aujourd’hui comme le socle de ce qui ce veut être la pensée « post-marxiste ». L’un et l’autre sont d’abord des intellectuels catholiques de « gauche » formés à l’université de Buenos Aires pour Ernesto Laclau et à l’université catholique de Louvain pour Chantal Mouffe. Ernesto Laclau en particulier a été un des principaux idéologues du courant national-révolutionnaire appelé le péronisme en Argentine et l’axe principal de son travail a consisté en un appui intellectuel à ce courant dans son pays, dans les mouvements de la Gauche d’Amérique du Sud et au-delà en Europe et plus particulièrement donc en France.

Si Chantal Mouffe et Ernesto Laclau se disent « post-marxistes », il faut comprendre que cela correspond d’abord à toute une époque. Celle justement où s’est affirmé, notamment en France, la pensée de la « Gauche » post-moderne. L’un et l’autre se sont convaincus ainsi en tant qu’intellectuels, que ni la classe ouvrière, ni même la lutte des classes ne sont des choses réelles, ou suffisantes pour comprendre les sociétés capitalistes et faire de la politique. S’appuyant sur les travaux de philosophes comme Michel Foucault, ils affirment dès la fin des années 1970 que la question est celle de « l’oppression », que la société est traversée par des luttes de pouvoirs, dont la lutte des classes ne serait en fait qu’un aspect. Toutes les luttes, tous les « mouvements sociaux », des syndicats, des minorités, des étudiants ou des femmes notamment, sont l’aspect principal.

Mais comme cela part justement dans tous les sens, il faudrait donc que quelque chose structure, ou rassemble les luttes. Et cela serait donc les « discours ». En quelque sorte, l’idéologie. Il y aurait donc un discours du « libéralisme » ou du « néo-libéralisme » à quoi s’opposeraient un discours « socialiste ». Les idées feraient donc l’histoire, et on comprend comme cette affirmation a pu exercer une forme de séduction sur des intellectuels. Cela valide en réalité leur confortable position universitaire au service de la bourgeoisie, tout en entretenant l’illusion d’une critique pseudo-radicale fondée littéralement sur du vent : le « discours ».

Chantal Mouffe a poussé très loin cette conception, avec la conviction de devoir conquérir ce qu’elle appelle une « hégémonie ». Selon elle, le « discours » libéral serait dominant dans notre société. Il s’agit donc de faire face à cette hégémonie en proposant un « discours » socialiste. Jusque là, on est dans la question de la lutte culturelle, et on ne peut qu’approuver sur le fond cette idée.

Mais à qui adresser ce discours ? Comme pour Chantal Mouffe, il n’existe rien d’autre dans la société que des « mouvements sociaux », c’est eux qu’il faut rassembler. Selon elle, c’est cela qui constitue le noyau du « peuple », qui toujours selon elle est constitué par les gens conscients ou actifs dans le cadre d’un discours. Il existe donc schématiquement un peuple de « droite », porteur du discours libéral, et un peuple de « gauche » porteur du discours socialiste : par exemple, les luttes décoloniales, LGBT+, les syndicats, tout cela est la même chose, mais dispersé pour ainsi dire.

Entre ces deux pôles, aucun compromis n’est possible. Et on touche là un point essentiel de la pensée de Chantal Mouffe : ce qu’elle appelle « l’antagonisme agonistique ». Ce concept théorique part de l’idée suivante : la lutte politique n’a rien de rationnel, l’hégémonie et la lutte pour le pouvoir impliquent nécessairement un écrasement de l’adversaire, ce qui expliquerait selon elle la brutalité du libéralisme.

C’est donc avec un discours politique assumant très clairement la volonté d’écraser le libéralisme que l’on pourrait rassembler les mouvements sociaux en un seul faisceau en mesure de renverser l’hégémonie libérale. Toutefois, il ne s’agirait pas non plus d’un écrasement total, dans la mesure où le « paradoxe démocratique » selon elle consiste à laisser sa chance à l’adversaire de se maintenir dans l’opposition, puisque son existence est une condition même de la vitalité démocratique qui ne peut exister que dans le conflit. Il ne faudrait pas chercher à dépasser la contradiction ou l’antagonisme, puisque ce « pluralisme » serait la condition même du progrès.

En fait, cette lutte pour le pouvoir ne vise ni le capitalisme, ni même les institutions de l’État. Au contraire même : Chantal Mouffe propose ni plus ni moins de les conquérir et de les mettre au service du « peuple », donc des mouvements sociaux qui constitueraient selon elle la « gauche ». Pour elle, l’Etat où les grandes entreprises capitalistes aussi sont des choses « neutres », plus même c’est l’outil même du « socialisme ». Elle rejette donc totalement l’idée de démocratie populaire, pour elle seul l’Etat est en mesure de prendre des décisions « socialistes », à condition d’être guidé par le bon « discours » porté par les bons chefs qui imposeraient la bonne hégémonie.

Cette vision compétitive et « vitaliste » de la politique, et ce culte de l’État devant s’imposer à la la société, Chantal Mouffe l’emprunte directement et ouvertement à Carl Schmitt, un des idéologues de l’Allemagne nazie. Bien entendu, elle rejette forcément l’existence du fascisme, qui n’est selon elle que le libéralisme hégémonique lui-même. Elle rejette aussi totalement la pensée rationaliste notamment issue des Lumières au nom de son anti-libéralisme radical : s’il faut « déconstruire » le discours libéral, selon elle, il faut donc refuser tout compromis avec l’esprit des Lumières.

Ce seul point devrait donc suffire à considérer Chantal Mouffe comme une idéologue fasciste, au sens national-révolutionnaire du terme. Ce qu’elle est de bout en bout, à ceci près qu’elle ne conçoit son anti-libéralisme que dans un cadre purement discursif : elle s’oppose à l’idée de liquider politiquement des adversaires et entretient cette sorte de règle du jeu « agonistique » comme étant la ligne garantissant par le pluralisme la démarcation entre « démocratie » et « totalitarisme ».

Ce qu’elle appelle le « populisme de gauche » relève donc de la volonté de s’appuyer de manière opportuniste et presque machiavélique, sur tous les mouvements anti-libéraux et potentiellement de gauche, dans le but de rassembler une force électorale significative en mesure de conquérir les institutions, afin de les utiliser pour mener une politique « socialiste » qu’elle ne précise jamais par ailleurs.

Dans cette lutte, les idées importent au fond moins que les ressorts émotionnels et les ressentiments. Pire même, toute analyse qui se voudrait fondée sur une rationalisation des rapports sociaux est selon elle forcément une trahison libérale, puisque le libéralisme aurait construit une chose comme la « raison » uniquement dans le but discursif d’empêcher toute remise en cause radicale de son hégémonie. Il suffirait donc sur le plan politique de réduire le libéralisme à une « oligarchie » de profiteurs et d’amalgamer tout ce qui bouge en sens inverse au nom du « peuple ».

On ne s’étonnera pas que Chantal Mouffe voit dans des régimes comme ceux de Chavez, de Poutine ou de l’Iran islamiste, des régimes « socialistes », ou du moins anti-libéraux qu’il faudrait soutenir au nom de la « Gauche ».

Bien sûr, la pensée de Chantal Mouffe n’inspire pas telle quelle celle de personnes comme Jean-Luc Mélenchon, mais dans les grandes lignes, elle a largement irrigué le fond et la forme de ce qu’est la France Insoumise. On peut difficilement imaginer pire référence en réalité, comment une personne qui se voudrait aussi républicaine et sociale que Jean-Luc Mélenchon peut-il cautionner ouvertement une pensée qui au sens propre recycle des pans entiers du nazisme ?

Cela montre à quel point il n’y a rien de bon à tirer chez ces personnes qui parlent de « socialisme » sans l’ancrer clairement dans son héritage à Gauche, ces personnes comme Chantal Mouffe qui voudraient bâtir soi-disant autre chose au nom du rejet du libéralisme, en liant à la Gauche tout ce qui n’est pas « libéral » pour se donner des airs de faux radical, tout en pavant ni plus ni moins la route au fascisme.

Catégories
Politique

Municipales: Andréa Kotarac, tête de liste du Rassemblement national à Lyon

En avril 2019, Andréa Kotarac alors à la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon était présent lors d’un forum international organisé par la Russie de Poutine, à Yalta. Le malaise fut profond à Gauche puisque Marion Maréchal et Thierry Mariani, passé au Rassemblement national pour les Européennes, étaient également de la partie. Le 15 mai 2019, Andréa Kotarac appelait officiellement à voter RN, avant de complètement basculer en devenant militant du parti d’extrême droite.

En octobre 2019, Andréa Kotarac est investi à Lyon pour le Rassemblement National dans le cadre des élections municipales. Il est ainsi propulsé comme tête de liste du parti pour la métropole, alors que le mandat pour la ville est assuré par Agnès Marion, une « historique » entrée au parti grâce à l’appui de Bruno Gollnisch, professeur de japonais à l’université Lyon 3 surnommé le « baron » de l’extrême-droite locale.

Le RN jubile de cette grosse prise et avance l’idée que ce sont « deux profils complémentaires », l’un incarné par Agnès Marion, catholique et mère de six enfants, l’autre incarné par Andréa Kotarac à la métropole afin de faire la jonction « avec les classes populaires ».

Ce qui est terrible, c’est qu’Andréa Kotarac était considéré il y a encore quelques années comme une figure montante du mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Non pas simplement de la France insoumise, lancée comme mouvement d’appui à la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux Présidentielles de 2017, mais également du Parti de gauche qu’il avait rejoint dès ses débuts. Il était même devenu coresponsable de la jeunesse du Front de gauche en 2012.

En effet, aux élections municipales de 2014, alors âgé de 24 ans, Andréa Kotarac était investi sur la liste « Lyon citoyen et solidaire » soutenu par le Parti de gauche dans la course au mandat du 8e arrondissement lyonnais, un secteur populaire de Lyon, avec son quartier des États-Unis.

C’est en ce sens qu’on comprend que ce basculement d’Andréa Kotarac est un coup dur pour la Gauche lyonnaise. En mai 2019, Jean-Charles Kohlhaas, élu du Rassemblement Citoyen Ecologiste et Solidaire (RCES) à la région Auvergne Rhône-Alpes au journal « 20 minutes » précisait à propos de lui :

« Il a été formé au sein du mouvement de lutte antifa. Cela faisait partie de son ADN. Il a pris des coups dans les manifestations (et s’est retrouvé e garde à vue). Il était vraiment à 10.000 lieues du front national »

En effet, sans être forcément « antifa », Andréa Kotarac, s’est retrouvé en garde en vue en avril 2012 après des échauffourées avec des militants d’extrême-droite devant l’université Lyon 3. Et c’est bien là le problème !

Car le transfuge du parti de gauche vers le RN est-il un retournement contre-nature ? Évidemment non, mais faut-il encore comprendre comment l’extrême-Droite fonctionne, comment elle avance au niveau idéologique et politique. Il faut pour cela comprendre que « lutter » ou défendre le « social » n’est pas en soi un marqueur à Gauche, car cela peut être absorbé par une proposition nationaliste, souverainiste.

Or, cette analyse liée à la Gauche historique, c’est toujours ce qu’ont refusé Jean-Luc Mélenchon et son entourage. Pourtant, avec une telle analyse, il était facile de constater que les signaux était déjà au rouge. Andréa Kotarac était depuis longtemps très proche du souverainiste populiste Djordje Kuzmanovic, lui aussi parti de La France insoumise pour fonder un micro-parti (« République souveraine »).

Le cas « Andréa Kotarac » exigerait une grande remise à plat, un retour critique de ses anciens camarades… Perdre un sympathisant est une chose, perdre un cadre au bénéfice des fachos en est une autre !

> Lire également : De la FI au RN, Andréa Kotarac : l’inévitable convergence des populismes

Andréa Kotarac, tête de liste du RN à la métropole de Lyon, c’est la mort de deux stratégies de lutte contre l’extrême droite, celle du nivellement par le bas représenté par le populisme insoumis et celle du « coup de poing » ultra des « antifas ».

Cela les cadres du RN l’ont bien compris. Comme le dit Thibaut Monnier, co-fondateur avec Marion Maréchal de l’ISSEP et chargé de cours en négociation, également présent sur la liste d’extrême-droite :

« Je suis très fier de vous proposer ma candidature sur cette circonscription qui réunit le 5ème et 9ème arrondissement de #Lyon et très heureux d’être aux côtés d’André Kotarac qui a réussi l’exploit historique de réunir tous les amoureux sincères de notre beau territoire et de la France ! ».

Une telle percée politique de l’extrême-Droite doit nécessairement provoquer un électrochoc à Gauche. La situation exige un retour aux traditions historiques de la Gauche, celles de la SFIO et de la SFIC, du refus du nationalisme, de l’unité populaire à la base, du Front populaire contre la montée du fascisme.

Catégories
Culture

Astérix le Gaulois: une flatterie réactionnaire

Le dernier album des aventures d’Astérix est un succès qui s’inscrit dans une offensive commerciale de grande ampleur. Ce succès et ce soutien public reflètent un cadre bien précis que toute personne de gauche ne peut pas manquer de voir : celui d’un renforcement sur le plan de la culture de la tendance au populisme voire même au néogaullisme sous une forme qui se voudrait ici populaire, anodine et consensuelle.

Le 38e album des aventures d’Astérix le Gaulois sorti le 24 octobre 2019 a donc été  un réussite commerciale. Le tirage initial a été de 2 millions d’albums en français (presque autant en allemand). En 4 jours il s’en est vendu plus de 550 000. Une réédition est d’ors et déjà amorcée. Une édition de luxe, dédicacée par les auteurs, à plus de 150 euros l’unité a aussi été diffusée.

Les derniers albums en regard de cela n’avaient pas connu un franc succès de par le caractère confus des intrigues, donnant souvent à juste titre l’impression d’un travail bâclé, sans esprit, sans lien même avec le style fondateur mis en place par le dessinateur Uderzo et le scénariste Goscinny. Cela cherchait simplement à surfer sur une franchise qu’il fallait entretenir coûte que coûte. Ce n’est pas, ou plus, le cas avec cet opus.

L’album vise à assumer de manière très affirmée ce que représente Astérix dans le dispositif « culturel » de la France d’aujourd’hui. On est bien obligé de mettre des guillemets en parlant ici de « culture », puisque, en fait il s’agit essentiellement d’une caricature de la culture française, d’une caricature de l’histoire française et d’une caricature de la société française.

Cela ne serait pas encore trop grave en soi si cela ne relevait pas d’un cadre politique bien précis. Car Astérix en général et cet album en particulier a une incontestable dimension politique : celle du bon mot, du bon sens, du « ni droite ni gauche », celle pour tout dire de l’esprit beauf pseudo-populaire alliant vulgarité et mélancolie comme un trait distinctif de la psychologie voire de l’identité du « Français ».

Les personnages d’Astérix ont ainsi une apparence populaire, ronde, colorée et lumineuse, franche, avec des caractères affirmés qui semblent authentiques. Ils évoluent dans un cadre rassurant, celui d’un petit village où les gens viennent d’un peu partout au fond, se chamaillent souvent mais qui sont tous néanmoins « d’ici ».

Un petit village animé par des activités de petits producteurs indépendants, sans présence significative d’échanges commerciaux, autogérés et suffisants, où tout le monde se connaît et où la vie politique est de fait inexistante, au point où le « chef » du village n’a en réalité aucun pouvoir ni même aucun relief particulier.

Bien sûr, le village est assiégé, par un ennemi militarisé et universel, qui occupe d’ailleurs la Gaule, vue comme une allégorie de la France. Mais si le petit village résiste, il ne fait pas non plus face toutefois à une agressivité particulièrement brutale des Romains, qui sont presque acceptés comme tels et qui sont de toute façon tenus à distance par la « potion magique » du druide du village.

Surtout, le village n’envisage à aucun moment d’élargir la lutte ou au moins une sorte de reconquête. Il accepte le monde, en le tenant simplement à distance de son sanctuaire, et le fréquente comme bon lui semble et selon les termes qui l’arrangent, de façon unilatérale et sur le mode de l’aventure. Chaque histoire se termine d’ailleurs traditionnellement par un banquet collectif, censé représenter les origines du «gueuleton à la française».

Inutile de dire à quel point ce tableau a une dimension réactionnaire. Mais c’est justement cela qui parle. Cet esprit néo-gaullien a l’ambition de proposer le reflet de ce que serait la France, son esprit et son peuple. C’est-à-dire la France de droite, il faut bien le dire.

Mais cette France de droite a un puissant dispositif culturel hérité du catholicisme : celui de la conciliation, de la concorde cocardière et franchouillarde. Cela n’est pas à négliger pour les personnes ayant une sensibilité de gauche. Et cet album joue typiquement de ce ressort.

Voyons rapidement l’histoire : un groupuscule de résistants nommé le FARC (Front Arverne de Résistance Checrète : les Arvernes étant dans l’univers d’Astérix des pseudo-auvergnats du début du XXe siècle, ils sont systématiquement caractérisés d’un accent chuintant) arrive au village avec l’intention de passer clandestinement à Londres pour y organiser leurs activités de résistance face aux Romains.

Ils sont poursuivis par des collaborateurs gaulois, dont le chef Adictosérix, (notons le nom qui sonne au passage comme un reproche anti-moderne), cherche à entraver leur projet et surtout à mettre la main sur leur signe de ralliement : un torque que Vercingétorix a confié à son héritier pour l’enjoindre à poursuivre la lutte. On apprend rapidement que l’héritier en question est une jeune fille : Adrénaline.

Le parallèle avec Jeanne d’Arc est évident, mais comme une jeune fille de notre époque, Adrénaline a toutes les caractéristiques d’une adolescente, ou pour le dire plus exactement de la caricature des adolescentes vues de la droite : d’abord « féministe », c’est-à-dire caractérielle et individualiste, au point finalement de renoncer à sa mission providentielle pour vivre une histoire d’amour sur une île exotique appelée Thulé.

Il est impossible que les auteurs ignorent ce que Thulé signifie dans la culture de la Droite réactionnaire. La société secrète Thulé est considéré comme une des sources du nazisme. Cette simple allusion au milieu d’un tel dispositif est au mieux un relativisme littéralement irresponsable, au pire une volonté de diffuser des thèmes d’extrême-droite au motif de la légèreté.

D’ailleurs, la Thulé en question s’avérera une sorte de paradis tropical métissé ou plutôt ethno-différencialiste où Adrénaline et son amoureux élèveront des enfants blancs, noirs et asiatiques dans une douce insouciance.

La lecture de cette soupe ne peut être qu’écoeurante pour une personne ayant une culture de gauche un tant soit peu développée. Les références sous-entendues, qui font précisément la marque de la série, croisent sans répit les allusions allant de l’extrême-gauche (les FARC par exemple) à l’extrême-droite (le mythe de Thulé), les clins d’oeil aux libéraux (Astérix et Obélix faisant quasiment figure de couple homoparental confronté à l’éducation d’une adolescente en pleine crise existentielle) et aux conservateurs (la mission providentielle de la jeune fille incarnant l’esprit national qu’Adrénaline avant de disparaître révèle qu’il s’incarne dans tout Gaulois résistant et notamment dans le village dans son ensemble).

Tout cela est littéralement du populisme. On sort de la lecture avec l’image d’un village et même d’une Gaule diverse mais unie au bout du compte derrière ses figures et par son esprit et sa certitude de ne pas être concerné par l’universalisme romain. Et si l’universalisme serait désirable, ce serait ce paradis exotique et individuel où Adrénaline se retranche. Le « monde réel » des Gaulois étant marqué par la concorde agitée du village tel qu’il est et tel qu’il reste face au reste du monde.

Un lecteur libéral pourra bien trouver quelques allusions trop « réac » tout comme un lecteur réactionnaire trouvera bien des références trop post-modernes à son goût. Mais les deux ne peuvent rater ici l’essentiel : au bout du compte, la concorde l’emporte et c’est le village qui encore une fois triomphe. C’est précisément en cela que la dimension culturelle de cet album en particulier, mais aussi de l’ensemble de la série Astérix en général, est politique.

À nier la lutte, à prêcher la concorde, le retranchement fataliste, le refus de l’universel, la mélancolie et le mysticisme, Astérix est une oeuvre incapacitante, une flatterie masquant l’individualisme le plus vil derrière un pseudo-panache identitaire. Il est littéralement et dans le mauvais sens du terme, une caricature de la France de sa culture et de son peuple.

Catégories
Politique

120 000 euros de capital pour chaque jeune de 25 ans: la proposition du bobo Thomas Piketty

Dans une vidéo Kombini, site plus connu pour raconter les dernières futilités concernant Drake ou Kim Kardashian que de contribuer à changer le monde, l’« économiste » Thomas Piketty présente sa dernière trouvaille, issue du dernier livre qu’il a à vendre : donner un « héritage » de 120 000 euros à chaque jeune à 25 ans. Voilà typiquement une idée de bobo n’ayant aucun sens des réalités.

Le capitalisme va mal ? Alors il faut le capitalisme pour tous ! Voilà la grandiose idée de Thomas Piketty, apprécié par les bobos du monde entier, à commencer par Barack Obama lui-même.

Le capitalisme serait donc tellement formidable qu’il faudrait que chacun puisse en profiter au début de sa carrière. C’est un peu comme au Monopoly : chacun la même mise de départ et c’est partie pour le grand jeu de la concurrence. Génial !

On a fait le calcul. D’après l’INSEE, les personnes ayant 25 ans durant l’année 2018 étaient 691 249. On multiplie par 120 000 et cela donne 82 949 880 000. Il faudrait donc 83 milliards d’euros par an.

Cela équivaut (d’après la loi de finance 2019) à l’addition de tout l’impôt sur le revenu (70,4 milliards nets) et de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (13,1 milliards nets).

Pour se donner une idée également, avec 83 milliards d’euros on a (toujours d’après la loi de finance 2019) quasiment les budgets consacrés à l’éducation et à l’Écologie/développement durable en France (85 milliards d’euros).

Plutôt que de doubler les budgets consacrés à l’écologie et à l’éducation (le plus gros budget), Thomas Piketty suggère donc que cela serait mieux d’en donner un bout à chaque jeune, pour qu’il fasse de son côté son petit bout de chemin capitaliste.


Comme par magie, cela résorberait les inégalités et le capitalisme deviendrait vertueux. Il faut vraiment être totalement imprégné de la pensée bourgeoise pour penser une telle chose… Mais cela n’est pas étonnant de la part d’un ancien de « Normal Sup’ » et de la London School of Economics.

Pour l’anecdote, il faut savoir qu’à l’époque où Dominique de Villepin voulait imposer à la jeunesse l’immonde Contrat Première Embauche, il mandatait Thomas Piketty pour faire une London School of Economics à la française à Paris.

Et dire que Benoît Hamon avait fait de Thomas Piketty son conseiller économique pour sa campagne en 2017… Tout cela parce qu’il a écrit un succès d’édition, Le Capital au XXIe siècle, qui en 2013 lui a accordé beaucoup d’estime dans les couches intellectuelles cherchant des réformes sociales mais à tout prix sans luttes des classes.

Quelle catastrophe pour la Gauche. Si Jean Jaurès, Léon Blum ou Maurice Thorez voyaient ça, ils n’en reviendraient pas.

Thomas Piketty se moque littéralement du monde ici avec ses 83 milliards d’euros par an tombés du ciel, comme s’il suffisait de le décréter pour faire apparaître tout cet argent, comme si la crise économique n’était qu’une invention de la Droite.

Une telle somme existe cependant, il n’a pas tord de ce point de vue là. Il faudrait la prendre aux riches, ou au « capital » comme il le dit pour se donner un genre « Karl Marx » (bien qu’il déteste Karl Marx, qui selon lui se serait trompé sur tout et n’aurait aucun contenu).

En l’occurrence, les riches, le capital, la bourgeoisie, ne se laisserait pas faire. Seul un pouvoir de gauche très fort, porté par les classes populaires menant une lutte de classe très intense, avec en tête la classe ouvrière massivement organisée dans des assemblées générales puissantes, pourrait arracher une telle somme, dans une situation quasi insurrectionnelle par ailleurs.

Il serait alors hors de question de disséminer tout cet argent individuellement à chaque jeune de 25 ans pour entretenir l’illusion du capitalisme ! La Gauche portée par les classes populaires aurait de biens meilleures idées pour ces moyens, en planifiant de manière rationnelle les dépenses dans un sens collectif et responsable.

Il paraît d’ailleurs que cela s’appelle le Socialisme. Et cela n’a rien à voir avec le populisme light et prétendument « de gauche » du vaniteux Thomas Piketty.

Catégories
Politique

Jean-Luc Mélenchon et le jeu nationaliste «franc-maçon»

Jean-Luc Mélenchon ne relève pas des traditions du mouvement ouvrier, mais du courant trotskiste dit lambertiste particulièrement lié au syndicat anti-politique Force Ouvrière et à la franc-maçonnerie. C’est la source intellectuelle de ses nouvelles sorties ultra-provocatrices au sujet des « progrès » de Marine Le Pen et des gouvernements qui plieraient devant les « communautaristes » « sionistes ».

Les propos de Jean-Luc Mélenchon, début décembre, avaient laissé perplexes beaucoup de monde. Il avait expliqué qu’il y aurait eu un changement « social » chez Marine Le Pen. Constatant qu’elle appelait à manifester contre le plan gouvernemental de réforme des retraites, il a expliqué devant les médias :

« Écoutez, c’est un grand progrès. D’habitude, elle passe son temps à chercher pouille aux arabes et aux musulmans, et aujourd’hui, elle a compris que quelle que soit sa religion ou sa couleur de peau, on a tous des intérêts communs et qu’on est semblable et qu’à partir de 60 ans et plus, tout le monde est fatigué, donc ça vaut la peine que les gens s’arrêtent. »

On ne comprend pas trop si Jean-Luc Mélenchon se moque de Marine Le Pen ou s’il considère qu’elle a réellement évolué. Cette ambiguïté est d’autant plus forte qu’il a ensuite expliqué :

« Elle est en train de faire un progrès en quelque sorte en direction de l’humanisme, je ne vais quand même pas me plaindre de ça et quant à ses adhérents sur le terrain, ils sont les bienvenus. Aujourd’hui, ils viennent dans la tenue des cheminots, de gaziers, d’électriciens, etc. Comme on dit à Marseille : profession vaut noblesse. »

En réalité, il se moque bien d’elle, mais il tente de jouer sur son terrain « national », « communautaire ». Il oppose à la lecture nationaliste de Marine Le Pen une lecture tout autant nationaliste, mais qu’il imagine sociale car nationale, et inversement. C’est l’idéologie « républicaine » qui est propre à la France et dont l’une des principales figures fut Jean Jaurès.

La nation française serait « en soi » sociale, il suffirait qu’elle soit « elle-même ». D’où ses propos populistes le même jour faisant allusion, sans le dire, à la charte d’Amiens de 1905 :

« Dans les statuts de tous les syndicats, la CGT, SUD et le reste, il est dit qu’ils réunissent tous les travailleurs, compte non tenu de leurs opinions politiques, religieuses ou philosophiques. Par conséquent, quand vous êtes dans un mouvement social, depuis toujours il y a toujours eu tout le monde (…). Je ne suis pas étonné qu’un salarié du rang, quel que soit son vote politique, car c’est bien de ça dont on parle, défendre ses intérêts avec les autres et moi je trouve ça très bien. »

Le dirigeant de La France insoumise sait d’ailleurs être prudent et il assez malin pour ne pas mentionner Force Ouvrière, ce syndicat est né comme opposant farouche à la politique, en étant soutenu par la franc-maçonnerie (Jean-Luc Mélenchon est membre du « Grand Orient ») et les trotskistes du courant lambertiste (dont a fait partie Jean-Luc Mélenchon).

Il veut éviter que son style ne soit trop cerné intellectuellement, car sinon il perdrait son côté « au-dessus » de la mêlée qu’il emprunte aux « leaders » nationalistes latino-américains.

Il en va de même pour ses propos suivant la défaite des travaillistes au Royaume-Uni. Il a tenu sur son blog des propos anti- « communautaristes » relevant résolument de l’idéologie franc-maçonne.

« Corbyn a passé son temps à se faire insulter et tirer dans le dos par une poignée de députés blairistes. Au lieu de riposter, il a composé. Il a du subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires (…).

Tel est le prix pour les « synthèses » sous toutes les latitudes. Ceux qui voudraient nous y ramener en France perdent leur temps. En tous cas je n’y céderai jamais pour ma part. Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogante des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non c’est non. »

Une ukase est un ordre sans appel donné en Russie par le Tzar et les dernières lignes citées sont les dernières de son article. En agissant ainsi, Jean-Luc Mélenchon savait très bien qu’il jouait la provocation et que cela ressemblerait, comme pour le pseudo appel du pied à Marine Le Pen, à un appel du pied aux franges petites-bourgeoises ayant basculé dans le camp antisémite de Dieudonné et d’Alain Soral.

Il agit ici de manière machiavélique, de manière parfaitement calculée. Il sait également très bien que les travaillistes britanniques, en s’ouvrant aux courants post-modernes « décoloniaux » et autres, ont fait face à une vague d’antisémitisme, comme « anticapitalisme romantique ». Mais il choisit de passer outre.

Car, étranger au mouvement ouvrier, en perte de vitesse, Jean-Luc Mélenchon est obligé d’accentuer la mise en avant de son « idéal » républicain – franc-maçon, cette fiction apolitique, anti-politique, d’une « république sociale » fondée sur la « fraternité ».

Ce qui revient, dans les faits, à prôner un État fort, apolitique, sur une ligne « sociale » et nationale. Bref, à servir de marchepied à l’extrême-Droite, tout en prétendant le contraire.