Catégories
Effondrement de la France

Le programme mou de Jordan Bardella

La France n’a plus aucune envergure, ni aucun horizon, à part se ratatiner sur elle-même. Le programme présenté par Jordan Bardella pour les élections législatives de juin 2024 est à ce titre exemplaire.

Le Rassemblement national est censé représenter une alternative politique radicale, un grand chamboulement, attirant pour les uns et repoussant pour les autres : ce qu’il propose est en réalité d’une tiédeur consternante.

Son principal horizon ? Abroger la réforme des retraites qui avait mis en colères les syndicalistes et fonctionnaires français.

Il est expliqué que dès l’automne prochain, il sera permis à « ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans de partir à la retraite avec 40 annuités à un âge légal de départ de 60 ans ».

Pourquoi pas, mais cela n’emmène pas très loin en termes de chamboulement proposé, puisque cela ne consiste qu’en le fait de revenir à ce qui existait il y a encore quelques mois !

Mais ce qui compte surtout pour les Français, c’est leur capacité à pouvoir consommer sans entrave. Alors le Rassemblement national a ce qui faut à proposer : baisse de la TVA sur les énergies et le carburant, de 20 % à 5,5 %.

Cela est même censé entrer en vigueur dès l’été (si la majorité lui est acquise), avec un projet de loi de finances rectificatif lors d’une session parlementaire extraordinaire.

Dans un second temps, il est envisagé ni plus ni moins que la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité. C’est simple et efficace, bien racoleur comme il faut afin d’attirer le lambda ; peu importe que la TVA soit l’impôt qui rapporte le plus au Trésor public, les Français adorent quand on dépense sans compter. Le service public ? Oh oui ! Les impôts ? Oh non !

Toutefois, côté budget il faut bien quelques promesses, pour avoir l’air sérieux. Cela tombe bien, Jordan Bardella en avait deux en stock : supprimer certaines niches fiscales (qui sont des combinaisons pour éviter des impôts) et abaisser de 2 milliards d’euros la contribution de la France au budget de l’Union européenne.

Là encore, rien de transcendant. La promesse qui est faite est simplement de maintenir l’existant, en jurant de grandes largesses financières. C’est précisément l’inverse d’un chamboulement.

Là où Jordan Bardella prétendra avoir un peu de radicalité, c’est sur le thème de l’immigration et de l’insécurité, qui ne consistent pour lui d’ailleurs qu’en un seul et même thème. Ainsi, les choses sont très simple pour les Français qui n’ont pas à s’inquiéter de devoir changer leurs mentalité ou faire évoluer la civilisation : ils suffirait de virer les migrants pour que toute aille pour le mieux dans le meilleure des mondes !

Toutefois, là encore, il n’y a absolument aucune radicalité, ni aucune conflictualité sur le sujet. Voilà ce que met en avant Jordan Bardella en présentant son programme :

  • peines planchers pour les affaires de stupéfiants et d’atteintes aux personnes dépositaires de l’autorité publique ;
  • suspensions d’allocations familiales aux parents de mineurs délinquants récidivistes ;
  • suppression du droit du sol ;
  • remplacement de l’aide médicale d’État par un fonds limité aux urgences vitales.

Dans le programme officiel, il est ajouté également l’expulsion des délinquants étrangers.

C’est à peine un programme de Droite traditionnelle, et c’est le genre de choses tout à fait banales qui existent déjà largement dans tous un tas de pays occidentaux.

Jordan Bardella n’envisage évidemment aucunement de renvoyer les migrants dans leur pays. L’immigration en France, qui est absolument massive, est indispensable pour le capitalisme, afin de faire faire le sale boulot à des gens moins regardant que les Français, qui ont malgré tout acquis une conscience de classe et des exigences sociales.

L’immigration, essentiellement d’Afrique et d’Europe de l’Est, approvisionne massivement les chantiers, les hôtels, la restauration, les usines, les maraîchages, etc. Jordan Bardella n’en parle pas du tout, car il n’envisage aucunement de couper l’herbe sous le pied au capitalisme français.

Le Rassemblement nationale utilise des grandes phrases, en disant vouloir « réduire drastiquement l’immigration légale et illégale ». Mais il n’en parle jamais dans le détail et n’évoque jamais le sujet sur le fond.

Ce qu’il raconte est à chaque fois extrêmement mesuré. Politiquement, c’est surtout d’une extrême mollesse. Une mollesse de droite, exactement comme François Hollande incarnait une mollesse de gauche, puis Emmanuel Macron une mollesse centriste.

D’ailleurs, il suffit à Jordan Bardella de dire qu’il s’oppose à Emmanuel Macron, et voici que sa ligne politique est affirmé. Voici comment est officiellement présenté le programme du Rassemblement national (en deux phrases, nous ne mettons que la première) :

« Les élections législatives des 30 juin et du 7 juillet sont une chance historique d’engager le redressement de notre pays et de mettre fin à la politique toxique d’Emmanuel Macron qui vous fait tant souffrir. »

Pauvres Français, enfants pourris gâtés du capitalisme, qui ont « tant souffert » ! Cela est grotesque, mais tout à fait à l’image du pays : c’est la meilleure chose à dire pour quelqu’un souhaitant effectivement devenir Premier ministre de la France molle et larmoyante d’aujourd’hui.

C’est absolument répugnant, indigne de l’immensité culturelle et historique de la France. En vérité, seule la Gauche, la vraie, portée par le prolétariat et notamment les femmes du prolétariat, pourra réellement assurer la continuité historique de la France, être à la hauteur de son héritage.

Au contraire, le populisme nationaliste mou de Jordan Bardella est infâme, comme l’est la France aujourd’hui, fille malade de l’occident en perdition.

Catégories
Effondrement de la France

La base bobo du « Nouveau Front Populaire »

L’ADN de la petite-bourgeoisie des centres villes s’est de s’imposer comme protagoniste de l’Histoire alors même qu’elle n’est qu’une variable d’ajustement pour la bourgeoisie modernisatrice et son turbocapitalisme.

Cela se vérifie clairement avec le pseudo espoir véhiculé par le « Nouveau Front Populaire » qui trouve à s’exprimer dans un concours d’affiches récemment lancé. Sur le site « 24×36.art », un regroupement bohème souhaite mettre à disposition des affiches en soutien au « Nouveau Front Populaire » en se reposant sur les capacités de création individuelle des « artistes, graphistes, illustrateurs, photographes ou simples citoyens ».

Voici comment est présenté la démarche :

« L’esprit du Front Populaire repose sur la solidarité, la justice sociale et la lutte contre le changement climatique.

C’est un mouvement de rassemblement et d’espoir visant à construire une société plus juste, plus humaine et plus écologique.

Nous, artistes, graphistes, illustrateurs, photographes ou simples citoyens, sommes convaincus qu’il est impératif d’accompagner avec joie et optimisme la grande révolution sociale et environnementale qui se présente à nous. »

Que ces propos sont niais, en plus d’être doublés d’un effacement de l’histoire de la lutte des classes ! C’est véritablement le triomphe de l’idéologie « macdo », c’est-à-dire le néant civilisationnel sur fond de consécration de l’ensemble des identités proposées par la société de consommation développée. Avec des mesurettes n’ayant même pas d’envergure social-démocrate réformiste au sens historique, la gauche caviar bobo s’auto-intoxique d’une manière dérisoire.

Heureusement, cela est intenable. Car la seule réalité qui vaille, c’est celle de la lutte des classes. Et de ce point de vue, on est à mille lieues de l’héritage du front populaire historique, de son universalisme lié à la lutte des classes.

Tout le côté simpliste et sans envergures des affiches tranche avec la réalité historique de la séquence 1934-1936. Car le Front Populaire historique a débuté dès le soir du 6 février 1934, par des affrontements violents dans la rue entre les communistes et l’extrême-Droite. De la même manière, la victoire de la coalition en mai 1936 avait débouché sur une vague de grèves et d’occupation massives dans les entreprises, reflet d’une conscientisation venue de loin grâce à l’implication ardente de milliers de militants !

Mais voilà les réalités telle que la classe ouvrière, la lutte des classes, la bourgeoisie, le capitalisme, le militarisme, etc., sont des choses étrangères à ce regroupement faisant un hold-up sur le front populaire historique.

Un hold-up d’autant plus frappant que sa base sociale a compris, au moins inconsciemment, que le score du RN était un message envoyé à leur encontre et tout son délire « progressiste » LGBT-Cannabis-Migrant-Palestine. Dans ces affiches, on lit vraiment l’affrontement entre la bourgeoisie modernisatrice qui vit l' »happycratie » des grandes villes contre l’aigreur revancharde des zones populaires…

Car malheureusement les couches populaires pro-RN ne le font pas avec un engagement actif pour l’émancipation mais en se réfugiant dans le populisme conservateur. Car face à la niaiserie bobo, les zones populaires pro-RN n’ont rien à proposer de manière positive et démocratique pour être productif sur le plan de la lutte des classes et de la résolution des contradictions en cours.

Mais avec le recul historique, on ne peut que constater le double rôle joué par la gauche bobo : d’un côté, ils déforment l’histoire et n’aide en rien à la prise de conscience de l’ampleur de la crise générale du capitalisme, mais d’un autre côté, par la diffusion de leurs chimères anti-prolétariennes, elle participe, bien que de manière négative et passive, à la reconstruction d’une conscience de classe prolétarienne.

Une recomposition lente, sinueuse, qui ne manquera pas de s’accélérer sur le poids de la 3e guerre de repartage impérialiste.

Catégories
Effondrement de la France

La tromperie du « nouveau » front populaire

Tout comme l’avait déjà été la NUPES du printemps 2022, constituée à la hâte, le « Nouveau Front Populaire » est un accord réalisé par en haut, où s’agrège dans un melting-pot revendications syndicales, forces associatives et partis politiques n’ayant plus aucune consistance sociale et populaire.

Ces points de programme suffisent à démontrer le caractère democrat à l’américaine de cette coalition. On est dans le style LGBT à 100 % rien que sur le plan de la forme avec cette coalition colorée de type melting-pot des identités politiques possibles. Au-delà d’être très niais, c’est révélateur du caractère opportuniste d’une coalition « mac do » où chacun peut venir comme il est.

Sur le fond, il suffit de constater qu’il n’y a aucun point concernant des nationalisations de grandes entreprises, au cœur pourtant de l’union de gauche ayant portée François Mitterrand au pouvoir en mai 1981. C’est du pur populisme gestionnaire dans lequel il est avancé quelques mesurettes syndicales et le retour d’impôts « sociaux », sans aucune perspective, même réformiste, de remise en cause du capitalisme.

On est bien loin, très loin, de l’héritage du Front Populaire de 1934-1936 qui relève du patrimoine de la Gauche historique, et dans laquelle l’élection de Mitterrand en 1981 puisait une certaine filiation. Mais ce qui en fait une expression la plus patente de democrat à la française c’est le soutien absolu à la « construction européenne », « à l’Europe de la défense » ainsi qu’au soutien militaire au régime ukrainien.

On est là dans une fausse gauche qui accepte entièrement la soumission à la superpuissance américaine, sans aucune critique ni opposition à la tendance à la guerre.

Quelle escroquerie par rapport à la dynamique de 1934-1936 qui naissait de l’opposition au coup d’état fasciste de février 1934 sur fond de prise de pouvoir des fascistes en Italie, Allemagne et en Autriche et le retour de la guerre et du militarisme. L’alliance socialiste-communiste dans la rue en 1934, prélude à l’alliance électorale en 1935, relevait d’une compréhension que le retour de la guerre ne pouvait qu’amplifier la crise sociale et économique issue du Krach de 1929.

Le « Nouveau Front Populaire » apparaît comme l’espace de défense de la bourgeoisie modernisatrice agrégeant autour d’elle la petite-bourgeoisie et une partie des sous-prolétaires urbains. À cet égard, il est logique de le considérer comme probable héritier d’Emmanuel Macron, puisque seuls quelques mesures syndicales et fiscales les séparent, quand l’encadrement du turbocapitalisme et la soumission aux États-Unis les réunissent.

L’opposition politique qui prend forme pour les élections législatives anticipées est donc viciée, elle relève d’une illusion générée par un capitalisme français en crise et qui se précipite au nom des États-Unis dans la guerre à la Russie pour se relancer. Pour chaque camp, l’objectif est de maintenir ce cadre afin d’éviter le retour de la lutte des classes.

Vive la Gauche historique opposée à la 3e guerre de repartage impérialiste, seule perspective antagoniste au capitalisme français moribond !

Catégories
Effondrement de la France

Les manifestations désastres du 15 juin 2024

Afin de protester contre les succès de l’extrême-Droite en France aux élections européennes du début juin 2024, toute la Gauche et de nombreux syndicats avaient appelé à manifester le 15 juin 2024.

Quand on agit ainsi, il faut être prudent. Si ça marche, cela produit un élan, si c’est faible, cela décrédibilise d’autant plus. Cependant, comme il y a les élections législatives suite à la dissolution, la précipitation a prévalu, tout le monde s’est dit que le chantage moral forcerait les choses et les gens à venir.

C’est là qu’on voit la naïveté et l’opportunisme de la Gauche gouvernementale, de la « gauche de la gauche » qui lui court derrière, et des syndicalistes.

Car des décennies d’opportunisme, de médiocrité, d’avilissement, de corruption ont totalement déconnecté ces gens du peuple et de la réalité. Les manifestations se sont fracassées sur la réalité.

On serait aux portes du fascisme et il y a eu seulement 250 000 personnes (selon la CGT) à Paris, 3 000 à Nice, 5 000 à Toulouse, 4 000 à Dijon, 1 000 à Perpignan, 8 5 00 à Grenoble, 2 000 à Cherbourg, 2 500 à Clermont-Ferrand, 2 000 à Orléans, 1 000 à Tarbes, 2 000 à Bayonne, 1 000 à Amiens, 10 000 à Bordeaux, 2 500 à Nancy, 2 000 au Havre, 6 000 à Lille…

Comme d’habitude, le décalage entre les chiffres de la police et ceux des organisateurs est immense. Pour la ville de Marseille, la police compte 12 000 manifestants, la CGT 80 000 !

Mais peu importe. Dans toute la France, la CGT compte 640 000 manifestants, dans quasiment deux cent endroits. C’est le « peuple de gauche qui s’est levé ».

Et en plus de ne pas peser lourd, il ne sait pas mobiliser au-delà de lui. Car il a comme base des syndicalistes et des fonctionnaires, des enseignants et des étudiants, des bobos et des secteurs de la petite-bourgeoisie intellectuelle.

Ainsi, Marine Tondelier, secrétaire nationale de Les Écologistes, peut bien dire : « Je n’avais pas vu autant de monde en manifestation depuis la réforme des retraites ». C’est très vrai. Et c’est bien pour ça que la réforme des retraites avait été une défaite totale.

Le « peuple de gauche » a rejeté la Gauche historique, il est étranger au prolétariat, il est poreux voire désireux de fusionner avec le libéralisme culturel, et surtout il est hostile à une remise en cause du mode de vie dominant, qu’il entend seulement réformer au moyen de l’idéologie des « centre-villes ».

Il n’est qu’un repoussoir, dont la prétention, la vanité, l’opportunisme écœurent, précipitant les gens à l’extrême-Droite.

D’ailleurs, s’il y a une chose à faire déjà, c’est de rejeter tous ceux qui ont soutenu cette farce que fut le mouvement contre la réforme des retraites. Et qui ensuite ont tenté le même coup publicitaire sur le dos de la question palestinienne.

Il faut partir sur une base saine. Et l’échec du 15 juin 2024 n’est que l’agonie, qui va encore durer, mais qui est inévitable. Que cette fausse Gauche tombe d’elle-même, laisse enfin la place, et démasquons ceux qui prétendent être différente d’elle, alors qu’ils en ont toujours fait partie.

Il faut que le syndicalisme s’occupe du syndicalisme et reste dans son domaine, et que le politique soit principal quant au reste et en général.

Il faut que la question animale soit essentielle à tous les niveaux.

Il faut que la tradition de la Gauche historique soit celle qui compte.

Il faut se débarrasser du style bobo – LGBT – migrants – cannabis, expression des centre-villes turbocapitalistes. Pour donner un exemple en rapport aux manifestations, s’il y avait à Lille 6000 personnes contre l’extrême-Droite, il y en avait en même temps 21 000 à la « Pride » LGBT ! Le libéralisme culturel a tué la Gauche corrompue elle-même par le libéralisme culturel…

Il faut le prolétariat comme ossature de toute question historique, et toute les questions sont historiques.

Il faut avoir le Socialisme comme objectif, un nouvel État, une nouvelle société, une nouvelle humanité !

Catégories
Effondrement de la France

Ni « gauche » bobo caviar, ni droite Fleury Michon

L’esprit qui doit être celui de la vraie Gauche, c’est celui qui est partisan et exige un ordre nouveau, un État nouveau, un être humain nouveau. Quiconque accepte la vie quotidienne telle qu’elle est proposée par le capitalisme relève d’un passé révolu qui chaque jour disparaît davantage.

Et cela quelle que soit la forme de cette acceptation. La « Gauche » des centre-villes et la Droite des campagnes ne sont que les deux faces d’une même réalité, d’une même emprise d’un capitalisme à la fois rétrograde et replié sur le cadre national, et en même temps moderniste et cosmopolite.

Entre le beauf des villes s’imaginant « moderne » et celui des campagnes s’imaginant « ancien », il n’y a pas de différence de fond, seulement de rythme dans la vie quotidienne capitaliste. Pour prendre un exemple, les uns sont flexitariens, les autres des « viandards » patentés, mais tous sont trop décadents et libéraux pour prendre les animaux et la question animale en compte. L’industrie capitaliste de la viande est en expansion mondiale, les lieux sauvages sont toujours plus détruits, mais cela n’intéresse pas ces gens, qui ne voient pas plus loin que leur nombril.

Tout cela est à l’opposé de l’esprit résolument partisan de la Gauche historique. L’esprit engagé, déterminé, capable d’agir… et de ne pas agir, quand il le faut. Afin de protéger et de se préserver, de faire avancer et de ne pas faire reculer.

Dans une société française en crise politique en juin 2024, rien n’est plus étranger que l’esprit partisan. Les Français ont la nostalgie du passé, pour eux la société française précédant la pandémie de 2020 était finalement idéale. Accumuler du capital, devenir propriétaire, faire un travail qui somme toute ne dérange pas outre mesure, construire une petite famille, partir en vacances parfois, en attendant la retraite… Et bien sûr, de manière régulière, se précipiter dans la société de consommation.

Ce refus de la dialectique de la vie est ignoble et c’est pourquoi il faut bien le dire : oui le prolétariat français a été corrompu, il a trahi son rôle historique, il a accepté de se vendre à la bourgeoisie française, car il a considéré que son confort comptait plus que tout. Il a, pour cette raison, perdu sa dignité et c’est exactement cela qui le précipite dans les bras de l’extrême-Droite.

C’est le refus de l’esprit partisan qui a amené des prolétaires à soutenir des partis populistes d’extrême-Droite, de manière massive, que ce soit avec Donald Trump aux États-Unis, Marine Le Pen en France ou le FPÖ en Autriche. Il est fou de voir que la majorité des ouvriers porte à bout de bras les succès électoraux de telles sinistres figures !

Mais le prolétariat n’échappera pas aux larmes et au sang versé. Il devra bien en France, qu’il le veuille ou qu’il ne le veuille pas, écrire une page de gloire. Il devra se forger, par choix ou par la force de l’Histoire, pour porter le positif contre le négatif, la construction contre la destruction, l’avenir contre le passé.

Le prolétariat français devra porter l’esprit partisan, il devra être lui-même cet esprit, et tant qu’il ne le fera pas, il ne fera que errer, se perdre, se ronger de l’intérieur, souffrir mille maux. Personne ne peut échapper à la lutte des classes, qui exige la révolution, et à la nécessité d’un nouveau mode de production, qui demande une nouvelle civilisation.

On est immensément loin encore du grand saut que le prolétariat français doit faire. Rien ne peut toutefois empêcher que cela se produise. Ou la révolution empêche la guerre, ou la guerre provoque la révolution : l’Histoire donnera inéluctablement naissance à un héroïsme de classe.

La « Gauche » bobo – caviar et la Droite Fleury Michon sont des agitations, des troubles, rien de plus. L’ultra-radicalité fictive pro-LGBT, pro-migrants, pro-Palestine… n’est que du théâtre pour faire du bruit, et empêcher l’affirmation de l’idéologie dialectique du prolétariat, qui exige la transformation du capitalisme en Socialisme par la révolution, les masses en mouvement, en armes pour établir le nouvel État.

Sans le pouvoir, tout est illusion, et l’esprit partisan, l’esprit déterminé, l’esprit des choix, est ce qui prime, ce qui compte vraiment. Le prolétariat n’existe que par l’affirmation, la lumière, le mouvement… La victoire !

La crise politique en France de juin 2024 est un reflet de ce qui se passe au plus profond de la société française, du capitalisme français. C’est l’effondrement. Et le calme plat, illusoire, cède la place au vent qui commence à souffler.

Que ce vent fasse flotter le drapeau rouge, grâce à l’esprit partisan !

Catégories
Effondrement de la France

Pas de soutien au « nouveau Front populaire »

Le choc de l’importance électorale de l’extrême-Droite aux élections européennes de juin 2024 a abouti, dans la précipitation, à la mise en place d’un « nouveau Front populaire ». Dès le départ, il y a eu en son sein le Parti socialiste, les Écologistes, La France Insoumise, le PCF, Place publique, Génération⸱s et GRS. D’autres petites structures s’y sont ralliées.

C’est une escroquerie. Cela n’a rien à voir ni avec le Front populaire né à partir de février 1934 comme unité antifasciste populaire à la base, ni avec le Front populaire comme conception élaborée par le communiste bulgare Georgi Dimitrov. C’est une simple alliance électorale qui tente d’unifier autour de la Gauche bobo une réelle protestation contre l’extrême-Droite.

C’est une opération de manipulation, de chantage émotionnel. C’est une habitude en France : la lutte contre la réforme des retraites avait relevé du même chantage. Sous de faux prétextes d’unité, il faudrait se mettre à la remorque de la bourgeoisie « de gauche », de la gauche caviar, des bobos, de gens qui veulent vivre le libéralisme dans la société, mais avec la protection sociale.

Ce sont ces gens qui dégoûtent le peuple, et qui produisent le succès de l’extrême-Droite, et même de la Droite. Il ne faut faire aucun compromis avec cette fausse gauche, opportuniste, électoraliste, pour qui ce qui compte c’est la lutte des places, pas la lutte des classes.

Il faut retourner sur les bases de la Gauche historique, et ne pas faire des migrants, des LBGT ou des criminels de banlieue, les figures « révolutionnaires » de notre époque. Il faut la Gauche qui porte une morale, un nouvel ordre, une Gauche qui veuille façonner un nouvel État, ce qui présuppose une révolution, pour une nouvelle humanité.

Aleksandr Deyneka, Stakhanovistes, URSS, 1937

Le « nouveau Front populaire » ne porte rien en lui, même pas le principe de l’unité de principe face à une menace commune. Car si c’était le cas, il exprimerait un mouvement à la base, un mouvement populaire. Là, à part des étudiants agités et quelques syndicalistes pour appuyer des élus, il n’y a rien. On est dans le simulacre, dans la manipulation de symboles.

Ce qui n’a rien étonnant de la part de gens sans contenu, qui utilisent des symboles, sans jamais ne rien développer en termes de contenu. Il faut d’ailleurs voir à quoi ressemble la « gauche de la gauche », avec des petites structures anti-intellectuelles, tenant le même discours qu’en 1920, ne produisant rien de culturel. Et cherchant seulement, en appelant à « l’unité », à tromper les esprits pour gagner du monde.

Tout cela est anti-prolétarien, car anti-idéologique. Pour ne pas être piégé par les nationalistes ou les bobos, les prolétaires doivent être en mesure de se tourner vers l’idéologie qui est véritablement la leur. Ils doivent porter le drapeau du Socialisme – et pour cela, il faut une expression idéologique de ce drapeau – c’est ce qu’est agauche.org, comme organe de presse, dans la tradition historique du mouvement ouvrier.

Sans organe de presse, il n’y a pas d’organisation, pas d’idéologie, pas d’envergure, pas d’existence réelle sur le plan historique.

Vassili Efanov, Le peuple des Soviets, URSS, 1939

Le « nouveau Front populaire » ne fait que rassembler des vendus (au point de soutenir la ligne américaine de guerre à la Russie par l’intermédiaire de l’Ukraine), des gens qui ont échoué et qui refusent de se remettre en cause, des gens que l’Histoire met de côté, car ils ne correspondent à plus rien.

D’où justement les discours fantasmatiques de cette gauche bobo et syndicaliste: l’extrême-Droite serait prête à instaurer une dictature raciste, les LGBT seraient envoyés dans des camps, et autres délires qu’on peut trouver de manière régulière, tellement on est ici dans une fiction qui exige une narration extrêmement poussée pour masquer les faits.

La réalité, c’est qu’en France s’instaure une opposition à l’américaine, avec des progressistes et des conservateurs, des représentants du capitalisme moderniste et des nouveaux marchés d’un côté, des représentants du capitalisme « traditionnel » de l’autre. Ce sont les deux faces du capitalisme – et la dialectique exige un camp, celui du prolétariat, pour les combattre!

Catégories
Effondrement de la France

Ni Trump ni Biden, version française

Le scandale du 11 juin 2024, c’est la décision d’Eric Ciotti, à la tête du parti de la Droite classique « Les Républicains », de demander une alliance avec le Rassemblement national de Marine Le Pen et de Jordan Bardella.

Cela a provoqué des troubles internes très forts. Ce qui est le cas également au Parti socialiste, où beaucoup ne veulent pas d’une alliance avec La France insoumise. Naturellement, dans les deux cas, le camp d’Emmanuel Macron appelle les « modérés » à le rejoindre.

Parallèlement, la « gauche de la gauche », les syndicalistes, les associatifs s’agitent en diable, avec des appels, des rassemblements, des manifestations. On est ici dans une démarche à la fois d’hystérie petite-bourgeoise et de jeu théâtral.

Ce sont des simulacres d’engagement, afin de tenter de donner de l’énergie au « Front populaire », le nom scandaleux choisi pour le regroupement du Parti socialiste, du PCF, des Ecologistes, de La France insoumise, de Place publique, de Génération.s et de la Gauche républicaine et socialiste. Il faut vraiment lire la constitution du vrai Front populaire, dans les années 1934, 1935 et 1936, pour voir la différence complète avec aujourd’hui.

Car peu importe, au fond, qu’on assiste à un découpage en deux ou en trois du panorama français. Le fait est que les trois camps acceptent l’hégémonie américaine et la guerre contre la Russie. Que ce soit le camp « nationaliste », le camp « centriste » ou la « Gauche » gouvernementale, c’est la même ligne d’accepter le capitalisme, pour le faire pencher plus dans un sens ou dans un autre.

Pencher, c’est vraiment le mot : aucun camp n’a d’idéologie, d’ossature sur le plan des idées, de cadres formés, de valeurs politiques claires. C’est comme aux Etats-Unis, un affrontement dans une vaste bourse aux idées et aux lobbys, aux intérêts et aux ambitions, avec comme fracture une ligne séparant les « conservateurs » et les « progressistes », les « républicains » et les « démocrates ».

Il va de soi que quand on est réellement de gauche, on ne saurait relever d’un tel conflit interne au capitalisme. Et il ne faut pas converger avec un camp ou l’autre. Il y a ainsi des groupes qui se disent révolutionnaires, mais ils ont fantasmé sur le mouvement contre la réforme des retraites, ils fantasment les LGBT, ils délirent sur la Palestine, ce qui fait qu’en pratique, ils sont une simple fraction un peu extrême de La France insoumise.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’un troisième camp, correspondant à l’autonomie de classe du prolétariat, sur le plan des idées, des valeurs, de la politique, des perspectives. Il faut contribuer à la vision du monde, à une lecture concrète des choses dans toute leur dignité, à une connaissance historique approfondie, à l’instar des dossiers sur des marqueurs historiques proposés par materialisme-dialectique.com.

Il faut de l’intelligence et de l’indépendance. Il ne faut pas céder aux sirènes d’un pseudo-activisme à l’américaine, qui ne sert que des processus électoraux et des modes « activistes ». Il faut réfléchir et s’organiser, sur la base de la raison, avec un programme comme fondement, une vision du monde comme moteur.

C’est cela qui permet d’échapper humainement à la contamination venant de la France capitaliste en pleine décadence, avec une société en décomposition. Il faut s’opposer à l’alternative Trump/Biden dans sa version française, en sachant que si au départ c’est difficile, la guerre contre la Russie qui se profile fera voler en éclats toutes les illusions.

L’arbre préfère le calme, mais le vent continue de souffler !

Catégories
Effondrement de la France

Crise politique en France

Il y a deux ans pratiquement jour pour jour se formait la NUPES, une union de la Gauche gouvernementale qui a totalement échoué dans son entreprise. Et là on a une nouvelle unité PS, PCF, EELV et LFI.

Mais il est trop tard. Car ce qui ne s’était pas produit aux élections présidentielles et législatives précédentes a finalement eu lieu le 9 juin 2024. Le Rassemblement national mené par Jordan Bardella a raflé la mise aux élections européennes avec 31,37 % des suffrages (30 sièges).

C’est un courant de fond. Être de droite est porteur. D’ailleurs, le Rassemblement national a plus du double de la liste de la majorité présidentielle (14,6 % soit 13 sièges).

Pire encore, si on y ajoute les voix de la liste du parti d’Eric Zemmour conduite par Marion Maréchal (5,47 % soit 5 sièges), cela fait près de 37% pour le populisme à tendance nationaliste. Avec de surcroît un record de participation (51,49 %) depuis 1994.

La France est de droite, comme nous l’avons toujours souligné ici, à rebours des fictions et auto-intoxications, comme lors du mouvement contre la réforme des retraites.

La vérité, c’est que la France, moche et fanée, refuse fondamentalement de se tourner vers l’avenir. Elle s’arc-boute sur un passé fantasmé, celui des 30 glorieuses où la France était encore une puissance garantissant l’opulence capitaliste pour tous.

Le populisme à la fois national et social de Jordan Bardella est typique de cela, du « c’était mieux avant », du capitalisme en mode social mais mesuré. Même son « nationalisme » est très mesuré : il n’est pas vraiment contre l’immigration et l’islam, il n’est pas du tout contre l’Union européenne et il est même carrément pour les États-Unis et l’Otan. De surcroît, il est un farouche défenseur des institutions de la Ve République.

Toutefois, il représente quelque-chose qui tranche avec le libéralisme ultra-moderniste d’Emmanuel Macron, exactement comme le Républicain Donald Trump tranche avec le Démocrate Joe Biden aux États-Unis. Le résultat a donc été une claque pour Emmanuel Macron, surtout alors qu’il est censé avoir une légitimité gigantesque de part sa participation forcenée à la guerre américaine contre la Russie.

À situation de crise, réaction de crise : le Président français a donc décidé la dissolution immédiate de l’Assemblée nationale, ouvrant pour le pays une période de trois semaines (puis une semaine) de troubles et d’incertitudes politiques.

Les élections des députés auront lieu le 30 juin, puis le 7 juillet en cas de second tour. Dans les faits, le régime français vacille littéralement, car la France est une puissance en déclin devenue entièrement inféodé à la superpuissance américaine, mais qui ne l’assume pas encore suffisamment.

Emmanuel Macron, pour garantir la guerre qu’il compte mener à la Russie, a besoin d’une légitimité renforcée. Il joue donc carte sur table en imposant un retour aux urnes et en tentant si ce n’est de coincer le Rassemblement national, sinon de l’obliger à rentrer comme il faut dans l’orbite américaine. Il accusera le RN d’être pro-Russie, et celui-ci montrera en retour avec zèle sa loyauté à la superpuissance américaine, tout comme le fait la populiste Giorgia Meloni à la tête du gouvernement en Italie.

Beaucoup de choses vont être dites et entendues durant ces trois prochaines semaines, il faut s’attendre d’ailleurs à la plus grande hystérie de la part de la petite-bourgeoisie urbaine et des bobos. Il va y avoir dans toutes les bouches des raccourcis grotesques, des déformations, du mensonge, du hors-sujet.

Il n’y a qu’à voir l’édito grotesque de Libération qui invente littéralement une situation historique et politique :

« En route vers ces élections inattendues mais ô combien cruciales, la gauche française doit prendre conscience de son rôle historique : assurer aux Français, comme ses ancêtres républicains, que le fascisme ne passera pas. »

Les bourgeois gauche-caviar de « Libé » inventent, car non seulement il n’y a pas de menace fasciste avec le consensuel et républicain Jordan Bardella, mais surtout la Gauche ne ressemble plus à rien en France. Elle est plus que jamais coupée du peuple, prise en étau entre les populistes ultras de la France insoumises et les bourgeois atlantistes furieusement pour la guerre à la Russie comme Raphaël Glucksmann ; elle ne changera donc rien à rien en 2024.

C’est la même rengaine avec la CGT, le syndicat qui se mêle de politique et s’imagine le droit de faire référence au Front populaire « face à l’extrême-droite » dans un communiqué. Le syndicat, qui ne semble pas être au courant qu’il est totalement marginal chez les prolétaires, est « en colère » et s’imagine des grandes choses pour y remédier :

« Notre République et notre démocratie sont en danger. Pour empêcher la catastrophe organisée par Emmanuel Macron et Marine Le Pen d’advenir, l’unité de la gauche est indispensable. »

Bref, c’est le triomphe du populisme, y compris donc dans sa version « de gauche », qui sabote l’héritage historique et la puissance du Socialisme pour défendre une République bourgeoise qui n’est pas du tout en danger.

Pour y voir clair dans ce marasme, il va falloir garder bien en tête la boussole de notre époque : la guerre mondiale de repartage du monde, avec en arrière plan l’effondrement de l’occident sous les coups acerbes des capitalismes challenger menés par la Chine.

Ce qui compte en France, c’est de dénoncer l’Otan, c’est de refuser la guerre à la Russie. Là est l’aspect principal.

La situation de crise politique rend d’autant plus claire et évidente cette position pour qui veux réellement que le monde change de base. Il n’y a pas à tergiverser ni à ruer dans les brancards : la crise politique exprime l’effondrement du régime en France, alors il faut appuyer cet effondrement en sabotant son principal plan de survie : la guerre à la Russie!

Non aux populismes, qu’ils soient nationaux ou libéraux, ou prétendument de gauche, et surtout non à l’Otan et aux plans de la superpuissance américaine pour la France, guerre à la guerre!

Catégories
Effondrement de la France

Elections européennes 2024: une dissolution « américaine »

Allons, allons, il faut raison garder. La dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron, à la suite des élections européennes de 2024, a provoqué une onde de choc. Le trouble et la perplexité règnent partout. Mais tout est très simple, en fait, si on pose les choses adéquatement. En quelques points, on comprend tout.

1. Les résultats sont tranchés

Voyons les faits que sont les résultats. Le bloc présidentiel, autour du parti présidentiel Renaissance (et avec le Modem, Horizons, le Parti Radical, l’Union des démocrates et indépendants) a obtenu 14,5% des voix. En face, l’opposition est donc largement majoritaire, de manière écrasante.

Il y a déjà le Rassemblement national, avec 31,5% des voix. Il y a ensuite le bloc autour des socialistes, avec 14% des voix.

La France insoumise, qui représente la « gauche » populiste, a 10,1% des voix. La Droite historique, avec Les Républicains, a 7,1% des voix.

Europe Écologie Les Verts a 5,5% des voix, les nationalistes de Reconquête (avec Marion Maréchal) a 5,3% des voix, et le PCF a 2,3% des voix.

L’Alliance rurale a 2,2% des voix, le Parti Animaliste 2%, les nationalistes de l’UPR et des Patriotes, 1% chacun.

2. Il faut bien une légitimité

Évidemment, ce sont les élections européennes et cela ne veut pas dire que des élections parlementaires auraient donné le même résultat. On ne peut toutefois pas gouverner avec l’impression qu’on ne représente que 14% des voix, alors qu’il y a eu 51,4% de participation.

Dissoudre est en même temps un risque, cela implique un très grand risque qu’aux élections législatives qui vont avoir lieu, il y aura une cohabitation. Et on pouvait se dire qu’ayant la majorité parlementaire, même si précaire, Emmanuel Macron pouvait manœuvrer quand même, d’une manière ou d’une autre.

Cependant, à un moment, cela n’aurait plus réellement fonctionné, alors pourquoi attendre ? Qui plus est, la France est ce qu’elle est…

3. Le RN n’est pas fasciste, mais les Français sont vraiment nuls

Le RN de Marine Le Pen et de Jordan Bardella n’est pas du tout fasciste. C’est un parti exprimant des aigreurs et du protectionnisme, une nostalgie prononcée et la peur du déclassement social. Et il soutient le régime ukrainien.

Ce n’est donc pas une « menace » pour Emmanuel Macron, malgré ses propos. C’est un concurrent.

Et, à côté de cela, les Français sont nuls. Ils ne font pas de politique, et quand ils en font, ils mélangent tout et sont mauvais. Sur le plan des idées, plus rien n’est cohérent, c’est une ignoble tambouille, avec des mélanges empruntés à la Droite et à la Gauche, sans aucune cohérence.

La situation n’est donc pas dramatique. Et il y a même une opportunité pour Emmanuel Macron s’imaginant disciple de Machiavel…

4. Emmanuel Macron impose une polarisation à l’américaine

La clef, c’est qu’Emmanuel Macron impose une cassure politique à l’américaine. Qu’importe si son parti présidentiel perd les élections, car en face il y aura une union des droites. Il aura alors réussi son parti, qui est de « moderniser » la société française, c’est-à-dire de l’aligner sur le style américain, avec deux gros partis dont les rapports de force internes dépendent de la bourse aux idées, aux activistes et aux lobbys.

Voici ce que nous disions le 4 juin 2024 pour qualifier ces élections de fictives.

« Il y a ici deux options politiques, pour faire pression dans un sens ou dans un autre. Il y a les modernistes, les bobos, LGBT, libéraux culturellement mais pour un filet social… pour les « gagnants », ceux qui profitent le plus de la situation et en veulent encore plus.

Et il y a les nationalistes, les conservateurs… pour les « perdants », les aigris ayant la nostalgique des années 1980.

Linkedin et Twitter pour les uns, Facebook et les SMS pour les autres, et Instagram et Tiktok pour tous. Cela correspond aux « Républicains » et aux « Démocrates » aux États-Unis. »

Effectivement, c’est cela qui se met en place. Ces élections européennes de 2024 ont été fictives, donc ont fait passer un cap aux institutions. De par leur vide, elles amènent une situation pleine.

Et maintenant !

Emmanuel Macron va chercher à élargir le socle de la majorité présidentielle, pour constituer un parti Démocrate à l’américaine, en prévoyant une union des droites qui formera l’équivalent des Républicains américains.

Il y a deux possibilités. Soit il a raison et l’opération fonctionne. Il aura alors réussi son opération de modernisation, d’américanisation.

Soit il a tort et c’est nous qui avons raison : la crise commencée en 2020 a tout changé et Emmanuel Macron ne reflète que l’illusion bourgeoise d’une modernité perpétuelle et contrôlée dans sa mise en place.

Dialectiquement, pour l’instant, les deux sont vrais. La société française est américanisée, le processus va fonctionner. Il fallait que le parti présidentiel perde pour obtenir sa légitimité dépassant le simple cadre de l’élection d’Emmanuel Macron. Potentiellement, le Parti démocrate à l’américaine peut naître en France désormais.

En même temps, il est vrai que les gens n’y connaissent rien et basculent d’un côté ou de l’autre, suivant une tendance. L’esprit des gens façonnés par la société de consommation est binaire. Pourtant, la France a porté beaucoup de luttes de classe et la situation historique n’est pas celle d’un vaste pays à l’écart et disposant de l’hégémonie mondiale.

La France est la maillon faible de la chaîne des pays capitalistes les plus développés. C’est un pays décadent, où tout s’effondre sur tous les plans. Rien n’a plus de solidité. Les vœux d’Emmanuel Macron sont donc vains. Son initiative ne réussit que parce plus rien ne tient… Et donc, ce qu’il vise ne tiendra pas non plus.

Et dans ce chaos, dont relève les prochaines élections pareillement, il faut donc l’esprit de Parti, les positions de la Gauche historique pour recomposer le prolétariat en tant que classe, et organiser un nouvel État, une nouvelle société. C’est l’alternative Socialisme ou barbarie!

Soutenez agauche.org comme organe de presse en première ligne dans la bataille pour l’intelligence politique dans la recomposition du prolétariat!

Catégories
Effondrement de la France

Des magistrats mexicains alarment sur les narcos français

La France a toujours connu des mafias, mais historiquement elles sont issues d’expression féodale, puisant dans les parcours italien et Corse. On parle ainsi de gens avec un « code », s’imaginant des « bandits d’honneur ». Vivre dans un monde parallèle était assumé, les magouilles échappaient au grand public, s’agitant dans le monde souterrain du crime ou celui de la corruption des municipalités (Lyon notamment).

Comme la France est toutefois en plein effondrement de par l’épuisement de son capitalisme, on assiste à l’affirmation d’une génération nihiliste de criminels. Depuis vingt ans déjà, les bandits « à l’ancienne » reproche aux jeunes des banlieues adoptant un parcours criminel de n’avoir aucune éthique. Mais ces dernières années ont émergé des jeunes adolescents devenant tueurs à gages, des « sicarios » à la mode mexicaine. Quelques billets, une arme et l’adolescent est prêt à ôter une vie comme on vole un téléphone.

Une délégation mexicaine était à Paris justement et le parquet de Paris a relayé ce communiqué. Car lorsque l’État s’effondre en raison de la crise, il est pris d’assaut par des forces cannibales. C’est là où on voit que si les masses populaires ne mettent pas en place un nouvel État, un nouvel ordre, on va se retrouver dans une situation catastrophique. C’est ou le peuple en armes, ou les bandits en armes.

« NARCOTRAFIC – VISITE DE LA DELEGATION MEXICAINE – MAI 2024  

Frederic LE POLLOZEC, Attaché de Sécurité Intérieure au Mexique Felipe de Jesús GALLO GUTIERREZ, Chef de l’agence d’enquête criminelle du bureau du procureur général fédéral Maria Fernanda Perez Galindo, Directrice générale de la coopération internationale – Bureau du procureur de la République (FGR) Ernesto Alejandro VADILLO TRUEBA, Directeur général des enquêtes douanières – Agence nationale des douanes du Mexique (ANAM)

Ont rendu visite au parquet de Paris et aux magistrats de la JUNALCO – Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (visite organisée par la DAEI et la DCIS).

La délégation mexicaine a passé un message d’alarme à l’attention de leurs homologues français, appelant à prendre des mesures en urgence avant de se trouver dans une situation aussi grave qu’au Mexique.

Selon ces professionnels, la France est à un seuil pour prendre des mesures et ne pas commettre les mêmes erreurs.

« Les crimes organisés s’internationalisent, se globalisent. Nos systèmes pénaux garantissent les droits et libertés des personnes, mais il faudrait aussi organiser la manière de travailler contre le crime organisé ».

« Au Mexique, il y a des menaces de mort, qui se traduisent par des actes, cela modifie la manière de travailler : il faut protéger les magistrats ».

« La France peut encore proposer des modifications législatives et donner plus de pouvoir aux parquets, à la police et aux juges pour intervenir de manière efficace. Des peines plus fortes sont nécessaires ».

« Le Mexique a aussi des crimes en col blanc. Les criminels sont comme des chefs d’entreprise. Au Mexique, on commence à travailler sur la recherche et l’analyse financière, on analyse les permis d’importation, d’exportation, les échanges téléphoniques, pour savoir si l’argent des entreprises est légal ou pas. Un des principaux obstacles reste la réticence entre institutions à partager les informations, financières, et téléphoniques par exemple ».

« Le niveau de violences est important au Mexique, et ce n’est pas un exemple. Malheureusement, il faut insister auprès des politiques pour investir et renforcer les institutions. Il faut des gardes fous pour assurer l’indépendance et la stabilité des institutions ».

« Il prendre en compte la question des armes également. Il faut un contrôle des armes à un niveau européen. Au Mexique on a des munitions qui viennent de Roumanie, Russie et Bulgarie. »

Enfin, les deux délégations ont proposé d’échanger des informations de manière informelle, afin de communiquer plus rapidement et bénéficier d’une meilleure visibilité et connaissance juridique de l’autre partie. »

Ce qui caractérise le Mexique, c’est l’existence de nombreux cartels se faisant concurrence et dont les affrontements débordent très largement sur la vie « civile ». C’est beaucoup moins le cas aux États-Unis, où le crime règne également, mais pas tant avec les gangs qu’avec des mafias à l’ancienne qui prévalent tout en s’étant divisés les territoires, et disposant d’une « centrale » pour les négociations, etc.

Un autre aspect du Mexique est un « deal » non officiel. La présidence actuelle de Andrés Manuel López Obrador est contre la guerre à la drogue, et il y a un certain modus vivendi avec les cartels, en mode : vous pompez une partie des richesses nationales, vous trafiquez (drogues vers les États-Unis, racket, vol massif de pétrole, prostitution notamment infantile également massive…), mais il ne faut pas que le pays vacille, car l’économie grandit largement et c’est dans votre intérêt à vous aussi.

Le Mexique est donc aux mains de monopoles économiques et de cartels, mais en mode social avec une élévation marquée du niveau de vie, car la présidence se veut populaire, de gauche assumée, etc. C’est une sorte de social-impérialisme bureaucratique où l’armée prend une place majeure. C’est d’ailleurs l’armée qui s’occupe officiellement du « train maya » et du tourisme dans le Yucatan, la seule région du pays où les narcos ne sont pas présents en tant que tel.

Cette gestion du pays rend fou de rage les libéraux en général, pour qui le pays devient « comme Cuba », ainsi que les pro-américains en général, qui verraient de leur côté le Mexique comme jouant unilatéralement pour les États-Unis le même rôle que la Chine par le passé. Le Nord du Mexique est de fait une arrière-cour industrielle des États-Unis. Les échanges américains avec le Canada et le Mexique combinés sont environ le double de ceux avec la Chine ! La guerre sino-américaine exige une telle modification.

La tension est donc extrême, alors que l’élection présidentielle a lieu début juin 2024, et la candidate « libérale » Xóchitl Gálvez va perdre. Sa campagne est mauvaise (même si elle tente des coups comme jouer au jeu Fifa sur Playstation), alors que sa concurrente Claudia Sheinbaum fait des meetings dans tout le pays, se met régulièrement en scène avec des personnes les plus humbles en larmes dans ses bras, le tout dans une propagande ultra moderne.

La campagne de Claudia Sheinbaum est très exactement le rêve populiste de Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise, qu’ils ne pourront jamais mettre en place évidemment, car nous ne sommes pas en Amérique latine et qu’un tel engouement social-populiste n’a aucun socle.

Mais la libérale Xóchitl Gálvez n’est pas en reste pour la suite. Elle a pris soin de saluer très largement l’armée (appelée à revenir à ses fondamentaux…). Et elle a habilement dénoncé sa concurrente Claudia Sheinbaum comme utilisant sur une jupe l’image de la Vierge de Guadalupe, alors qu’elle ne croit « ni en Dieu ni en elle [la Vierge] ».

Claudia Sheinbaum ayant des parents juifs d’Europe de l’Est (et typique de l’engagement massivement communiste qu’on peut retrouver ici), c’est l’antisémitisme et l’anticommunisme qui sont utilisés comme vecteur pour polariser à fond en prévision de la suite. Le Mexique ne va pas échapper à des tensions extrêmes, allant largement possiblement jusqu’au coup d’État militaire.

Quand on voit un tel panorama, on se dit que, tout de même, la France échappera aux narcos. Invitée à ce sujet sur francinfo le 27 mai 2024, Laure Beccuau, procureure de la République de Paris, a ainsi expliqué la chose suivante.

« La définition d’un narco-état, c’est le fait que toutes les instances décisionnelles sont finalement pénétrées, infiltrées par les trafiquants, y compris des juges, parfois des magistrats, et que dès lors, les décisions qui peuvent être prises au niveau législatif, judiciaire ou tout autre sont influencées par les trafiquants. Mais nous sommes loin d’en être là ». 

Sauf que comparaison n’est pas raison. Le Mexique est devenu un narco-État après avoir été pris d’assaut. C’est dans un second temps que l’État a collaboré, fusionné. Et en France, on a tous les ingrédients pour justement une première grande vague d’installation des narcos. C’est en cela qu’il faut absolument connaître l’exemple mexicain, ainsi que l’exemple colombien.

Il suffit de lire le rapport synthétique de vingt pages de la commission d’enquête du sénat sur le narcotrafic pour voir les faits.

CE_Narco_-_Essentiel

L’effondrement est là. Tant la société que l’État français s’effondrent, tant les mentalités que la culture sont corrompues, affaiblies, décadentes. Il faut le Socialisme – ou c’est le barbarie ! Il faut l’État socialiste pour écraser par tous les moyens les narcos !